Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


3 Commentaires

Drink London: The 100 best bars and pubs

Drink Londons

Euan Ferguson: Drink London £9.99

Today has been busy! After a quick, early morning session in the local gym it was up to the centre of London for a lengthy two hour meeting with a very full agenda followed by an afternoon of job interviews. Lunch consisted of a couple of sandwiches and at the same time putting final touches to how we should conduct the interviews.

Interviews over it was good that we were able to head to a local Spanish bar (Iberica) for some refreshment. Good that here we could have a coffee, tea or choose a glass of sherry from a list of eight or ten. Just an indication of how the London drinking scene has changed over the last ten or so years.

Previously I have posted on the death of many traditional pubs but there are some vibrant newcomers – quite often replacing dead wood that had not moved with the times.

Euan Ferguson’s Drink London is a recently published guide to the best of the new as well as celebrating the best of the old. His selection of London’s 100 best watering holes is divided into six sections: cocktails; legendary locals; craft beer, ale and cider; liquid history; wine & spirits specialists; and with a twist.

Under cocktails you will find among others: The London Cocktail Club in Goodge Street, Oskar’s Bar in Whitfield Street, and the Coburg Bar at The Connaught in Carlos Place.

Under legendary locals we move away in part from the centre of London to include some examples from the inner suburbs to pubs like The Island Queen in Islington, The Wenlock Arms in Hoxton, or The Ivy House in Nunhead in deep South London, which is making history and perhaps setting a precedent. In 2012 The Ivy House was threatened with closure. Instead of being redeveloped into flats or swanky apartments, the locals bought the pub and it’s the first London co-operative pub.

Under craft beer, ale and cider Ferguson covers London’s beer renaissance citing The Jerusalem Tavern in Clerkenwell, Craft Beer Co also in Clerkenwell and Brewdog in Shoreditch.

Under liquid history you’ll find such famous boozers as The French House in Soho – the watering hole for The French Resistance during the Second World War – or Ye Olde Cheshire Cheese (rebuilt in 1667) on Fleet Street, once the heart of Britain’s newspaper industry.

Wine & spirits specialists includes Terroirs near the Strand – the first of a family of bars/eating places featuring ‘natural’ wines – or there is the Whisky Bar at The Athenaeum on Piccadilly – or Bar Pepito a sherry specialist in Varnishers Yard, Kings Cross.

Although with a twist doesn’t feature Chubby Checker, ‘all have something that set them apart from the masses’. These include The Palm Tree in Mile End, the Well & Bucket – a revived Victorian pub or The Mayflower beside the Thames at Rotherhithe.

Santé!

Jim+Umbrellascropss

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


15 Commentaires

Et si notre Vitis vinifera pouvait s’en inspirer…

J’ai lu récemment dans le supplément Science & Médecine (mercredi 27 août) du journal Le Monde le compte-rendu d’une découverte assez étonnante. Le comportement en question a de quoi impressionner d’une manière générale pour ses implications sur la vie et ses multiples facettes – dont bon nombre restent à découvrir et à expliquer. Et, parce que cette découverte concerne ce que l’article décrit comme étant une vigne, je vais vous en parler, bien que l’espèce en question ne soit pas issue du genre vitis.

Pour l’essentiel, ce compte-rendu ne fait que relayer un autre article, publié dans la revue Current Biology (volume XXIV, no.9). I y est question de mimétisme, mais non pas dans le règne animal comme les caméléons, mais dans le végétal.

La plante grimpante Boquila trifoliolata pousse, en Amérique du Sud, sur divers arbres dont elle copie, plus ou moins bien, mais parfois très bien, la forme, la taille et la couleur des feuilles. Cette capacité assez extraordinaire lui sert de protection contre des prédateurs.

4210026_orig

Le mécanisme de ces mutations étonnantes, comme les moyens de communication qui les enclenchent, est encore inconnu. Comment cette plante-là est-elle capable de reconnaître les formes des plantes qu’elle imite, puis de transformer sa propre apparence pour s’y adapter ? Les réponses à ces questions, comme à d’autres qui nous sont parfois posées par la nature, vont probablement tarder à nous parvenir, mais les chercheurs sont alertés.

5448377561_b278156153

Ces deux photos montrent deux versions de la plante en question, qui a tout de même des fruits  qui ressemblent à des raisins (j’ignore s’ils sont comestibles par l’être humain)

Cet article m’a fait penser à un autre mécanisme de défense mis en place par une plante, tout aussi étonnante, et qui fut relaté par Jean-Marie Pelt dans un de ses livres. Il s’agissait d’un arbre qui pousse dans la savane sud-africaine (le Veld) et qui, lorsqu’il est brouté par des girafes, qui mettent ainsi sa survie en danger, émet une substance répulsive. Ce qui dissuade les girafes de poursuivre leur casse-croute. Plus étonnant encore, cet arbre a, semble-t-il, la capacité de transmettre un message à d’autres arbres de la même espèce alentour, parfois distants de plusieurs centaines de mètres, une sorte de message qui enclenche l’émission de la même substance. Nous ignorons, là encore, les moyens de transmission, ainsi que le mécanisme de défense.

Tout cela pour dire qu’il serait tout de même heureux si nos chers vitis vinifera pouvaient s’inspirer des ces techniques sophistiquée pour se défendre contre tous les prédateurs qui les causent (et à leurs chers cultivateurs) tant de soucis. A quand un colloque entre plantes ?

David Cobbold


12 Commentaires

El Rey Fino (bis) : Vamos a catar…

Comme vous le savez, la Finomania est ancrée en moi pour de bon ! Peut-être avez vous lu jeudi dernier la première partie d’une série dédiée au Fino, ce vin Andalou qui rend fou. Si ce n’est pas le cas, je vous conseille de vous y plonger avant de lire ce qui suit. Servirse siempre muy frio, telle est ma devise ! Sauf que pour ma dégustation, j’ai préféré ne pas trop glacer le vin et le présenter autour de 15/16°. Bien sûr, je n’étais pas seul. C’eut été triste d’abord, alors que ce vin appelle la joie de tous se retrouver. C’eut été peu professionnel ensuite puisque j’avais quelques experts fort disposés à venir m’aider : Bruno Stirnemann, en premier qui a eut la gentillesse de mettre dans sa besace quelques raretés introuvables autrement que sur le net ou dans quelques bonnes maisons espagnoles ; Isabelle Brunet ensuite, sommelière émérite qui sert le Fino sans se faire prier à Barcelone ; et son écrivain de compagnon, Vincent Pousson qui n’hésite pas à cuisiner quelques idées solides pour accompagner les vins de son pays d’adoption.

Bruno Stirnemann. Photo©MichelSmith

Bruno Stirnemann. Photo©MichelSmith

Pour cette session, pas de cinoche « à l’aveugle ». Les bouteilles étaient au départ alignées par mes soins, mélangeant les trois appellations – Jerez, Manzanilla, Montilla-Moriles – sachant, je le rappelle, que la dernière D.O. est la seule, du moins dans la qualité Fino, à ne pas être mutée, renforcée à l’alcool si vous préférez. En queue de dégustation, sept bouteilles d’un type Fino, certes, mais élevé plus longtemps, flirtant avec le style Amontillado. Là encore, j’entends l’armée des puristes et spécialistes se manifester dans les rangs, mais nous autres, simples amateurs, n’avons rien trouvé à redire de cette manière de voir les choses. Sauf que cette « queue de dégustation » viendra en troisième semaine.

Isabelle Brunet. Photo©MichelSmith

Isabelle Brunet. Photo©MichelSmith

Ainsi, rien que pour vous enquiquiner, vous serez tous obligés de revenir la semaine prochaine afin de lire le dernier volet de cette trilogie. Il sera consacré à ces sept vins qui n’existaient pas chez les cavistes à l’époque où j’ai été initié aux vins de Jerez lors d’une mémorable Féria équestre. Il sera aussi accompagné de quelques bonnes adresses. Cela prouve que, contrairement à nos appellations vieillissantes qui pourrissent sur pieds, en Espagne on tente d’innover et d’enrichir. Certes, avec des vins probablement dits « de niche », mais des vins nouveaux qui contribuent à maintenir un intérêt autour d’un monde que l’on croyait au bord du déclin. Si d’autres membres des 5duVin souhaitent ajouter leurs commentaires, ils sont bien entendu les bienvenus. Mieux encore s’ils interviennent de leur propre chef, après la troisième partie, pour ajouter un article sur l’Oloroso, par exemple, ou sur des visions encore plus savantes de cet univers complexe du vin Andalou.

Vincent Pousson. Photo©MichelSmith

Vincent Pousson. Photo©MichelSmith

Cette dégustation n’est certainement pas parfaite. Pas d’étoiles ni de notations chiffrées, tant pis pour les amateurs de classements. Je sais, il manque des marques et cela ne plaira certainement pas aux aficións, donc pas la peine de m’en tenir grief. Vous ne lirez rien, hélas, sur l’Inocente de Valdespino, par exemple… la Quinta, le cheval de bataille d’Osborne et Coquinero d’Osborne également, le Fino Superiore de Sandman, le Hidalgo Fino d’Emilio Hidalgo, le Pavon de Luis Caballero, le Harveys Fino de Harveys, le Fino Romate de Sanchez Romate, le Gran Barquero de Pérez Barquero (Montilla-Moriles), etc. J’ai dû faire avec les moyens du bord ! Tous les vins de cette série titrent 15°. En gras, se distinguent nos vins préférés, nos coups de cœur. Pour ces premiers douze vins, les prix en grandes surfaces comme chez certains cavistes en Espagne, oscillent entre 4 et 8 euros. Un seul est en dessous de 9 €, tandis qu’un autre est à 12 € en France. Bien sûr, tous les autres sont plus chers en France et ce n’est pas toujours justifié. Bref, pour ceux qui vont se ravitailler en Espagne, vraiment pas de quoi se ruiner ! À noter aussi qu’en Espagne, beaucoup de ces vins sont disponibles en demi-bouteilles.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

- Muyfina, Manzanilla, de chez Barbadillo (bouchon à vis). Robe jaune pâle. Un goût cireux, étrange, poussiéreux, notes de vieux cuir… Puissant, gras et long en bouche mais sur une tonalité rustique. Dur, manquant à la fois de fraîcheur et de finesse.

Comportement acceptable sur des tapas : olives, anchois…

- Carta Blanca, Jerez, de chez Blazquez (distribué par Allied Domecq). Robe paille étonnement soutenue. Densité, profondeur, quelque chose d’inhabituel, rusticité, plus proche de l’oxydation que de la flor, avec des notes de caramel et (ou) de Pedro Ximenez. Très léger rancio en finale.

Bien sur des tapas genre tortillas. À tenter sur un fromage comme le Manchego (brebis) ou un Picón de Valdeón, persillé de chèvre et de vache.

- Tio Pepe, Jerez, de chez Gonzalez Byass (DLC Novembre 2014. Robe bien pâle. Nez de voile. Très sec en bouche, comme c’est annoncé sur l’étiquette. Le vin joue son rôle, sans plus. Il ne surprend pas. Simple et court.

Sans hésiter à l’apéritif sur du jambon, clovisses ou salade de poulpe.

- La Gitana, Manzanilla, de chez Hidalgo (bouchon à vis). Robe très pâle. Nez frais. Excellente prise en bouche, du nerf, de l’attaque, notes de fruits secs, bonne petite longueur qui s’achève sur la salinité.

Exquis sur de belles olives, beignets d’anchois, gambas, ratatouille froide.

9b67f081b2b72c5af843b1deacb59de8

- San Leon, Manzanilla, des Bodegas Arguezo. Robe moyennement pâle. Nez pas très net, simple et rustique. Bouche réglisse et fumée.

Ça fonctionne sur le gras du jambon et sur le boudin noir de campagne.

- La Ina, Jerez, de chez Lustau. Robe pâle. Nez plutôt complexe sur la flor et l’amande grillée avec de légères notes de fumé. Belle amplitude en bouche, de la fraîcheur, du mordant, rondeur en milieu de bouche, finale sans bavures sur des notes salines.

L’apéritif presque parfait sur amandes grillées, olives pimentées, jambon bellota, lomo, chorizo, palourdes, anchois frais, sardines grillées…

- La Guita, Manzanilla, de chez Raneira Perez Marin (bouchon à vis, mise en bouteilles Décembre 2013). Robe légèrement paillée. Nez fin et discret avec touche d’amande. Une vraie présence en bouche, ça frisotte, léger rancio, manque peut-être un poil de finesse, notes d’amandes salées en finale. C’est bien foutu.

Plus sur des plats de crustacés, langoustines, crevettes, etc.

- El Maestro Sierra, Jerez, des Bodegas Maestro Sierra (Mise en bouteilles en Avril 2014). Belle robe pâle. Nez fumé. Dense, ample et riche en bouche, un poil rondouillard, mais bien fait dans l’ensemble.

Apéritif, certes, mais le garder pour un plat de poisson au four, ou pour un plat de morue, une omelette de pommes de terre ou de champignons.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

- Fino Electrico, Montilla-Morilès, de Toro Albala (12 € pour 50 cl. Diffusé par Valade & Transandine chez Soif D’Ailleurs à Paris) Robe pâle. Nez fruité, élégant, notes d’amande fraîche et de fumé. Finesse en bouche, impression de légèreté, complet, finale sur la longueur.

« Une bouche à jambon », remarque justement Vincent. Oui, mais un grand pata negra ! Quant à Bruno qui lui donne une de ses meilleures notes, il le verrait bien sur un turbot ! Et pour ma part, je lui propose une brouillade de truffes !

- Puerto Fino, Jerez, de Lustau (élevé à El Puerto Santa Maria). Belle robe légère. Très complexe au nez comme en bouche : notes de fougère, amande fraîche, écorce de citron, iode, silex, épices, vieux cuir, volume… on sent que ce fino est associé à une vieille réserve de type solera tant la longueur le maintient en bouche avec toute sa richesse. Les critiques le propulsent « Roi des Finos » et ils n’ont pas tort.

Un grand apéritif de salon, parfait pour réfléchir aux choses de la vie au creux d’un profond fauteuil. Un bon robusto de Cuba, genre Ramon Allones, pour les inconditionnels du cigare. À essayer aussi sur une cuisine asiatique, Thaï ou Coréenne. Sur une huître tiède à la crème ou sur une mouclade légèrement crêmée et épicée.

- Papirusa, Manzanilla, de Lustau (Bouchage vis, aurait dû passer à mon avis avant le précédent). Si je ne me trompe pas, le fino a pour base une solera moins âgée que pour le Puerto Fino. Belle robe blonde. Parfaitement sec en bouche, c’est propre, net, élégant, fraîcheur évidente, salinité bien affirmée, un régal de précision, une touche animale pour finir, genre vieux cuir. Finale exemplaire où le goût du vin reste en bouche pour longtemps. Difficile de dire, en tout cas pour moi, si c’est ce vin qui l’emporte sur l’autre. Question de goût. Toujours est-il que c’est un formidable rapport qualité-prix !

Là encore un vin de cigare, plutôt celui de la fin de matinée. Doit être à l’aise sur de gros crustacés, genre homard thermidor, surtout si on ajoute un peu de fino dans la cuisson. Sinon, parfait pour le jambon de qualité et les fritures de poissons ou de calamars.

-Solear, Manzanilla, de chez Barbadillo (Bouchage vis, DLC Avril 2015). Belle robe blonde et lumineuse. Nez discret et fin. Bouche fumée, fraîche avec des notes de fruits cuit (abricot). Un fino assez classique mais simple et qui s’oxyde assez vite. Il ne fait pas l’unanimité.

Sur des tapas : ailes de poulet, travers de porc, poivrons, sardines à l’escabèche, thon, maquereau.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Jeudi prochain, ne manquez pas le dernier volet ! Avec des finos de luxe car élevés plus longtemps, mais aussi plus rares et plus chers.

Michel Smith

 

 

 


3 Commentaires

Triguedina, côté parcelles

J’ai un lien particulier, historique, si l’on veut, avec le Clos Triguedina.

C’est un des premiers vins qu’il m’ait été donné de déguster régulièrement, à la fin des années 1970. C’était juste après les Bourgogne que mes parents m’emmenaient goûter au fût, lors de leurs descentes de cave. Vous voyez, j’ai eu une enfance malheureuse! C’est sans doute pour l’exorciser que j’occupe ce petit bout de toile, quitte à exaspérer les abstinents.

Mais revenons à Triguedina – le Clos portait le titre de Château, à l’époque, si je ne m’abuse.

Château ou pas, ce Cahors était un sacré changement, pour le dégustateur novice que j’étais, qui plus est habitué aux robes claires du Pommard. Côté tannins, aussi, c’était une autre paire de manches. Mais la cuvée Prince Probus, le haut de gamme de M. Baldès – le père du propriétaire actuel – était toujours très bien élevée, pour autant que je m’en souvienne. J’ai retrouvé une bouteille de 1982, au fond de la cave de mes parents, début 2000; elle était parfaite.

Les décennies ont passé. Jean-Luc Baldès a repris le flambeau, après avoir fait ses classes – je vous le donne en mille – en Bourgogne! Mais aussi à Bordeaux.

Sans rien renier, il a imprimé sa marque sur le domaine – le New Black Wine, c’est lui. Avec cette cuvée, il fait revivre une tradition cadurcienne, le "Cahors de chauffe". Le Vin de Lune, le Pétillant Rosé, c’est lui aussi. On peut être résolument Cadurcien, les pieds dans la terre, avoir l’esprit de famille… et l’esprit créatif. Sans oublier l’ambition, sans laquelle il ne se créée pas grand chose en ce monde.

Ses vins, il les signe: Jean-Luc Baldès en grand, Triguedina en plus petit. C’est même à cette adresse que vous le trouvez.

homeR

Vous trouvez ça vaniteux? Moi pas. Jean-Luc assume l’héritage, mais revendique son apport. Le droit de suivre une autre voie, ou la même; le droit d’avoir raison, et de se tromper. Le droit d’avoir du caractère et des convictions. Le droit de vous dire "Pensez de moi ce que vous voulez; mais goûtez, s’il vous plaît".

Côté héritage, notons tout de même qu’il perpétue la cuvée Probus (le Prince est parti, reste le vin, et c’est l’essentiel).

Chaque année, pour moi, cette cuvée reste un marqueur, un jalon de la qualité du millésime à Cahors, dans un style travaillé – le style grand cru, pour autant que ce ne soit pas un gros mot à Cahors. Car vous le savez, c’est une des rares grandes appellations de France sans hiérarchie autre que celle de la réputation, du nom du domaine. Difficile de dire si c’est mieux ou moins bien. On vit avec. Crus ou pas, il y a de grands vins à Cahors.

Le terroir, un gros mot?

Ca n’empêche pas certains producteurs de Cahors de faire de louables efforts pour mieux identifier leurs terroirs (non, ce n’est pas un gros mot non plus!). Jean-Luc Baldès fait partie de ceux-là. On peut même dire qu’il est en pointe.

Quand je parle d’identifier, je ne veux pas dire qu’il les découvre. Bien sûr qu’il a toujours su que toutes ses parcelles ne se ressemblaient pas – c’est le B A Ba du métier du vigneron, et son père, comme son grand père,  le savaient avant lui.
Mais Jean-Luc, lui, avait envie de le montrer aux consommateurs. Alors il en a fait des cuvées séparées, une trilogie de parcellaires qui ont pour noms Au Coin du Bois, Petites Cailles et Les Galets.

J’en avais entendu parler. Ces derniers jours, j’ai pu les goûter.
Trois nouvelles pierres à l’édifice de la connaissance, ou en tout cas, à celui de mon éducation personnelle.

Vous dire que je les reconnaîtrais entre mille, peut-être pas. Vous dire que c’est le minéral qui parle, que j’ai croqué les cailloux, sucé la craie, non, bien sûr. Mais des différences, oui, j’en ai notées, aussi bien dans deux grands millésimes comme 2009 et 2011 que dans une année plus jalouse comme 2010 – car j’ai pu déguster trois millésimes de chaque.

La cuvée Au Coin du Bois m’a semblé la plus robuste des trois, la plus complète, la plus opulente aussi. Le 2009 a pour lui la richesse; le 2011 un fruit éclatant sur une trame solide.
Les Petites Cailles, qu’on imagine plutôt replètes, ont fait mentir leur nom: pour moi, c’est la cuvée la plus serrée, la plus dynamique – pas maigre, non, mais plutôt bâtie sur sa charpente acide que sur la chair – c’est particulièrement sensible sur le 2010, très élégant. Et complexe.
Les Galets, quant à eux, me semblent conjuguer le velours des tannins et la pureté d’un fruit rouge très direct; c’est aussi la cuvée la plus saline – on retrouve ce trait dans les trois millésimes, indépendamment de la matière, plus ou moins charnue. Comme un petit côté pointu sur la langue, bien agréable.

C’est mon ressenti, en tout cas.

Je me suis volontairement abstenu de m’intéresser aux sols avant de commenter pour ne pas me focaliser, même inconsciemment, sur la recherche d’éléments censés venir d’un terroir, même micro. Et je n’ai pas voulu non plus trop réfléchir. Je me suis laisser aller. J’ai mis mon nez dans le verre, le vin dans ma bouche, j’ai fermé les yeux, je me suis laissé guider par mes sens.

Je ne peux vous dire dans quelle mesure je me suis fait influencer, tout de même, par la recherche de la différence, d’écarts que je n’aurais peut être pas remarqués sinon.

Mais en dégustant les trois verres en parallèles, il était évident pour moi que j’avais bien affaire à trois expressions différentes du Malbec, tantôt séduisant, tantôt solennel, tantôt primesautier. J’aurais pu pousser plus avant, oui, mais ce n’était pas mon propos. Pas envie, cette fois, de relancer notre vieux débat sur le sol qui se boit ou pas. Je cherchais le plaisir, pas la prise de tête. Je l’ai trouvé. Bravo et merci au vigneron.

Les trois parcelles

Bien sûr, pour ne pas influencer la comparaison, les vinifications sont identiques pour les trois cuvées (macération de 20 à 25 jours, malo faite, 12 mois d’élevage en barrique française). Il n’y a que la provenance et les sols qui diffèrent.
Les Galets, ce sont des dépôts de sidérolithiques en troisième terrasse du Lot, riches en silice et en fer.
Au Coin du Bois, ce sont les secondes terrasses du Lot, à Puy l’Evêque – argiles rouges, limons, cailloux en profondeur, le tout sur une couche de calcaire en profondeur.
Les Petites Cailles, ce sont des sols du Causse, à Floressac. Calcaire kimmeridgien, argiles violettes, fer.

Sans pouvoir établir précisément les connexions "minérales", j’ai aimé les vins – les trois; comme on aimerait trois soeurs ou trois cousins. Pour leurs différences et pour leur air de famille. J’ai aimé aussi l’exercice intellectuel.

A vous de le reproduire, cet exercice, si ça vous intéresse. C’est tout le sens de cette trilogie, née avec le millésime 2007.

Triguedina

Ce trio, Jean-Luc Baldès le vend ensemble, dans un coffret. Une belle idée de cadeau pour Noël. Ou à n’importe quel autre moment de l’année, si affinités.

Attention: il n’y en a que 3.000 bouteilles de chaque, chaque année que le raisin veut bien nous donner.

Et maintenant, vous m’excuserez. Non seulement il me tarde de dîner (triguedina, en cadurcien); mais il me tarde surtout de reprendre mes dégustations comparatives, ne serait-ce que pour faire avancer la science… ;-))

Hervé Lalau


3 Commentaires

La transmission réussie : l’exemple des Plageoles à Gaillac

Il est une question qui intéresse toutes les familles engagées dans la production artisanale (pour l’industrie, cela peut aussi être le cas, mais les structures diffèrent) : celle de la transmission entre les générations. Cela n’est pas propre aux vignerons, même si c’est eux qui nous préoccupent aujourd’hui.

Tout outil de production de vin est par définition plus ou moins fragile, selon les volontés et les compétences variables de générations successives, mais aussi en fonction des contraintes fiscales et commerciales, et, malheureusement, des aléas climatiques.

Robert-and-BernardRobert et Bernard Plageoles dans leurs vignes à Gaillac (photo The Vine Route)

Malgré les difficultés inhérentes à une transmission directe aux descendants, je suis souvent frappé par l’extraordinaire pérennité des familles de vignerons en Alsace, pour prendre un exemple. On en trouve qui en sont à la dixième génération, voire au delà, et cela, malgré les vicissitudes politiques qui ont agité cette belle région. Mais, pour illustrer mon propos d’aujourd’hui, je vais prendre un exemple issu d’une autre région : le Sud-Ouest de la France et l’appellation Gaillac. Je connais la famille Plageoles depuis près de 30 ans, ayant d’abord vendu leurs vins en tant que caviste avant de faire connaissance avec Robert et sa femme Josy, puis avec leur fils Bernard et sa femme Myriam, et maintenant, depuis peu, avec les fils de Bernard et Myriam, Florent et Romain.

Florent PlageolesFlorent Plageoles en action : la troisième génération que j’ai connu de cette famille exemplaire de vignerons de Gaillac

 

Je les vois, soit chez eux, soit lors de dégustations à Paris, d’une manière sporadique mais régulière, environ une fois tous les deux ans, parfois plus. Cela m’a permis de suivre, sur toute cette période, une évolution fascinante du domaine et de ses vins, mais aussi le passage progressif du témoin de Robert à Bernard. La suite semble maintenant programmée avec l’entrée dans l’exploitation familiale de Florent et de Romain. L’aventure viticole des Plageoles à Gaillac ira surement jusqu’à la 7ème génération, voire au-delà, car un petit Marcel Plageoles II est déjà sur pieds – mais non-greffé pour le moment.

Pour conter cette histoire, il faut remonter plus loin; car Robert Plageoles, malgré sa renommée et la place tutélaire qu’il a pris, souvent malgré lui et face à des oppositions aussi virulentes que parfois malfaisantes, n’a fait que de poursuivre et développer le travail de son père Marcel. Ce Marcel Plageoles avait hérité d’un petit domaine de 5 hectares, planté uniquement de cépages blancs. Avant lui, il y eut Jules, François et Emile, souvent métayers, puis acquérant, petit à petit, des lopins de vigne. Mais Marcel avait une autre vision du Gaillacois, car il était aussi greffeur et ce travail l’amenait à connaître par cœur tout le vignoble et à récupérer, ici et là, des pieds de vigne qu’il trouvait digne d’intérêt. C’est lui qui a planté, par exemple, quelques pieds d’un vieux cépage, l’ondenc, qui a failli disparaître et qui allait avoir une nouvelle vie grâce au travail de recherche méticuleux de Robert.

gamme PlageolesUne partie de la large gamme de vins produits par les Plageoles

A ma connaissance, c’est Robert qui a lancé le processus d’innovation, allié à un travail en profondeur sur les bases historiques de ce vignoble gaillacois. D’abord, il a vinifié et embouteillé les cépages séparément, utilisant toute la gamme des variétés alors à sa disposition, mais aussi les types : rouge, blanc sec, blanc doux et pétillant. Ses étiquettes étaient déjà modernes et claires, avant les autres, avec une identité graphique facilement reconnaissable. Les vins allaient des « simples » gamay et sauvignon blanc au très complexe Vin de Voile, un vin oxydatif à élevage long sous bois utilisant le cépage local mauzac : un vin déroutant pour les esprits formatés. Puis de la syrah, de la muscadelle et, petit à petit, l’introduction, en fonction de ses recherches et plantations, d’autres variétés plus purement locales comme le duras ou le prunelart (en rouge), l’ondenc et le verdanel (en blanc). Et cette liste, qui varie dans le temps, n’est pas exhaustive, car il y aussi le braucol (alias fer servadou), et toutes les variantes du mauzac, dont certaines produisent le célèbre Mauzac Nature, un blanc effervescent fait selon la méthode rurale que Marcel, le père de Robert, avait maintenu.

Tous ceux qui ont connu Robert Plageoles gardent de lui le souvenir d’un personnage très attachant, chaleureux, généreux et volubile, au savoir riche et multiple et à la curiosité quasi inépuisable. Un tel personnage peut aussi être, forcément, un peu encombrant pour celui qui lui succède sur le domaine, en l’occurrence son fils Bernard. Mais c’est tout à l’honneur de ces deux, et certainement aussi à la sagesse et aux efforts de leurs épouses, que la transition de l’un à l’autre se soit si bien passée. Bernard s’est fait sa place, avec un style qui lui est propre, fait de franchise et d’engagement, et grâce à un travail formidable, partagé avec sa femme Myriam, qui prolonge et amplifie l’héritage de ses aïeux. Robert garde son rôle d’agitateur d’idées et on afflue à ses conférences sur les cépages rares dont beaucoup doivent leur survie et leur nouvel élan à lui-même.

Car de quoi parle-t-on quand on se lance sur la piste des variétés dites « rares » ? De plusieurs choses en même temps : diversité des goûts, adaptabilité aux climats locaux spécifiques, résistance aux maladies (éventuellement), lien avec le passé et possibilités d’avenir avec une identité particulière pour chaque région. Dire que Robert Plageoles a été un pionnier dans ce domaine à Gaillac est comme dire que la reine d’Angleterre porte des chapeaux colorés. Hormis cet homme, seuls des ignorants ou des malotrus peuvent prétendre avoir retrouvé, expérimenté, puis lancé l’ondenc, le prunelart, le verdanel et d’autres variétés tombées dans les oubliettes. Ses recherches l’ont mené sur les chemins de l’histoire gaillacoise, mais aussi un peu partout, y compris , souvent, vers la réserve ampélographique de Vassal, bientôt déménagée et un peu perdue, à son grand regret.

Gaillac a fini par reconnaître, du moins dans les faits, le rôle essentiel joué par Robert Plageoles pour son appellation. Entre 1960 et 1990, selon les chiffres fournis par Philippe Séguier dans son livre Le Vignoble de Gaillac (curieusement pas disponible à la Maison des Vins de Gaillac !!!), les surfaces plantées en braucol sont passées d’un hectare à 350, celle de duras de 77 à 850, et plusieurs autres vignerons ont planté de l’ondenc et du prunelart. Et je parie que ces chiffres sont encore en augmentation nette depuis lors. La propriété des Plageoles totalise maintenant environ 40 hectares, avec l’acquisition récente de quelques hectares supplémentaires, à planter à ou à replanter : de quoi assurer la vie de bientôt trois familles et deux ou trois générations sur le domaine. Son avenir est en marche, mais il ne le serait pas sans son passé. Une leçon à méditer, sûrement.

PS. Mes remerciements à Florent Leclercq, qui m’a fourni des informations utiles via son bel article sur les Plageoles dans la revue Plaisirs du Tarn.

David Cobbold


Poster un commentaire

#Carignan Story # 235 : Charivari bis… chez les Escande.

Le charivari, c’est une sorte d’énorme tintamarre, un joyeux bordel où le bruit des casseroles se fait entendre. Sauf que pour moi, c’est le nom d’un Carignan du Roussillon dont il était question ici dimanche dernier. Enfin, et surtout, c’est aussi le nom de cet éphémère restaurant d’été que le blogueur Vincent Pousson et sa compagne sommelière Isabelle Brunet ont ouvert chez Michel Escande, à La Borie de Maurel, juste au-dessus de Félines, dans le Minervois. Tout compte fait, le nom n’est que la reprise de ce qui était à l’origine un bar à vins vigneron à une époque bénie où l’on ignorait encore le mot barbare d’œnotourisme. Décidément, je n’en fini pas avec le charivari… J’y étais Dimanche et j’y retourne aujourd’hui pour un stage en sommellerie !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Comme je vous l’avais laissé entendre dimanche dernier, le dîner du Charivari était entièrement consacré à notre cépage fétiche. Vous voulez savoir comment c’était ? Pas de surprises : je me suis éclaté. D’abord avec deux carignans blancs, l’un jeune des frangins Xavier et Mathieu Ledogar, dans les Corbières, et l’autre plus âgé de Daniel Lecomte des Floris dans l’arrière-pays de Pézenas.

Isabelle s'occupe du Carignan... Photo©MichelSmith

Isabelle s’occupe du Carignan… Photo©MichelSmith

...et Vincent se charge du Cochon. Photo©MichelSmith

…et Vincent se charge du Cochon. Photo©MichelSmith

Parmi les carignans du soir, il y avait celui de Tonton Raymond, nom affectueux donné au sieur Raymond Julien, du Minervois lui aussi. Véritable fan du Carignan, il est venu en presque voisin avec quelques vieux millésimes sous le bras (dont un remarquable 2003) en plus de son superbe 2011. Un autre revenant, toujours du Minervois, le fameux Boulevard Napoléon, un parfait carignan pour gentlemen britanniques vinifié dans le village tout proche de La Livinière par l’ami Benjamin Darnault. Comment, vous ne vous souvenez pas de ce vin décrit ici même l’an dernier  ?

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Bon, j’ai goûté deux autres vins, dont un somptueux Font Sanatis 2010 de Benoît Braujou, mais je n’ai pu écrire quoique ce soit compte tenu de l’ambiance festive du dîner, surtout vers la fin. En revanche, j’ai pu me pencher plus sérieusement sur le Vin de France Rêve de Carignan 2011 vinifié de mains de maître par Gabriel, ici on préfère employer le diminutif de Gaby, l’un des deux fils de Michel Escande, le patron des lieux. Michel, qui est plutôt syraphile (sa cuvée Sylla est devenue une légende du Languedoc) ne pipe pas un mot sur le vin de son fils et quelque chose me dit que Gaby lui-même n’est pas du genre à se mettre à table. Bref, on réglera ça plus tard. Il ne me reste plus qu’à lui dire bravo pour ce rêve éveillé bu avec délectation, une cuvée tirée à moins de mille exemplaires, si j’ai bien compris, au point qu’il ne figure même pas sur le tarif. D’ailleurs, le mystère total plane sur ce rouge que j’avais goûté il y a quelques années lors d’un Vinisud bien arrosé. On jurerait qu’il y a du bois, mais on en n’est pas certain. A-t-il été éraflé ou pas ? That is the question… Très vieilles vignes ? Oui, sans nul doute. Que dire de plus ? Eh bien qu’il commence tout juste à s’épanouir, à se libérer. Doté d’une remarquable intensité, riche en matière, solide mais pas lourd, tonique mais sans dureté aucune, il a été d’une incroyable précision sur la daube de cochon sauvage cuite dans les lies du même Carignan. Un rêve éveillé, vous dis-je !

Mon petit doigt me dit que si l’on arrive à mettre la main sur ce 2011, par exemple – il paraît qu’il n’est pas si onéreux que ça -, on aura fait au moins une belle affaire dans sa vie ! D’autant que l’habillage du vin est très soigné. Mais il semblerait que Gaby ne souhaite pas faire cette cuvée tous les ans… Allez savoir ! Quoiqu’il en soit, faîtes de beaux rêves.

Michel Smith

 

 


11 Commentaires

Finca Sandoval en DO Manchuela…

Manchuela ! Voilà qui intrigue, où est-ce ? En Espagne, certes, ¿pero dónde?
La contre étiquette mentionne Ledaña, province de Cuenca, tout à l’est de la Castilla y León, à toucher Utiel Requena (Valencia).

DO_Manchuela_location.svg

Manchuela parmi les DOC espagnoles

Se situer c’est bien, mais est-ce bon ?

Victor de la Serna nous a envoyé quelques flacons de sa production à notre bonne rédaction d’In Vino Veritas, the best. Confrère ibère et émérite, on le savait à la tête d’un domaine, aujourd’hui, on sait où c’est. Et foi de «Nordique », il doit faire chaud par là-bas ! C’est donc avec un sourire entendu que la première bouteille se débouche, on pense sécheresse, maturité poussée, du bois aussi un poussiéreux à la façon de certaines productions qui en ont le secret…
Salia prend le risque de nous déplaire, surprise…

image_1633615_full

Salia 2010 Manchuela

Salia plaît d’entrée, la robe légère aux tons à chaque agitation changeants, va du pourpre rose au carmin prononcé, à nous donner le tournis. Le nez, tout aussi versatile, exprime fruits, épices et fleurs en pagaille. Chaque respiration en change les impressions. La bouche se réjouit de tant de facéties. L’espiègle Salia la laisse bée quand d’un mouvement elle désenroule sa soie tannique pour laisser entrevoir le charnu du fruit, l’épice délicate qui le recouvre, le pétale diaphane qui tente de le cacher.

1381176_243902319099750_504951297_n

Victor de la Serna dans la vigne

Victor nous écrit que c’est une des deux cuvées principales d’une gamme qui en compte sept, dont un vin doux. Que Salia est le fruit d’un assemblage recherché contrairement à la norme de l’appellation qui préfère les vins de cépage, «Salia est un vin apte à être consommé assez jeune, aux tanins doux, dominé à 80% par la syrah, plus légère, de notre parcelle à plus grande présence d’argile, et par la Garnacha Tintorera (Alicante Bouschet) de la Casilla del Trueno à Pozo Lorente qui pousse à 960 mètres ; en 2010, la Garnacha qui complète habituellement l’assemblage s’unit à un peu de Touriga Nacional».

Racimo_bobal_PERFECTO

Passons au local Bobal qui règne en maître sur le limitrophe Utiel Requena et compte avec Manchella quelque 70.000 ha, ce qui en fait le deuxième cépage rouge d’Espagne derrière le Tempranillo. Presque entièrement exporté en vrac vers l’Europe du Nord, la Russie ou la Chine, le rustique et peu connu Bobal mérite comme le dit Victor un meilleur sort «nous sommes une demi-douzaine de producteurs à le vinifier et l’élever avec soin. Notre vigne de la Casilla del Trueno date de 1939». Finca Sandoval Signo Bobal 2010 ajoute 9% de syrah et offre malgré une petite rusticité un joli jus aux accents de grenade et de groseille poudré de cacao.
Et ce qu’on sait moins, c’est que le Bobal a remplacé en grande partie le Grenache autrefois bien implanté dans le sud-est de l’Espagne «il en reste peu, mais nous sommes quelques-uns à vouloir le récupérer, car il donne des vins fins et floraux que nous apprécions particulièrement». Finca Sandoval Garnacha 2010 issu des vignes de de 40 ans Castillejo à 850 m d’altitude ajoute 8% de Garnacha Tintorera (Alicante Bouschet) au Grenache et surprend par son côté aérien, la délicatesse de son fruit. Les tanins serrés construisent la trame d’une dentelle épicée déposé sur fond minéral.

Finca Sandoval (1)

La gamme Sandoval

Grands vins?

Certes, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Le premier Finca Sandoval 2009 qui voit un peu de bois neuf, c’est le seul de la série, se compose à 75% de Syrah complétée de Bobal et de Monastrell. «Un vin de garde, un peu trop jeune encore. Mais c’est notre ‘grand vin’ » avoue Victor. Jeune peut-être, mais déjà il offre malgré son caractère affirmé, une délicatesse d’esprit qui décrit avec précision fruits et épices qui se révèlent déjà. Encore marqué par son élevage, on le laisse volontiers, certain de son potentiel, reposé quelques années en cave.
Plus confidentielles, les cuvées TNS et La Rosa. La première charme par son inattendu petit accent lusitano-rhodanien…

Finca Sandoval Cuvée TNS 2008

La robe sombre, élégante avec sa brillance veloutée se parfume d’un fruité délicat évocateur de gelée de mûre et de myrtille, quelques épices, un trait de réglisse en accentuent le raffinement. La bouche aime se faire attendre, se faire désirer, ourlée des fruits sentis, elle dessine d’un contour de cacao ses lèvres sensuelles. Le baiser se voudrait plus chaleureux, mais c’est encore trop tôt. L’étreinte nous laisse goûter aux trésors à venir…
«Depuis peu, un cépage minoritaire de Galice, la Carabuñeira, a été identifié comme étant la Touriga Nacional. Il est donc aussi espagnol. J’aime beaucoup la Touriga produite sur deux régions bien différentes au Portugal: le Dão aux sols granitiques frais et le Douro schisteux, chaud et sec. Que donne-t-il en altitude au Sud-Est de l’Espagne sur des calcaires plutôt frais? Le résultat parle de lui-même. Nous mettons toute notre Touriga (0,7 ha) et la moitié de cette quantité en Syrah, issue de vignes attenantes, soit un tiers de Syrah

La Rosa de Finca Sandoval 2007

Peut-être la cuvée la plus aisée à boire, teintée d’olive noire, elle se donne, ouverte sur la garrigue où l’on reconnait le thym, la sauge, le cade avec ce côté un peu plus sec des maquis hispaniques. En bouche, tout est fondu, les tanins tissent leur décor teinté de confitures de fruits rouges et noirs rafraîchies d’écorces d’agrumes confites, de fleurs sèches qui embellissent le bouquet de plaintes aromatiques, une feuille de menthe apporte son souffle revigorant, puis tout s’étire, histoire de nous avertir que La Rosa n’a pas dit son dernier mot.
«Une cuvée unique de 5.500 bouteilles élaborée pour honorer l’exceptionnel 2007 dans notre région. On espère pouvoir le refaire! Basé sur la Syrah de notre parcelle la plus pauvre (à peine 30 cm de terre sur la roche-mère calcaire), elle se complète de 15% de Garnacha Tintorera. Élevage de 19 mois, plus long que notre norme. Vin sorti fin 2013. La Rosa n’est pas une ‘rose’ normale, c’est la fleur du safran, produit le plus noble de la Manchuela !».

manchuela_mapa

Le domaine date de 1998.

http://www.do-manchuela.com
fincasandoval@gmail.com

Ciao

denominacionorigen21_30

Marco

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 515 autres abonnés