Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Oh, les bourges, on se bouge ?

6 Commentaires

Vrai ça ! Du Médoc capitale Pauillac au Libournais capitale Saint-et-Millions, le Mondovino (deux expressions facilement employées par mon ami Vincent Pousson) n’a de mots que pour les Crus Classés au point de nous casser les oreilles. Or, ce n’est pas logique. En effet, il m’apparaît par je ne sais quel éclair tombé du ciel que, depuis quelques années, lorsqu’ils ont cherché face à la presse agenouillée à s’acheter une conduite syndicale affichant force bonnes manières et intégrité en même temps qu’un jeu limite grand show, notre chère, noble et illustre confrérie des Crus Bourgeois a disparue de la scène médiatique. Côté communication, les bourges du Bordelais, du moins ceux du Médoc, me semblent dangereusement en sommeil. Seraient-ils en manque d’inspiration ? En recherche désespérée d’une bonne attachée de presse ? Ou bien se mettraient-ils volontairement en mode discrétion absolue pour éviter les questions qui fâchent ? Éviter de reparler de procédures judiciaires par exemple lancées au lendemain de leur magistrale réforme de 2010. Dommage, car on aimerait bien – moi en tout cas, puisqu’ils ont fait partie de mon apprentissage  – en savoir plus sur leur devenir. Où en sont -ils ? Que font ils ?

Bon d’accord, il est vrai que, coutumier du fait, j’affirme des choses en vrac, sans savoir. Vrai aussi que cela doit faire une éternité que je n’ai franchi la porte d’un chai médocain fut-il Bourgeois. C’est un fait : je n’ai pas lu toute la presse du vin ces temps-ci et on va dire que je suis en retard d’une guerre chose que je comprends vu que je ne peux plus me payer d’abonnements à la RVF, Vignerons, Terre de Vins ou au Wine Spec et que même, ô sacrilège !, dans un souci bien légitime de vouloir protéger mon pauvre portefeuille, j’ai omis de renouveler ma cotisation au plus vaillant des magazines du vin, j’ai nommé le très respectable Rouge et le Blanc, lequel ne dit que ce qu’il pense sans se laisser influencer par l’ogre publicitaire qui fait marcher au pas la langue de bois à défaut de celle de Molière ou du journalisme.

logo_cru_bourgeois

Non mais, enfin quoi, qu’est-ce que ça peut bien signifier ce silence radio ? Communiquez les bourges ! C’est le peuple du vin qui le réclame quand bien même je sais pertinemment qu’il n’en a rien à foutre. Vite, ou sinon vous allez sombrer dans l’oubli ! N’y a-t-il plus d’émetteurs côté Médoc ? Serait-ce le calme plat vers l’estuaire ? Nos vignes-trotteurs Bettane & Desseauve ne courent-ils plus le célèbre marathon ? Ça leur ferait pourtant grand bien … (mes excuses les gars, mais faut penser à l’âge et la retraite qui vous guette !). Quant à Bob, soit, je veux bien admettre qu’il ait pu changer son fusil d’épaule en se concentrant sur la revalorisation des « petits » vins à moins de 10 $ tout en se gargarisant avec des grands crus à 200 $ minimum, mais enfin, que fait-il ? Ou alors, que font ses adjoints ? Pourquoi ne vont-ils pas enquêter sur cette extraordinaire source vineuse que le monde entier nous envie, les Crus Bourgeois ?

images

Comment faire pour ne plus cautionner notre Brel national (bien que Belge) qui chantait haut et fort : « Les Bourgeois (remarquez mon « B » majuscule…), c’est comme les cochons plus ça devient vieux plus ça devient… » ? Je vous fais grâce du dernier mot qui pourrait être mal interprété par les temps qui courent et du non-dit qui suit encore plus impubliable. J’ai cherché sur Google avec ces mots : « Crus Bourgeois du nouveau ? » et les premiers articles arrivant en tête datent de 2010. Bon c’est vrai qu’en septembre et octobre 2012, la RVF et Le Point ont évoqué le classement annuel. Dans ce cas, serais-je un petit peu trop impatient ? Qui sait, après tout il se pourrait bien qu’on en reparle dans un petit mois ? Il est vrai que, pour la RVF en tout cas, il ne s’agissait pas d’un véritable article de fond. Plus un truc que l’on met sur un site en mal d’action au cas ou quelqu’un oserait aborder le sujet. Comme une nécro prête à l’emploi au Monde en quelque sorte. C’est pourquoi je vous recommande plutôt la lecture de l’article de Jacques Dupont qui évoque le classement pour le millésime 2010 et qui raconte fort bien la manière dont les choses fonctionnent. Mais depuis, plus rien. Silence radio, ou pas grand chose, sur cette « alliance » composée de 260 châteaux intègres… Allez, on va faire un petit test : lequel parmi vous serait capable de me citer de tête au moins trois noms de châteaux apparaissant pour la première fois en 2010 dans le « classement » (devrais-je dire « dans la liste » puisqu’ils ne sont classés qu’alphabétiquement ?) des Crus Bourgeois ? Et qui serait en mesure sans tricher de me citer le nom du grand vainqueur de la Coupe des Crus Bourgeois 2013 toujours vaillamment organisée par Le Point ? Allez, pour ce dernier je vous aide, c’est ici.

Mis à part cet « événement » qui doit faire à chaque fois la « une » de la presse locale, on a vraiment une impression d’immobilisme chez les Bourgeois. Par curiosité (malsaine, cela va de soi), j’ai consulté au passage la liste des membres du Jury de la Coupe. Il y a des gens bien de tous les horizons, y compris un Master of Wine, un vrai, et la charmante Suzanne Methé de L’Amateur, magazine qui semble pourtant avoir fermé ses portes depuis plusieurs mois. On va dire qu’avec l’âge je deviens aigri ou jaloux, mais dans cette honorable liste, je ne vois pas un seul membre de l’équipe des 5 du Vin ! Pourtant, je jurerais volontiers que Hervé et (ou) David y auraient leur place vu qu’ils participent à de nombreux concours. Pour ce qui est de mon auguste personne, je ne recule pas devant l’obstacle qui consisterait à me frotter au monde bourgeois du Médoc. Tiens, au passage, il y a plus de 20 ans, certains châteaux dans les Côtes de Bourg, le Sauternais et les Graves entendaient revendiquer le terme de « Cru Bourgeois ». Qu’en est-il aujourd’hui ?

etiquette2dvins2dchateau2dbehere2dmedoc2dpauillac2dcru2dartisan

Pas grave tout ça, me direz-vous. On se consolera peut-être avec les Crus Artisans. Ça te dirait bien ça Hervé, non ? Quoi ? Qu’est-ce encore ? Un hochet de plus pour médocains oubliés, pour vignerons du bas de l’échelle ? Un classement pour les exclus et les pauvres de la presqu’île ? Allons, allons, trêve de persiflage master Smith. Les Crus Artisans existent bel et bien. Ce n’est ni plus ni moins qu’une association qui rassemble une quarantaine de domaines obéissant à certaines règles en partie détaillées ici même encore et toujours sous la plume experte de Jacques Dupont. Leurs vins sont bien plus abordables que ceux de la bande des Bourgeois ou ceux de l’aristocratie locale dite des « classés », même si certains de ces Crus Artisans commercialisent autour de 40 € le flacon, notoriété oblige. À l’instar de Château Béhèré, sur Pauillac , lequel a d’ailleurs été repris il y a peu, faute de successeur par, je vous le donne en mile, non pas par un russe ou un chinois, mais par un cinquième Cru Classé, le Château Pédesclaux. D’ailleurs, cela ne me surprendrait pas qu’un jour Béhèré fasse son entrée dans le monde des Bourgeois tant il est vrai que, dans le Médoc, on échappe rarement à son destin.

Michel Smith

PS- À titre personnel, et pour ceux que cela intéresserait, je vous donne la liste dans le désordre de quelques uns de mes Bourgeois préférés :

-Bel Air, Belle Vue, Charmail, Lousteauneuf, Les Ormes Sorbet, Paloumey, Meyre, Peyrabon, La Tour Haut Caussan, La Tour de Mons, La Tour de By, Villegeorge, etc. Mais il est vrai que  j’aime aussi Sociando-Mallet, Gloria, Poujeaux et Chasse Spleen qui ne sont ni classés « grand cru », ni « bourgeois », enfin si j ne me trompe pas dans mes gammes…

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

6 réflexions sur “Oh, les bourges, on se bouge ?

  1. Beaucoup de doutes sur l’impact que peut avoir ce classement particulièrement volatil des « bourgeois ». L’impact sur les ventes est plus le fait de promotion (coûteuse, certes) des domaines eux-mêmes ou des Guides comme le Hachette ou autre. Même le classement des st-émilions, chose importante pour la valeur des terres, n’a pas un impact certain sur le consommateur. Cherchez le prix moyen de sortie des crus appartenant à cette noble classification : la surprise est là ! L’amateur consulte bien plus des sites ou des blogs comme le vôtre plutôt que le site de ces « bourgeois ». L’information que veulent les gens doit être courte, précise, argumentée aux dépens de listes trop longues où on ne sait plus que choisir. Fact of life. Conséquence de l’internet.

    • François, je pense que nous sommes d’accord : ce que je déplore en allant sur le site des Bourgeois, c’est qu’en dehors d’une liste même pas interactive (en tout cas pour ce qui me concerne, je n’ai pu cliquer sur des domaines qui m’intéressent), il n’y a rien, ou pas grand chose. Les Crus Bourgeois existent mais ne vivent pas. Mais c’est vrai que ça n’empêche pas le monde de tourner…

  2. Michel, puisque vous appréciez l’absence de pub dans le rouge et le blanc (ce en quoi je vous rejoins à 100%), j’en conclus que vous avez le même jugement bienveillant à l’égard du Wine Advocate qui n’en contient pas non plus ?
    Aussi, une question : après avoir souvent affirmé des choses en vrac, quand allez-vous affirmer des choses en bouteilles ??
    hu hu hu.

  3. Louis, je ne serai pas aussi bienveillant : le Wine Advocate est assez indigeste à lire. Quant aux « choses » en bouteilles, cela est fait depuis 4 millésimes et vous en aurez un avant-goût (arrière aussi, je l’espère) si vous passez par les bas-quartiers de Perpignan ou si moi-même je revisite Gigondas. En échange je goûterais volontiers votre production « en vrac ».

  4. Hasard qui n’en est pas un (je m’en doutais !), le jour même où je publie cet article, les Crus Bourgeois se manifestent avec le communiqué de presse que je publie in extenso ci dessous :

    Veuillez trouver ci-dessous et en pièce jointe un communiqué de presse concernant la mise en avant des Crus Bourgeois du Médoc de la nouvelle Sélection Officielle en vue de son lancement le 17 septembre, pendant la période des Foires aux vins et facilement repérables dans les rayons grâce au sticker « Cru Bourgeois » apposé sur toutes les bouteilles mises sur le marché.

    Vous en souhaitant bonne réception,

    Bien à vous.

    L’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc

    Alliance des Crus Bourgeois du Médoc
    12 rue d’Enghien – 33 000 BORDEAUX
    Tél. : 33 (0)5 56 79 04 11 – Fax : 33 (0)5 56 79 32 73
    alliance@crus-bourgeois.comhttp://www.crus-bourgeois.com

    Un sticker interactif pour garantir la qualité des Crus Bourgeois du Médoc !

    Désormais et à partir du millésime 2010, un nouveau sticker apposé sur toutes les bouteilles de Crus Bourgeois du Médoc, va faire sa 1ère apparition dans les rayons et les restaurants. Il devrait faciliter le choix des consommateurs qui recherchent la qualité à prix abordable en Bordeaux. Le fruit d’une démarche exemplaire entreprise depuis 5 ans.

    Une caution et un outil pour guider les consommateurs de Bordeaux dans leurs choix

    Le sticker « Cru Bourgeois » est apposé, depuis le millésime 2010, uniquement sur les vins qui ont remporté avec succès les étapes d’une démarche de qualité exigeante et indépendante, pilotée par l’organisme de contrôle Bureau Veritas.

    Pour Frédéric de Luze, président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc, « Cette mention valorisante avec un contrôle aussi poussé est une initiative unique au monde à ce niveau de production ».

    8 AOC médocaines (Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe) sont engagées dans ce processus qui, chaque année, examine l’éligibilité du millésime vendangé 2 ans auparavant. Ainsi, en 2012, quelque 260 Crus Bourgeois ont été sélectionnés pour le millésime 2010, représentant 38% de la production du Médoc.

    Infalsifiable, ce sticker est composé de 4 éléments :
    – Le logo des Crus Bourgeois du Médoc,
    – Un code sécurisé, unique pour chaque bouteille et authentifiant l’origine,
    – Un QRcode permettant un accès direct aux informations du château (terroir, cépages, superficie, activités oenotouristiques, …),
    – L’adresse du site (www.crus-bourgeois.com) pour ceux qui préfèrent y accéder depuis leur ordinateur.

    Une garantie de qualité… sans grande variation de prix
    Alors que les prix des grands crus de Bordeaux connaissent des variations parfois spectaculaires, ceux des Crus Bourgeois se caractérisent par une amplitude et une variation très faibles.
    Ainsi, on peut constater que la gamme de prix des Crus Bourgeois du Médoc se situe généralement entre 8 et 30€. Un niveau de prix très sage pour accéder à des Bordeaux dont la qualité est vérifiée chaque année.

    2010, un millésime splendide
    Avec une climatologie très favorable et des vendanges qui se sont déroulées dans d’excellentes conditions, ce millésime s’est révélé à Bordeaux et particulièrement dans le Médoc, comme un grand millésime, classique, pouvant être dégusté dès aujourd’hui mais ayant toutes les caractéristiques d’un grand vin de garde.

    2011, le NOUVEAU millésime
    Le lancement officiel des Crus Bourgeois du Médoc 2011 aura lieu mi-septembre. Les consommateurs pourront profiter des Foires aux Vins pour les découvrir en exclusivité. Certains Crus Bourgeois du Médoc profitent de ce rendez-vous commercial pour mettre leurs vins sur le marché.

    Vous avez dit « Bourgeois » ?
    La mention traditionnelle « Cru Bourgeois » dont les origines remontent au Moyen-Âge fait référence aux habitants du bourg de Bordeaux : à partir du XVème siècle, enrichis par leurs activités de commerce international, les « Bourgeois » se rendent acquéreurs des meilleures terres viticoles de Bordeaux, qui sont bientôt appelées les « Crus des Bourgeois » puis « Crus Bourgeois ». Le terme a depuis servi de référence qualitative dans les échanges commerciaux.
    Cette mention est aujourd’hui assortie d’une démarche qualitative très rigoureuse, homologuée en 2009 par les pouvoirs publics.

    A propos
    L’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc est le prolongement de l’ancien Syndicat des Crus Bourgeois du Médoc créé en 1962.Elle a pour objet l’étude et la défense des intérêts des propriétaires et exploitants des Crus Bourgeois du Médoc ainsi que leur promotion. Elle concerne 8 appellations prestigieuses du Médoc : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Saint-Julien, Pauillac, Saint-Estèphe.
    Résultats des sélections officielles précédentes : pour le millésime 2008, 243 châteaux Crus Bourgeois du Médoc, pour 2009 : 246 châteaux et 2010 : 260.
    La sélection officielle du millésime 2011 sera annoncée le 17 septembre 2013.

  5. Bonjour à tous,
    Je viens de découvrir ce site sur internet. Deux jeunes français ont monté un concept entre art et vin. Ca m’a l’air assez intéréssant! Ils produisent eux memes leurs vins et collent une reproduction (assez bien faite) d’un très grand artiste franco chinois dessus. D’après ce que j’ai comprit, ils font le pont entre art et vin, est et west, culture française et chinoise, d’où le nom de la boite Pont des Arts.
    Je vous laisse regarder le site si vous en avez envie!
    Bonne journée,

    http://pontdesarts-wine.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 844 autres abonnés