Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 188 : Dans la langue de Thongue…

2 Commentaires

On ne saurait être plus dans le vif du sujet puisque la chose est affichée clairement sur l’étiquette de la « bordelaise » du Domaine Bonian : cette IGP Côtes de Thongue d’Alain Almes, vigneron à Pouzolles, au nord ouest de Pézenas, est un pur et même archi pur « Carignan Vieilles Vignes ». Mieux encore, sur la « contre » de ce 2010, on apprend que la Carignan noir est vendangé en caissettes et que les grappes entières font l’objet d’une macération carbonique de 18 jours, le temps d’extraire tout le nécessaire. Voilà ce que j’appelle de l’information avec un grand « i ». Au moins l’amateur sait ce qu’il achète !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré cela, j’avais des doutes. Doutes très vite balayés. Car en dépit de son rendement (40 hl/ha) que l’on est en droit de juger comme confortable pour une vision qualitative du Carignan en Languedoc, ce rouge a une indéniable présence en matière tannique. On l’aimerait un peu plus portée sur le vieux cuir, mais les tannins sont là, accrocheurs et sucrés, plus poivre noir et zan. Sans être mirobolante, la fraîcheur est encore présente et le vin a les accents chaleureux qui sied aux vins du Sud : fruits noir, garrigue, pierre brûlée… En somme, c’est un classique, du genre de ceux que l’on aime consommer sur une grillade, mieux un méchoui.

Méchoui de fin de saison au Zaza Club, sur la plage de Toreilles. Photo©MichelSmith

Pour tout vous dire, je l’ai déniché un jour de marché, un samedi de goguette à Pézenas chez le caviste Alain Reinaldos, Place de la République. Quand je suis rentré en allant de mon habituel « Vous n’auriez pas un bon Carignan du pays pas trop cher ? », il m’a dirigé vers celui-ci tout en me signalant d’autres étiquettes que je connaissais déjà. Et si je me souviens bien, je pense qu’il m’a coûté guère plus de 6 € !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “#Carignan Story # 188 : Dans la langue de Thongue…

  1. En somme, un vin « simple » n’est-ce-pas ?
    Bien à vous

  2. Mais bon sang, pourquoi la carbonique? Et pourquoi ne pas afficher plus d’ambition avec du carignan de qualité? A propos, j’ai rentré la plupart des miens … sous la pression des sangliers et de Christine. Les peaux sont succulentes mais le degré est rikiki, pour moi (entre 13,8 et 14,2 vol %). Je viens de terminer le premier remontage d’homogénéisation (après 36 heures de préfermentaire à froid) et la couleur est sensationnelle: toute la cave sent bon le cassis et la groseille rouge très mûre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 094 autres abonnés