Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


13 Commentaires

20 novembre 2014 – journée noire pour l’e-commerce du vin en France

EMericSautya

Emeric Sauty de Chalon: a great magician whose renowned speciality is changing cases of First Growth Bordeaux into bottles of Bordeaux Supérieur that can be purchased from Cora supermarkets for 5.50€. « Emetic is a rare talent! » Charles Ponzi.

FabienHyon

Fabien Hyon: another great magician

’20 novembre 2014 – Validation du plan de continuation d’Héraclès – COMMUNIQUE DE PRESSE

Héraclès annonce aujourd’hui que le Tribunal de commerce de Paris a homologué son plan de continuation, entraînant la clôture de la procédure de redressement judiciaire de la société faîtière du groupe. Ce plan a été présenté avec le soutien du partenaire financier historique du groupe. En octobre 2013, Héraclès s’était placée sous la protection du Tribunal de Commerce de Paris afin de mettre en place un plan de traitement global et équitable des derniers clients attendant des Bordeaux Primeurs.

Au cours des douze derniers mois, il a été possible de construire une solution permettant à tous les clients concernés d’obtenir soit le remboursement intégral et progressif du montant de leur commande, soit une livraison garantie d’une sélection de vins de Bordeaux de qualité. A ce jour, plus de 500 clients concernés ont choisi une livraison de vins en remplacement de leur commande initiale de Bordeaux Primeurs.

Avec la clôture de la procédure de redressement judiciaire, Héraclès a donc aujourd’hui l’opportunité de reprendre sereinement le développement de l’activité de vente de vins des différentes marques du groupe.’

•••

Last Thursday Heracles, a French internet wine company, announced in the above press release that the Tribunal de Commerce in Paris had accepted their business plan, which included how they would repay their many creditors and that they were now out of administration. Heracles used to be called 1855. However, following its longstanding failure to deliver en primeur Bordeaux to its clients the name was cleansed and changed to Heracles as 1855’s reputation had become so noxious and toxic.

For the benefit of English speaking readers of our blog, here is a translation. Because of the differences between French and English It is always difficult to provide an exact translation instead this gives the broad sense of Emeric and Fabien’s message.

‘We are delighted to announce today that our lobbying of the Tribunal de Commerce (Paris) has paid off handsomely. They have accepted our largely fictitious business plan and we are now out of administration. Having friends in very high places has made this possible and we are hugely grateful to our long-term supporters. Heracles went into administration in October 2013 and, due to the extreme leniency shown by the court, this has provided us with a wonderful opportunity to again shaft our clients, waiting patiently for their en primeur Bordeaux, with an ‘equitable’ plan!

Cora – Foire aux Vins 14 -Massy

Cora (Massy branch) Foire aux Vins d’Automme 24th September – 11th October

LesE-Bordeaux Sup

Offered by Heracles in exchange for Latour, d’Yquem etc. 2012 Bordeaux Supérieur Château les Eyraux at €5.50. Production 30,000 bottles. The sail on label recalls that of Ch Beychevelle…

Over the last 12 months we have cooked up a repayment ‘plan’ that only the most stupid of our creditors could accept. We are happy to guarantee that in place of the cases of Lafite, Latour, Margaux etc. ordered by our idiotic and gullible clients we will palm them off with some bottles of 2012 Bordeaux Supérieur that could have been bought recently in some branches of Cora supermarkets for 5.50€. ‘May palm off’ is probably more accurate here as we cannot guard against any technical and logistical problems we may experience with our deliveries. Amazingly to date over 500 of our increasingly desperate clients have accepted our ludicrous offer of 2012 Bordeaux Supérieur in exchange for their top Bordeaux ordered years ago en primeur!

Now that we are out of administration we will serenely continue to shaft our clients at every opportunity using the full gamut of the various companies under the Heracles’ umbrella. We are eternally grateful that the Tribunal de Commerce has given us the green light to defraud with complete impunity anyone foolish enough to order wine through our companies. Why change a winning system!

As Emeric often says – « Never give a sucker an even break…! »‘

Jim Budd


5 Commentaires

Agnieszka nous parle du Beaujolais

Notre consoeur polonaise Agnieszka Kumor – une habituée de nos samedis – a consacré cette semaine une chronique sur RFI au Beaujolais. Actualité oblige. Elle nous permet de la reproduire ici.

Le troisième jeudi de novembre rime avec l’arrivée du Beaujolais nouveau. Ce vin primeur, apprécié jusqu’au Japon, représente aujourd’hui un tiers de la production totale de ce vignoble, qui malgré le ralentissement de l’économie mondiale a su garder ses parts de marché à l’exportation. Les vignerons du Beaujolais se réjouissent. Après deux millésimes en berne, la production du vin primeur devrait avoisiner cette année les 200 000 hectolitres, sur un total de 750 000 hectolitres de vin qui devrait être produit dans ce vignoble.

«Le Beaujolais nouveau a toujours son marché. Et cela reste un marché fort», rappelle Jean Bourjade, directeur général de l’Inter Beaujolais. En effet, 57 % de la production de ce vin nouveau restent en France, mais les 43 % restants sont expédiés dans 110 pays. Avec un tel pourcentage de son produit phare présent à l’international, la région est un des leaders du vignoble français à l’exportation.

Changement d’image

Il y a plusieurs raisons à cette réussite. Depuis quinze ans, la qualité de ce vin primeur n’a cessé d’augmenter.

Pourtant, il a fallu une forte prise de conscience pour réussir à changer l’image du vignoble, dont la réputation avait été ternie par un vin facile, de mauvaise qualité et produit abondamment. La chute brutale des exportations au début des années 2000 a changé la donne. C’est tout le modèle économique de la région basé sur la quantité qui était à revoir. Il y a quatre ans, l’Interprofession a décidé de réguler le marché. Les producteurs n’ont désormais plus le droit de commercialiser plus de la moitié de leur production sous forme de vin nouveau. Il s’agit de mettre en vente des volumes beaucoup moins importants que par le passé. L’objectif est de maintenir une valorisation du produit et se prémunir de la baisse des prix. Parallèlement, on a réduit fortement le rendement par hectare et perfectionné les techniques de vinification.

Résultat : aujourd’hui, seul un tiers de la production totale du vignoble est consacré à ce vin primeur, décliné en Beaujolais et Beaujolais-Villages nouveau. Les deux tiers restants sont mis en avant en tant que vins de garde, qui peuvent se boire dans les deux à trois ans. Les dix crus de Beaujolais, soit le haut de gamme produit sur des zones géographiques délimitées, gagnent de nouveaux consommateurs.

Maintenir les parts de marché

Les producteurs se sont, par ailleurs, regroupés pour vendre et promouvoir ensemble leurs vins. Grâce à un travail acharné, ils ont su garder leurs marchés stratégiques, que sont principalement le Japon, les Etats-Unis et l’Allemagne. Ceci malgré une ambiance globalement morose. A lui seul, le Japon attire plus de la moitié du Beaujolais nouveau exporté dans le monde. L’année dernière, 7 millions de bouteilles ont été vendues sur le marché japonais, qui pourrait toutefois souffrir de la récession et de la hausse de la taxe à la consommation. En revanche, les ventes sur le marché américain pourraient se stabiliser cette année, le Beaujolais nouveau accompagnant traditionnellement les plats de la fête de Thanksgiving. Parmi les marchés qui montent, la Russie pourrait faire défaut, si l’embargo russe sur les produits agricoles européens se poursuit. Mais les producteurs misent déjà sur les nouveaux marchés que pourraient devenir la Chine, le Brésil ou la Corée du Sud, devenue un vrai fan de Beaujolais !

Agnieszka Kumor


9 Commentaires

C’est trop con, c’est (presque) trop bon !

Ça vous barbe que l’on évoque une fois encore, et comme tous les ans, le Beaujolais et la futilité de son Primeur ? C’est vrai qu’en Novembre le monde du vin regorge d’événements autrement plus passionnants tels le Grand Tasting, ou le record battu à la Vente des Hospices de Beaune (merci Adriana), ou bien l’inauguration des nouveaux chais de la cave coopérative de Tain-L’Hermitage (10 millions d’euros HT pour 2.800 m2) qui célébrait l’an dernier ses 80 ans, ou la visite passionnante entreprise en Chine par des globe trotteurs du vin que sont les « wine explorers » dont on peut lire les édifiants récits ici. Pourtant, je veux dire malgré ces faits d’actualité, vous n’y couperez pas : Beaujolais is back !

beaujolais-villages-rouge-2013-11-12-10-11-30-2014-11-19-04-11-56

Ceux des amis Franck et Georges Dubœuf arrivant un poil trop tard pour le bouclage de ma page du Jeudi, j’ai choisi de m’attarder sur le plus rapide, en la personne d’un vieux camarade, Gilles Meimoun, de la Maison Trenel à Charnay-les-Mâcon. Dans son colis, trois échantillons. Du coup, j’ai bu très froid le premier vin attrapé, le p’tit nouveau-rieur, le Beaujolais-baigneur, le beau bojo. Beaucoup trop froid aux yeux de certains dégustateurs présents. Mais bon sang de bonsoir qu’est-ce qu’il est bon ! Presque trop, à mon goût, un poil trop riche, trop mûr. Que voulez-vous, je m’y étais habitué dans les années moins généreuses, plus « primeurs », comme on dit, lorsqu’il croustillait en bouche, quand son acidité parfois un peu excessive le faisait claquer sous ma langue et stimulait mon appétit, quand il bananait de fruit, se pommadait de sucre…

Photo©MichelSmith

Mon préféré. Photo©MichelSmith

On se calme ! Ce vin est trop, mais pas too much. Il est juste bon, je le répète, ce premier nouveau qui vient de passer à ma moulinette (voir plus haut). Il ne coûte que 6,50 € départ cave et pourtant, ce n’est pas mon préféré. On va tâcher de ne pas être trop barbant, mais pour une fois ma préférence ne va pas à la cuvée bio qui, dans cet article, vous sera servie en dernier, ce qui ne manquera pas d’amuser mon ami David. Et pour une fois aussi, mon bonheur a été de croquer dans un Beaujolais Villages Nouveau (6,90 €) à la fois pulpeux et frais jusqu’en finale, issu d’une macération carbonique (pour les deux tiers) et d’une thermovinification qui consiste à chauffer la vendange je suppose pour extraire encore plus de matière et d’arômes, ceux qui sont contenus entre la peau et la chair du Gamay noir à jus blanc. Résultat, un fruit pur (cassis, mûre) en profondeur, une matière dense, vive et veloutée, de délicieux tannins poivrés (poivre gris) et persistants, une fraîcheur intense jusqu’en finale, de l’harmonie, en deux mots, un plaisir fou qui illustre bien la qualité du millésime.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Entre les deux vins qui précèdent, j’ai retrouvé de belles notes de cassis dans la version Beaujolais Nouveau « bio » (8,50 €) théoriquement plus simple (bio ou pas bio) que le Villages. Celle-ci est vinifiée traditionnellement, c’est à dire raisins entiers et intacts en macération carbonique. L’effet est nettement plus acidulé, un profile bien allongé en bouche, mais plus léger (un demi degré en moins sur l’étiquette), des tannins moins marqués et une bonne longueur démontrant, s’il en était nécessaire, aux éternels sceptiques que la macération carbonique bien pratiquée n’a que du bon à offrir. Preuve aussi que le négoce (Trenel est connue pour ses crèmes de fruits et la maison se dit volontiers « artisan négociant ») n’est pas aussi mauvais que les trois quarts des buveurs ignares le décrètent arbitrairement. Pour ma part, des vins comme ça, j’en boirais volontiers jusqu’à l’approche de Noël, comme je le faisais jadis avant que l’on ne commence à me traiter de vieux con ! Alors les gars et les filles, large soif, comme dit Roger Feuilly !

Michel Smith


1 commentaire

Saving Lugana + a J&B Loire tasting

i-want-you-for-lugana

Lugana, the small white wine district in northern Italy, is menaced by a high-speed rail development. The Lugana producers have launched a petition designed to persuade the Italian government to change their plans.

Here is an extract from an excellent blog post by Magnus Reuterdahl on behalf of the 18,000+ #winelover community. It also has the support of the DWCC (Digital Wine Communications Conference).

‘Help us save Lugana – for us and for the future!

(Posted on 16 November 2014)
On this blog I normally post in Swedish, but this is an international posting – I post this as part of the #winelover community, as a #winelover ambassador. Help us save Lugana!

#saveLugana – sign the petition here!

I want to start by saying that I have nothing against railroads or the expansion of railways. On the contrary, I think they should be expanded in order to reduce car and air traffic.
Having said this, I do not think you can sacrifice everything for this purpose, if the expansion instead destroys other natural or social values, one has to ask what is the most important. In this case, for me – it’s easy!

At the moment Italy plans to expand a portion of its railway network. In doing so they will destroy parts of a unique wine region. It is unique due to it’s size and placement. That is, one can not replace the area by just increasing it. By taking a part of it for other use you will indispensable destroy parts of an unique wine area for a very long time.’

•••

IMG_8230

J & B Loire tasting

The annual J & B (Justerini & Brooks) Loire and Rhône tasting is certainly worthwhile. Although their Rhône list is more comprehensive than the Loire, there were a number of good things to taste this afternoon. Furthermore having tasted the Loire there was time for me to go and play and try a few Rhônes before departing.  

One of the highlights of the Loire tasting was 10 Sancerres from Vincent Pinard – five white and five red. I particularly enjoyed the ripe and richly textured 2011 Vendanges Entières, Sancerre Rouge (£35.46). It still needs time but will be a lovely bottle in a few years time. At £25.46 the 2009 Charlouise is a little more evolved – again with seductive texture and charming Pinot fruit. 
Not easy to pick a favourite from the Pinard whites but I’ll go for the 2012 Harmonie (£25.46) with good weight, concentration and length that will surely age well.
Two wines from Lucien Crochet (represented by Gilles Crochet) impressed. La Croix du Roy (£16.96) is an old favourite and the charming, soft 2009 underlines again how good Pinot Noir now can be from Sancerre and other Central Loire vineyards – well worth considering given the increase in prices in Burgundy.
The other – Le Cul de Beaujeu, Sancerre Blanc – was new to me. The Cul de Beaujeu is the very steep slope that is directly above Chavignol on the other flank from the better known Les Monts Damnés. The Beaujeu parcel belongs to a cousin of Gilles’ wife. He was a pilot with Air France but has just retired and intends to make his own wine from 2015, so Gilles has only been able to make six vintages of this wine – 2009 – 2014. The 2011 Crochet Cul de Beaujeu (£23.96) is noticeably richer and fuller than than the other Crochet Sancerres, although it is still quite tight in the finish and certainly needs time to show its best.

J & B have reduced their Sancerre range as they are no longer listing the wines of François Cotat – not finding the recent vintages sufficiently convincing.
As at last year’s tasting the startlingly precise wines from Thibaud Boudignon stood out in particularly his beautifully textured and long 2011 Savennières (£30.46). 
IMG_8241TeenageCancerJerseyss


2 Commentaires

Des doutes, toujours, des certitudes, rarement, et du Beaujolais, aussi souvent que possible

Je doute souvent. Et à peu près de tout. Je lisais cette semaine dans Le Monde des Livres un article sur le biologiste, médecin et philosophe Henri Atlan intitulé « Douteur ès Sciences » et je me trouve bien en phase avec les positions de cet homme, sans posséder le 10ème de son savoir. Quel est le rapport avec le vin ? A peu près tout. Par exemple, je doute souvent de ma capacité (et de celle des autres) à juger la qualité d’un vin avec une pertinence quelconque pour autrui. Je doute de la validité de très nombreux principes des AOC. Je doute de la pertinence des études géologiques détaillées appliqués au vin (mais pas du concept du terroir !). Mais, à côté de cela, j’ai aussi quelques rares certitudes. Par exemple, je suis sur que les modes fluctuent et changent : cela s’avère année après année. On le voit avec le cas du Beaujolais dont il sera largement question dans cet article. Une autre de mes certitudes se situe sur le terrain commercial, qui est quand même le nerf de la guerre. Il s’agit de la nécessité des « petits » producteurs de vin de s’associer pour promouvoir et vendre leurs vins. On s’arrêtera là pour le moment.

Cette semaine verra la sortie du Beaujolais Nouveau. J’ai toujours aimé ce moment festif autour du vin, sans nier le tort que cette grosse promotion collective a pu faire à l’image des vins de toute cette région, dont une bonne partie possède des qualités bien au delà du simple « fruité, bu et pissé ». La semaine dernière j’ai pu déguster quelques cuvées (une petite dizaine) de Beaujolais Nouveau et je vous en parlerai à la fin de cet article. Le millésime 2014 me semble avoir beaucoup de qualités en Beaujolais avec une belle intensité d’un fruit qui fait preuve de maturité, et j’ai trouvé des vins tout à fait délicieux.

Par la même occasion, j’ai aussi dégusté quels crus du Beaujolais, dans les millésimes 2012 et 2013 et issus des mêmes domaines que ceux qui proposaient les cuvées de vin nouveau. Et le moins que l’on puisse dire est que la gamme des vins rouges de cette région couvre un spectre bien plus large que celui communément reçu par l’opinion public. Il y avait là des cuvées de Régnié, de Brouilly, de Fleurie ou de Morgon ayant de vraies qualités de vins de petite garde, avec de la structure et du fond, sans perdre le caractère charmeur du fruit de leur gamay noir.

L’occasion de cette petite dégustation était une présentation des vins d’une association appelée Terroirs Originels, qui réunit une vingtaine de vignerons indépendants du Beaujolais et du Maconnais. Pour voir de quoi il s’agit, allez visiter leur site qui explique très clairement l’approche, ainsi qu’il présente les individus qui en font partie (http://www.terroirs-originels.com/). C’est cette association, entre autres, qui me confirme dans l’opinion exprimée ci-dessus quant à l’utilité, voire la nécessité, pour des vignerons ayant peu d’hectares chacun de s’unir pour vendre, en France ou à l’export, mais aussi pour présenter leurs vins à la presse et aux professionnels.

Nous savons tous que le phénomène Beaujolais Nouveau n’est pas une pure invention « marketing » du temps modernes, mais qu’il est l’héritier d’une tradition, oubliée et très ancienne, qui faisait que les vins (sauf quelques liquoreux) ne se vendait que pendant leur jeunesse, vu l’impossibilité de bien les conserver avant l’arrivée des bouteilles industrielles et de l’usage du soufre. La réussite de cette fête un peu bacchique doit aussi, très probablement, une part de son succès populaire à la période de l’année et à la météo connexe de l’hémisphère nord. L’été est loin, les jours de raccourcissent rapidement, le froid arrive et les fêtes de fin d’année ne sont pas encore là. Le prétexte pour conjurer la déprime et illuminer les idées noires tombe très bien. Mais chaque médaille à son revers, et la simplification de l’image des vins de toute une région, avec ses nuances, ses variations, ses capacités et expressions différentes, ont été, pendant longtemps, noyés sous le flot de ce vin simple et gai, mais un peu trop uniforme par moments.

Je crois que cette période est révolue, et je l’espère de tout coeur. Les nombreux producteurs de qualité de cette belle région le méritent amplement. En tout cas, les vins que j’ai dégusté (il est vrai qu’ils ne représentent qu’une infime partie de l’offre) n’avaient rien de triste, mais ils n’étaient ni simplistes ni monolithiques non plus. Chaque vigneron, et chaque cuvée passait une expression particulière parmi les vins de Beaujolais et Beaujolais Villages 2014 que j’ai dégusté, et à fortiori avec les crus. Voici des notes sur les vins que j’ai préféré, avec une photo des producteurs en question. Car je crois aussi (mais ce n’est pas une certitude) que l’homme fait bien plus pour la personnalité d’un vin que la géologie. Cette dernière disciplines permets de faire de bien jolies cartes quand même !

 

emmanuel_fellot-1

Beaujolais Nouveau 2014, Emmanuel Fellot

Frais et délicat avec une superbe qualité de fruit. Un vin fin et léger, à lamper avec bonheur.

Beaujolais Villages Nouveau 2014, Emmanuel Fellot

Possède la même belle qualité de fruit mais aussi une structure plus présente et, logiquement, davantage de longueur. Une très belle cuvée qui nous amène loin des poncifs qu’en entend encore et toujours sur ce type de vin.

 

robert_perroud-1 Beaujolais Nouveau 2014, Robert Perroud

Le nez est splendide, très expressif. En bouche cela se confirme  avec un bouquet de fruits frais, d’une gourmandise parfaite. Je  dirai même que c’est un Beaujolais nouveau idéal et tout à fait  délicieux.

 

lucien_lardy-1

Beaujolais Villages Nouveau 2014, Lucien Lardy 

Encore une délice, mais qui possède un peu plus de fond et de structure que le vin précédent. J’en boirais bien un tonneau !

 

 

La mode et les étiquettes

IMG_6405

 

Les étiquettes en Beaujolais, comme ailleurs, évoluent et c’est tant mieux. Une petite tendance remarquée lors de cette dégustation est l’apposition, en grand, d’une date qui n’est pas celle du millésime du vin en question. Cela est illustré par ces trois cuvées différents de Beaujolais et Beaujolais Villages Nouveau de Jean-Michel Dupré, vigneron de la commune de Regnié qui bénéficie d’un stock impressionnant de vieilles vignes. C’est donc l’année de plantation de la majorité de chaque parcelle (oui, il fait bien remplacer les pieds morts) qui lui donne son identité. Emmanuel Fellot utilise aussi ce principe d’une date écrite en grand sur ses étiquettes. Mais dans son cas in s’agit de 1828, année de l’installation de sa famille sur le domaine. L’ancrage dans l’histoire reste un constant, indépendamment des modes. Les vins  de Dupré sont bons, mais ne faisaient pas partie de mes préférés car j’ai trouvé leur acidité un peu trop présente. La partie pris de Dupré est d’éviter toute chaptalisation dans ses vins nouveau. C’est un peu comme la religion : on y adhère ou non par principe/croyance, mais pas vraiment par goût.

Et les crus

Voici une petite sélection, toujours issus des ce groupe de vignerons.

Domaine Dupré, Régnié 2012

J’ai aimé sa facilité d’accès et sa relative souplesse. Bon fruit et une certaine densité.

Robert Perroud, Brouilly « Pollen », 2013

Ce vin, qui a vécu 12 mois en fût est très structuré et possède une longueur impressionnante. Sa finale qui un peu sèche me fait penser qu’un peu moins de temps en bois aurait été préférable. Mais il faut certainement l’attendre aussi pour le laisser exprimer tout son potentiel.

Lucien Lardy, Fleurie 2013

Un très joli vin avec beaucoup de fond. C’est intense, relativement tannique, avec une structure bien en phase avec la matière. Un très beau vin qui peut se mesurer à d’autres bien plus chers.

L. Gauthier, Morgon Côte de Py 2013

Autre cuvée solide, aussi large que trapue. Sa texture légèrement rugueuse le situe un peu en dessous de la précédente.

 

Et bientôt des Premiers Crus ?

Je sais que l’inter-profession cherche à établir, à l’avenir, une sorte hiérarchie à l’intérieur des crus que prendra la forme d’un certain nombre de parcelles ayant le statut de premiers crus. Pour cela ils ont fait creuser de milliers de trous dans le vignoble afin de regarder ce qui se passe en dessous. Je ne sais pas trop ce qu’il faut penser de ce projet. D’un côté c’est bien, car cela fera parler des qualités de certains vins. Mais d’un autre, je ne suis pas convaincu que cela reflétera réellement une échelle qualitative crédible pour le consommateur, tant le rôle du producteur individuel me semble être au cœur de cette affaire.

 

David Cobbold

 

 


2 Commentaires

#Carignan Story # 245 : les vendanges d’Hervé

Étant en voyage, éloigné par le temps et la distance de mes dernières vendanges, je voudrais profiter de cette période de creux pour rappeler à tous l’aspect crucial, voire dramatique, de ce moment important pour le Vigneron qui lui permet de ramasser le fruit de son travail. En général, les commentateurs de la vigne et du vin, les patrons de bistrots branchés, certains cavistes, quelques journalistes aussi, ne savent pas ce que c’est que de travailler une vigne. Ils ignorent le plus souvent ce que c’est que d’affronter et d’organiser un chantier de vendanges.

Avant de vous infliger de nouveau ma modeste prose, j’en profite donc pour vous diriger vers le blog d’un vigneron et ami de 30 ans, Hervé Bizeul, vous savez, le mec du Clos des Fées, dans le Roussillon. Il narre avec beaucoup de talent, au jour le jour, ce qui ressemble à un état de crise, à une lutte contre la montre, à une guerre, à un blitz. Il exagère peut-être, force le trait par endroit, glisse aussi pas mal de poésie, mais cette vision parfois dantesque d’une campagne de vendanges montre que le métier de vigneron n’est pas de tout repos, que rien n’est gagné d’avance, qu’il faut savoir prendre des décisions courageuses comme un capitaine dans la tempête. Lisez ça, à partir du premier jour si possible, vous verrez, c’est passionnant. C’est par ici et cela vous fera de la (bonne et saine) lecture pour un bout de temps !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Et si vous voulez faire court, ne saisir qu’un morceau, quelque chose de plus contemplatif, de plus carignanesque, de reposant et de positif, alors allez droit sur la journée consacrée aux Carignans d’Hervé et vous saisirez, je l’espère, l’importance de ce cépage dans la viticulture du Midi.

Hervé Bizeul ne fait pas encore de cuvée cent pour cent Carignan. Il n’en fera peut-être jamais. Je suppose que les quelques parcelles dont il dispose lui sont trop précieuses pour affiner sa cuvée Vieilles Vignes, par exemple, celle que, au passage, je préfère chez lui. Mais je pense que cette immersion dans son vignoble « d’altitude » a sa place ici. Alors, maintenant que l’orage est passé, que les vendanges s’éloignent, je dis bon vent, Hervé ! J’ai hâte de goûter tes 2014.

Michel Smith


1 commentaire

Mademoiselle est Vigneron

Petit condensé – pour cause de voyages entre Maroc et Toscane – d’un article écrit l’an dernier pour le magazine 180° C et de photos déjà publiées ici. Que voulez-vous, les primeurs vont bientôt être dans l’actualité et je pense inévitablement à mon cher Gamay… qu’il soit de Touraine, du Beaujolais ou de Californie !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Période de relâche à « La Tesnière », le coteau le plus prisé de Pouillé. Il est vrai que le raisin est rentré. Bien qu’elle ait été difficile, la vendange 2013 est déjà loin. C’est aussi l’heure des bilans : dans les premiers frimas de l’automne, il faut inspecter la vigne en vue de la taille, penser paperasses administratives, finir les derniers labours avant les décavaillonnages du printemps, préparer les commandes pour le Japon et l’Angleterre, assurer les expéditions, prévoir quelques menus travaux et surveiller les cuves sans trop en faire, sans trop s’inquiéter. Rester vaillante et optimiste tout en jonglant avec les difficultés du quotidien. « Je suis Bretonne ! », affirme-t-elle d’emblée. Qui donc pourrait en douter ? Ceci explique que la dame soit pragmatique, solide comme un roc et qu’elle n’est pas prête à se noyer dans un verre de Gamay, ni même de Côt. Telle une maman face à sa marmaille, Noëlla Morantin observe le fruit de son labeur en se disant que ses enfants ont largement le temps de grandir, bien à l’abri qu’ils sont dans les vieux murs de pierre de tuffeau qui composent le corps de ferme de La Boudinerie, juste au dessus de la rivière, au carrefour de trois provinces, Berry, Touraine et Sologne. Plus tard, elle ira voir comment se porte sa 2 cv camionnette qu’elle vient de s’acheter et qu’elle a confiée à son garagiste…

D’un côté un long bâtiment d’habitation dont Noëlla occupe un bout, tandis que l’autre extrémité sert de demeure à Didier Barrouillet, l’associé de Catherine Roussel dans le fameux et tout proche Clos Roche Blanche, lui aussi sur Pouillé, un des domaines pionniers de la viticulture biologique en cette partie prometteuse de la Touraine qui englobe la Vallée du Cher. En face de la maison que Catherine lui loue, comme une bonne partie de ses vignes d’ailleurs, Noëlla dispose d’une haute et solide grange transformée en cave. Oh, rien de rutilant, que du bon sens et du pratique ! Le pressoir pneumatique est bien rangé dans son coin, tandis que dans les cuves tronconiques les vins achèvent leurs fermentations. À deux pas de là, près du joli puits de 44 mètres de profondeur, ouvrage de pierres surmonté d’un joli travail de ferronnerie que l’on retrouve sur ses étiquettes, Noëlla a aménagé une petite cave afin d’y loger ses rouges. Pour ses barriques de blancs, une autre cave est à sa disposition chez une adorable mamie, sous une maison bourgeoise du bourg. Les vignes ? Tout juste une douzaine d’hectares, dont sept en propre, avec une grosse majorité de Sauvignon, le reste en Chardonnay, Gamay, Côt et Cabernet-Sauvignon. « Un jour, j’espère me retrouver chez moi avec juste mes six ou sept hectares », précise Noëlla. Car, même aidée par Laurent, son compagnon – accessoirement, il est aussi son employé – qui s’installe dans le but de faire son propre vin après avoir passé des années à cuisiner et à vendre des bouteilles à Brooklyn, Noëlla avoue avoir quelques difficultés à tailler ses rangées de vignes depuis que son dos lui pose problème. Mais pour l’instant, pas question de céder cette tâche à quelqu’un d’autre tant ce travail, malgré le gel ou la pluie, offre des moments assez uniques de communion avec la nature.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Rien ne prédestinait cette fille de fonctionnaire et de mère au foyer à devenir viticultrice, si ce ne sont les vendanges de la vigne familiale dans sa jeunesse passée en Pays de Retz, non loin de Nantes. Une chose est sûre : le vin n’était jamais proscrit à la table des Morantin. Noëlla a voyagé, tâté d’un peu de tout, étudié la commercialisation avant de se lancer dans le marketing pour une boîte de communication à Nantes. Dans son for intérieur, elle s’intéressait aux cépages, mais discutait plus volontiers des bouteilles éclusées dans les bistrots avec sa bande. Par exemple, celle de La Motte aux Cochons, à Saint-Hilaire-de-Chaléons, un lieu mythique dans la région. C’est là qu’elle fait la connaissance d’un professeur de viticulture à Vallet, dans le Muscadet, qui un jour lui refile une brochure décrivant les formations, brochure qu’elle range puis oublie. Tout juste âgée de 28 ans, elle constate qu’elle s’ennuie dans son job et qu’elle a besoin de réfléchir pour réorienter sa vie professionnelle. En fouillant les petites annonces, elle tombe sur la proposition d’un stage de formation pour adulte débouchant sur un BTS, le même qui l’avait vaguement intéressée quelques temps auparavant. Comme toujours, en se disant qu’elle n’avait aucune charge, elle se lance tête baissée et devient interne à Vallet où, durant ses deux années d’études, elle effectuera plusieurs stages. « J’ai eu la chance d’être envoyée chez Agnès et René Mosse en Anjou, et là, je tombe raide sous le charme de ces vignerons. Ils me font découvrir une nouvelle vie : les dégustations à l’aveugle, le travail à la vigne, la viticulture bio… » Liée d’amitié avec les Mosse, Noëlla entreprend d’autres stages. Chez Philippe Pacalet, en Bourgogne, mais aussi chez Marc Pesnot en Muscadet, un des précurseurs des vins « nature » chez lequel elle passe quatre mois. « On était à la taille presque tous les jours et je vous assure que ce n’était pas une partie de plaisir. Quelque soit le temps, on déjeunait dans les vignes en partageant nos gamelles. Je lui faisais goûter mes plats asiatiques dans mon bol de riz, tandis qu’il me proposait une cuisine bien plus rustique. Non seulement cela m’a bien formé à la taille, mais Marc m’a aussi appris à avoir confiance en moi, chose indispensable lorsque l’on est aux commandes des vinifications ».

Un jour, Noëlla lui demande sa journée pour aller visiter les Salon des Vins de Loire à Angers. Elle prend son CV sous le bras avec l’intention de trouver un emploi en parlant à un petit noyau de vignerons qu’elle connaissait et pour qui elle était « la p’tite stagiaire de chez Mosse ». On lui conseille d’aller voir Junko Arai, une japonaise importatrice de vins qui venait d’acheter des vignes à Pouillé où elle avait créé le Domaine des Bois Lucats. Elle cherchait à vinifier du Pinot noir et du Chardonnay car elle n’avait pas la possibilité d’acheter en Bourgogne. « Moi-même, je serais bien allé jusqu’en Bourgogne où on me proposait un poste de caviste, mais c’était trop loin de Pornic. Toujours est-il que Junko me demanda d’inscrire mon groupe sanguin sur le CV. Par chance, je suis A+, comme elle, et le contrat fut signé vers minuit, dans un restaurant de Nantes. Jamais j’aurais pensé prendre la responsabilité d’un vignoble, encore moins devenir vigneronne aussi vite » !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

C’est ainsi que Noëlla s’installe au bord du Cher dans une petite maison. Jusqu’en 2008, la fin de son contrat de quatre ans, elle s’est occupée des vignes qu’elle a conduites en biologie. « Tout le pays savait que j’allais travailler en bio. Les gars me voyaient sur le tracteur à cultiver la terre eux qui, depuis longtemps, étaient passés en chimie. Ils disaient que j’étais végétarienne alors que j’adore la viande. D’ailleurs, entre parenthèses, avec Laurent, on tue encore le cochon chaque année ! Les factures, les salons, je faisais tout sur le domaine. Très vite, m’a prise l’envie de m’installer, mais comme je n’avais pas de terres, il m’a fallu dans un premier temps créer une petite structure de négoce ». Lorsqu’enfin, elle acquiert ses vignes, le premier millésime qu’elle engrange sera le 2008, resté depuis dans les anales de la Loire. « Pour rien au monde je l’aurais laissé filer, tellement je le sentais ce millésime », se souvient Noëlla qui cette année-là vinifie pile 100 hl, soit 13.000 bouteilles. Peu après, chez le vigneron Thierry Puzelat, elle rencontre Laurent qui très vite partagera sa vie. Ça tombait plutôt bien car Noëlla comptait sur 4 ha de vignes pour assurer toute seule. Mais, par opportunité elle en avait déjà presque le double toutes en bio et en bon état. Avec deux bras en plus, l’avenir lui souriait. À l’occasion de ce double événement, la vigneronne choisit de nommer sa superbe cuvée de Gamay « Mon Cher ». Belle manière d’assurer à la fois son ancrage au terroir et dans la vie !

Reste une question que certains jugeront capitale : masculin, féminin, le vin serait-il différent ? Et, à son avis, aurait-il un sexe ? Peut-on parler de vin de femme comme, à l’opposé, d’un vin de garçon ? Y aurait-il plus de sensibilité chez l’une que chez l’autre ? Lorsque l’on rencontre Noëlla, on ne s’attarde pas inutilement sur ce débat stérile qui voudrait que le vin ait un genre et puisse ressembler à un mec ou une nana. En réponse aux journalistes qui ne manquent pas de la cantonner dans un registre du « vin féminin », elle préfère rigoler et porter son regard au loin, vers le château d’eau monumental qui trône au beau milieu de ses parcelles. C’est un monstre de béton des années 60 au sommet duquel est peint le mot « Touraine » en grosses lettres rouges, afin qu’on puisse le remarquer de loin. Il suffit de la voir gambader sur ce plateau, sur la rive gauche du Cher, parmi ses vieux ceps, pour constater que la dame est vigneron, un point c’est tout. Vigneronne, à la rigueur, ça ne la gênerait en rien. Elle s’en fout car demain sera un nouveau jour de taille qui la verra se pencher sur chaque pied avec intelligence, comme tout bon vigneron qui se respecte. Et c’est peut-être ce qui compte le plus à ses yeux. Ah si, elle a encore un souhait, un objectif avant de s’en retourner au pays de Retz pour de prochaines brèves vacances. Il s’agit d’un secret à ne répéter sous aucun prétexte : elle souhaite planter une parcelle d’un antique cépage blanc somme toute assez rare, même s’il est à l’origine d’une appellation toute proche, autour du Château de Cheverny. Son nom : le Romorantin. Et avec un « R » majuscule, s’il vous plaît !

                                                                                                                     Michel Smith

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 105 autres abonnés