Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Vague rose

2 Commentaires

Surfons sans vergogne sur la vague rose du premier tour des présidentielles… et surtout, en ce qui me concerne, sur celle de mes dégustations de Tavel, en attendant le Mondial du Rosé, en fin de semaine…

On peut vraiment parler de vague rose, puisque la consommation  française de rosé, un produit dont les Français sont à la fois les premiers producteurs et les premiers consommateurs au monde, ne cesse d’augmenter. Elle représente aujourd’hui 27% des ventes totales en supermarchés, soit plus que le blanc. Les Belges ne sont pas en reste, du reste. Et même mon ami David vient d’y  consacrer deux billets d’affilée, sur ce blog. Il y a des signes qui ne trompent pas.

Herve-0888
A Tavel, le rose est soutenu

Je ne suis pas politologue et je ne connais pas personnellement assez de Français pour expliquer ce phénomène, ni a priori, ni a posteriori. Je dis ça pour les experts ès sondages qui savaient pertinemment que Mme Le Pen devancerait M. Mélenchon mais dont les instituts publiaient le contraire.

Toilets

Sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion…

Quoi qu’il en soit, pour expliquer l’engouement pour le rosé, d’aucuns évoquent le réchauffement climatique propice aux vins de terrasse et de piscine, d’autres le fait qu’à tort ou à raison (plutôt à tort, je pense), une couleur pâle  est associée à un vin léger, digeste et moins alcoolisé. Ce qui expliquerait la tendance actuelle vers des rosés aux teintes de plus en plus légères. J’ai un peu de mal à comprendre: à ce compte-là, ce sont les blancs qui devraient exploser!

Il y a deux ans, je me trouvais à Montpellier dans un jury de dégustation, au côté de sommeliers. Nous jugions des rosés. J’ai eu toutes les peines du monde à convaincre mes voisins de table qu’on ne pouvait rejeter un rosé juste pour sa couleur: "Avec une couleur aussi soutenue, nous n’avons aucune chance d’en vendre", me disaient-ils.

Rectification. Je ne les ai pas convaincus.

Ils ne m’ont pas convaincu non plus. Après tout, le sommelier est là pour conseiller, et s’il n’est pas capable d’expliquer à son client que la couleur ne fait pas le vin, on n’a plus besoin de sommeliers.  Avec des raisonnements pareils, c’est moi qui vais devenir raciste… anti-sommelier. Dieu m’en préserve, car c’est comme pour tout, il y en a des bons et des moins bons, je m’en voudrais de tous les mettre dans le même sac.

Mais restons un instant sur cette notion de couleur. Non seulement la couleur n’est pas un critère de qualité, mais j’ajoute que jusqu’au 18ème siècle, en France comme ailleurs, tous les rouges étaient rosés. Il a fallu la généralisation des macérations longues à Bordeaux (notamment chez "Ho Bryan"), avec comme corollaire une amélioration de la stabilité des vins, argument commercial important à l’exportation, pour que le rouge devienne ce que nous connaissons aujourd’hui.

Je note au passage que certaines régions ont gardé les anciennes traditions:  le clairet, à Bordeaux, témoigne encore de cette production; mais aussi pas mal de vins issus de pinot noir, notamment le pinot noir d’Alsace (celui de Limoux et de Gallo, un peu moins).

Tavel-Calcaires

Les calcaires de Tavel

Rendons à Victor

Quant au Tavel, rendons à Rendu ce qui est à Victor: dans son fameux livre, Ampélographie Française, publié dans les années 1840, Victor Rendu précise que le Tavel est un vin de couleur claire. Pour un rouge, bien sûr, car c’est dans cette catégorie qu’il le range.

Ce bon Victor, statisticien de son état, avait été mandaté par le Ministère de l’Agriculture (c’était un peu le Berthomeau de l’époque) pour faire l’inventaire du vignoble français; il nous explique  qu’à Tavel, l’encépagement comporte raisins noirs et raisins blancs. Les vignes, comme c’est la règle avant le phylloxéra, sont complantées et les différents raisins sont donc rarement vinifiés séparément.

Et aujourd’hui? Et bien l’encépagement reste assez comparable à celui décrit par M. Rendu. En rouge, le Grenache, le Cinsault, le Mourvèdre, la Syrah, le Calitor et le Carignan; en blanc, la Clairette blanche et rose, le Piquepoul et le Bourboulenc. Pourquoi changer une équipe qui gagne? Et quelques soient les modes et les évolutions des ventes, Le Premier Rosé de France, tel qu’il s’annonce en grandes lettres au fronton de la cave Coopérative,  vaut le déplacement.

L1050538

Les galets de Tavel

Pas seulement pour la couleur de ses vins – même si, c’est vrai, j’apprécie que ce village Gaulois résiste à la tentation du pâle. Plutôt pour leur belle structure, leur belle aromatique de fruits rouge, jeunes, et leur bonne tenue à table – sans oublier leur aptitude au vieillissement.

Vous me direz que tout ça, ce n’est pas ce qu’on demande à un rosé! Ah oui, et vous lui demandez quoi, à votre rosé? De la fraîcheur, un peu de bonbon anglais? De l’acide et un peu de sucre? De se laisser oublier à peine vous l’avez bu? Vous faites peut-être partie de ceux qui disent que le rosé, ce n’est pas du vin? Ou alors, de ceux qui disent qu’ils n’aiment pas le vin, mais que le rosé, par contre… Non, je galèje, vous ne seriez pas ici si vous pensiez ça.

Herve-0887

Les sables de Tavel

Alors revenons au Premier Rosé de France.

D’abord, il y a les sols. Tavel, en rive gauche du Rhône, fait bel et bien partie de la Côte du Rhône, le berceau de la viticulture au Sud du Rhône, dont la production était identifiée sur les tonneaux par les fameuses trois lettres CDR, dès le 18ème siècle. Méfiez vous des imitations! Le concept d’appellation était né.

Ces sols sont de trois types, c’est Georges Truc qui me les a montrés:  il y a les lauzes calcaires, les  sables et les  galets de quarzite du Villafranchien. La finesse. Le fruit. La texture.

La plupart des Tavels naissent de cette complémentarité, de l’assemblage  de ces trois types de sols. Parce qu’ici, on accepte que les rosés soient complexes, autant que friands.
Autre facteur d’identité: à Tavel, on ne fait que du rosé.
Enfin, la méthode taveloise, qui assemble jus de saignée et jus de presse, garantit une certaine structure tannique.

Herve-0892Les vins du Château de Manissy (et leur oenologue)

Mes préférés: Château d’Aqueria (la finesse, l’légance, la subtilité des terroirs de sables), Château de Manissy (quel beau jus, et quelle pêche, essayez la cuvée classique, puis la Terra Benita), Domaine des Carabiniers (la pureté du fruit et la buvabilité), Domaine de La Mordorée, Cuvée Reine des Bois (l’équilibre), Prieuré de Montézargues (cerise, pamplemousse, fraise écrasée, tout un panier de fruit, et puis des fleurs, et quelle tension!), Château de Tinquevedel (Cuvée Les Vignes d’Eugène, une facture très classique, une belle structure aussi), Domaine de la Rocalière (la Cuvée Perle de Culture, toute en finesse), Moulin de la Viguerie (puissant, très framboise) et puis à la Cave de Tavel, La Cuvée des Lauzeraies, très pure, très expressive, avec une pointe de salinité.

Tant qu’il y aura du Tavel

Mais ne me croyez pas sur parole, allez-y. La région a un petit côté toscan, pour ceux qui aiment l’Italie. Les belles demeures abondent. Visitez le bourg, les jardins clos. Arpentez le vignoble. Inutile de sucer les galets pour comprendre qu’on est ici dans la Mecque du rosé. Et puis, poussez une pointe vers Lirac si vous aimez les rouges…

L1050553

Le prieuré de Montézargues

Je vous laisse, j’ai une valise à préparer, demain, je vous le rappelle, je pars à Cannes déguster des rosés, j’espère bien qu’il y aura du Tavel.

Hervé

PS. Un amical salut à Georges Truc, puits de science jamais tari, qui nous a si bien montré les terroirs de Tavel, et à l’efficace Sandra Gay, notre délicieuse hôtesse.

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “Vague rose

  1. Merveilleux post! J’adore les rosés et le vins de l’AOC Tavel!

    • J’aime aussi les vôtres, notamment ceux des Pouilles, bien colorés – pas tous, non, mais les bons, comme ceux présentés à Radici del Sud. A propos, tu continues?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 638 autres abonnés