Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Le vin à Francfort, pardon, à Frankfurt am Main

8 Commentaires

IMG_5744La Place Römer, un des rares endroits de Francfort qui montre le visage médiévale de cette ville largement détruite pendant le deuxième guerre

Attention, on dit Frankfurt am Main si vous cherchez des renseignements sur le web pour me suivre dans cette ville lourdement reconstruite et en apparence assez froide, dans laquelle il faut creuser un peu pour trouver son bonheur de flâneur. Mais Frankfurt am Main ne manque pas de trésors, à commencer par ses musées, très richement dotés.

IMG_5742

vitrail dans un restaurant traditionnel de Frankfurt

Il n’y a pas de vignes dans les environs immédiats de Francfort et la boisson locale est le cidre (Apfelwein, qu’ils disent ici). Mais le Rheingau n’est pas loin et, en cherchant bien, on peut même y dénicher quelques bons restaurants et bars-à-vins pour tester des vins allemands, même s’ils sont loin de dominer les cartes des établissements que j’ai fréquenté, à une exception notable près. Les restaurants traditionnels, comme celui ci-dessus (derrière la vitrail), en face du musée d’histoire de la ville, servent autant de bière que de vin. Pour déguster un peu le pays, c’est là ou il faut aller d’abord en guise d’apéritif après un long voyage en train.

IMG_5726Le restaurant Holbein au Stadel Museum

IMG_5717et une des dix pages de sa carte des vins

Mais pour commencer les choses sérieuses, on serait bien inspiré de faire escale au restaurant de l’excellent Musée Städel, qui possède une collection permanente en tous points remarquable, couvrant à peu près toutes les époques de la peinture depuis le 13ème siècle. C’est là que j’ai pu voir (et cela dure jusqu’au 6 février), ce qui est probablement la plus grande exposition des œuvres de Dürer qui ne sera jamais réunie. La carte des vins du restaurant Holbein (c’est son nom) est très bien choisie et contient une centaine de références, dont une dizaine sont proposés au verre. Ces vins viennent de partout, surtout de l’Europe, mais pas exclusivement. J’y ai aperçu un Lytton Springs de Ridge (à dominante Zinfandel) par exemple.C’est confortable et chic,  dans le style bistro moderne, et les prix y sont raisonnables. Je n’ai pas le souvenir d’avoir rencontré un musée en France dont le restaurant peut se vanter d’une carte de vins équivalente. Le vin n’est il pas censé être, entre autres, un produit  «culturel», après tout ? Allez au Tate Gallery à Londres et vous trouverez un autre bon exemple. Mais en France, les restaurants des musées ne sont pas des lieux ou le vin est à l’honneur. Je ne sais pas pourquoi.

IMG_5708plus simple est le Henner’s Wein Bar

IMG_5712qui semble faire un clin d’oeil à Michel Smith

A l’autre extrême, côté confort et chic,  j’ai visité un minuscule bar appelé Henner’s, dans le Bergerstrasse. L’ensemble n’est pas d’une très grande qualité mais ce n’est pas cher du tout et l’ambiance est chaleureuse.  On y mange peu et d’une manière minimaliste, mais il y a une excellente Flammekueche. On peut, comme ailleurs, tout aussi bien prendre des bonnes bières locales. Les vins y sont buvables. Une adresse dispensable alors, même si j’ai aperçu sur l’étagère derrière le bar un Carignan Vieilles Vignes qui aurait pu intéresser Michel Smith.

IMG_5730Le top pour l’amateur de vins à Frankfurt est le restaurant Zarges et ses 1000 références, dont environ 20 au verre

Mais là où tout amateur de vin doit se rendre à Frankfurt est l’excellent restaurant/bar/café Zarges, au 10 KalbacherGasse, ouvert de 11h à 24h, sauf le dimanche.  Cela à l’air très classique, voire banal, vu de l’extérieur. Il se trouve dans une rue piétonne très commerçante qui arbore les mêmes enseignes que partout ailleurs, ce qui provoque toujours chez moi un mélange de tristesse et de colère. Il y a même un McMerde en face !

Mais, une fois passé la porte et écarté l’épais rideau rouge qui sert de sas en hiver, vous découvrez un lieux très chaleureux et douillet qui évoque un peu un club anglais en plus féminin (très féminin si on regarde la tableau à droite de ma photo que j’ai malheureusement occulté !). Mais la vrai révélation tombe quand on vous apporte la grande la carte des vins : 1000 références, dont 50% allemandes et 50% françaises. Pour donner idée de la profondeur de cette carte, on peut y faire une verticale de la Grange aux Pères, avec 6 ou 7 millésimes. Au moins 20 vins sont servis au verre en permanence et l’excellent sommelier, Bjoern Zimmer, se fait un plaisir d’augmenter cette gamme au grès du moment quand il sent un intérêt de la part du client. Je me suis concentré sur des vins allemands, évidemment, et j’ai pu en déguster 7 ou 8, dont une série de 3 magnifiques blancs (Sylvaner, Weissburgunder et Riesling) de l’excellente productrice du Rheingau Eva Fricke, puis un Riesling Spätlese Gracheimer 2003 de J.J. Prüm, servi en face à face au Jurançon de Dagueneau.  Et aussi d’autres choses entre temps, dont un remarquable Sauvignon Blanc de Wagner-Stempl (Rheinhessen). La qualité de la nourriture n’est pas en reste. J’ai beaucoup aimé la tourte au potiron (appelé Kürbis), savamment épicée et formant un contrepoint succulent à la finesse du Riesling Lorchäuser Selignacher 2012 d’Eva Fricke. Ensuite, un plat qui combinait la tendresse fondante d’un ris de veau avec la saveur et la belle texture d’un filet de veau, cuit à la perfection, s’associait aussi bien à la délicate sucrosité d’un Riesling Spätlese Norheimer Kirscheck 2011 de Dörnhoff (Nahe) qu’aux accents plus insistantes et épicés du (rouge) Blaufrankisch 2011 du Weingut St. Anthony, à Nierstein dans le Rheinhessen. Si vous allez à Frankfurt, courrez vers ce restaurant. Immense coup de cœur !

IMG_5745

Tout près de la très belle place de l’Hôtel de ville (Römerberg), qui est un des rares endroits de la vieille ville médiévale ayant survécu aux bombardements alliés de la seconde guerre mondiale (non, Frankfurt n’est pas très beau dans l’ensemble, mais cette ville contient des trésors), il y a une autre petit bar à vin qui a l’air sympathique pour prendre un verre en faisant le touriste (cathédrale et Musée Historique à côté) mais que je n’ai pas pu essayer. Il s’appelle Wein am Römer.

IMG_5748Un page de la carte du bistrot de la gare à Frankfurt

Les gares en France sont les lieux de désolation, voir de désespoir, pour un amateur de vins.  J’ai déjà parlé ici de la différence criante entre la Gare du Nord et St. Pancras, Londres à cet égard. Mais sans aligner 40 vins au verre comme à St. Pancras, le bar/bistrot de la gare de Frankfurt, dans le Frankfurter Markethalle, propose 8 vins au verre, pétillants compris. Et la qualité, comme la verrerie, sont également au rendez-vous. J’ai bu, avec mon déjeuner et avant de prendre le train de retour vers Paris, un verre du Riesling de base du bon producteur de Rheingau, Robert Weil, pour le prix de 6 euros pour 20 cl. A quand un verre de Chablis Laroche pour ce prix dans un bistrot agréable qui donne sur les quais d’une grande gare en France ? On surveille l’heure, en attendant l’affichage de son train, et on déguste une dernière fois le pays.

On dit que le voyage forme la jeunesse. Peut-être. En tout cas il égaie et éclaire la vieillesse.

(texte et photos David Cobbold)

David

About these ads

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

8 réflexions sur “Le vin à Francfort, pardon, à Frankfurt am Main

  1. Encore une fois, tes voyages nous enseignent beaucoup de choses, David. Merci d’avoir relevé la présence d’un Carignan. Je sais que ce cépage a de l’avenir… ;-). Je corrige un petit détail : il s’agit de La Grange des Pères (et non "aux") au moment où, moi aussi, je m’envole pou voir ce qui se passe… à Londres.

  2. Beau Ténébreux : Je suis partant pour faire une collecte qui te permettrait, pour notre docte éducation, une étude approfondie des single malts pouvant retenir ton attention. On frisera le sublime !

    Séjour naturellement à Gleneagles :-)

  3. Retour au sujet :
    Avec un fiston en Allemagne qui travaille dans le vin, je reste vraiment étonné de ce qu’on peut trouver en restauration mais surtout en vieux millésimes à des prix qui ne font pas de culbute annuelle.
    Bravo pour ce papier : tu nous fais quand Heildelberg et Stuttgart ?

  4. Les prix augmentent quand même régulièrement mais sûrement en ce qui concerne le Rheingau et les domaines allemands les plus exposés (quelque soit la région). La demande locale (nationale en fait) a quand même bien décollée depuis une dizaine d’année et l’export est toujours dynamique (le Riesling allemand a l’air de devenir une mode en France…).
    Francfort est géographiquement très bien placé pour faire quelques virées autour du vin (pas dégusté d’Apfelwein David ? Peur d’avoir une gingivite aiguë ;-) ?) , et puis les bières locales sont pas terribles dans le coin…
    Bon article :-)

  5. François : pas de Heidelberg ni de Stuttgart en perspective, mais vous aurez un petit aperçu de Berlin d’ici un mois.

    Pierre. merci. Oui, Frankfurt est très bien placé mais je n’avais pas le temps. Je n’ai pas osé l’apfelwein. Les pils du coin ne sont pas mauvais quand même, et j’ai pu regarder deux matchs de rugby dans un "sports bar" dans lequel l’écran de télé était encadré par deux anges en sculpture. J’étais tout seul et les frites étaient bonnes aussi. Victoires (forcément sacrées) de Clermont et de Toulon.

  6. Un grand bonsoir, David, du Mercure qui domine Freiburg et où le restaurant – une fois n’est pas coutume (avec le Mercure de Dijon-Clemenceau) – a de très belles choses à offrir !

    Visite ce jour à Dönnhoff, demain à Huber et Wassmer sans oublier Lieble si le chrono le permet .

    Ganz gut !

  7. François, je serai très intéressé d’avoir tes appréciations sur ces vins, particulièrement Dönnhoff dont j’ai dégusté récemment deux très bons échantillons de la production. Mais les autres,(que je ne connais pas) aussi.

  8. David,
    si vous voulez des infos sur Berlin (pas au niveau du vin parce que la ville ne m’a jamais semblé très orientée vin) contactez-moi, je connais bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 9  321 followers