Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Across the Universe, la critique, la postérité… et le vin

2 Commentaires

Quand j’entends le mot "critique", je pense à un grand gourou de la chronique musicale des années 60-70, Ian Mac Donald.

Qui a écrit ceci: "Avec ses vagues prétentions, son côté plaintif et sa mélodie léthargique, à l’évidence, elle porte la marque de la grandiloquence qui nait de la consommation d’acide, juste rendue plus aimable par le simple effet de la fatigue".

Et de quoi parlait-il?

De la chanson "Across the Universe", de John Lennon.

original_455

S’il n’était pas mort, Ian MacDonald, qu’on avait connu plus inspiré, serait heureux d’apprendre que cette chanson flotte dans l’espace depuis février 2008, en direction de l’étoile polaire.  Un hommage rendu à John et aux Beatles par la NASA, 40 après la création de la chanson.

Dans 425 ans, le message devrait atteindre sa destination. Et je ne suis pas sûr qu’alors, on parle encore beaucoup d’Ian Mac Donald.

Aussi, quand je rédige mes commentaires de vin, j’ai soin d’éliminer tout jugement définitif.

Non par peur de déplaire, mais parce que ne sachant pas faire de vin, pas plus que MacDonald ne savait faire de chansons, je ne me sens pas le droit de faire de mes impressions une généralité, et encore moins de dire au vigneron ce qu’il a à faire.

Pour revenir à la chanson, Across the Universe a connu une demi-douzaine de versions différentes, dont aucune n’aura vraiment eu l’heur de plaire à Lennon, qui y tenait pourtant beaucoup.

J’aime assez celle de 1968, avec les deux groupies. Et celle de Let It Be Naked. Même si la plus "grandiloquente",  celle remixée par Phil Spector, pour l’album Let it Be, est celle qui me reste le plus dans l’oreille – parce que c’est la première que j’ai entendue, et celle qu’on diffuse le plus. Spector devait avoir eu une promo sur les musiciens d’orchestre et sur la location de la chambre d’écho…

La première fois que j’ai écouté la version "Naked",  j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose; mais plus je l’ai écoutée, plus j’ai apprécié la sobriété, le mélange des textures entre la guitare, le tambura et la sitar en fond sonore, la beauté simple de la voix de John, toutes choses qui disparaissent sous les violons de Spector.

Je vois au moins une analogie avec le vin: le boisé. L’abus de bois ressemble parfois à une orchestration trop envahissante; irrésistiblement, quand on le perçoit au nez ou en bouche, je me demande comment aurait été le vin sans le fût, ou avec un autre élevage. Si je suis dans la cave, je demande à déguster le vin jeune, pour avoir une idée. Souvent, je suis déçu. Parfois, pourtant, je tombe sur la version que j’aime, le fruit de la terre et du travail des hommes, plutôt que l’infusion et la vanille. C’est mon côté dépouillé.

Je n’en ferai pas une généralité – les tonneliers ont le droit de vivre, et je me garderai bien de tous les mettre dans le même tonneau. D’autant qu’il y a des vins qui sont manifestement prédisposés à l’élevage en barrique.

Dernière analogie: Lennon disait de sa chanson que contrairement à toutes les autres, il ne l’avait pas composée, mais qu’elle était "venue à lui", une nuit.

J’ai déjà entendu ce genre de propos dans des caves où même le vigneron, parfois, ne comprend pas tout à fait ce qui se passe dans ses cuves, où c’est le vin qui vient à lui. Raison de plus, quand c’est bon, de ne pas trop sophistiquer les arrangements…

Jai guru deva om.

Hervé

About these ads

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “Across the Universe, la critique, la postérité… et le vin

  1. Cher Hervé, je reçois tes paroles comme une communion…
    Le petit Jésus en culottes de velours, ce serait donc toi?

  2. Tu as bien raison, Hervé : qui sommes-nous, les "critiques", pour donner un avis sur un vin ? Le meilleur des critiques est celui qui décrit plus qu’il ne juge. Et tu décris parfaitement bien la musique de Lennon qui ne saurait supporter les maquillages sirupeux d’un Phil Sector.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 9  329 followers