Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Les Muscadets avec les autres

7 Commentaires

Il y a des bonnes idées qui sont parfois mal exploités. Prenons le cas du caviste Yves Legrand, également marathonien, triathlète, Iron Man, et plus encore à 66 ans, mais aussi vigneron, vendeur et buveur de vin, basé à Issy-les Moulineaux. Ulcéré pas le bas prix et la renommé sinistrée des vins de Muscadet, cet homme s’est mis en tête d’aider les meilleurs vins de cette appellation en grande difficulté à se vendre à leur juste prix, c’est à dire au niveau des bons vins blancs d’ailleurs. Et il a proposé une opération de promotion formidable auprès de tous les cavistes de France qui a capoté par la bêtise de quelques administratifs hors contact avec le terrain. Passons!

Car Yves Legrand a eu une autre très bonne idée : confronter une sélection de bons vins de Muscadet à quelques bons vins blancs d’autres régions de France, à l’aveugle et avec avec un jury de journalistes. Jeudi 18 avril j’ai donc pu participer à une dégustation de 17 vins blancs, dont 7 Muscadets. Les vins étaient issu de différents millésimes et tous vendus par Yves dans ses boutiques, sauf 6 des 7 Muscadets. Les prix variaient de 8 euros à 100 euros, avec les 7 Muscadets occupant le créneau bas, entre 8 et 13,50. Tous les vins étaient mis en carafe à bonne température identique, numérotés, et les dégustateurs fixés sur deux objectifs : (1) Noter son plaisir sur 20 et (2) Indiquer le prix que nous pensions mettre sur chaque vin dans le commerce.

Muscadet 1

Les dégustateurs au travail dans les belles caves en craie du Chemin des Vignes, à Issy-les-Moulineaux (photo David Cobbold)
 

Nous ne savions rien de l’origine des autres vins, et le but, bien souligné par Yves, n’étaient pas de dire que le Muscadet écrase tout, ou bien le contraire, mais simplement de donner sa chance à ces vins dans un univers concurrentiel large et ouvert. On l’a découvert pour certains vins pendant le dégustation, pour d’autres après : cet univers (hors Muscadet) était aussi large sur le plan géographique, allant de L’Alsace au Roussillon en passant par la Bourgogne et la Loire que sur celui des prix (10 à 100 euros) ou même de l’âge des vins (1985 à 2011).

Muscadet 2

L’alignement des 17 vins, après la dégustation et devant le vignoble du Chemin des Vignes, dont le vin était présent et n’a pas démérité : numéro 9, au milieu (photo David Cobbold)

Deux ou trois généralités me semble significatives à la suite de cette belle expérience. D’abord il n’est pas toujours facile de reconnaître un Muscadet à l’aveugle dans ce type de dégustation. Tel n’était pas le but de l’opération, mais je n’ai pu identifier à l’aveugle que 4 sur les 7. Ensuite, comme mes collègues, j’ai systématiquement sur-évalué les Muscadets servis, ce qui indique déjà quelque chose. Enfin un des Muscadets a reçu la meilleur note de tous les vins de la séance, et ce vin ne vaut que 8,50 euros. Dans les notes moyennes, le Muscadet Sèvres et Maine 1999 de Château du Coing de Saint Fiacre, de Chéreau-Gunther a battu, de peu, le Bourgogne 2009 du Domaine Leflaive (qui vaut plus de 3 fois son prix) et la Grande Cuvée du Domaine de l’Hortus (qui en vaut plus que le double).

Muscadet 3

Mes 5 Muscadets préférés (photo David Cobbold)

Mon petit hit parade perso était :

15,5/20). Bourgogne Domaine Leflaive 2009

15,5/20). Domaine de l’Hortus Grande Cuvée  2010

15/20). Muscadet Domaine de l’Ecu 2005 expression de Granit

15/20). Pessac Leogan, Château de Fieuzal 1985

15/20). Muscadet Sèvre et Maine, Clos du Bon Curé 1999

15/20). Vouvray Clos de la Bretonnière 2011, (Jacky Blot)

15/20). Muscadet Côtes de Grand Lieu, Domaine de l’Aujardière 2003,

Muscadet 4

Deux de mes vins préféres, Muscadets tous les deux (photo David Cobbold)

Muscadet 5

Ce qui signifie une fourchette de prix allant de 8,60 euros à 100 euros pour des vins qui m’ont donné autant de plaisir !

Que conclure ? Qu’il est maintenant évident pour moi, comme pour tous les autres participants à cet exercice,  que les bons vins de Muscadet sont du niveau d’autres bons vins blancs de France de partout. Et qu’ils méritent d’être vendu un peu plus cher que n’est le cas actuellement, de l’ordre de 10 à 15% au moins, selon le cas.

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

7 réflexions sur “Les Muscadets avec les autres

  1. David, voilà une excellente démonstration de la qualité de certains Muscadet. Et encore, tu as eu là que quelques représentants de cette nouvelle vague qui depuis une décennie essaie de sortir la tête de l’eau. C’est normal donc que je sois de ton avis quant à ta conclusion. Et merci à Yves Legrand de continuer le combat. J’ajouterai même qu’il y a de TRÈS GRANDS muscadets et que je l’ai dit maintes fois ici et ailleurs…. Mais j’ai comme l’impression que l’on prêche dans le désert… En tout cas, bravo !

  2. Un combat n’est jamais perdu. C’est un joli coup qui fait progresser le muscadet vers la lumière. C’est aussi un bel encouragement pour tous les vignerons qui résistent et qui y croient. Le net n’est pas le désert alors continuons de prêcher.
    Je dois être le "bête administratif" ! sans rancune car l’intérêt du muscadet est suprême ; je m’y livre corps et âme et je suis sur le terrain tous les jours. Mais passons…

  3. Comme quoi, il ne faut pas hésiter à partager, pour faire reconnaître la qualité de ceux qui se retrouvent oubliés!
    Je partage abondamment!

  4. Belle initiative, même si évidemment elle a les limite que vous lui donnez, il ne faut guère voir plus loin. Les Muscadets, travaillés proprement, sont pour moi potentiellement de très grands vins de terroirs (je pense aux granit de Clisson par exemple), idéaux en gastronomie.

  5. Je pense que des gens comme vous, et comme Yves Legrand, méritent un coup de chapeau pour leur combat, aussi discret que hônnête et désintéressé. Oui, il y a des grands vins à Muscadet. Et comment en serait-il autrement, comme une peu partout ? Le travail des hommes étant aussi variable dans sa rigueur et son inspiration, là comme ailleurs. On peut mettre cela sur le compte du terroir si on veut, il il est indéniable qu’il joue un rôle essentiel. Mais il ne vaut pas grande chose dans le bilan final sans le travail et la volonté de l’homme. Ce sont ces producteurs-là, et d’autres, qu’il faut féliciter et louer, pas la roche qui ne peut pas bénéficier de vos louages.

  6. et le muscadet vieilli très bien, je le constate avec un 2003 de Michel Bregeon (à la retraite) sur la commune de Gorges,, les grands muscadet se font entre le clocher de Saint Fiacre et celui de Gorges disait le père Biré (vigneron de Gorges) il y a 40 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 8 159 autres abonnés