Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


6 Commentaires

S’il y avait un roi du Sauvignon, ce serait peut-être un Bourgeois

Non, je n’aurai pas la prétention de dire que les meilleurs vins de Sauvignon Blanc viennent d’ici ou de là, ni qu’un tel ou un tel en soit le meilleur producteur de ce cépage assez protéiforme. Mais, par l’étendue géographique de sa production (toute la région du Centre Loire plus la Nouvelle Zélande), la largeur de sa gamme liée à sa qualité globale, sans oublier la capacité de vieillissement de certaines de ses cuvées, la Maison Henri Bourgeois serait un très sérieux candidat à ce genre de titre, certes un peu absurde.

IMG_6442Le père tranquille de la Maison Henri Bourgeois se prénomme Jean-Marie, techniquement à la retraite mais toujours actif. Mais cette Maison au prénom unique cache une vraie dynastie. J’y compte au moins 6 frères, cousins, pères ou oncles qui y jouent chacun un rôle. 

Je n’ai pas le souvenir d’avoir dégusté un mauvais vin de ce producteur sancerrois qui, à la différence de ses collègues, a su aussi s’ouvrir au challenge de produire également aux Antipodes sans renier ses origines ni son approche. Les Bourgeois sont vignerons depuis de nombreuses générations à Sancerre, mais l’entreprise tient son nom, Henri Bourgeois, du grand-père des actuels dirigeants qui exploitait seulement 2 hectares en 1950. Par son action et celles de ses fils, le domaine atteint aujourd’hui la taille respectable de 70 hectares répartis entre les appellations Sancerre et Pouilly Fumé. Jean-Marie Bourgeois, son frère et leurs fils, qui dirigent maintenant les affaires, ont aussi une activité de négoce qui leur permet de couvrir l’ensemble des autres appellations du Centre Loire : Menetou-Salon, Quincy, Châteaumeillant, Coteaux du Giennois, plus quelques IGP. Rien qu’en Sancerre blanc, la gamme est d’une complexité rare : j’en ai compté sept références ! J’avoue être perdu par moments, d’autant plus que les étiquettes ne sont pas des plus lisibles. Mais l’essentiel est dans le verre, et là il n’y pas de déception. Si vous envisagez une visite chez Henri Bourgeois, dont les diverses installations occupent, avec une discrétion admirable qui ne renie pas des équipements d’une parfaite modernité, une bonne partie du village de Chavignol, prévoyez large en temps !

IMG_6438

IMG_6439Deux ou trois visages de Chavignol : le village, dans son jus, le chai ultra-moderne d’Henri Bourgeois incrusté dans la colline, et, autour, le paysage roulant avec ses monticules (Sancerre au loin).

Mais une autre chapitre de l’histoire remarquable de cette famille s’écrit aux antipodes de la France, dans l’Ile du Sud de la Nouvelle Zélande. Jean-Marie Bourgeois y acquiert 98 hectares de terre en 2000, puis 11 de plus en 2003. Nommé Clos Henri, ce domaine a obtenu une certification bio en 2013 pour les 42 hectares en production. A la différence des pratiques locales, les plantations sont relativement denses et l’irrigation a été abandonnée. Comme à Sancerre, Clos Henri ne produit qu’à partir de deux variétés : sauvignon blanc et pinot noir. Ce n’est pas que la famille s’est limité à reproduire des schémas connus en sancerrois, car d’autres variétés ont été plantées, puis arrachées devant leur absence de réussite. L’énorme avantage des pays du Nouveau Monde est qu’on peut tout essayer, partout, et que seul le résultat sert de juge. On aimerait tant que la vieille Europe adopte cette approche.

IMG_6423Le restaurant La Côte des Monts Damnés, à Chavignol, sert une jolie cuisine qui renie pas des influences d’ailleurs. Jean-Marc Bourgeois est à la tête de cet établissement qui abrite aussi un hôtel.

Il faut aussi rajouter que cette famille excelle dans la voie de la transmission, car frères, fils et neveux travaillent tous sur le domaine ou dans des affaires annexes à Chavignol, sous le regard des pentes abruptes du vignoble des Mont Damnés. Familiale et aventureux, c’est possible !

IMG_6443Seule une petite partie des vins d’Henri Bourgeois est élevés sous bois, mais cela leur est clairement bénéfique, grâce à une grande attention à la taille du contenant et à la qualité des fûts.

L’objet de ma récente visite à Sancerre étant de tenter d’explorer les possibilités du cépage Sauvignon blanc à table. Mais tout commence chez Henri Bourgeois par une dégustation. A cette occasion j’ai pu admirer la pureté du fruit et la vivacité du du profil des trois Pinot Noirs de Marlborough : Petit Clos 2013, Bel Echo 2013 et Clos Henri 2013. Ce dernier plus riche et charnu avec une bonne longueur. Les sauvignons blancs du domaine NZ ne sont pas en reste, en particulier un Clos Henri 2012 somptueux de saveurs, long et intense. Quelques Sancerre avant d’aller déjeuner au bistrot des Monts Damnés : en particulier La Bourgeoise 2012, pièce maitresse de la gamme, qui m’a impressionné par sa belle finesse et sa superbe qualité de fruit.

A table, nous avons essayé différentes combinaisons afin de mettre à l’épreuve les capacités du sauvignon blanc. Elles se sont avérés conséquentes. Selon la cuvée, jeune ou plus âgée, avec ou sans élevage sous bois, nous avons pu jouer sur une large spectre ne nuances et trouver des bons accords avec terrine de poisson, poisson fumé, huître, poisson frais, agneau et, évidemment fromage de chèvre de Chavignol. Je dois dire que je suis un peu ambigu par rapport à la plupart des choses que je lis sur ce sujet très flou et éminemment personnel des accords mets/vin. D’un côté, j’ai parfois envie de dire que tout cela n’est que foutaise et ne sert qu’à vendre articles et livres. D’un autre, il y a quand-même plein de vins dont l’appréciation est diminuée, voire totalement détruite, par des mets qui ne conviennent pas.

En conclusion, je dirais que le sauvignon blanc offre quand même une gamme de possibilités à table plus large que la plupart des vins.

David Cobbold

(textes et photos)


4 Commentaires

Terrasses du Larzac

Ecrire sur quoi pour lundi ? C’est la question que je me pose presque chaque semaine (il y a des semaines ou la réponse s’impose et donc cette question ne se pose pas).

Depuis deux mois, il y a embarras du choix d’un sujet, tant les dégustations, colloques, rencontres avec des vignerons et autres sources possibles se bousculent dans le calendrier du journaliste/dégustateur vivant à Paris. Et cela, sans parler des nos propres initiatives d’aller vers le vignoble de tel ou tel pays ou région.  Cela en devient même gênant à Paris, tant les attaché(e)s de presse semblent se donner le mot pour se faire concurrence tous les lundis et faire du chiffre dans les dégustations. Nous avons atteint de sommités du surcharge récemment, avec jusqu’à 5 manifestations un seul lundi. Pourquoi un tel acharnement à rendre impossible la vie d’un professionnel qui aimerait tant rendre justice, à sa manière, à tout le monde ? Il y a des jours ou j’envie Michel Smith dans sa Catalogne d’adoption !

terrasses-du-larzac

 

Cette semaine, j’ai pris la décision de parler d’une appellation du Languedoc, région que je dois visiter environ une fois par an, mais dont je déguste bien plus souvent des vins. Il s’agit de l’appellation Terrasses du Larzac. Le vignoble à l’air spectaculaire, en tout cas.

Voici le texte que je trouve sur la pages d’accueil du site de cette appellation que je crois être récente :

Situé au nord-ouest de Montpellier, le vignoble des Terrasses du Larzac est marqué par la fraîcheur qui descend du plateau montagneux du Larzac, avec pour repère symbolique le Mont Baudile culminant à plus de 850m. Cette situation géographique particulière, avec des amplitudes thermiques jour/nuit pouvant atteindre plus de 20 degrés en été, favorise une maturation lente et progressive des raisins bénéfique pour la complexité aromatique et la fraîcheur des vins. 

Pour révéler toute la grandeur de ce terroir, les vignerons des Terrasses du Larzac jouent sur la gamme des 5 cépages languedociens (grenache, syrah, mourvèdre, cinsault, carignan) afin d’exprimer au mieux la personnalité de chaque type de sol (argilo-calcaire, ruffes, galets, etc.), sachant qu’ici le terroir prime le cépage. Enfin, par un minutieux travail d’assemblage (3 cépages au minimum) et un élevage d’au moins 12 mois, nous donnons une signature unique à nos vins d’appellation.

En dehors du bla-bla habituel sur le terroir qui primerait sur tout (et que l’on peut trouver à l’identique partout ailleurs), on trouve dans ce texte quelques éléments factuels. L’usage de plusieurs cépages en assemblage et le rôle de l’altitude pour fournir une amplitude thermique importante au vignoble. Je pense que ce dernier ingrédient est le plus important dans une région chaude, quelle que soit les règles, souvent peu logiques, qui imposent les cépages autorisées dans telle ou telle appellation. A propos de cépages, et en dépit de ce qui est dit dans le texte ci-dessus, j’ai noté que seulement deux des vins que j’ai dégusté et commenté ci-dessous contiennent du cinsault, et jamais pour plus de 8% de l’assemblage. J’ai aussi noté dans les fiches produites lors de la dégustation que les rendements y semblent très faibles, car tous les producteurs présents affichent des rendements de 25 hl/ha. J’imagine que cela est due à la topographie et la sécheresse estivale, et peut-être aussi l’espacement des vignes.

IMG_2177

Les vins que j’ai pu déguster de cette jeune appellation m’ont favorablement impressionnés. Leur fourchette de prix, qui va, en gros, de 1 à 3, commence à refléter la réputation de certains vignerons qui vendent leurs cuvées à 30 euros, mais aussi, probablement, la qualité des vins (et du prix de revient) des moins connus des producteurs présents, car il n’y avait aucun vin à moins de 11 euros. J’imagine bien que les conditions de production, et particulièrement les rendements, imposent un certain niveau de prix, mais il faut constater que nous ne sommes ni dans une appellation très accessible, ni dans une appellation élito-spéculative. Si des lecteurs veulent utiliser nos avis dans ce blog pour guider leurs achats, qu’ils notent que les vins que j’ai préférés ne sont pas nécessairement les plus chers. Autrement dit, même en dégustant à découvert, je ne me suis pas laissé entièrement aspirer par les noms et les prix. Je dirai donc que, comme toujours, le prix du vin dans ce cas reflète davantage des facteurs de marché (la renommée et les ventes passées du producteur) que la qualité intrinsèque du vin.

Ma dégustation des vins des Terrasses du Larzac

Mas des Brousses 2012

syrah, mourvèdre, grenache (15,50 euros)

Nez frais qui mêle un bon fruit mûr à des notes épicées. En bouche c’est délicieux, relativement tendre, avec une structure légère et un équilibre parfait. C’est alerte et gourmand, très réussi et d’un bon rapport qualité/prix (15/20)

Mas Cal Demoura, Les Combariolles 2012

syrah, mourvèdre, carignan, grenache (23 euros)

Nez frais qui évoque le sous-bois et la garrigue. Bon fruit en bouche mais un peu moins d’ampleur de de charme que le précédent (14/20)

Domaine de la Réserve d’O, cuvée Hissez O 2008

syrah, grenache, cinsault (19 euros)

Intense et fin, avec une très belle matière et beaucoup de fond. Les années supplémentaires de vieillissement par rapport aux autres vins de la série lui ont certainement fait du bien. (15/20)

Mas des Chimères, Nuit Grave 2012

syrah, mourvèdre, grenache (11 euros)

Plus austère de profil et simple dans son volume, ce vin a un joli équilibre entre fruit et tanins. (14/20)

Le Clos des Serres, La Blaca 2012

syrah, grenache, carignan (14,50 euros)

Les nez m’a semblé animal, probablement par un effet de réduction. Ce vin est également serré, voire un peu sévère en bouche et aura besoin d’un ou deux ans de plus en bouteille ou d’une bonne aération. (13/20)

Mas Haut Buis, Costa Caoude 2012

grenache, carignan, syrah (22 euros)

Un très beau nez, expressif. En bouche, une impression de profondeur et de velouté chaleureux qui doit certainement quelque chose à la part de grenache (45%). Belle longueur. (15/20)

Mas Julien 2011

carignan, mourvèdre, syrah, grenache (29 euros)

Un nez superbe, aussi complexe que bien fruité. Charnu en bouche, avec des tanins veloutés. Long et très beau. Un vin de classe, un peu cher mais qui peut valoir son prix pour des amateurs (15,5/20)

Domaine de Montcalmes 2011

syrah, grenache, mourvèdre (22 euros)

Nez intense. Même intensité en bouche mais encore un peu fermé. Belle fraîcheur. L’ensemble aura besoin d’un peu plus de temps. (14,5/20)

Domaine du Pas de l’Escalette, Le Grand Pas 2012

grenache, carignan, syrah

Le nez ne m’a pas semblé net, car très animal. Cela se confirme en bouche, avec une texture et une finale asséchante et crayeuse. Je soupçonne une présence de bretts. Le propriétaire m’a assuré du contraire mais je n’ai pas aimé ce vin.

Domaine de la Réserve d’O 2010 (en magnum)

syrah, grenache, cinsault (30 euros le magnum)

Un peu à part dans cette série, car issu d’un millésime plus ancien et, de surcroît, servi en magnum. Un très beau nez, exaltant par ses parfums. La bouche confirme avec une très belle qualité de fruit qui entoure des tanins encore présents mais raffinés et une très belle fraîcheur. (16/20)

A noter qu’on produit ici aussi des blancs assez fins (par rapport à la plupart des blancs de la région), mais qui ne peuvent se vendre que sous la désignation IGP. Les prix sont malheureusement du même niveau que les rouges, donc un peu chers quand on les compare à d’autres blancs de qualité équivalente d’ailleurs, car, pour 25 euros la bouteille j’estime qu’on peut trouver de meilleurs vins vins blanc en Bourgogne, en Alsace ou en Loire, par exemple.

David

 


1 commentaire

Soif d’ailleurs et de la Croatie

Tandis que deux de mes collègues se promenaient en Autriche, j’ai poursuivi le chemin qui borde le Danube sur sa rive droite, vers le sud et la Croatie. Il est vrai que j’ai pu le faire sans quitter Paris, grâce à une récente dégustation dans la belle boutique du caviste parisien Soif d’Ailleurs. Mais j’ai déjà pu visiter les vignobles de ce pays à deux occasions et j’en avais parlé sur ce blog.

Soif d’Ailleurs est un objet rare en France : une boutique entièrement dédiée aux vins d’importation. Cela ne plaira peut-être pas aux vino-nationalistes, mais tant pis pour eux ! Ce qui double son intérêt est le fait que la gamme est large et les vins sont bien choisis. Ce qui le triple est qu’ils sont vendus à des prix très raisonnables. Et, en prime, l’endroit est beau, dépouillé et bien éclairé, avec une salle de dégustation/conference dans le fond et les flacons bien présentés. Seul petit bémol (du moins pour moi) est qu’il faut s’aventurer au fin fond du 3ème arrondissement de Paris pour y aller. Passons sur cette considération bêtement égoïste.

new_wine_regions_of_croatia_large

Notre sujet étant les vins croates, un petit rappel s’impose car j’imagine que peu de nos lecteurs sont très familiers avec la production de ce pays issu de l’ex Yougoslavie, qui a rejoint la Communauté Européenne en 2013. La Croatie, qui autrefois faisait partie de l’Empire austro-hongrois, à une histoire avec le vin aussi longue que toutes les zones périphériques de la mer méditerranée, et dont elle conserve trace à travers une collection impressionnante de cépages dont certains sont aussi rares qu’anciens. Si la Croatie reste un petit pays, avec une production qui le situe au 30ème rang mondiale, la consommation de vin par habitant le met en deuxième ou troisième place !

Les régions viticoles croates peuvent se diviser en trois ou quatre principales parties (voir carte ci-dessus), dont deux se trouvent sur la mer Adriatique. La zone intérieure est essentiellement constitué par la Slavonie qui se trouve bordée au nord par la Slovénie (ne pas confondre), puis une partie orientale qui est frontalière avec la Hongrie et la Serbie. La plus méridionale et chaude des grandes regions est la Dalmatie, qui longe la côte et couvre pléthore d’îles, dont les plus connues se nomment Hvar et Korcula. Au nord-ouest du pays, l’Istrie, qui a longtemps été sous domination italienne, a un profil très distinct de la Dalmatie et constitue une sorte de pont vers la Slovenie et le Frioul italien.

baranja_croatia1vignoble en Slavonie

La Slavonie a un climat continental, avec des températures hivernales fraîches et une production largement dédiée aux vins blancs. C’est également une région de forêts et le chêne de Slavonie est très réputé dans tous les pays autour pour les vaisseaux vinaires. Le style des vins est à comparer à ceux des pays proches : Slovénie, Autriche et Hongrie en particulier.

Dalmatievignoble de la côte dalmate

La côte dalmate a un climat bien plus tempéré et chaud, bien que l’humidité peut y poser problème, comme cet été. Les vins rouges y dominent, à travers de nombreux cépages très intéressants, comme le Tribidrag (qui est la version originale du Zinfandel de Californie), ou le Plavac Mali, un de ses enfants. Certains des vignobles y sont très spectaculaires et deux parcelles ont été classés avec l’équivalent d’un rang de grand cru : Dingac et Postup. Ces vins commandent des prix élévés sur place mais sont peu exportés.

istriavignoble istrian

L’Istrie, région partagé avec la Slovénie, contient une autre gamme de cépages don’t le très intéressant Teran, variété rouge que l’on trouve également en Slovénie et aussi en Italie sous le nom de Refosco. Malheureusement cette variété est actuellement la victime d’une tentative grotesque de protectionnisme politico-économique de la part des slovènes alors qu’ils n’en ont jamais eu le monopole. D’ailleurs qui peut justifier la “propriété” d’un variété de plante ? Les meilleurs vins blancs utilisent souvent une forme de Malvoisie.

Ma petite dégustation (little tasting, le Big Tasting a eu lieu ce weekend !)

les prix mentionnés sont ceux de la boutique Soif d’Ailleurs à Paris

1). région Slavonie

Krauthaker Zelenac 2012 (blanc sec)

Cépage : 100% zelen (une variété très rare, paraît-il)

Prix 13 euros

Tendre et assez aromatique, autour d’arômes de fruits blancs. Sensation de richesse en bouche et saveurs gourmandes relevées par une acidité moyenne et enrobé dans une texture un peu grasse. Longueur décente pour la catégorie de prix.

Krauthaker Grasevina IBPB 2009 (blanc moelleux, mais je ne sais pas ce que signifie IPBP, désolé)

cépage : 100% grasevina (la variété la plus plantée dans le région)

prix : 27/28 euros

Nez très expressif et complexe : fruits exotiques comme mangue carambole, lychee. Puis écorces d’orange en bouche aussi. Belle sucrosité et texture très suave. Somptueux, même s’il est un peu juste en acidité pour un parfait équilibre.

2). région Istrie

Coronica Malvasja Istarska 2013 (blanc sec)

cépage : 100% malvasie d’Istrie

prix 14 euros

Présence marqué de CO2 (pour éviter du soufre ou pour garder de l’acidité ?). Vibrant du coup, avec de jolis parfums. Sensation de pureté et de délicatesse. J’aime beaucoup, même avec le gaz.

Kozlovic Teran 2012 (rouge sec)

cépage 100% teran (l’objet de ce litige aussi bête qu’indéfendable de la part des slovènes)

prix 14 euros

Un vin encore un peu austère, mais c’est le profil type de cette variété selon ceux que j’ai pu déguster ailleurs. Belle fraîcheur et équilibre, grâce à des tannins bien extraits et sans excès qui aurait pu masquer une joli fruité de cerises amers. Une combinaison réussite entre fermeté et délicatesse.

3). région Dalmatie

Zlatan Plenkovic Posip 2012 (blanc sec)

cépage : 100% posip (la plus planté des variétés blanches sur cette partie de la côte)

prix 19 euros

Présence d’un peu de CO2, certainement pour alléger un peu le poids de ce cépage qui tend vers la richesse en alcool. Parfums de fruits et de fleurs. Tendre, voir un peu mou en bouche. Presque bien équilibré et agréable à boire.

Leo Gracin Babic Tirada 2009 (rouge sec)

cépage : 100% babic

prix +/- 22 euros

Sa richesse en alcool le situe dans la famille des grenache, mais cette variété a bien plus d’acidité il semble. Si le fruité est proche de la confiture, la bouche reste bien vibrante et alerte, sans la lourdeur qui guette trop souvent le grenache mur. Long et très gourmand.

Stina Plavac Mali 2010 (rouge sec)

cépage 100% plavac mali

prix 19 euros

Assez intense, chaleureux et un peu tannique. Beaucoup d’intensité dans une belle matière. Long. Me fait penser à un beau chateauneuf. On sent un peu le lien de parenté abec le zin.

Zlatan Plenkovic Crljenac Kastelanski 2009 (rouge sec)

cépage 100% crljenac kastelanski (alais tribidrag, alias zinfandel, alais primitivo)

prix 29 euros

Très riche et très gourmand. L’alcool doit y être conséquent, mais que c’est bon et expressif. Mon vin préféré, avec le précédent. On voyage là !

 

Carnet d’adresses

Soif d’Ailleurs, 38 rue Pastourelle, 75003 Paris (www.soifdailleurs.com)

Et l’importateur en France de ces vins croates est Thierry Lurton, de Château Camarsac (http://www.thierrylurton.com/33-les-vins-croates)

 

David Cobbold


6 Commentaires

Agnieszka nous parle du Beaujolais

Notre consoeur polonaise Agnieszka Kumor – une habituée de nos samedis – a consacré cette semaine une chronique sur RFI au Beaujolais. Actualité oblige. Elle nous permet de la reproduire ici.

Le troisième jeudi de novembre rime avec l’arrivée du Beaujolais nouveau. Ce vin primeur, apprécié jusqu’au Japon, représente aujourd’hui un tiers de la production totale de ce vignoble, qui malgré le ralentissement de l’économie mondiale a su garder ses parts de marché à l’exportation. Les vignerons du Beaujolais se réjouissent. Après deux millésimes en berne, la production du vin primeur devrait avoisiner cette année les 200 000 hectolitres, sur un total de 750 000 hectolitres de vin qui devrait être produit dans ce vignoble.

«Le Beaujolais nouveau a toujours son marché. Et cela reste un marché fort», rappelle Jean Bourjade, directeur général de l’Inter Beaujolais. En effet, 57 % de la production de ce vin nouveau restent en France, mais les 43 % restants sont expédiés dans 110 pays. Avec un tel pourcentage de son produit phare présent à l’international, la région est un des leaders du vignoble français à l’exportation.

Changement d’image

Il y a plusieurs raisons à cette réussite. Depuis quinze ans, la qualité de ce vin primeur n’a cessé d’augmenter.

Pourtant, il a fallu une forte prise de conscience pour réussir à changer l’image du vignoble, dont la réputation avait été ternie par un vin facile, de mauvaise qualité et produit abondamment. La chute brutale des exportations au début des années 2000 a changé la donne. C’est tout le modèle économique de la région basé sur la quantité qui était à revoir. Il y a quatre ans, l’Interprofession a décidé de réguler le marché. Les producteurs n’ont désormais plus le droit de commercialiser plus de la moitié de leur production sous forme de vin nouveau. Il s’agit de mettre en vente des volumes beaucoup moins importants que par le passé. L’objectif est de maintenir une valorisation du produit et se prémunir de la baisse des prix. Parallèlement, on a réduit fortement le rendement par hectare et perfectionné les techniques de vinification.

Résultat : aujourd’hui, seul un tiers de la production totale du vignoble est consacré à ce vin primeur, décliné en Beaujolais et Beaujolais-Villages nouveau. Les deux tiers restants sont mis en avant en tant que vins de garde, qui peuvent se boire dans les deux à trois ans. Les dix crus de Beaujolais, soit le haut de gamme produit sur des zones géographiques délimitées, gagnent de nouveaux consommateurs.

Maintenir les parts de marché

Les producteurs se sont, par ailleurs, regroupés pour vendre et promouvoir ensemble leurs vins. Grâce à un travail acharné, ils ont su garder leurs marchés stratégiques, que sont principalement le Japon, les Etats-Unis et l’Allemagne. Ceci malgré une ambiance globalement morose. A lui seul, le Japon attire plus de la moitié du Beaujolais nouveau exporté dans le monde. L’année dernière, 7 millions de bouteilles ont été vendues sur le marché japonais, qui pourrait toutefois souffrir de la récession et de la hausse de la taxe à la consommation. En revanche, les ventes sur le marché américain pourraient se stabiliser cette année, le Beaujolais nouveau accompagnant traditionnellement les plats de la fête de Thanksgiving. Parmi les marchés qui montent, la Russie pourrait faire défaut, si l’embargo russe sur les produits agricoles européens se poursuit. Mais les producteurs misent déjà sur les nouveaux marchés que pourraient devenir la Chine, le Brésil ou la Corée du Sud, devenue un vrai fan de Beaujolais !

Agnieszka Kumor


2 Commentaires

Des doutes, toujours, des certitudes, rarement, et du Beaujolais, aussi souvent que possible

Je doute souvent. Et à peu près de tout. Je lisais cette semaine dans Le Monde des Livres un article sur le biologiste, médecin et philosophe Henri Atlan intitulé « Douteur ès Sciences » et je me trouve bien en phase avec les positions de cet homme, sans posséder le 10ème de son savoir. Quel est le rapport avec le vin ? A peu près tout. Par exemple, je doute souvent de ma capacité (et de celle des autres) à juger la qualité d’un vin avec une pertinence quelconque pour autrui. Je doute de la validité de très nombreux principes des AOC. Je doute de la pertinence des études géologiques détaillées appliqués au vin (mais pas du concept du terroir !). Mais, à côté de cela, j’ai aussi quelques rares certitudes. Par exemple, je suis sur que les modes fluctuent et changent : cela s’avère année après année. On le voit avec le cas du Beaujolais dont il sera largement question dans cet article. Une autre de mes certitudes se situe sur le terrain commercial, qui est quand même le nerf de la guerre. Il s’agit de la nécessité des « petits » producteurs de vin de s’associer pour promouvoir et vendre leurs vins. On s’arrêtera là pour le moment.

Cette semaine verra la sortie du Beaujolais Nouveau. J’ai toujours aimé ce moment festif autour du vin, sans nier le tort que cette grosse promotion collective a pu faire à l’image des vins de toute cette région, dont une bonne partie possède des qualités bien au delà du simple « fruité, bu et pissé ». La semaine dernière j’ai pu déguster quelques cuvées (une petite dizaine) de Beaujolais Nouveau et je vous en parlerai à la fin de cet article. Le millésime 2014 me semble avoir beaucoup de qualités en Beaujolais avec une belle intensité d’un fruit qui fait preuve de maturité, et j’ai trouvé des vins tout à fait délicieux.

Par la même occasion, j’ai aussi dégusté quels crus du Beaujolais, dans les millésimes 2012 et 2013 et issus des mêmes domaines que ceux qui proposaient les cuvées de vin nouveau. Et le moins que l’on puisse dire est que la gamme des vins rouges de cette région couvre un spectre bien plus large que celui communément reçu par l’opinion public. Il y avait là des cuvées de Régnié, de Brouilly, de Fleurie ou de Morgon ayant de vraies qualités de vins de petite garde, avec de la structure et du fond, sans perdre le caractère charmeur du fruit de leur gamay noir.

L’occasion de cette petite dégustation était une présentation des vins d’une association appelée Terroirs Originels, qui réunit une vingtaine de vignerons indépendants du Beaujolais et du Maconnais. Pour voir de quoi il s’agit, allez visiter leur site qui explique très clairement l’approche, ainsi qu’il présente les individus qui en font partie (http://www.terroirs-originels.com/). C’est cette association, entre autres, qui me confirme dans l’opinion exprimée ci-dessus quant à l’utilité, voire la nécessité, pour des vignerons ayant peu d’hectares chacun de s’unir pour vendre, en France ou à l’export, mais aussi pour présenter leurs vins à la presse et aux professionnels.

Nous savons tous que le phénomène Beaujolais Nouveau n’est pas une pure invention « marketing » du temps modernes, mais qu’il est l’héritier d’une tradition, oubliée et très ancienne, qui faisait que les vins (sauf quelques liquoreux) ne se vendait que pendant leur jeunesse, vu l’impossibilité de bien les conserver avant l’arrivée des bouteilles industrielles et de l’usage du soufre. La réussite de cette fête un peu bacchique doit aussi, très probablement, une part de son succès populaire à la période de l’année et à la météo connexe de l’hémisphère nord. L’été est loin, les jours de raccourcissent rapidement, le froid arrive et les fêtes de fin d’année ne sont pas encore là. Le prétexte pour conjurer la déprime et illuminer les idées noires tombe très bien. Mais chaque médaille à son revers, et la simplification de l’image des vins de toute une région, avec ses nuances, ses variations, ses capacités et expressions différentes, ont été, pendant longtemps, noyés sous le flot de ce vin simple et gai, mais un peu trop uniforme par moments.

Je crois que cette période est révolue, et je l’espère de tout coeur. Les nombreux producteurs de qualité de cette belle région le méritent amplement. En tout cas, les vins que j’ai dégusté (il est vrai qu’ils ne représentent qu’une infime partie de l’offre) n’avaient rien de triste, mais ils n’étaient ni simplistes ni monolithiques non plus. Chaque vigneron, et chaque cuvée passait une expression particulière parmi les vins de Beaujolais et Beaujolais Villages 2014 que j’ai dégusté, et à fortiori avec les crus. Voici des notes sur les vins que j’ai préféré, avec une photo des producteurs en question. Car je crois aussi (mais ce n’est pas une certitude) que l’homme fait bien plus pour la personnalité d’un vin que la géologie. Cette dernière disciplines permets de faire de bien jolies cartes quand même !

 

emmanuel_fellot-1

Beaujolais Nouveau 2014, Emmanuel Fellot

Frais et délicat avec une superbe qualité de fruit. Un vin fin et léger, à lamper avec bonheur.

Beaujolais Villages Nouveau 2014, Emmanuel Fellot

Possède la même belle qualité de fruit mais aussi une structure plus présente et, logiquement, davantage de longueur. Une très belle cuvée qui nous amène loin des poncifs qu’en entend encore et toujours sur ce type de vin.

 

robert_perroud-1 Beaujolais Nouveau 2014, Robert Perroud

Le nez est splendide, très expressif. En bouche cela se confirme  avec un bouquet de fruits frais, d’une gourmandise parfaite. Je  dirai même que c’est un Beaujolais nouveau idéal et tout à fait  délicieux.

 

lucien_lardy-1

Beaujolais Villages Nouveau 2014, Lucien Lardy 

Encore une délice, mais qui possède un peu plus de fond et de structure que le vin précédent. J’en boirais bien un tonneau !

 

 

La mode et les étiquettes

IMG_6405

 

Les étiquettes en Beaujolais, comme ailleurs, évoluent et c’est tant mieux. Une petite tendance remarquée lors de cette dégustation est l’apposition, en grand, d’une date qui n’est pas celle du millésime du vin en question. Cela est illustré par ces trois cuvées différents de Beaujolais et Beaujolais Villages Nouveau de Jean-Michel Dupré, vigneron de la commune de Regnié qui bénéficie d’un stock impressionnant de vieilles vignes. C’est donc l’année de plantation de la majorité de chaque parcelle (oui, il fait bien remplacer les pieds morts) qui lui donne son identité. Emmanuel Fellot utilise aussi ce principe d’une date écrite en grand sur ses étiquettes. Mais dans son cas in s’agit de 1828, année de l’installation de sa famille sur le domaine. L’ancrage dans l’histoire reste un constant, indépendamment des modes. Les vins  de Dupré sont bons, mais ne faisaient pas partie de mes préférés car j’ai trouvé leur acidité un peu trop présente. La partie pris de Dupré est d’éviter toute chaptalisation dans ses vins nouveau. C’est un peu comme la religion : on y adhère ou non par principe/croyance, mais pas vraiment par goût.

Et les crus

Voici une petite sélection, toujours issus des ce groupe de vignerons.

Domaine Dupré, Régnié 2012

J’ai aimé sa facilité d’accès et sa relative souplesse. Bon fruit et une certaine densité.

Robert Perroud, Brouilly « Pollen », 2013

Ce vin, qui a vécu 12 mois en fût est très structuré et possède une longueur impressionnante. Sa finale qui un peu sèche me fait penser qu’un peu moins de temps en bois aurait été préférable. Mais il faut certainement l’attendre aussi pour le laisser exprimer tout son potentiel.

Lucien Lardy, Fleurie 2013

Un très joli vin avec beaucoup de fond. C’est intense, relativement tannique, avec une structure bien en phase avec la matière. Un très beau vin qui peut se mesurer à d’autres bien plus chers.

L. Gauthier, Morgon Côte de Py 2013

Autre cuvée solide, aussi large que trapue. Sa texture légèrement rugueuse le situe un peu en dessous de la précédente.

 

Et bientôt des Premiers Crus ?

Je sais que l’inter-profession cherche à établir, à l’avenir, une sorte hiérarchie à l’intérieur des crus que prendra la forme d’un certain nombre de parcelles ayant le statut de premiers crus. Pour cela ils ont fait creuser de milliers de trous dans le vignoble afin de regarder ce qui se passe en dessous. Je ne sais pas trop ce qu’il faut penser de ce projet. D’un côté c’est bien, car cela fera parler des qualités de certains vins. Mais d’un autre, je ne suis pas convaincu que cela reflétera réellement une échelle qualitative crédible pour le consommateur, tant le rôle du producteur individuel me semble être au cœur de cette affaire.

 

David Cobbold

 

 


3 Commentaires

Vineglorious! & other tales

vineglorious-coverJim presents his apologies but today’s post has been delayed by a long dinner featuring 21 wines from Gigondas stretching from 2006 back to 1995. Despite scrupulous observation of the precepts of La Modération, this billet will not be completed until later on today.

A few hours later…. before moving onto Vineglorious! and other tales I should pick out my favourite wines from the marathon Gigondas Ageability Dinner. In order of vintage I was particularly impressed by: 2005 Confidentiel Montirius, 2004 Domaine Saint Gayan, 2000 Château de Saint Cosme, 2000 Domaine la Boussière and the 1999 Domaine les Pallières.

Vineglorious – Switzerland’s Wondrous World of Wines: Ellen Wallace
I met Ellen in Montreux at the 2014 Digital Wine Communications Conference. She is a journalist, editor and publisher. Born in America Ellen moved to France and then to Switzerland in 1985. Vineglorious! is self-published and is that rare beast a book on Swiss wines in English.

This is not your typical wine book – more a series of impressions or short articles highlighting aspects of Swiss wine.This is probably not a book for a wine geek, so if you are looking for a treatise on Swiss wine this is not it. Ellen’s intention is to capture the reader’s interest rather than provide information in regimented order as in the classic wine book format. She often concentrates on stories rather than how many hectares, vines per hectare etc. Telling the myth of Hannibal’s elephants and Barry the dog with his handy brandy, Charles the Bold and his silver bathtub or the 19th century counterfeiter Joseph-Samuel Farinet, who became a Robin Hood figure and now has a vineyard, which belongs to the Dalai Lama, planted in his memory on the Colline Ardente above the village of Saillon.

Ellen decided against having an index in her book. Instead she has one on-line that can be updated with links to information on her website. It can also available as a printable pdf minus the links to the articles. Due to its episodic nature Vineglorious! needs an index if you are looking for a specific vineyard or grape variety rather than just wanting to dip into it.

Vineglorious is available p&p from 30 Chf within Switzerland 35 Chf in other parts of Europe.

 ***

41qCVz0gWQL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-v3-big,TopRight,0,-55_SX278_SY278_PIkin4,BottomRight,1,22_AA300_SH20_OU02_

Simon Woods: The World’s Shortest Wine Book* *maybe

People, who live in the north of England, are renowned for being blunt. Simon Woods lives in Greater Manchester and his new book is full of admirably blunt, good advice.

‘It’s bollocks.’ – science of food and wine matching.

‘The easiest way to get more out of a bottle of wine? Buy some decent glasses.’ Rather than recommending expensive and often fragile Riedel glasses, Simon suggests you head for IKEA and buy the Hederlig range at £1.40 a pop – ‘they’re perfectly adequate for all but the most picky drinkers’.

France and Italy: the greatest wines, the grottiest marketing

‘Let’s not beat about the bush, some countries make wine that is dispensable. If Chile or England didn’t exist, there wouldn’t be too many people in the wine world who would shed a tear. Unless they came from Chile or England. Ditto for much of Eastern Europe and Canada. But if France or Italy didn’t exist…’

‘Add in the national character traits – stubborness for the French, vanity for the Italians – and you have a marketing nightmare. It’s no wonder that many people opt for New World wines called simply Blob Estate Cabernet Sauvignon.
Subtitled ’21 ways to get more out of a bottle of wine’ Simon’s 64 page book is self-published with 21 short chapters. He actually wrote three more short chapters which you can get by emailing him.   Simon Woods: The World’s Shortest Wine Book* *maybe available for £5 or less on Amazon. 

•••

Invest in brass necks!

good friend!

‘good friend to customers’ not sure the creditors of bust Vinance plc owed £15 million would entirely agree…

It was nearly three weeks ago that a comment from an anonymous source alerted me to the existence of Simon Ford’s Electus Wines Ltd:
‘Jim, after the Vinance debacle am stupefied to see that Simon Ford has set up a new wine investment firm.’
Following Vinance plc’s collapse into liquidation on 17th May 2013, Electus Wines Ltd was set up on 16th July 2013. It has two directors 37-year-old Simon John Ford, based in Ottawa, Canada and 69-year-old Timothy Graham Ford (Simon’s father) based in London SE3. Electus Wines Ltd is registered c/o Lester Aldridge LLP, WSP House, 70 Chancery Lane, London WC2A 1AF. Timothy Ford is a consultant to Lester Aldridge LLP and is the Chairman – Reading University Pension Fund. See his Linkedin profile.


7 Commentaires

Plaisirs simples et, parfois, une touche de luxe

Très honnêtement, j’ai autant de plaisir avec des choses simples qu’avec des produits souvent qualifiés dans la catégorie « luxe ». Mais que veut dire ce mot bizarre ? Je crois qu’il ne s’agit pas simplement l’aspect factice et « bling-bling » du luxe qui envahit de plus en plus la plupart des médias, comme des boutiques des centres villes. Pour moi, ce sont surtout des choses peu accessibles, soit par leur prix (si possible lié à leur qualité), soit par leur rareté, soit par la difficulté d’en jouir aussi souvent qu’on le souhaiterait. Le temps, par exemple, est une denrée qui, pour des individus très (trop ?) pris par l’intensité du quotidien peut sembler relever du luxe.

Si j’applique cette définition au monde du vin, je suis amené à inclure dans la catégorie « luxe » des vins rares, mais pas nécessairement très chers, des vins d’ailleurs auxquels je n’ai pas facilement accès en France, et aussi, bien entendu, des flacons très prisés par des amateurs fortunés et dont les prix se sont envolés dans le stratosphère. Ce qui est la cas maintenant pour à peu près tous les vins de Bourgogne hors les régions maconnaise et chablisienne. Ensuite il faut déterminer, chacun en fonction de ses moyens, ce qui est inaccessible (ou pas « raisonnable ») et ce qui l’est moins. Dans mon cas, je refuse de dépenser plus de 50 euros sur une bouteille de vin, sauf de très rares exceptions et dans un moment de folie ou de richesse très passagère. Et, en générale, je ne dépasse que très rarement la moitié de cette somme là. Je parle là d’un achat « vente à emporter », mais j’essaie aussi de m’en tenir là dans les restaurants, ce qui est une exercice difficile ! Mais, de temps en temps, je découvre un flacon ayant sommeillé dans ma cave, ou m’ayant été donné par quelqu’un d’aussi généreux qu’attentionné, et qui me procure un plaisir immense, à la hauteur (peut-être) de la valeur monétaire du flacon en question qui dépasse mes propres limites budgétaires.

IMG_6386Une belle étiquette qui a un peu soufferte dans ma cave, mais peu importe, la bouteille est vide. Oui, le shiraz australien peut être d’une finesse aussi remarquable qu’un très bon Côte Rôtie.

Ce fut les cas l’autre jour, en extrayant de ma cave une belle bouteille à partager avec des amis à la maison. Clonakilla est un domaine familiale situé au nord du capital d’Australie (Canberra, pour ceux qui cherchent). Ce n’est pas une zone viticole célèbre comme Coonawarra ou Barossa, mais John Kirk, qui est arrivé en Australie en 1968  d’Ireland après des études de biochimie en Angleterre, a décidé d’y acheter du terrain puis d’y planter de la vigne à partir de 1971. Dans cette zone appelé Murrumbateman, le climat est relativement frais et la viticulture fut d’abord un « hobby » pour John Kirk. Après avoir été rejoint par son fils Tim, cette activité s’est développé au point de devenir un des domaines de référence du pays, surtout pour son vin phare, un shiraz/viognier. Cette cuvée fut produite pour la première fois en 1992, inspiré par une dégustation faite par Tim chez Marcel Guigal. Pour ceux ou celles qui doute de la capacité de ce pays-continent à produire des vins ayant autant de finesse que d’intensité, ce vin devrait les convaincre pleinement. Ce Clonakilla Shiraz viognier 2001 que j’ai dégusté dans sa 13ème année était vibrant, raffiné, soyeux, fruité, complexe, long, équilibré et, finalement, assez exceptionnel pour m’émouvoir. Que demander de plus ? Une caisse dans ma cave, là, tout de suite ! Difficile pour moi car le prix de ce millésime (si on peut encore en trouver en Australie) dépasse les 100 euros. Un millésime récent peut peut-être se procurer pour un peu plus de 50 euros. Une folie drôlement tentante et merci à l’ami qui me l’a offert !

IMG_6400Scène du marché de samedi à Valence d’Agen : potirons, raisins et chataignes. Après on déjeune…

Maintenant revenons sur terre pour d’autres plaisirs simples et infiniment plus abordables. Ja passe une semaine en Gascogne afin de profiter de l’automne qui alterne les rayonnement des couleurs de feu avec le gris/brun humide et les brumes matinales. Après des courses au marché de samedi, quoi de mieux qu’un déjeuner dans la partie bistrot du restaurant l’Horloge, à Auvillar.

IMG_6397La façade du restaurant l’Horloge, à Auvillar (82). Havre de paix, de bonne nourriture, vin et musique. En été dehors sous les platanes, maintenant dedans

C’est mon restaurant préféré du secteur, et, autre cause essentiel à mon bon plaisir, la carte de vins est très bien choisie et les prix y sont abordables. A chaque visite je prends plaisir à laisser Jérome, le sommelier; me servir à l’aveugle des vins au verre issus de ses récentes découvertes. Voilà une autre forme de luxe, ne pas avoir à choisir ! Je me trompe plus souvent que je ne devrais sur leur origine, mais on s’en fout ! L’essentiel est dans le verre et pas dans le « savoir » qu’on mettra autour.

IMG_6388Les deux vins qui m’ont été servis au verre ce jour-là

Le blanc vient de Limoux mais ne bénéfice par de cette appellation. Peut-être contient-il trop de chenin, ou pas assez de chardonnay. J’ignore la raison, et ces règles absurdes des AOP je commence à m’en moquer et de m’en méfier, car cela ne conduit pas toujours vers une qualité accrue.  Le vin était parfait, droit, fin, gourmand, pleinement satisfaisant avec une soupe laiteuse (la crème était délayée comme il faut et pas épaisse) de chataîgnes, délicate et réchauffante. Je ne connaissais pas ce Domaine de Hautes Terres, mais il sait faire du bon vin. Idem pour le rouge, un Minervois ayant beaucoup de fraîcheur (merci la part de carignan) et juste ce qu’il fallait de fruit et de structure pour accompagner la lapin. La cuvée est parfaitement nommé et ces deux vins prouvent, une fois de plus, que le Languedoc évolue vers de plus en plus de finesse dans sa meilleur production.

Deux vins parfaits, pas chers, bien servis et le tout (repas pour deux avec trois verres de vin et un café) pour 50 euros. Ma limite pour l’achat d’une seule bouteille d’exception. La beauté des plaisirs (relativement) simples. Je ne vais pas si souvent au restaurant, mais j’aimerais bien que cela soit toujours comme cela !

IMG_6391

David

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 296 autres abonnés