Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Prendre l’avion pour aller manger un homard à La Londe

11 Commentaires

Déguster un homard le soir à La Londe-les-Maures alors que le matin on était encore en Belgique au turbin, c’est princier.

La Londe mars 2013 018

Et puis, peut-on refuser à un excellent vigneron provençal une belle démonstration ?

Simplement pour nous prouver que le rosé s’accorde très bien avec le homard tout simplement préparé. Comme quoi, les choses simples, il y a que ça de vrai.
Les bestioles cuites dans l’instant au court-bouillon, dégustés refroidis (…) avec un petit bol de mayonnaise. On s’en met plein les doigts, on en macule le verre, le rosé en perd presque son éclat. Mais quelle saveur en bouche, quel superbe mélange. Le rosé se fait roi et chevauche le décapode avec grâce sans glisser dans la mayonnaise.

???????????????????????????????

La soirée se passait chez Alain Combard qui mena jusqu’à il y a peu le domaine Saint André de Figuière, aujourd’hui, ses enfants ont repris le flambeau. Certes toujours actif au sein de l’entreprise, il a commencé à lever le pied pour se consacrer de temps à autre à la cuisine des fauves maritimes. Le homard, ça pince, mais que ne ferait-on pour montrer la pertinence de son propos et sans conteste, il faut admettre que le rosé de La Londe trouve dans le crustacé un partenaire de choix.

 ???????????????????????????????

 

Confidentiel rosé 2012 La Londe St André de Figuière

Saumon pâle, il étale ses saveurs d’abricot, de melon jaune, ses épices douces, curcuma, un rien de gingembre, parfument le décapode. Puis, l’envolée nous fascine, minérale et puissante, elle emporte l’animal, le fleurit de lavande, le comble de fruits, souligne son iode d’un zeste de mandarine et annihile la mayonnaise pour n’en garder qu’une pointe de poivre.

Un assemblage de 40% de Mourvèdre, 30% de Cinsault et 30% de Grenache.

La cuvée haut de gamme du domaine issue d’une sélection des premiers jus.

www.figuiere-provence.com

 ???????????????????????????????

Nous ne soupions pas qu’à deux ! Hormis Gaby, la charmante épouse d’Alain, un autre couple de vignerons était admis à l’holocauste gourmand, les Portal. Ils mènent le Château Tour Saint honoré dont je n’avais jamais entendu parler. Une lacune ! Une belle découverte et dans les trois couleurs en plus !

 

Sixtine rosé 2012 Château Tour Saint Honoré

Rose saumoné éclatant, il est tout le contraire du précédent. Sa structure droite s’enrobe de sauce avant d’aborder le crustacé. Leur dialogue s’entame sur les herbes aromatiques, trois brins de romarin et de thym vous iraient très bien. Puis de fruits, deux groseilles à la place des yeux seraient fabuleux et des framboises entre les pattes, ça nous épatent. Le vin apporte une fraîcheur sans cesse renouvelée aux accents citronnés et prolonge l’extase buccale.

La cuvée assemble 35% de Grenache, 30% de Mourvèdre, 28% de Vermentino, 15% de Cinsault et 2% de Syrah. Cinq mois d’élevage sur lies fines.

www.chateautoursthonore.fr

Tout se paie

Cette soirée conviviale n’était qu’un interlude charmant avant la reprise du travail. Le lendemain, près de 60 flacons bien emmaillotés m’attendaient. Blancs, rosés, rouges, tous de La Londe, c’était le but du boulot, se sont faits jauger par mes papilles certes encore émoustillées par les antennes du « prince des mers »…

L’objectif ? Une sélection pour IVV comme cela se voit sur les étuis de papier en vue d’un dossier accords vins et mets. À paraître incessamment et vivement conseillé…

 La Londe mars 2013 051

La récompense

Quant au large se découpe l’île de Porquerolles, l’envie d’une balade avant de remonter vers la grisaille nordique se fait insistante.

 ???????????????????????????????

Premier point de vue au Château du Galoupet en plein travaux. Le vignoble d’un seul tenant arpente les coteaux et dominent la mer et les salines.

Une cuvée Tibur qui avoue presque 100% de Tibouren. Un cépage fragile dédié au rosé qui parfois se décolore lors de l’élevage. Le 2010 en est un exemple surprenant, il est tout doré sans la moindre nuance rose. C’est pourquoi il est vendu en bouteille colorée fermée d’une capsule à vis. Étonnant de présence.

???????????????????????????????

Dans le même style particulier, un effervescent, L’Exception, fait de Rolle et de Tibouren, à la bulle fine et nacrée.

www.galoupet.com

L’effervescence commence à se multiplier à La Londe, bouillonnement rosé bien agréable déjà dégusté la veille chez Alain, St André de Figuière élabore Atmosphère, Grenache Cinsault en méthode traditionnelle.

 La Londe mars 2013 010

Ensuite, plus proche de l’onde, le Château Léoube et son vignoble entouré de pinède qui tombe dans la méditerranée. Pas à dire, mais quand la côte varoise préservée reste un must de beauté.

???????????????????????????????

Les vins de ce domaine ont la particularité de ne pas faire la malo, c’est particulier, mais cela les rend peut-être plus complexes. La Provence, ce n’est pas que rosé, un rouge pour terminer.

Les Forts de Léoube rouge 2009

aérien, seul, il est un peu rustre, mais bien accompagné, il se révèle un compagnon des plus agréables de l’anchoïade ou la tapenade qu’il tutoie avec aisance, mais quand il rencontre les légumes grillés, il exulte, le tian lui va comme un gant. Il apporte une structure nouvelle au plat, le rend fruité, plus épicé. Un rouge de repas, tendre avec du caractère.

www.chateauleoube.com

???????????????????????????????

Des images plein les yeux, je ne me suis pas tout de suite aperçu qu’à mon arrivée sur le quai, il gelait.

Ciao

MarcDSC_9639

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

11 réflexions sur “Prendre l’avion pour aller manger un homard à La Londe

  1. Joli papier qui donne envie – même si je ne suis pas très homard.

  2. Marc, il y a 3 ans, l’excellent Dirk Minny (Les Brigittines, à la Chapelle) avait préparé un menu autour des vins du domaine. En entrée, il avait concocté des noix de ris de veau poêlées, accompagnées d’écrevisses dans une courte nage à l’estragon. On avait bu le rosé (pressurage direct de syrah sur schiste + un poil de macabeu) en accompagnement, et cela va un peu dans le sens de ce que tu décris. De plus en plus de vignerons s’essaient à des « rosés de gastronomie » en opposition aux « rosés de piscine ou de BBQ ».
    Quand c’est Chirac qui occupait Bregançon, il aimait à se faire tirer le portrait … et d’autres zones anatomiques, par les paparazzi entourant la haie du parc, alors qu’il commençait à s’éveiller sur les terrasses de ce domaine de la république. M. Sarkozi, on ne le voyait pas car sa petite taille le dissimulait derrière les frondaisons. Est-ce que toi tu as pu immortaliser un quelconque détail du corps sculptural de M. Hollande ? Je suis prêt à parier qu’on ne boit jamais de vin de Fronton par là ; en tout cas, jamais du Château de Cahuzac !

    • Ah les rosés de Fronton, sympas mais plus sauvages, et alors d’une couleur totalement en décalage par rapport aux provençaux, mais c’est bien comme ça, sauf qu’il faut les expliquer quand par hasard ils tombent sur des consommateurs non avertis de rosés aussi carminés. Quand aux accords, je les voie plus avec des choses terrestres que maritimes.

    • On aurait du mal à en boire à Fronton, Léon, vu que Cahuzac-sur-Vere est un des fiefs du Gaillacois. Avec un bon restau à la clé : La Falaise. Et des vignerons de ouf à revoir, comme la famille Plageoles…

      • Mon bon Forgeron, comme Giscard, tu ne vieillis pas !
        Mais comme lui, tu vas trop vite pour donner des leçons. Est-ce que, toi aussi, tu aurais fréquenté une princesse, par hasard ? Je connais Cahuzac-sur-Vère comme ma poche et ai bu un Mauzac des Plageoles père et fils pas plus tard que la semaine passée, en décryptant le dernier album de David Bowie.
        MAIS, car il y a un mais : http://aoc-vin-fronton.hautetfort.com/chateau-cahuzac/
        Qui c’est qui a raison ?

  3. Marc, tu n’es pas un bon camarade : tu aurais pu me prévenir car j’adore la cuisine des Combard. Et puis j’ai ma chambre sur place et le golf tout à côté. Faut vraiment que j’prenne ma retraite…

  4. Marc,
    merci pour les commentaires de belles signatures.A bientot chez Pirard.
    Michel
    A tonbon coeur ,tu est invite permanent dans notre nouvelle cabane.

    A bientot,

    Gaby Alain.

  5. Bonjour et merci pour ce billet sur notre domaine et notre Forts de Léoube 2009. Juste une petite correction, tous les vins du Château Léoube font leur malo naturellement et c’est ça qui fait la différence.

  6. Pingback: #Carignan Story # 231 : Discrétion absolue… | Les 5 du Vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 424 autres abonnés