Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Jusqu’au Réveillon : Blanc de noirs vendéen et Muscadet primeur à gogo !

2 Commentaires

Les hideuses décorations de fin d’année polluent déjà les rues de ma ville. Raison de plus pour se poser la question : si on s’amusait un peu tout en préparant (déjà ?) le Noël qui ne saurait tarder ? Plutôt que de subir les traditionnelles risettes de fin d’année, les blagues lourdes des copains et les conflits de famille qui resurgissent chaque année, plutôt que de se noyer dans le triste Champagne "maison" qui n’a pas évolué de style depuis les années d’après guerre, pourquoi ne pas s’amuser à sélectionner les bouteilles qui feront sensation ? Pour vous, j’en ai retenu deux. La première que j’ai devant les yeux renferme un vin franc, beurré à souhait, subtilement noisetté, gentiment grillé, gras, long en bouche, riche et généreux. pas si mal, non ?

Photo©MS

Photo©MS

Mieux, ça se boit à pleine bouche laissant place à une fraîcheur sensationnelle au palais, fraîcheur que l’on peut imaginer plus croustillante et briochée en finale lorsque le vin sera encore plus abouti d’ici quelques années de garde. Le vin ayant des bulles et un beau cordon de mousse, vous pensez inévitablement à un grand Crémant de Bourgogne, ou mieux à un de ces remarquables Champagnes de l’Aube ? Trop facile, d’autant plus que le flacon est vraiment bien habillé comme vous pouvez en juger ci-dessus. Eh bien non, ce vin, parfait piège au passage pour une dégustation à l’aveugle entre potes, n’est ni Crémant, ni Champagne. Il vient de Vendée et pour ne rien vous cacher, c’est une amie, Laure, qui me l’a envoyé. Vous me direz que c’est son job, puisqu’elle est attachée de presse…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Elle est efficace cette Laure Pradel et elle a plutôt intérêt à être aussi réactive, vu que l’un de ses clients, l’auteur de ce vin, est Jérémie Mourat, un jeune homme aussi dynamique qu’entreprenant, un sacré farceur aussi dont j’ai pu apprécier l’humour à maintes reprises chez mes amis les Tulasne, aux Sables d’Olonne. Non dosé, dégorgé en Octobre dernier, composé d’un bon pourcentage de vins de réserve, le plus ancien étant de 2008, ce pinot noir planté sur schistes du côté de Mareuil-sur-Lay, administrativement qualifié de « vin mousseux de qualité » possède, je l’affirme, l’une des contre-étiquettes les plus informative du moment, ce qui m’évitera bien du blabla. Recommandé sur un chocolat noir entre 70 et 80 % cacao ou sur des toasts de foie gras mi-cuit. Ou sur des pommes à la cannelle cuites au four…

Bien que négociant, Jérémie Mourat n’en est pas moins vigneron et les raisins sélectionnés proviennent de son propre domaine. Comme par hasard, il s’est lié d’amitié avec un presque voisin vigneron du Muscadet, un autre Jérémie, Jérémie Huchet pour être plus précis. Un brin facétieux, les deux gars, déjà auteurs d’une série de crus du Muscadet baptisée « Les Bêtes Curieuses » auxquels j’ai déjà consacré un article l’hiver dernier, ont remis le couvert histoire de rappeler qu’il n’y a pas que le Beaujolais qui a droit aux primeurs. Ensemble, ils ont concocté une jouissive cuvée de Muscadet Sèvre et Maine Primeur sans SO2, fermentée sur ses levures indigènes, un joyeux flacon de 2013 que je vous recommande de boire sans retenue toutes affaires cessantes. 

Photo©MS

Photo©MS

Le nom de ce vin ? « Le Lapin de 6 semaines ». Rien que pour l’étiquette, vous vous devez de l’avoir ! Mais boire ce vin à la robe cristalline alors que le pays a la sinistrose, ça vous requinque le morale ! Moi, je l’aime sur une assiette de petites crevettes grises croquées une fois posées sur une tartine de pain de campagne bien beurré au Bordier (beurre aux algues, de préférence), mais je reconnais que ce vin à la fois vif, soyeux et léger, se conduit fort bien sur les langoustines juste poêlées et même sur les amuses bouches à base de charcutailles. Dépêchez-vous car il n’y en a que 6.500 bouteilles et tout doit être bu avant la fin de l’année. Son prix : 6 € départ-cave si vous appelez de ma part Jérémie Huchet en son Domaine de La Chauvinière, au 02 40 06 51 90, ou au Domaine Mourat au 02 51 97 20 10. Bravo les petits gars !

                                                                                                Michel Smith

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “Jusqu’au Réveillon : Blanc de noirs vendéen et Muscadet primeur à gogo !

  1. Cela donne envie Michel, même si c’est sans soufre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 445 autres abonnés