Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

La gueulante du jour, ou la sournoise dérive d’un Parker…

38 Commentaires

Tout est bon pour faire du fric, y compris des points ! Et n’allez pas croire qu’il s’agit-là des précieux points de votre permis de conduire…

Une fois de plus, je vais jouer les naïfs, refaire mon numéro de « ronchon de service ».  Une fois n’est pas coutume, je vais me glisser dans les draps immaculés des vierges effarouchées. Je ne sais pas si c’est courant (ou plutôt si la pratique était en vogue au temps jadis où…), mais depuis que Bob a été racheté par les moneymakers de Singapour, on a déjà un premier signe de ce que peut donner l’idée qui consiste à «merchandiser» ses notes.

On va me dire que c’est normal, que grand bien lui fasse, que l’époque des bonnes mœurs est révolue. Et pourtant, pour ce qui me concerne, c’est bien la première fois que je commence à regretter le temps où le cher Robert Parker lui-même, puisqu’il s’agit de lui, simple «Bobby» du côté de Libourne ou d’Ampuis, était réellement indépendant, intègre, cohérent, véritable maître chez lui.

Bien noté, bon et pas cher... C'est du Parker. Photo©MichelSmith

Bien noté, bon et pas cher… C’est du Parker. Photo©MichelSmith

Avant que Bob ne vende sa boîte pour assurer ses vieux jours (tout en se gardant le droit de noter ses favoris), au temps béni où l’on croyait encore à la morale, le vigneron dont le vin avait été bien noté par le maître de Monkton, dans le Maryland, comté de Baltimore, pouvait le faire savoir à son attachée de presse, le communiquer à tue-tête aux journalistes du monde entier, en faire part dans les magazines ou dans la presse locale. Disons que ça lui permettait de vendre un peu mieux que de faire mention d’une simple bonne note dans le B & D ou dans le RVF.

Surtout, dire que Parker avait bien noté son vin, ça ne mangeait pas de pain, ça flattait l’ego en même temps que ça ne coûtait rien de le dire. Bref, ça pouvait rapporter gros. Or, les temps changent vite puisque quelque soit le guide, Hachette ou Gault-Millau, il faut gagner plus que ce que ne rapportent de simples ventes en librairies. Et puisque les guides se vendent moins, essayons donc de commercialiser les commentaires à prix d’or avec, en prime, des salons, des annonces pub, des stickers, des organisations de master classes et, en bien plus classiques, des pseudo-médailles ou pseudo-diplômes.

En Côtes Catalanes, du côté de Tautavel... Photo©MichelSmith

En Côtes Catalanes, du côté de Tautavel… Photo©MichelSmith

Pendant que s’opèrent les transformations de nos sociétés, les irréductibles vieillissent et finissent par se mettre au goût du jour. Ayant résisté longtemps à ces travers commerciaux qui pouvaient dénaturer leur réputation comme leur crédibilité, les résistants critiques tels Robert Parker changent subitement leur fusil d’épaule. Et ils se rattrapent en saignant le brave vigneron qui, lui, de son côté, n’attend que ça pour vendre plus cher et en plus grosse quantité. Un peu comme s’il venait de recevoir une médaille d’or au Salon de l’Agriculture ou à Mâcon en s’empressant de l’afficher en bonne position sur l’étiquette de sa cuvée, le vigneron peut désormais – je suppose en payant ce qu’il faut – afficher son score Parker (et non son prix) sur la bouteille pour ensuite laisser tranquillement le buzz se faire.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

L’autre jour, dans mon troquet favori, au Bistrot des Crus à Perpignan, ayant vidé avec des potes un flacon d’excellent rapport qualité-prix (11 € la bouteille sur table !), je demande à voir l’objet du délit de plus près. Il s’agissait d’un Côtes Catalanes 2011, ex Vin de Pays devenu depuis IGP et baptisé «Le Cirque».

Belle étiquette, bouchon à vis, petit prix, du Carignan dans l’assemblage (et probablement pas mal…), du Grenache aussi; bref, en dehors d’une puissance et d’une maturité intenses (14°5 affichés !)  ce vin avait tout pour me plaire, y compris du minéral/rocailleux (clin d’œil…), et le fait est que la bouteille fut expressément asséchée était un bon signe.

Tout en le buvant, je songeais à une récente chronique de Matt Kramer relevée je crois la première fois, il faut le préciser, chez Bon Vivant. Membre éminent et «historique» du Wine Spectator, Matt évoquait cette fameuse barre des 90 sur 100 pour dire avec pas mal d’aplomb que les vins au dessus de 90 étaient devenus risqués et trop coûteux pour un simple honnête amateur et que c’était en dessous de cette barre qu’il fallait chercher ses trésors plutôt qu’au dessus. Bien sûr, j’interprète un peu à ma façon, mais vous n’aurez qu’à lire son billet vous même, si vous causez l’amerloque, pour vous faire une opinion.

Je me disais donc : «Un vin pareil goûté à l’aveugle, si j’étais Parker, je lui ferais franchir le seuil des 90 ! » Je ne croyais pas si bien dire car en tournant et retournant ma bouteille je remarquais une vignette ronde, toute dorée. «Encore une médaille d’or», pensais-je en mon for intérieur.

Où l'on voit par la trace laissée sur l'étiquette que c'était du bon... à 11 euros sur table ! Photo©MichelSmith

Où l’on voit par la trace laissée sur l’étiquette que c’était du bon… à 11 euros sur table ! Photo©MichelSmith

Eh bien non ! En ce cercle doré, un chiffre mystérieux ressortait : «91». Un chiffre rehaussé du nom du fondateur de The Wine Advocate. Mon exemple de ce vin inattendu provenant d’une grosse cave coopérative (celle de Tautavel) noté à 91, au demeurant excellent et pas ruineux, je le répète, prouve que même au-delà de 90 points, et quelque soit le score, d’ailleurs, on peut encore faire des découvertes et se faire plaisir.

Reste ce cercle d’or collé en coin supérieur de l’étiquette avec ce chiffre 91 en évidence. Il rappelle étrangement les médailles d’or en tous genres, et même les médailles de bronze ayant la couleur du vieil or. Elle n’a pas été apposée là gratuitement, cette pastille dorée. D’où cette simple question pour clore le sujet : sans chercher à jouer le moralisateur de service ou le vieux schnock donneur de leçon, on est en droit de se demander comment un type aussi intègre que Robert Parker a pu se laisser entraîner dans une telle embarcation?

Je sais, ce n’est probablement qu’une vulgaire histoire de pognon. Car comment peut-on se lever le matin et se regarder dans la glace en disant : «Ça y est, j’ai vécu ma période héroïque, j’ai prouvé au monde que l’on pouvait être intègre, même en matière de vins. Maintenant, la soixantaine passée, y’a que le fric qui compte. Youppie, la vie est belle ! » Oui, comment un homme sanctifié de par le monde a-il-pu tomber aussi bas ? Même en semi-retraite…

Michel Smith

PS – J’ai aussi trouvé un pur Grenache noir noté 91/100 par Parker sur le site espagnol Uvinumà moins de 5 € le flacon. Les vins pas chers notés 91, ce doit être une nouvelle tendance chez Parker. Histoire de ratisser encore plus large…

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

38 réflexions sur “La gueulante du jour, ou la sournoise dérive d’un Parker…

  1. Malheureusement , au moins chez nous, après qu’un vin reçoit 90+ points de Bob, le prix de €5 le flacon ne dure guère! :-(

  2. Tu veux tirer sur les ambulances maintenant ?

  3. Bref, si je comprends bien, tu n’es pas favorable à un macaron "Bu et recraché par les 5 du Vin".

    Zut, va falloir trouver autre chose! Moi qui comptais devenir riche ;-)))

    Hervé

  4. Assez fatal que le cirque rejoigne le grand Barnum.

  5. Je reste très étonné de cet ajout à l’étiquette n’étant pas certain que le service de contrôle de la Direction des fraudes permette cela, dans la mesure où, lorsqu’un château a voulu mettre le logo du GJE sur une bouteille qui était sortie n° 1 à une session du GJE, ce fut interdit.
    Ensuite, Parker n’a jamais demandé aux cavistes de payer quoique ce soit pour l’utilisation, comme outil de promotion, de ses notes. Là, il semble donc que le nouveau propriétaire le fasse. Ça va jaser un max dans le landernau !
    Quel est le prix demandé pour avoir cette autorisation ?

    • Petit problème d’arithmétique niveau BEPC des années 1970
      Si Le Cirque de Tautavel est à 5 euros prix de vente consommateur, et obtient 91 pts chez Parker, tandis que le Château Margaux 2011 est à 435 Euros en primeur, et obtient 100 chez Parker, quelle est la valeur du point Parker?

  6. Bonjour Michel, deux questions: ces macarons sont-ils imprimés et vendus par le WA ? Le WA demande-t’il de l’argent pour l’exploitation des notes ? Que ce soit macarons ou autres commentaires sur des documents X ou Y ?

  7. Bonne question Louis, on va le demander à la cave de Tautavel. Michel, notre Roussillonnais, tu as un contact?

    Hervé

    • Non, et je ne suis pas très dispo pour le moment…. Toutes ces questions, je les pose dans mon article. Je vais essayé de joindre quelqu’un à la DG de la cave de Tautavel… À +

  8. D’après la direction commerciale de la cave de Tautavel, c’est leur importateur américain, "intime de Monsieur Parker", qui aurait obtenu la faveur de pouvoir apposer cette rondelle dorée. Les directeurs étant absents, je n’ai pu savoir si cet accord était payant ou non. Je contacte de ce pas l’importateur, la société Hand Pick Collection…

  9. Correction votre honneur : il s’agit de la société Hand Picked Collections http://handpickedselections.com/index.htm à qui j’ai adressé le mail suivant :

    Dear Dan Kravitz,
    I have tasted Le Cirque 2011 red and really enjoyed it. The Tautavel commercial office tells me you’re the one that decided to stick a 91 pts Robert Parker gold circle on top of the bottle’s label. I would very much like to learn about this particular sticker which looks like a "médaille d’or" (gold medal), and further more wether this decision included a financial deal of any sort like it is often the case when it comes to a Decanter or a Guide Hachette distinction ? If so, I’d be happy to know the amount of the fee paid to The Wine Advocate for the right to use there name on the bottle, and for how many bottles, as well as for which countries.
    Your answer will be published on our blog : http://les5duVin.wordpress.com which is on line daily in France.
    This is rather urgent. Thanks for your comprehension.
    Sincerely,
    Michel

    Reste à attendre…
    PS Notez cette citation en tête du site de la société : “Kravitz still has a knack for finding good wines at great prices” – Robert Parker, Parker on Wine, BusinessWeek, 8/20 & 27, 2007
    Et j’apprends que Dan est également propriétaire d’un domaine (Cabirau) dans le Roussillon. Le monde est petit, n’est-ce pas ? Et son vin est vinifié ou ? à la coopérative de Tautavel…

  10. Michel – I’m curious to hear Dan’s response. I met him some years ago just after he started his wine import company. He "set up shop" – like many recent wine import companies – near Wash. D.C., presumably so he could have easier access to Mr. Parker and his staff – a savvy move!

  11. Michel, As far as I know — and I’m not a WA subscriber — it’s David Schildknecht who reviews and scores the wines of the Languedoc-Roussillon. He also covers the wines of Germany, Austria, the Loire and the Pacific Northwest. IMHO, it would be nearly impossible to find a more fastidious, hardworking, talented and honest taster.

  12. I’m not discussing the quality of the wine, Jackie. As I said in my article, I just loved it ! What intrigues me is wether RP (or his new owners) is making a side business by selling these "gold medals" or wether it’s just a personal initiative which involves Dan Kravitz.

  13. De Kravitz, j’ai apprécié deux épisodes : Mama Said (1991, année de la Loute) et puis Are you gonna go my way (1993). Bon, beau-beau il n’a jamais été, croisement improbable entre un Russe d’origine juive et une native des Bahamas ! Mais mademoiselle Paradis, au sommet de sa grâce, lui avait pourtant trouvé du charme. Et c’est un bon musicien, en plus d’un excellent instrumentiste. De manière plus privée, et ceci ne nous regarde pas, on lui a aussi prêté Madonna, Nicole Kidman et une top model brésilienne superbe, Melle Lima, comme compagnes. Il les a d’ailleurs rendues.
    Quoi, c’est pas ce Kravitz là ?
    Zut, j’suis encore hors sujet alors …
    This bloody old sideway thinking of mine again!

  14. Vous voulez faire des affaires ? :

    Borsao Tinto : (3.8€ 90pts !!)
    Herencia Altes Garnacha Negra (91pts, 4.99€)
    Vizcarra Senda del Oro (7.6 € 93pts !!!)
    Pannaroz Jumila 5.4€ (91pts),
    Torremoron Tinto (92pts!) 5.5€,
    Vivir Vivir 4.9€ (90pts),
    Azumbre Verdejo (4.99 Aldi 90pts),
    Sel­ec­ción Las Col­li­nas del Ebro (6,99 € Norma 90 Pts),
    Men­gu­ante Gar­nacha Cari­nena Sel­ec­ción (6,99€ Penny Discount 91 pts)
    Drac Màgic (90pts , 5.75€)
    Pagos Familia Langa Castillo de Ayud 7.9€ (91pts),
    Vina Magana Dignus 8.9€ (92pts),

    Tous espagnols, liste très loin de l’exhaustivité, Parker artisan incontestable du succès de l’exportation (oui pas en France, mais partout ailleurs) du vin espagnol en période de crise économique durable. Le prix Nobel de la paix pour Parker (ben quoi on peut bien mélanger business et politique : le business est en train de devenir le seul angle de lecture du monde) !

    (je vous donne les adresses pour commander si vous voulez. Précipitez-vous, des rapports qualité-prix de ce niveau, ça ne laisse pas passer… enfin les ambitieux et les fines-bouches chercheront les 95+ à 12 €)

    salud !

  15. Voici la réponse de Dan Kravitz telle que je viens de la lire sur ma boîte mail ce matin :

    Dear Mr. Smith,

    I am glad you enjoyed the wine.

    I do not know if you are aware of it, but I am a member of Les Vignerons de Tautavel et Vingrau. The Le Cirque wine is produced by them and does not include any of the grapes from my own vineyard. The blend is made by me.

    I was actually approached by the Cooperative and it was at their request, not mine, that the sticker was put on. It would never have occurred to me. We called Robert Parker’s office and asked if it was permissible to put on a sticker as they requested. Parker’s office said that it was OK. No payment of any kind was made or requested. It was my office that talked to the Wine Advocate and I have just confirmed with them that there was no discussion of money at all during the conversation.

    I am copying my marketing manager, Sunil Khanna, who called the Wine Advocate on this matter. You will see his e-mail address and can reply to both of us if you have any further questions.

    Best regards,

    Dan Kravitz

  16. Et moi, je fais comment pour me faire noter par Parker and co.
    Je dois vinifier un peu de vin à la coop. de Tautavel?
    L’autre injustice dans tout ce cirque, oups, est d’être noté ou pas.

  17. Voilà. J’avoue que quand j’ai posé la question hier, je connaissais la réponse à 99% mais la prudence incite toujours à essayer de disposer d’une info sure. C’est donc une bonne chose que Kravitz ait répondu. Evidemment que Robert Parker ne diffuse pas de macarons, évidemment que Robert Parker a toujours eu une attitude "libérale" sur la diffusion de ses notes et de ses commentaires. Vraiment Michel, cela méritait-t’il un papier de plus sur Parker en parlant d’une "sournoise dérive" ?? Je ne vois vraiment pas, du point de vue du WA, ce qu’il y a de sournois dans cette histoire. En l’occurence, s’il y a une dérive, il me semble qu’elle est plus du fait de la cave de Tautavel qui me semble plus concernée par votre phrase "tout est bon pour faire du fric, y compris des points", que le journaliste en question ?… Je me suis déjà exprimé sur le sujet mais je vais le répéter: RP n’est en rien responsable de l’exploitation qui est faite de ses notes. L’ouverture et la tolérance sont souvent pronées dans ce blog, mais quand certains sujets arrivent sur la table, il y a parfois des partis pris qui échappent à la raison. Nous avons tous nos libertés et nos prisons.

    • Louis, veux-tu dire que nous sommes anti-Parker par principe?
      En ce qui me concerne, ce n’est pas le cas. Je n’aime pas son statut de gourou, et je n’ai pas compris ses réactions dans l’affaire Campo-Miller (il aurait mieux fait d’être plus ouvert avec Jim) , mais à part ça, je n’ai rien contre l’homme.

      Hervé

  18. Hervé tu n’es pas le plus virulent c’est vrai, mais je trouve qu’il y a un certain acharnement qui n’est pas mérité. Je ne vais pas me battre pendant 100 ans sur ce sujet et je préfèrerais en parler de vive voix autour d’un verre. Il y a des sujets plus faciles que d’autres à aborder par écrit. Bon WE en tout cas ..

  19. Pardon Louis, mais il me paraissait intéressant de signaler cette étrangeté apposée sur une bouteille. Avouons que ce disque doré ouvre la porte à bien des interprétations. Une chose est claire : désormais, grâce au généreux critique, si j’ai une bonne note de RP sur mon vin, je peux l’afficher en doré sur mon flacon. Sans payer. La vraie question est de savoir si, en tombant sur cette bouteille, tu aurais trouvé cela normal. Bon WE itou.

  20. Moi, je n’ai jamais regardé les articles des 5 du Vin comme "inquisiteurs sur une chasse aux sorcières" – ils sont simplement des journalistes de vin qui veulent présenter les sujets interessants pour la discussion et le débat…..et même quand le sujet s’agit de la possibilité des "activités louches" dan le monde des wine gurus. Qu’il ait raison ou tort, Michel est en droit de chercher la verité quand quelquechose est apparamment suspect…. et il n’y a pas une manque de la conduite suspecte dans l’industrie vinicole (comme toutes les autres industries). Si le co-op Tautavel a eu l’idée à mettre les macarons sur les bouteilles, c’est probablement car ils ont su que M. Kravitz est intime avec M. Parker…louche peut-être, mais pas illégal.

  21. Ok, aurais – je trouvé ça normal ? Je dirais ni normal ni anormal, chacun fait comme il veut et je peux comprendre que certaines caves aient besoin de tous les arguments pour faire bouillir la marmite. Mais alors quid de tous les marchands de vins qui surfent sur la presse? A ceux – là j’ai envie de dire: et si vous faisiez vous-même votre boulot de sélection ? C’est un peu l’essence de votre métier, non?
    C’est vrai que les domaines qui mettent leur presse en avant de manière ostentatoire, ce n’est pas mon truc. Je préfère être apprécié si c’est possible pour ce que je fais au long cours, plus que pour un bon article ou une note.
    Mais accordez au moins à RP qu’il n’est pas responsable de l’exploitation qui est faite de ses articles.
    @Hervé: je propose une bonne bulle pour amener de la légèreté.. Rocher des Violettes chenin pétillant originel de mon cher Xavier Weisskopf, ok ? Quant à la photo sur le post de Marc, ce n’est plus "tu t’es vu quand t’as bu?" mais plutot: "tu t’es vu en cravate?".
    Le deuxième jour, suite à de nombreuses railleries (amicales), je suis revenu à l’accoutrement rustique vigneron du type Philippe Chaume.
    Bon WE. Moi, dimanche je goute des rieslings allemands à Dusseldorf. Miam….

    • Louis, merci de ces commentaires. Dont acte. Sauf que c’est la première fois, à mon très humble avis, que des notes de Parker sont ainsi mises en avant. Passons… Très bon choix pour le Montlouis. J’essaierais bien de me glisser dans la grosse Mercedes d’Hervé… Bon Pro Wein (je suppose) !

  22. C’est la mauvaise influence espagnolasse: j’ai souvent vu ça du côté de Barcelone où l’on a du mal à penser autrement que yankee.

    • Probable… Parker est assez généreux en ce moment avec les vins espagnols de cette catégorie (du pas cher) et une fois de plus ils pourraient nous copier en s’attribuant des médailles d’or parkeurisées ;-) Toujours dans le Minervois ?

      • Oui, nous avons d’ailleurs bu un sublime et exotique trousseau d’amphore à midi qui, finalement, résonnait comme un lointain cousin du cinsault de l’autre jour.
        Pour en revenir au sujet, gros éclats de rire à table hier soir avec un grand vigneron du coin (pas que du coin d’ailleurs) en évoquant la technicité des dégustation de l’Autrichien, sûrement le bonnet d’âne de l’actuelle Parker’s team.

  23. Je suis en charge de la commercialisation à l’export des vins de Tautavel (hors USA).
    J’ai eu l’idée d’apposer une telle étiquette. Parker a validé cela et même designer ladite médaille.

    Pourquoi le faire ? Car sur les marchés émergeant dont j’ai la charge en Asie, un client asiatique considère toujours qu’un AOC est meilleur qu’un VDP et que le prix ne peut être le même.
    Alors que l’on sait bien que cette règle est loin d’être absolue. Avec une faible production à l’hectare, un niveau qualitatif de très bonne tenue et constant, le Cirque sort à un prix difficilement intelligible pour une client asiatique (hormis peut-être les japonais). Car ils ont un vision très hiérarchisé des vins et de leurs prix du fait du manque de culture, d’expérience. J’ajoute que Parker est bien plus populaire pour les consommateurs étrangers que français, cette médaille permet donc d’expliquer le niveau de prix d’un VDP sur certains marchés (même si ce n’est pas ça qui fait le prix du Cirque mais bien le niveau de rendement à l’hectare qui est faible). Cela permet à ce vin de conquérir avec un véritable succès des marchés (notamment un carton au japon cette année) où il n’était pas, de permettre de valoriser le produit et d’assurer ainsi une meilleure rémunération de la coopérative. Qui va s’en plaindre ?

    Il serait bon de s’informer avant d’écrire un tel article, nous ne versons aucun royalties à R.Parker, absolument rien.

    Cordialement,

    Jean

  24. Si vous relisez les coms précédents, vous constaterez que je me suis informé. Certes, a posteriori. Mais avouez que lorsque vous êtes dans un bistrot et que vous buvez avec vos amis 3 ou 4 bouteilles de ce Cirque (génial au passage, relire l’article SVP) peu onéreux et que vous voyez cette "médaille" d’or Parker, vous êtes en droit de vous poser des questions ? Le pire serait de ne pas s’en poser. Le bon côté du pot aux roses c’est de découvrir que tout cela part d’une coopérative du Roussillon (pour une fois qu’on a des idées…) et que Bob, de son côté, est de plus en plus généreux avec les vins en dessous de 5 euros. Tant mieux ! Jean, vous devriez me remercier vu tout ce que j’ai pu consommer comme bouteilles de Cirque grâce à cette médaille !

  25. Tenez, au passage : dîtes moi si vous avez l’exclusivité de la médaille ou si mes amis notés par Parker peuvent aussi en faire la demande ?

    • Michel ,

      Soyez remercié de votre consommation de cirque que je vous souhaite addictive (à consommer avec modération ©) et je note avec plaisir que vous l’avez apprécié comme tous ceux qui ont eu à croiser sa route.

      Je souligne juste qu’un coup de fil à la cave était facile pour vérifier la chose. Se poser la question est légitime, aller chercher l’info, sauf votre respect, l’eut été tout autant.

      Très cordialement,

      Jean

      • Merci de la réponse, Jean. J’ai contacté la cave le jour même, dans l’après-midi, et contacté aussi l’importateur US le même jour. Tous deux ont répondu et j’ai communiquées leurs réponses à mes lecteurs. Alors, peut-être que si j’avais su le pourquoi du comment avant d’écrire mon article le ton de mes question en aurait été affecté. Reste que ce n’est pas le scoop de ma vie, loin de là, mais que je suis content d’avoir montré qu’une fois bien noté par Parker on pouvait le mentionner sur la bouteille, chose que je n’avais jamais remarquée auparavant. J’attends le prochain Cirque avec impatience !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 8 159 autres abonnés