Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Poster un commentaire

#Carignan Story # 243 : quelques jours plus tard…

Toujours utile de garder le vin dans sa bouteille quelques jours au réfrigérateur. Je le fais couramment – et je ne suis pas le seul -, surtout avec le Carignan car il est rare, sauf si j’ai des amis avec moi, que je finisse la bouteille d’un trait. Tenez, je vais vous faire part de ma dernière expérience qui prouve qu’il n’est point besoin d’acheter de ces ruineux systèmes de conservation. Le bouchon suffit, à condition qu’il soit en bon état et remis sans trop attendre sur le goulot, côté vin…

Après ces conseils basiques, si vous ne lisez pas – ou ne relisez pas – le dernier numéro de Carignan Story, vous ne comprendrez pas grand chose à ce qui va suivre. En effet, Dimanche dernier, j’en étais à cette dégustation très personnelle et quasi exclusive de deux millésimes de Carignan pur (cépage non affiché sur l’étiquette principale, mais clairement indiqué à titre d’information sur la contre-étiquette) revendiqué en Corbières par son auteur, vigneron et négociant, l’un des plus importants et des plus en vue du Languedoc, j’ai nommé Gérard Bertrand.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Cinq à sept jours après l’ouverture des bouteilles, j’étais curieux de voir comment les vins évoluaient. Cela fait du bien de temps en temps de se repositionner sur le vin que l’on a (presque) encensé. Changements de temps, d’horaires, de mental aussi, de nourriture ingurgitée, de nuit passée plus ou moins bonne, d’impôts que l’on juge disproportionnés, de factures à régler… que sais-je encore tant les facteurs sont nombreux qui jouent peu ou prou sur l’appréciation d’un vin. Ainsi, quelques jours après…

L’écart entre les deux vins est bien présent, mais il est bien moins possible de les départager. Du moins, je ne m’en sens pas capable. Le 2010, qui ne supporte toujours pas le froid extrême que je lui impose dans un pur souci de bonne conservation, reprend du poil de la bête au fur et à mesure que sa température remonte. Il devient plus fondu, soyeux et se distingue par des petits tannins grillés, très légèrement anguleux un peu comme certaines personnes qui voudraient jouer les difficiles. 2011, qui s’impose par son élégance et la qualité (finesse) de ses tannins pourtant copieux, impressionne par sa densité, sa force, son caractère. Comme quoi les millésimes influencent bien le Carignan… Je bois les deux, sans faire appel à mon affect car je les trouve bons, encore jouissifs et parfaitement buvables. Point.

En revanche, le Côtes du Roussillon Villages, un pur Grenache, si j’en crois la contre-étquette, se montre plus exaltant, droit frais, marqué par ces agréables notes d’orange sanguine qui caractérise nos vieilles vignes entre Corbières et Roussillon.

Photo©MichelSmith

Gérard Bertrand. Photo©MichelSmith

La semaine dernière, j’avais oublié l’essentiel, le prix. Alors que le 2012 La Crémaille semble avoir pris la suite des 2010 et 2011 dans la série des Vignes Centenaires, il faut débourser en général 22,50 € pour une bouteille de ce grand Corbières rouge. N’étant pas certain qu’on la trouve facilement, je vous conseille de contacter le responsable du magasin de vente à L’Hospitalet, le siège de l’entreprise Gérard Bertrand, près de Narbonne.

Et puisque Gérard Bertrand porte aussi bien le chapeau, je vous propose, afin de me laisser profiter de mes vacances, deux clins d’oeil. Celui de mon ami le dessinateur Rémy Bousquet et celui d’André Deyrieux.

1558530_10204088227513192_3356777415172619302_n

 

10658542_10203837080020338_661030086047861474_oMichel Smith

 

 

 


4 Commentaires

#Carignan Story # 242 : version Gérard Bertrand

En dehors de la Maison Cazes chez moi (Roussillon, pour ceux qui ne l’auraient pas encore deviné), ils ne sont guère plus que trois ou quatre négociants de taille, notamment Calmel-JJoseph, Paul Mas, Skalli et Gérard Bertrand, à considérer que le Carignan a un pion à avancer sur l’échiquier du Languedoc et du Roussillon réunis. J’oublie le petit négoce du Prieuré Saint-Sever de Thierry Rodriguez, mais c’est une autre histoire, déjà évoquée ici, et sur laquelle je reviendrai. À l’heure où même l’AOP Saint-Chinian se penche sérieusement sur la réintroduction de vieux cépages « locaux », tels le Ribeyrenc ou l’Aramon, il serait utile de consolider ses apports en Carignan et d’avoir une vision d’avenir avec le recours aux anciens cépages mieux armés, à mon sens, quand il s’agit de s’accrocher à la terre du Midi. Qui osera, dans les Corbières, par exemple, redonner ses lettres de noblesse au bon vieux Carignan en lui accordant plus d’importance qu’il n’en a à l’heure actuelle ? Oui, qui osera alors que la Chambre d’Agriculture de l’Aude possède tous les atouts avec la plus grande collection de ce cépage et les meilleurs experts en la matière ?

Quelques centenaires rassemblés par Gérard Bertrand. Photo©MichelSmith

Quelques centenaires rassemblés par Gérard Bertrand. Photo©MichelSmith

Revenons-en à Gérard Bertrand. Je n’ai pas les chiffres en tête, mais pour les âmes sensibles c’est probablement le plus « gros » négociant du Midi après Jeanjean et c’est à ce titre qu’il m’arrive de parler de lui une ou deux fois l’an. Je sais, depuis « l’affaire » Tariquet certains diront que je suis acheté, mais il m’arrive parfois de ne pas aimer ses vins et d’autres fois de tomber sur des cuvées qui m’enchantent. Réclamant des échantillons de « très vieux » Carignans aux charmantes personnes qui s’occupent de la communication, j’ai reçu quelques échantillons de la collection Les vignes centenaires, flacons aussitôt mis de côté pour une prochaine dégustation. Plus d’un an après – pardon pour le retard -, le moment est venu pour moi de tester ces vins. Sans parti pris.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Mettons à part le Côtes du Roussillon Villages 2010 La Combe du Roi qui, en lisant la contre-étiquette, se révèle être un Grenache (café, garrigue, fruit fin, tabac, cacao…tannins copieux mais un peu verts en bouche) probablement associé à du Carignan (secteur de Tautavel, je dirais même de Maury), un vin puissant (15°) capable de tenir encore dix ans et plus en cave, pour nous concentrer sur deux millésimes d’un « vrai » Corbières – et j’écris « vrai » à bon escient – provenant d’une vigne de Carignan. Le premier vin de cette Crémaille, du nom de la parcelle qualifiée en contre-étiquette d’exceptionnelle, vigne travaillée en agrobiologie provenant du cépage emblématique des Corbières (merci Gérard pour le terme emblématique…), est également un 2010. Je le soupçonne d’être issu de la propriété du Château de Villemajou, le domaine historique que Gérard a courageusement repris après le décès de son père. Je vous annonce au passage que, depuis 1988, je considère que ce cru a, avec quelques autres et grâce au Carignan, un potentiel qualitatif assez unique dans le Sud de la France. Mais bon, je n’ai probablement rien compris aux Corbières.

Au nez, ce vin est plus discret que le précédent. Mais quelques mouvements de la main pour réveiller le jus, permettent d’entrevoir ce potentiel évoqué plus haut : grande finesse, retenue, bribes d’herbes de maquis, bouche suave, presque tendre, notes de poivres, épices, tannins bien dessinés, longueur interminable. Si jamais vous avez la chance de posséder cette bouteille, je vous invite à la servir autour de 16° de température en respectant scrupuleusement, pour une fois, ce que préconise le texte de la contre-étiquette qui, faute de place, oublie de recommander un gigot d’agneau, d’isard ou de chevreuil. La bouteille porte le numéro 4.405, ce qui laisse penser qu’il ne s’agit nullement d’une micro-cuvée. Le total de mise est affiché : 8.190 bouteilles. Je dis bravo en regrettant de ne pas avoir un magnum pour ma cave. Gérard, si tu m’entends, je t’en achète six sur le champ !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Difficile de faire mieux me dis-je en versant dans mon verre le rouge de la même vigne, mais de 2011. Cette fois-ci, j’ai le numéro 2.428 sur 10.857 bouteilles produites. Qu’est-ce que j’en pense ? J’adore ! Je ne résiste pas au charme de ce nez finement fruité, à ces notes envoûtantes d’oranges sanguines discrètement parfumées à la cannelle, à ce léger souffle de garrigue. L’emprise en bouche est plus évidente. On a la rondeur qui sied à un vénérable Carignan, mais le fruit s’impose avec subtilité, avec tendresse, malgré une pointe de rugosité qui fait tout le charme du vin, ce côté « je ne prétends pas la perfection, je suis moi-même, je viens des Corbières, ne m’enlève pas ce putain d’accent qui m’a façonné et auquel je tiens ». Franchement, cela faisait un bail qu’un vin ne m’avait pas interpellé sur ce ton.

Que retenir de tout cela ? Eh bien que cela mérite bien une suite. Quelle suite ? Puisque je m’apprête à partir en vacances, vous le saurez en lisant le prochain numéro ! Mais il faut aussi retenir qu’un négociant, et pas n’importe lequel, ose mettre le nom de Corbières sur un Carignan. Si lui ose, pourquoi pas les autres, sur un Faugères, par exemple ? Merci Gérard !

Michel Smith


Poster un commentaire

#Carignan Story # 241: chez les Cavistes, vers la mer…

J’ai toujours été intrigué par le petit village venté de Caves, juste au dessus de Fitou dans la partie audoise des Corbières maritimes. J’étais curieux de savoir quel nom on donnait aux 700 et quelques habitants de cette commune. D’emblée, je pensais les appeler « Cavistes » comme on parle des « Brivistes » en Corrèze, tout en me disant qu’une telle épithète n’était guère possible. Après vérification, figurez-vous que si ! Normal, puisqu’il paraît que l’on a toujours fait du vin à Caves. J’imagine pourtant, mais c’est une autre histoire, qu’il y avait aussi pas mal de chevriers et de bergers dans le secteur, comme partout dans la campagne environnante. Cela n’a rien à voir, mais je me souviens aussi à propos de Caves que Jérôme Savary, le génial metteur en scène décédé l’an dernier, y avait une résidence secondaire avec quelques vignes et l’on raconte qu’avec son cigare que je le voyais allumer dès sa descente d’avion l’aéroport de Perpignan, il ne lésinait pas sur les vins du coin tout en empestant la garrigue. Je le pardonne bien volontiers car je sais qu’il fumait cubain et comme je viens de faire mon petit shopping chez Gérard à Genève, je suis mal placé pour critiquer. D’autant que j’adore (mais c’est un secret…) fumer mon barreau de chaise à l’abri du vent dans le creux d’un rocher en pleine garrigue avec un bon bouquin.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Ce brave meneur de troupe qu’était Savary connaissait-il les vins du Domaine Saint-Michel (ne pas confondre avec Saint-Michel Archange, dans le Minervois, ni avec le Domaine Saint-Michel les Clauses, du côté de Boutenac), ceux de Jacqueline Vaills et d’Henri Rius, deux éminents « cavistes« , ses voisins ? Moi pas, avant que je ne suive docilement les recommandations d’un aimable Lecteur, un fidèle de cette misérable et obstinée rubrique qui ne cesse de s’enrichir chaque dimanche que dieu fait. En traversant mes chères Corbières l’autre jour, bien avant que l’on ne célèbre la Saint Michel, je me suis arrêté à l’entrée de Caves. Le couple de cavistes n’étant pas là, je fis la connaissance de celui qui occupe, lui, la fonction officielle de caviste, Mohamed, un charmant monsieur débarqué de son Maroc natal (il vient de Meknès, la capitale agricole) il y a un bail et qui a atterri ici après un passage à Châteauneuf-du-Pape. J’ai eu une pensée pour ce beau pays que je n’ai pas revu depuis des lustres, une pensée aussi pour ces paysans qui cultivent si bien nos vignes du Sud sans en boire le jus fermenté. Une pensée pour ceux qui, parmi les cabernets, les merlots et les syrahs du Moyen Atlas, taillent encore les valeureux Carignans que les experts n’ont pas su – ni pu – leur faire arracher.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le Carignan blanc goûté et acheté ici grâce à la gentillesse de Mohamed qui tenait le caveau aménagé dans une sorte de hangar bourré de reliques en formes de bouteilles, à la bordure du village, est un des moins onéreux qu’il m’ait été donné de goûter : autour de 4 ou 5 € le flacon, si je me souviens bien. Il porte le vocable « Vin de cépage » sous le nom Carignan écrit en caractères néo-gothiques du style de ceux que l’on rencontre sur les enseignes de la Cité de Carcassonne. Pas de millésime, mais il semble (robe bien soutenue) à la vue comme au touché, que ce ne soit pas du 2013. Le nez est prononcé, mûr, balsamique et fruité (pulpe de raisin, prune), tandis qu’en bouche le vin est rond, puissant, d’un bel équilibre, marqué par quelques notes résinées. S’il manque un poil d’acidité, il a sa place cependant à l’apéro sur des légumes croquants accompagnés de tapenades ou d’anchoïades, sur des olives, des crevettes grises, des palourdes… Mais c’est aussi un bon compagnon des grillades de poissons. Cela tombe bien, les ports de pêche ne sont pas loin où l’on retrouve retrouve d’anciens pêcheurs partis de Mostaganem (Algérie, cette fois) dans les années soixante. Dans d’autres ports, les pêcheurs sont venus de la Baie de Naples ou de Sicile. La Méditerranée n’est pas qu’une simple mer, c’est aussi une véritable mère pour nous. Et j’imagine que, de temps en temps, le regard de Mohamed doit se tourner vers cette mer qui le sépare de son pays.

Michel Smith


Un commentaire

#Carignan Story # 240 : Allez Maury !

En 1997, après des études viticoles et œnologiques en Avignon, le jeune Julien Fournier décide de reprendre le domaine familial à la suite de son père, Jean, alors officier de marine. Julien augmente modérément la surface d’un domaine qui livre la totalité de sa récolte à la Cave des Vignerons de Maury, dans les Pyrénées-Orientales, coopérative qui se trouve à proximité de sa maison.

En 2002, il s’offre la possibilité de prendre une part d’indépendance et de tenter l’expérience d’une cave particulière, le Domaine de Serrelongue, en ne vinifiant grosso modo que le tiers de l’exploitation. Aujourd’hui, il ne regrette nullement ce choix : «J’ai de la chance, car c’est grâce à la coopérative que je peux vivre tout en me faisant plaisir», avoue-t-il en toute franchise.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Sur les 30 ha repris entre Tautavel et Maury, Julien a rajouté 10 ha et se garde aujourd’hui 7 ha de vieilles vignes principalement sur schistes, vignes qu’il travaille aux chenillards en culture dite «raisonnée», pour les vinifier par la suite et les mettre en bouteilles chez lui. Parmi ces vieilles vignes, bien entendu, Julien peut compter sur 3 ha de Carignan car certains vignerons maurynates ont eu la présence d’esprit de ne pas écouter les «experts» et donc de ne pas les arracher comme on le préconisait avec force dès la fin des années 80. Bien leur en a pris, car on sait désormais que ces valeureux ceps contribuent aujourd’hui à parfaire la renommée identitaire de la Vallée de l’Agly.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Outre ses Maury et ses blancs en Côtes Catalanes, plusieurs Côtes du Roussillon Villages complètent la gamme, dont un séduisant Carigno (officiellement jusqu’à 70% carignan) acheté 6 € l’autre jour dans la boutique Côté Cave ouverte par un jeune couple à Thuir. Pour ce prix-là, j’avoue que l’on pourrait laisser passer quelques défauts, se montrer indulgent quant à la matière ou pardonner un élevage maladroit. Or il n’en est rien: ce jeune vin de 2013, vaillant au possible, mais aussi chaleureux, ample et généreux, très marqué par les essences de garrigue, se montre aussi complet, fruité, et capable d’affronter dès les mois d’hiver la cuisine de gibiers à poils, une daube de taureau ou de joues de porc, ainsi qu’un roboratif coq au vin. On peut aussi choisir de le faire patienter 5 ans dans une bonne cave pour lui proposer par la suite un beau gigot d’agneau ou un sauté de veau.

Michel Smith

PS. Un peu de pub : Pour les rares lecteurs qui suivent mon activité de petit vigneron associé à 6 camarades autour du Puch, à Tresserre, nous avons vendangé notre Carignan samedi dernier en une matinée par un fort beau temps calme. Récolte satisfaisante (autour de 15 hl/ha) et degrés honnêtes (autour de 13°) avec de belles grappes pour la plupart, certaines (10 %) commençant à être atteintes de pourriture. Par endroits un petit tri à la vigne s’est avéré nécessaire. Mais dans l’ensemble, nous nous en sortons pas mal.

Pour l’heure, nous mettons en vente le 2013 : 9 € départ cave. Qu’on se le dise !

 


4 Commentaires

#Carignan Story # 239 : Au fond de ma vallée…

Demander à rencontrer Philippe Courrian, c’est voir s’ouvrir un petit peu plus les portes du paradis. Il y a d’abord la symbolique mais royale entrée dans cette partie de la vallée de la Nielle, maigre affluent de l’Orbieu dévalant tout droit des Hautes Corbières. Nous sommes au bien nommé Château Cascadais dans une campagne habitée comme le stipule avec malice la pancarte à l’entrée de la propriété. Cela signifie respect, respect des plantes, des fruits, des gens et des animaux. Après, tout est affaire de feeling. Ça passe ou ça ne passe pas. Entre lui et moi, le courant est branché depuis des lustres. Cela n’empêche pas le parlé franc, Philippe ayant des avis bien arrêtés sur pas mal de choses mais aussi des remarques de sage quand il dit par exemple : « Je ne me prononce pas car je ne connais pas ». Notre relation est celle d’une franche amitié. À un tel point qu’à une époque, j’ose l’avouer, j’ai plusieurs fois cédé à la tentation de déclencher moi-même le précieux sésame en faisant tout pour me faire inviter dans sa vallée heureuse. Puis on s’est un peu perdu de vue… hasards de la vie.

Philippe en admiration devant ses Carignans. Photo©MichelSmith

Philippe en admiration devant ses Carignans. Photo©MichelSmith

Aussi, lorsque j’ai vu l’autre soir l’animal à la crinière argentée se pointer en bonne compagnie dans le Charivari de Michel Escande où j’avais mis le tablier histoire de prêter main forte à la sommelière Isabelle Brunet, ni une, ni deux, on a pris lui et moi rendez-vous dans la Valley of Love (extrait du film The Sheriff of Fractured JawLa Blonde et le Shérif, en France – le plus con des films années 50 en De Luxe colour, mais avec Jayne Mansfield, tout de même…Attention, la chanson est doublée par Connie Francis, une des chanteuses les plus kitsh mise en orbite à l’époque par l’industrie du disque). C’est ainsi, avec cette mielleuse chanson cowboy que j’arpente de nouveau la route cailloutée qui conduit à la maison toute simple de Philippe avec la furieuse envie de taster son vin de Carignan. Ici, à moins de monter sur une butte, le téléphone portable s’arrête. Chez Philippe, que l’on soit dans les rochers de sa « piscine » ou dans la cour parmi les roses trémières, on se sent au bout du monde. On oublie tout et l’on se dit que c’est dur de rentrer.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Comment dire sans le vexer… À mon avis, Philippe Courrian ne veut pas à faire le plus grand vin de son appellation. Il cherche simplement à nous donner un bon vin représentatif de sa vallée, un vin juste, constant, précis, loyal, parfaitement équilibré, un vin vinifié sans esbroufe et sans calcul médiatique. Le bougre a raison car c’est vraiment le cas de cette cuvée Le chant de la Cascade 2012 qui arbore encore la dénomination Corbières alors que le 2013 rentrera dans le rang avec la mention Coteaux de la Cabrerisse, à moins de le mettre en Vin de France. Encore ces conneries de règlements ! Quand les Corbières n’auront plus de Carignans à se mettre sous la dent à force de les reléguer aux seconds ou troisièmes rôles, le casting de l’appellation sera bien maigre et surtout bien triste. Voilà, c’est dit ! Sauf que ça fait 30 ans que je leur chante cet air-là…

Super sur une cargolade !!! Photo©MichelSmith

Super sur une cargolade !!! Photo©MichelSmith

Maintenant revenons au vin. J’espère que sur les prochaines étiquettes Philippe fera mention du cépage car celui-ci, d’un âge avancé, est planté sur 3 petites parcelles, si je ne m’abuse sur des terres argilo calcaires bordées de murets de pierres grises et tournées vers les collines de pinèdes qui cachent la Montagne Noire, parcelles qu’il loue à un vigneron du pays. Le millésime 2012, Campagne de Cascadais, en partie décrit plus haut, est à mon avis prêt à boire pour encore un an ou deux si l’on veut profiter de son fruit. En plus de son équilibre, j’ai aimé la facilité avec laquelle il se laisse boire. En sera-t-il de même avec le 2013 dont la mise est prévue pour l’hiver prochain ? On verra. En attendant, je ne peux que vous inciter à saisir ce flacon. Parfait sur les escargots de Philippe, il le sera aussi sur toutes sortes de grillades. En vente au domaine au prix de 9 € départ cave.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Et pour les curieux, sachez que Philippe, Médocain de naissance et sudiste dans l’âme, possède avec ses enfants un fameux Médoc, le Château Tour Haut Caussan, sur la commune de Blaignan, ainsi que le Château La Landotte. À Cascadais, dont le chai se situe à Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, il vinifie aussi un second vin d’un excellent rapport qualité-prix, La Roque Dansante, ainsi qu’un délicieux Corbières où grenache, carignan, syrah, cinsault et mourvèdre se marient divinement bien dans les barriques  d’occasion venues du Médoc ainsi que (pour moitié) dans les cuves ciment. Enfin, on parle de plus en plus de son pur Tannat élevé 16 mois en barriques. Pas mal pour un seul homme qui a largement passé l’âge de la retraite !

Michel Smith

Servir frais, bien entendu... Photo©MichelSmith

Servir frais, bien entendu… Photo©MichelSmith


Poster un commentaire

#Carignan Story # 238 : Au nom de… Zéphirin !

 

120x120-000000-80-0-0http://www.deezer.com/track/66112098

Au nom de qui, au nom de quoi, je vous le demande ? Au nom du Carignan, bien sûr ! Du moins si j’en juge par cette cuvée du Domaine In Nomine qui consacre à sa manière de valeureuses parcelles de ce vieux cépage – ici les ceps frisent les cent ans – sur des terres argilo calcaires du côté d’Opoul, le dernier village des PO, juste à la frontière de l’Aude, sur la partie des Corbières tournée vers le Golfe du Lion et la chaîne des Pyrénées. Mais surtout, plus que tout, au nom de Zéphirin, l’arrière grand-père qui a probablement lui-même planté ces vignes de Carignan que Cyril Lambert retape avec l’aide de sa compagne Sophie.

La forteresse d'Opoul. Photo©MichelSmith

La forteresse d’Opoul. Photo©MichelSmith

Une fois le décor planté, et dieu sait qu’il est encore plus spectaculaire que vous ne pouvez l’imaginer, il reste le vin. Un Côtes Catalanes 2011 vinifié visiblement avec soins à partir d’une vendange non éraflée, des grappes très mûres, foulées aux pieds et longuement macérées… Le genre de travail que l’on ne peut faire que si l’on a de beaux raisins. Ce fut le cas par évidence cette année-là où le vin a été élevé douze mois en barriques de chêne français et mis en bouteilles sans filtration. Que voulez-vous, ces jeunes aujourd’hui ils sont un peu fous et il y a fort à parier que le Zéphirin, l’ancêtre, aimerait bien partager cette cuvée.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Évidemment, je n’ai pas un portrait du papé, mais c’est en pensant tout de même un peu à lui qu’à deux reprises – une fois dans ma salle de dégustation, une autre fois aux Indigènes, l’un des bars à vins les plus en vue de Perpignan – j’ai pu saisir ce vin. La première fois, en dépit d’une grande finesse au nez, je l’ai trouvé un peu dur en bouche, disons vert, anguleux. Lui ou moi n’étions pas prêts à nous rencontrer et, ce matin-là, j’avais juste noté que j’avais en face de moi « un petit monstre ». Quelques semaines plus tard, ayant oublié mes premières impressions, je le goûtais sur des petites assiettes de choses et d’autres et je l’ai trouvé beaucoup plus civilisé, plus fréquentable, plus complet aussi, plus cool diraient les winies d’aujourd’hui. Il vaut tout de même 24 euros la bouteille. Mais bon, vieilles vignes, petits rendements, élevages soignés, etc… je ne vous ferais pas l’injure du discours complet puisque, quoiqu’il en soit, c’est un très beau vin.

Michel Smith


2 Commentaires

#Carignan Story # 237 : Notre tonneau

C’est un bonhomme fort sympathique qui m’a gentiment abordé l’autre jour alors que nous étions en train de célébrer la fin du deuxième mandat de notre ami, l’ancien maire de Calce, Paul Schramm, lors d’un pince-fesse tout ce qu’il y a de plus républicain. Raymond Manchon, qui travaille plus de 20 ha en bio, dont quelques hectares de Carignan pour le compte de la cave des Côtes d’Agly, à Estagel, m’est d’emblée apparu comme un parfait défenseur de ce cépage. « En plus de ce que je porte à la coopérative, me dit-il, j’ai sauvegardé deux parcelles soit 32 ares de vieux Carignans pour un vin que je baptise sous le nom de Bota Nostra, notre tonneau si vous préférez. Si vous voulez, je vous fais livrer deux bouteilles. Et vous me direz ce que vous en pensez » !

C'est dans ce décor féérique que Raymond s'attache au Carignan. Photo©MichelSmith

C’est dans ce décor féérique que Raymond s’attache au Carignan. Comme on le comprend ! Photo©MichelSmith

Sitôt dit sitôt fait, j’ai reçu les bouteilles – deux millésimes – il y a plusieurs mois. Et j’ai attendu, attendu que ma liste d’attente, justement, se libère. Chose faite aujourd’hui. J’ai donc pu enfin goûter ces vins avec bonheur et sur trois jours. Le premier est un formidable 2010 non filtré provenant d’une vigne plus que centenaire de 10 ares sur une parcelle argilo calcaire parsemée de grosses pierres de dolomie comme on peut le voir sur la photo. Tiré à moins de 400 bouteilles, c’est pour moi le plus complet : épais, dense, cassis, il a tendance à « pinoter » dans le verre après aération au bout de 48 heures.

La vigne et ses grosses dolomies. Photo©Raymond Manchon

La vigne et ses grosses dolomies. Photo©Raymond Manchon

Ce Vin de France, dont il reste encore quelques exemplaires, est vendu directement « au garage », autour de 10 €, chez Raymond Manchon qui habite du côté de Tautavel. L’autre vin, un 2011, provient d’une parcelle de 20 ares où les vieux Carignans se sont enracinés sur un sol de schiste recouvert de graves sur lequel Raymond a aussi planté 50 chênes truffiers. Toujours non filtré, je l’ai au départ trouvé un peu dur. Mais la fermeté de ses tannins s’est assouplie au bout de deux jours et, en dehors d’une très légère amertume, il a accompagné avec fierté la côte de porc fermier à la sauge que j’avais préparé à son intention.

 Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Les coordonnées de Raymond : 06 30 42 23 48… Ou par courriel : bota.nostra@orange.fr 

Michel Smith

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 859 autres abonnés