Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 229 : À Saint-Chinian, Bordes n’a rien de gnangnan !

2 Commentaires

Je sais, ce n’est pas très brillant comme jeu de mots. J’implore votre pardon, cher Padre Carignanus. Encore plus navré car dans Carignanus, il y a… Bon, passons et revenons à des choses plus sérieuses.

J’avoue que j’ai découvert ce domaine poussé par des amis connaisseurs alors que j’errais lamentablement dans les travées de Vinisud cet hiver à la recherche du mistigri. Et c’est ainsi que je suis tombé nez à nez avec un mec à la bouille pas possible, un peu comme un Pierre Vassiliu des années 70 pour ceux qui n’ont pas oublié l’animal. Bonne tête de paysan, rond, épanoui et rigolard, le visage encombré de poils, les cheveux en désordre comme un homme de Tautavel qui se serait rasé au silex, le mec se dresse pile devant moi tel un menhir de petite taille, mi provocateur, mi charmeur, d’un air de dire « est-ce qu’on peut devenir pote avec un hurluberlu en perdition tel que ce Smith » ?

Mine de rien, ça compte une tronche. Dans le cyclisme comme dans le vin, une bonne gueule qui interpelle vaut mieux qu’une sale gueule qui ne revient à personne. Jim ne me contredira pas.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le gars est un bon vivant qui menait en ville une vie relativement confortable – j’ai cru comprendre qu’il était plombier – mais qui n’avait qu’un rêve dans la vie, celui de s’enraciner dans la campagne de son pays pour partager plein de choses avec sa famille et ses amis. Afin de mieux vous le présenter, j’ai retrouvé un petit film qui le résume bien. Allez le voir ici et vous comprendrez mieux.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Donc, je rencontre Philippe Bordes du Domaine Bordes, un gars attachant que tout le monde autour de Saint-Chinian semble aimer. Lui et sa compagne Emma ne possèdent pas un gros domaine : tout juste une dizaine d’hectares. Quelques parcelles à leur mesure conduites en bio, tantôt sur des argilo-calcaires, tantôt sur des schistes, avec des cuvées que les amateurs commencent à s’arracher, notamment son pur Mourvèdre, sans oublier sa cuvée haut de gamme, un pur Carignan.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Des Carignans centenaires que Philippe conserve jalousement et qui entrent dans une cuvée « Elles » (hommage à ses filles et à leur maman) fort joliment présentée sous la mention IGP Monts de la Grage. Le vin a 30 mois de barriques et il n’est pas donné (une trentaine d’euros), mais il convient aussi d’ajouter que les bouteilles ne sont pas nombreuses à la vente. Un 2010 non filtré au nez opulent et complexe (fruits de garrigue), un peu corsé à l’attaque, mais devenant vite gracieux, équilibré, frais et parfaitement à l’aise aujourd’hui sur un canard aux olives, par exemple, ou sur un cul de veau (quasi) cuit longuement en cocotte avec un peu de crème et des girolles.

-On peut rencontrer les Bordes au hameau de Tudery, entre Saint-Chinian et Assignan. Leur téléphone : 06 66 60 85 10.

                                                                                                                     Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “#Carignan Story # 229 : À Saint-Chinian, Bordes n’a rien de gnangnan !

  1. Qu’est-ce qu’il fait, qui c’est celui-là ?
    Il ne peut pas venir de Tautavel, il lui manque la crête simiesque des pré-néandertaliens. Pour plus de renseignements, va voir Agathe Larrère dans mon village : archéologue de formation avant de reprendre les vignes de Papa avec son vigneron australien de mari, elle a travaillé quelque temps dans la Caune d’Arago. Tiens, tu sais que le fils de Pierre Fontaneil travaille à l’unité anthropologique de Tautavel lui aussi ?
    Moi, je ne trouve pas qu’il a une si sale gueule, Jim Budd. Mauvais caractère, ça oui.
    Par contre, tu as raison pour le quasi. Dans le cas du veau, c’est effectivement ainsi qu’on désigne le muscle fessier, celui qui joint l’arrière de la cuisse à la partie basse des lombaires, comme chez les danseuses de samba. Les bouchers lyonnais disent d’ailleurs « cul de longe ». Une fois que le veau est devenu viande de boeuf, on parle par contre de … rumsteck. Enfin, pour les puristes, le quasi d’un jambon est la partie tout à fait à l’opposé du pied (la partie arrondie qui dépasse le niveau de la tête fémorale). Dans le gigot d’agneau, c’est la … selle. Facile la boucherie, non ?
    Bon d’accord, j’ai fait quelques années d’anatomie, la mère de mes fils était vétérinaire jusqu’à ce que le petit tube en verre ne lui envoyât un reflux, et mon frère l’est encore.

  2. Qu’est-ce qu’elle a sa gueule?
    Quelques mots et expressions dérivées de gueule me reviennent, comme « gueule de l’emploi », « gueule d’amour », « gueuleton » « bégueule », « ta gueule! », et aussi, bien sûr, « d’or et de gueules ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 902 autres abonnés