Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

#Carignan Story # 168 : à boire en été, jusqu’à la Saint-André…

C’est un Coteaux de Bessilles 2012. Un peu rustique, soit, j’en conviens, et goûté à l’emporte-pièce, je l’avoue, après une matinée de dégustations et un après-midi de practice de golf lors des journées Millésimes en Languedoc organisées au Château des Carrasses, entre Narbonne et Béziers,  par Clair de Lune, une agence de RP très active dans le Sud… Cette soirée, sorte de soirée de clôture, était consacrée aux IGP et, bien entendu, la plupart des participants avaient préférés leurs merlots, syrahs & co sous prétexte qu’évidemment un pur Carignan ne pouvait que gâcher la fête et ne pas intéresser les nombreux journalistes internationaux présents.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bruno Peyre, Clos des Clapisses. Photo©MichelSmith

Seul mon pote Bruno Peyre, du Clos des Clapisses, malicieux comme à son habitude, avait osé présenter son Carignan, non pas en rouge, mais en blanc et en rosé. Bien joué le Bruno ! Comme par hasard son stand, si on peut appeler une table un stand, était dévalisé par des journalistes chinois ou danois dont la curiosité avait été aiguisée par la belle acidité du Carignan. Ne souhaitant pas faire un énième papier sur un énergumène pour qui mon cépage chéri est adulé, j’ai cherché désespérément ailleurs, du Carignan, du bon et du vrai, du rouge quoi. C’est alors que j’ai rencontré Jean-Louis Reffle, lequel avait mis sa plus belle chemise pour l’occasion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jean-Louis Reffle, Directeur de la cave de Montagnac. Photo©MichelSmith

Directeur de la cave coopérative de Montagnac, dont j’avais apprécié quelques jours avant un bon Picpoul de Pinet, Jean-Louis m’a présenté sans attendre sa bouteille « de base », une cuvée bien carignanisée (à 80%, le reste en grenache), le fameux Coteaux de Bessilles cité plus haut, IGP un peu oubliée à mes yeux dans la mesure où je n’avais pas souvenance d’en avoir goûté depuis des lustres. Oh, à 3,50 € départ cave, tiré à 120.000 bouteilles, il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’extraordinaire. Le « Saint-André », puisque tel est son nom, est un vin facile et léger, sans trop d’aspérités et très « coulant », qui se laisse boire sans souci comme on dit maintenant et que j’ai bu sans me plaindre sur la grillade de saumon, plat typiquement languedocien s’il en est.

Le Saint-André. Photo©MichelSmith

Le Saint-André. Photo©MichelSmith

Bon, comme je suis de bonne humeur, je ne vais pas insister sur l’originalité d’un tel mets parfaitement ancré dans la gastronomie locale (pas même un petit pâté de Pézenas à se mettre sous la dent !) qui montre que, lorsqu’il s’agit d’impressionner la presse internationale, nos édiles viticoles manquent souvent d’idées et de savoir-faire. De ce côté-là, Sud de France et consorts ont encore bien des progrès à réaliser… Ne titrant que 12,5°, fait à partir de vignes de Carignan d’un âge respectable (50/60 ans) vendangées à la machine, vinifié à chaud après une macération de 8 à 12 h, mon petit « Saint-André » fait partie de ces vins du Midi peu glorieux et pourtant attachants que l’on prend plaisir à vider de temps en temps, surtout quand vient l’été et que vos amis vous ont autorisé à le servir frais ! Je conseille donc de le boire lors d’une grillade ou d’un pique-nique d’ici la Saint-André (30 Novembre), avant que l’hiver ne fasse des siennes.

Sur la terrasse du Château des Carrasses. Photo©MichelSmith

Dégustation sur la terrasse du Château des Carrasses. Photo©MichelSmith

Au fait, si d’aventure vous passez par là cet été, non loin de Pézenas, profitez-en pour vous balader sur le circuit balisé par la cave où s’exposent de nombreuses statues de pierre représentant des scènes et des personnages liés au vin

Michel Smith

PS Un savoureux cadeau au passage : ce joli texte de Vincent Pousson un confrère carignophage dont le blog me réjouit toujours, un texte sur un personnage habitué de nos pages, j’ai nommé Léon Luc Charlier dont la cuvée « La Loute » est ici encensée à juste titre. Il s’agit-là d’un Carignan de garde dont je vous ai déjà causé dans cette rubrique. Et puis, rien ne vous empêche de visiter le blog de ce personnage hors du commun qui parle de tout et de n’importe quoi, mais qui adore s’emporter pour un oui, comme pour un non.

Bonne lecture !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 199 autres abonnés