Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Renoir, le peintre qui aimait la vigne et le vin

9 Commentaires

Pas de polémique, aujourd’hui, juste le plaisir de mêler peinture et vin…

Marié à une Auboise, Pierre-Auguste Renoir passe 30 étés de sa vie à Essoyes, petit village vigneron aux confins de la Champagne et de la Bourgogne, tout près des Riceys. Il lie des relations avec la communauté vigneronne dont on trouve plus d’une trace dans son œuvre…

C’est en 1896 que le peintre acquiert une maison à Essoyes. L’acte de vente stipule que le terrain est planté d’une vigne. Par des écrits, on sait même qu’il s’agit de plants de Gamay. Et oui, à l’époque, le Barrois est très Gamay, le cépage sera même autorisé dans l’aire de la Champagne jusqu’aux années 1930. Malheureusement pour Renoir, le phylloxéra tue sa vigne.

IVV161 Art&Vin Renoir 1

Renoir, autoportrait

Derrière le vin, le vigneron et l’endroit

Chaque année, Renoir arrive à Essoyes aux beaux jours et le quitte  dès les premiers frimas, pour les cieux plus cléments de Cagnes sur Mer (il est perclus de rhumatismes). Il ne vinifie pas. Mais il apprécie le vin. Son fils, Jean Renoir, en parle dans ses mémoires : «Son goût en vin était le même que son goût en art et les mélanges de Bercy lui semblaient aussi navrants que la fabrication des meubles en série. Derrière le vin, il voulait retrouver le vigneron et sa vigne, comme derrière un tableau il voulait retrouver le peintre et le coin de nature qui l’avait inspiré»…  Ce type aurait pu déguster chez In Vino Veritas !

IVV161 Art & Vin Renoir 2

Dans les toiles de repas de Renoir, les bouteilles de vin ne sont jamais loin (Le Déjeuner des Canotiers)

Pierre-Auguste Renoir a de nombreux amis vignerons à Essoyes. Il y peint («Le Printemps à Essoyes», en 1900). Il aime les couleurs de la région, ses vignes – même si son tableau de vignoble le plus célèbre a pour cadre l’arrière pays de Cagnes.

Tout au long de sa vie d’artiste, il peint de nombreuses scènes de repas, de déjeuners sur l’herbe, de scènes de café où une bouteille de vin est souvent représentée, comme dans «Le Déjeuner des Canotiers»  (1881) ou  «Le Repas des Vendangeuses» (1888) – la femme portant une hotte n’est autre que son épouse Aline.

IVV 161 Art & Vin Renoir 3

Les vignes de Provence (et les vendangeuses) ont inspiré à Renoir plus d’un tableau.

Il peint aussi énormément de vignerons et de vigneronnes.

Pierre-Auguste Renoir lui-même déclare : «Je me plaisais chez les vignerons parce qu’ils sont généreux».

Curieusement, ses œuvres montrent plus souvent des bouteilles de rouge que de Champagne, sans doute parce qu’il s’intéresse d’abord aux petites gens, et ensuite, parce que le Barrois, à l’époque, est plus une région de vin tranquille.

On manque de témoignages directs, mais il semble que Renoir consomme lui même plutôt du rouge, vif et clair. La couleur de l’aube, avec ou sans majuscule !

Un Champagne d’après Renoir

La maison de Renoir à Essoyes, avec son atelier, est aujourd’hui devenue un musée, où l’on trouve une belle collection de ceps de vignes, réunie par Renoir lui même, qui adorait leurs formes.

Le village abrite aussi une maison de Champagne, la Maison Charles Collin (alias Coopérative de Fontette). Celle-ci consacre une  jolie cuvée, «La Belle Gabrielle». à la mémoire du peintre, ou plutôt, d’un de ses principaux modèles, Gabrielle Renard.

Cousine de la femme de Renoir, celle-ci était également native d’Essoyes et Aline l’avait engagée pour s’occuper de ses enfants. Et plus si affinités. C’est elle, notamment, que l’on voit sur les tableaux «Femme nue couchée» et «Gabrielle à la Chemise ouverte».

IVV161 Art &Vin Renoir 4

La Belle Gabrielle, version liquide

La cuvée, quant à elle, assemble 85% de chardonnay (aussi espiègle et charmeur que l’œil du modèle) à 15% de pinot noir (aussi pulpeux que ses lèvres)… Quand on vous dit que l’art, ça se déguste…

 Hervé Lalau

Contact: Champagne Charles Collin+33 325 383 227

champagne.charles.collin@gmail.com

 

Article publié dans In Vino Veritas 161

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

9 réflexions sur “Renoir, le peintre qui aimait la vigne et le vin

  1. Joli thème, Hervé ;-). Mais ne pas oublier le livre sur Renoir et le vin…http://renoir.chez.com/renoir_vigneenvin.htm

  2. Je dois dire (et ce n’est pour faire de la polémique) que je n’ai jamais aimé la peinture de Renoir. Je le trouve mauvais peintre : ses compositions ne tiennent pas, son dessin est sans conviction, et sa coloration mièvre. Il ne tient pas la comparaison avec Monet, et même pas avec Pissarro (qui n’était pas toujours bon). Je me suis réellement rendu compte de cela en voyant la collection Barnes à Philadelphie, qui en a une quantité énorme. Alors que cette collection est d’une richesse incroyable, avec une quantité impré. ssionante de Cézannes (voilà un grand peintre) et des Matisse superbes, les Renoirs semblent être faits "au kilomètre", sans vices ni vertus

    • Je ne te connaissais pas ce talent de critique d’art plastique, et pour y ajouter mon grain, je trouve que Cézanne est certes un grand peintre, mais un piètre dessinateur, mais vu ses a-plats, cela n’a guère trop d’importance, et après quelques verres de vin, ça ne se remarque plus.
      Marc

  3. David, comme quoi les goûts et les couleurs… Moi j’aime justement Renoir pour la fluidité de l’instant capturé, l’ambiance, la simplicité des bons moments, des visages.
    Ce qui ne m’empêche pas d’aimer Monet, Cézanne, ou Pissaro. Ou Corot (son tableau Ville d’Avray annonce d’ailleurs l’impressionnisme). Ou Gauguin. Ou Tourjanski. Ou Kisselioff.
    C’est moins la manière que l’ensemble d’une toile qui me plaît (ou pas); un peu comme pour un vin, il m’arrive de me dire "ce n’est pas mon type de vin, mais dans son genre, c’est très bien fait".
    Mais je ne suis pas peintre, ni vigneron.

  4. Et pour ma part, simple curieux, je rajoute ce livre qui ramène à ton sujet, Hervé : le vin et la peinture http://books.google.fr/books?id=jhf0qvxCvvAC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false
    Notez que j’ai même connu une personne qui peignait des aquarelles avec le vin. Zut, j’ai oublié son nom…

  5. Merci Michel, je ne connaissais pas. Ca a l’air sympa.

  6. Marc, j’ai fait 3 ans de Beaux Arts, par choix et après avoir abandonné l’Université, ce qui ne me confère ni droit ni grand savoir, mais le goût durable de la peinture.

  7. Bonjour et merci pour cet article. Le vin dans la peinture et dans l’art en général est marqueur de partage.
    Artiste peintre professionnel, je propose depuis quelques années mon travail à la peinture au vin.
    Au delà des clichés dessin/peinture au vin = gaspillage, j’ai pour objectif de faire redécouvrir un aspect oublié du vin par un concept simple : Partager une bouteille entre amis et réserver le dernier verre pour garder une trace de ce moment sur le papier.
    Je vous invite à visiter mon site pour découvrir quelques œuvres peintes au vin :

    http://www.crayonlunaire.com/peinture-au-vin/

    Jean-Luc Delacherie / crayon lunaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 634 autres abonnés