Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

Petit glossaire vineux

Le vocabulaire de la chronique vineuse n’arrête pas de s’enrichir de nouveaux mots. Les concepts derrière les mots sont parfois pointus, parfois poétiques, parfois abscons, parfois flous, à vous de juger…

 a021417

La dégustation, par Boilly

 Amertume: Bon, dit comme ça, hors contexte, l’amertume n’a pas vraiment l’air d’une qualité pour un vin. Pour une bière, à la rigueur. Et pourtant, une touche d’amertume en fin de bouche, pour un blanc qui manque d’acidité (ne pas confondre), c’est plutôt bienvenu. La finale s’en trouve allongée, l’intérêt relancé.

Peut-être faudrait-il trouver un autre mot? Bitter passerait peut-être mieux, sans doute parce que c’est étranger, mais en définitive, c’est kif-kif.

Buvabilité: néologisme sans doute librement traduit de l’anglais Drinkability (lui-même assez récent). Voici quelques années, on aurait sans doute préféré gouleyant – ben oui, « qui passe bien dans le gosier ».

Digestibilité: encore une traduction de l’anglais. Mériterait d’être précisé: à partir de combien d’heures de bonne digestion peut-on parler de digestibilité? Parlez en avec votre médecin…

Fruité: Bon, d’accord, c’est un mot que j’emploie beaucoup, et quand j’y réfléchis, le terme est très galvaudé. Un vin présente toujours un minimum d’arômes de fruits. Au moins le vin fait avec du raisin… 

Minéralité: le serpent de mer des dégustations. Ne pas confondre avec l’acidité. Décrit généralement une certaine tension en bouche, voire une salinité en finale. Difficile à définir. Le gouvernement de François Hollande entend faire rentrer des sous pour la France, je lui conseille donc d’instituer un nouvell impôt: 50 euros à  chaque fois qu’on l’utilise. Mieux que la taxe Tobbin…

Evidemment, seuls les résidents fiscaux en France seront assujettis.

Hervé

PS. Avec la disparition du Prof. Arnaud, père du French Paradox, j’ai bien envie de rajouter à la liste le mot « anthocyane ». Bon, d’accord, ça ne se déguste pas vraiment; imaginez un peu: « ouah, quelle belle bouche d’anthocyane, ce Madiran! ». Mais qu’est qu’on a pu en discuter ces 20 dernières années dans le petit monde du vin…

Anthocyane, anthocyane, est-ce que j’ai une gueule d’anthocyane? Je ne bois certainement pas du vin dans un but de santé! Mais bon, savoir que si je n’abuse pas, mes artères peuvent en profiter, voila qui n’est pas pour me déplaire…


Poster un commentaire

2012 in the Loire (week 4): I’m starting to talk rot!

Doue2Brissacs-1Driving from Doué-la-Fontaine to Brissac-Quincé Monday late afternoon 8th October 2012

About a fortnight ago a cynical ex-journalist friend fell about laughing when I told hoim that the quality of the 2012 Loire grapes was very good. It was very difficult to find a single rotten berry in the vineyard and I had looked from Muscadet to Sancerre. Tasting freshly pressed juice in various parts of the Loire only confirmed that the vintage, although often miserly in quantity, was potentially of high quality. 

The Loire saw very little rain from late July until 20th September – the weather station at Tours recorded 11mm from 1st August through to 20th September. Grass which had still been a luxuriant green in mid-August had turned yellow and dried up by mid-September. The vines badly needed a little rain to help swell and ripen the grapes, so when the first rains arrived around 20th September they were very welcome. Unfortunately as has been continuously the case this year the weather gods (or devils?) have overdone it.

 NrBrissacRot

Chenin Blanc between Mozé-sur-Louet and Brissac: 9th October

Rot beginning to show

Over the first 14 days of October 91mm of rain has been recorded at Tours against an average monthly rainfall of 70.9 and five of those 14 dyas have been dry. 64mm has fallen since last Thursday and more is forecast this week. Over the weekend Météo France issued orange flood warnings throughout much of the Loire.

 BrissacCab

Cabernet Franc in same vineyard as Chenin above resisting the elements better

We noticed the first signs of rot during a visit to Vouvray and Montlouis on Saturday 5th October. This was confirmed on the following Monday and Tuesday (8th/9th) when we travelled to Anjou. With a few exceptions the Cabernet was holding up but there was increasing signs that grey rot was getting a grip in the Chenin. Not yet catastrophically, especially if you picked by hand, but it was clear that for dry wines at least the grapes needed to be picked. What will happen for the sweet wines remains to be seen but with more rain forecast at least until towards the end of Friday it doesn’t look promising.

 BauAboveT

Vignes larges in the Quarts de Chaume: still a way to go

18.5%  potential minl

2.5 kilos max per souche

Cryoextraction permitted until 2019

 

12-landscape

The effect of the rain has been compounded by very still, humid conditions. On Tuesday 9th October it was still 19.5˚C at 11.30pm. No wonder that there were mushrooms in abundance everywhere! 

Mousserons

Jim 

  Paritys

 

     

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 905 autres abonnés