Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

Cabrol, un grand du Cabardès, un grand tout court

Le domaine de Cabrol se situe aux confins du joli village d’Aragon, dans l’AOP Cabardès. Il compte 21 ha de vignes assez dispersées, entre garrigue et oliviers, et pour partie, sur cailloutis calcaires. Ses vins démontrent bien la singularité de cette appellation située sur deux versants, atlantique et méditerranéenne.

Je sais, c’est la promesse du Cabardès, son positionnement. Sa nouvelle tradition – je dis nouvelle, parce que la syrah, notamment, n’est pas si ancienne en ces terres. Mais certains la tiennent mieux que d’autres, cette promesse.

photoAu domaine de Cabrol, les vignes jouent à cache-cache avec la garrigue et les oliviers (Photo © H. Lalau 2014)

C’est le cas de Claude Carayol, qui non seulement la respecte, mais la transcende.

Pour deux de ses cuvées, il a choisi d’illustrer par l’exemple la dualité du Cabardès. Ceci se remarque des l’étiquette: Vent d’Est, pour les vignes sous influence méditerranéenne. Vent d’Ouest, pour les vignes exposées au climat atlantique. Et l’assemblage va de pair.

Mais passons à la dégustation: ici, il n’y a rien à jeter…

Cabardès 234

Dans les vignes… et les cailloux calcaires (Photo © Marc Vanhellemont 2012)

Vin de France Blue Note 2013

La bombe fruitée du domaine, le vin plaisir par excellence. Confiture aux 5 fruits, réglisse. "C’est un vin facile", lance Claude. Mais diablement séduisant.

Cabardès Vent d’Ouest 2008

Le Cabernet domine, la syrah complète. Cela donne un vin poivré, où le café vert s’allie aux épices douces comme la réglisse. Belle profondeur.

Cabardès Vent d’Ouest 2003

Laurier, herbes de la garrigue au nez. En bouche, c’est assez chaud, mais pas sec. Finale sur des notes de gibier et d’humus.

Cabardès Vent d’Est 2012

Quelle belle fraîcheur! Au nez, de l’olive noire, de truffe, de la cerise noire, c’est un festival de senteurs; la bouche est dans la lignée, à la fois riche, veloutée et assez fraîche, grâce à une point de salinité en finale.

photo

Vent d’Est 2012 (Photo © H. Lalau 2014)

Cabardès Vent d’Est 2007

Truffe, vieux cuir, laurier, un vin encore très jeune, qui ne manque pas de  fruit en finale, ni de longueur. La féconde du Midi.

Cabardès La Dérive 2009

Nez super élégant – cassis, mûre, cerise de Bâle. Le boisé est là, mais discret, fondu; la bouche mélange épice et fruit noir. C’est chaleureux, mais pas lassant. Vinification classique en demi muid.

photoClaude Carayol (Photo © H. Lalau 2014)

En sortant de la cave, je me suis fait une drôle de réflexion: ici, le vigneron parle à peine, il s’exprime d’abord à travers ses vins. Il fait plus qu’il ne raconte, c’est reposant.

Et s’il y a un jour des grands crus en Languedoc, celui-ci devrait en être.

 Hervé Lalau

 

 


6 Commentaires

Withdrawal symptoms from the 2014 Tour de France + 2014 Bourgueillothérapie

2014 Overall

The final overall classification for the 2014 Tour de France 

It has become a tradition for me to comment on the Tour de France and bike racing on Les 5 du Vin.  For some this is controversial, not surprising given the cycling’s dark recent doped past. But cycling remains for me a compelling sport and the Tour de France an extraordinary story, so much more than a mere bike race.

Vincenzo Nibali was duly crowned on Sunday as the 2014 Tour de France winner in the 101st edition of the Tour first run in 1903. Nibali has now won all three Grand Tours – France, Italy and Spain. He joins only five other riders who have managed this feat: Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Felice Gimondi, Bernard Hinault and Alberto Contador.  

Nibali is a very worthy winner – he has clearly been the best rider in this year’s Tour. You can speculate what would have happened if Chris Froome and Alberto Contador hadn’t crashed out of this year’s Tour but what is important is that Nibali finished and they didn’t. I fancy that if Froome hadn’t crashed and injured himself on Stage 4 from Le Touquet to Lille, it is very likely that he would have lost considerable time to Nibali on the cobbles the next day.

Even though it has been pretty clear from the end of the first week or so that Vincenzo Nibali would win this year’s Tour without Chris Froome and Alberto Contador, it has still been an exciting Tour. There have been unexpected and remarkable stage winners and a real battle for second and third on the podium. Great to see two French riders on the podium with Thibaut Pinot confirming his potential along with an impressive performance from Jean-Christophe Peraud to take second place. then, of course, there is young Romain Bardet in sixth place. Only a puncture in Saturday’s Time Trial prevented Bardet from holding onto 5th place.

The Tour de France continues to become increasingly global with Ramunas Navardauskas as the first Lithuanian stage winner and Rafa Majka as Poland’s first winner of the Climbers’ Jersey. Ji Cheng, clear winner of La Lanterne Rouge at 6.02:24 down on Nibali, is the first Chinese rider to compete in the Tour and the first to finish. 

Given cycling’s shady past I just have to hope that this year’s edition was clean. To date no-one on the 2014 Tour has tested positive. Nibali is the first Italian to have won the Tour since 1988 when Marco Pantani won a Tour made infamous by the Festina doping bust. 1998 should have ushered in a new era of clean cycling. Sadly the reverse was true as it was the start of the infamous EPO era with Lance Armstrong either as the ringleader or the most successful proponent of blood doping. Given Pantani’s history you have to wonder whether he was a clean winner in 2008.

Although no one in this year’s Tour has failed a dope test, July had seen UK rider Jonathan Tiernan-Locke banned for two years due to irregularities in his blood passport. His victory in the Tour of Britain 2012 has been scrubbed and his contract with Sky terminated with immediate effect. The irregularities predate his joining Sky in October 2012.

Cycling still had people in senior management positions, who have a history of doping. Alexander Vinokourov, the general manager of Nibali’s Astana team, was caught blood doping during the 2007 Tour de France and served a two year ban. Bjarne Riis, the general manager of Tinoff-Saxo admitted in 2007 admitted that he had doped when winning the 1996 Tour.

Even so I will be looking forward to the next edition of the Tour. In the meantime there is the Vuelta, which starts next month, to enjoy.  

 Earlier in the day Marianne Vos deservedly won the first La Course – the race on the Champs Elysée for women. See details here. Curiously the manner of her sprint victory was repeated a few hours later by Marcel Kittel.

Having a Eurosport subscription for my iPad has meant that I have been able to see a lot of the 2014 Tour. Given the amount of cycling on Eurosport, £2.99 a month is a bargain even though it does make meeting deadlines even more difficult!

•••

IMG_2515

Just one of the celebrated young artists taking part last year and likely to be gracing the 2014 edition.

 2014 Bourgueillothérapie: Saturday 13th – Sunday 14th September
This is a unique event blending wine tasting with art based around the appellations of Bourgueil and Saint-Nicolas-de-Bourgueil. It is organised by Ludo and Sophie Ragot of Café de la Promenade in Bourgueil with Sébastien David (Domaine Sébastien David).

Over the weekend the artists create works of art – pictures, sculptures etc, while based with a vigneron or group of vignerons. These are then auctioned off for charity on the Sunday afternoon. Each year the proceeds go to a different charity. This year it is La Croix Rouge (The Red Cross).   

Programme:
Saturday 13th September
The artists set themselves up with their easels etc. amongst their vignerons. This year there is a change instead of having each producer host an artist, the producers and their artists will be grouped together. There will be four zones: Saint-Nicolas-de-Bourgueil, Restigné, the east of the appellation and Café de la Promenade for the vignerons invited from other Loire appellations.

This new arrangement will mean less driving for those wanting to visit the artists in situ and also less chance of getting lost. In the past some of the venues were not very well signposted.

Samedi 13 sept : les artistes s’installent avec les vignerons dans quatre zones de dégustation dans le vignoble  (afin d’éviter de perdre des promeneurs en route et afin de raccourcir le circuit).

A Saint Nicolas de Bourgueil : Gérald Vallée, Sébastien David,  Fréderic Mabileau, Les Vallettes, Xavier Amirault, les frères Boisard, Laurent  Herlin

A Restigné : Domaine de la Chevalerie, Domaine Pierre et Catherine Breton, Domaine Georget, Domaine du Rochouard, Pierre Borel, Galbrun  

A l’est de l’appellation : Château Minière, Xavier Courant et Les Frères Nau

A La Promenade : les invités hors appellation : Loic Terquem, Romain Guiberteau, Pascal Lambert, La Source du Ruault, Gérard Marula, Wilfrid Rousse, Antoine Sanzay et Vini Be Good

Dimanche 14 sept : 10 h dégustation sous les halles de Bourgueil puis cochon de lait à la broche à 13 h et dans la foulée à 15 h la vente aux enchères . Cette année les bénéfices seront donnés à la Croix Rouge

Le jury sera parrainé par Jean-François Carmet

Even though July is not yet over we already have one piece of art ready to be auctioned – a new shirt for Jim.

Jim+Umbrellascropss

New shirt to be auctioned for La Croix Rouge.

 

 

 


5 Commentaires

Les Côtes de Gascogne, ou comment émerger de l’océan

Mon titre peut être pris de diverses manières, y compris littéralement, surtout quand on sait que la plupart du sud-ouest de la France vivait sous l’eau il y a quelques 500 millions d’années. D’ailleurs le mot côte, qui nous vient de latin costa, est intéressant en soi, y compris à cause de ses différentes acceptions, qui sont bien plus nombreuses en anglais qu’en français, car « coast » en anglais signifie, parmi d’autres, aussi bien un bord de mer ou d’océan qu’une pente (comme "côte" en français), mais également le fait de glisser sans moyen apparent de propulsion, et/ou sans effort manifeste, et que cela soit à terre ou en mer. Cette richesse de sens lexical nous fournit peut être quelques clefs pour l’affaire qui nous concerne aujourd’hui.

Car les vins de Côtes de Gascogne, à dominante blancs (80%), ont aussi émergé, comme par miracle, mais en réalité par la vision et la volonté des hommes, du recul historique d’un vignoble autrefois essentiellement dédié à la distillation pour la production d’Armagnac. Même si l’Armagnac se défend bien aujourd’hui, son recul est un fait qui a poussé bon nombre de vignerons, menés et inspirés par des pionniers comme la famille Grassa et leur Château de Tariquet, mais aussi la Cave de Plaimont, à convertir des milliers d’hectares vers la productions de vins qui sont accessibles dans tous les sens du terme. Ce qui signifie abordables aussi bien en goût qu’en prix, étant produits avec des moyens technologiques généralement ultra-modernes et largement mécanisés afin de réduire les coûts de production. Le bilan de cette reconversion est assez parlante : des performances à l’export (70% de la production quitte la France) qui font pâlir d’envie bien d’autres régions. Enfin, et ce n’est pas l’acquis le moins remarquable, tout cela fut réalisé en l’espace d’une génération. J’ai le souvenir des débuts de Tariquet, dans les années 1980, lorsque j’étais caviste. Et, à cette époque, la qualité et l’accessibilité de leurs vins furent, à l’époque, reconnus et appréciés à l’étranger avant de gagner les palais et les bourses des français.

 IMG_6215La douceur du Gers se déguste aussi à l’ombre des arbres de la place du village, comme ici à Fourcès (photo David Cobbold)

Même se ces terres ont émergés de l’océan depuis longtemps, ce département gersois vit sous forte influence atlantique sur le plan de son climat, comme pour ses sols qui sont formés essentiellement par des dépôts marins. L’humidité y reste forte, même si elle diminue assez rapidement au fur et à mesure de l’éloignement de l’océan. Un tel climat tempéré, associé à des cépages blancs bien adaptés et acclimatés (pour la plupart) depuis longtemps, aide manifestement à la production de vins qui ont l’alcool modeste (11/12 degrés en générale) et qui garde fraîcheur et arômes en conséquence. La conversion du vignoble d’Armagnac lui à légué l’ugni blanc et le colombard, puis la proximité béarnaise lui a prêtée la famille des mansengs, ensuite il y a eu l’apport de sauvignon blanc, largement répandu depuis longtemps dans le Gironde voisine, et enfin le sempiternel chardonnay, bien moins répandu que les précédents. Les cépages rouges, minoritaires, prennent une part de leur substance du bordelais (cabernets et merlot), et l’autre du Madiran voisin, sous la forme du tannat.

IMG_6220

L’histoire d’un vin est aussi fait d’histoires de familles et de personnes, comme avec ce vin rouge de Philippe Fezas

(photo David Cobbold)

 

L’aire assez étendue (13,000 hectares) recouvre, pour l’essentiel, le département du Gers et se subdivise en suivant les zones traditionnelles de l’Armagnac : à l’ouest le Bas-Armagnac, qui touche les Landes et donc comporte des parties sablonneuses et limoneuses ; au centre le Ténarèze, sur un fond calcaire avec des dépôts d’argiles ; enfin le Haut Armagnac, largement vallonnée et également à forte dominante calcaire. L’ensemble représente un potentiel annuel d’environ 100 millions de bouteilles, ce qui en fait la première région productrice de vins blancs d’IGT en France, et la première exportatrice. Il est en augmentation constante.

Mais comment sont les vins, je vous entends demander ? Je ne vous parlerai que des blancs ici, non pas que je n’ai pas dégusté des rouges, mais que ceux-ci ne représentent que 20% de la production actuelle et ne m’ont jamais réellement emballé, du moins pour l’instant et pour leur quasi-totalité. Pour les blancs donc, les moins bons sont sans grand défaut, assez aromatiques mais parfois un brin caricatural sur le plan de leurs arômes dominés par les thiols. Les meilleurs ont de la vivacité à revendre, des arômes un peu plus complexes et parfois très réussis, et une capacité de garde probablement utile pour certains, même si cela n’est pas leur vocation première. Et les assemblages, de plus en plus complexes, y apportent certainement un élément utile dans ce domaine, tous comme une autre tendance émergeant qui est un travail en binôme sur le site et sur l’élevage.

un cru gascon

Parmi les producteurs dont j’ai dégusté les vins et qui me semblent spécialement recommandables, je citerai d’abord le Domaine de Chiroulet de la famille Fezas, dont le travail me semble d’une parfaite cohérence et qui est encore amené à progresser, je pense, vu les moyens et la volonté mis en oeuvre. Les producteurs historiques et importants qui sont Tariquet et Plaimont produisent de très bons vins, toujours fiables et parfois excellents, à travers des gammes qui se raffinent et se complexifient avec les années. Que ceux qui dénigrent ces vins-là essaient seulement de produire des volumes aussi conséquents à des prix si abordables ! J’ai bien aimé aussi les vins de Pellehaut, qui va assez loin dans le travail sur les assemblages. Une année auparavant, j’avais très bien dégusté les vins d’un autre domaine, Gensac, juste au nord de Condom. Il y en a d’autres de bien, comme le Domaine de Mirail. près de Lectoure. Cette approche n’est pas exhaustive, je le sais parfaitement, mais j’espère qu’il vous donnera envie de découvrir le production encore méconnue de cette très belle région dont les vins se vendent à des prix qui se situe entre 4 et 10 euros au public, chose assez rare de nos jours.

Le bonheur peut-être dans le Gers, et il se trouve à un prix très modeste. C’est surement cette combinaison qui explique cette émergence aussi remarquable que discrète.

PS. Petit carnet de route avec des adresses recommandables pour ceux qui décident d’explorer cette belle région

Hôtel-restaurant La Bastide Gasconne, à Barbotan-les-Thermes. Cet endroit, adjacente à le magnifique bâtisse thermale, est un lieu assez magique, décorée avec un goût parfait : un luxe qui n’est jamais ostentatoire. On s’y sent bien.

Hôtel de France, à Auch. Cet endroit historique, rendu célèbre autrefois par les Daguin, père puis fils, a été repris récemment par un jeune chef dont j’ai eu l’occasion d’apprécier les talents. Le lieu est resté un peu "dans son jus" avec une apparence un peu désuète, faute sans doute de moyens, mais l’accueil est très aimable et le talent se déguste dans l’assiette.

La Table des Cordeliers, à Condom. Lieu magique, autrefois une chapelle, avec une cuisine raffinée.

Bernard Daubin, à Montréal-du-Gers. Je vous ai déjà parlé ici de ce restaurant familiale revisité : un lieu atypique que j’aime beaucoup, mené avec coeur et tripes par le sus-nommé et sa famille. Excellente nourriture et vins qui peuvent inspirer.

La Bombance (entre Montréal et Fourcès). Une ancienne ferme converti en restaurant par un couple de professionnels venu de la région parisienne. J’ai ai très bien mangé.

Et puis c’est le début du grand festival de Jazz in Marciac aujourd’hui et jusqu’au 15 août. J’irai deux fois cette année.

Bon voyage !

 

David Cobbold

 

 

 

 

 


5 Commentaires

Beaujolais, un grand écart…

Il existe des Beaujolais qui nous font vraiment plaisir et qui pourtant sont diamétralement différents.
Qui peut résister au charme truculent d’une cuvée du Domaine Chasselay ?
Qui peut rester indifférent à l’élégance du Château de la Chaize ?
Le Beaujolais, c’est un peu un concentré de ce qu’on peut faire en viticulture.

Au Domaine Chasselay

Beaujolais escapade 084

Rencontré à BBB, Bien Boire en Beaujolais, ce fût un vrai plaisir de revoir Fabien Chasselay chez lui. Les rouflaquettes bien dessinées, une carrure de rugbyman, la langue loin de sa poche, il me fait passer en revue les différents bâtiments de l’exploitation familiale. Peu de futaille, ici, on n’aime guère le bois «ce que j’aime, c’est le vin qui se boit, la pommade des vins barriqué, c’est pas mon truc. Ce qui est sympa aujourd’hui, c’est que notre appellation a bien changé, les vins sont plus généreux qu’avant, ça nous a remonté l’image et démontré que le gamay, c’est formidable. À nous de supporter les caprices de celui qui ne supporte pas la médiocrité, il faut l’aimer et le chouchouter».
Et pas de soufre ?
«Mon père déjà vinifiait sans soufre, c’est pas nouveau chez nous. Bien sûr, il faut de l’hygiène, le jet d’eau est le principal outil de la vinif’…, le raisin est fragile, la propreté est indispensable».
Un bel exemple

???????????????????????????????

Les Grands Eparcieux 2013 AOC Beaujolais

Sa robe violette aux reflets cramoisis aguiche l’œil.
Il parle de ce mélange entre la gourmandise, la générosité et la rigueur. Équilibre particulier qui nous font aimer dès la première gorgée ce gamay parfumé d’iris et de violette, coloré de griotte et de groseille, souligné de réglisse et avouant une fraîcheur croquante à se damner.
Un vin certes dangereux, on l’ouvre, on le boit. Et tout ça pour 5,80€ (prix au domaine)
Le domaine se situe au sud du Beaujolais, à Châtillon d’Azergues, mais la gamme s’étend jusqu’aux crus. La famille possède ou loue quelques arpents en Fleurie, Morgon, Chénas et Côtes de Brouilly. Histoire de partager un peu plus de Beaujolais avec la clientèle ou les personnes qui restent loger.

http://www.domaine-chasselay.com

 

Le Château de la Chaize

Dans un style tout à fait différent, mais qui plaît tout autant…

IB 3 DG 134 Château de la  Chaize à Odenas - Br - Gillet Inter Beaujolais copyright

Au pied du Mont Brouilly, à la sortie d’Odenas, lové dans son écrin de vignes, le château offre sa géométrie raffinée. Jardin à la française, architecture épurée, bassin circulaire, les âmes de Le Nôtre et Mansard planent encore au-dessus de la propriété. Les jardins se visitent sur rendez-vous. Le château appartient à la Marquise de Roussy de Sales et ne se visite pas.
À l’entrée du domaine, la cave de vinification déploie son grand bâtiment et cache en sous-sol un immense chai d’élevage. Long de 108 mètres, il abrite une succession de foudre de 40 à 100 hectolitres. Le Brouilly y passe moins d’une année avant sa mise en bouteille. Quant à la cuvée Vieilles Vignes, elle s’élève en pièces bourguignonnes.

???????????????????????????????

Le premier, le Brouilly Château de la Chaize 2012, plaît d’emblée par la saveur de son fruit – mais pas comme chez Fabien, le dessin ici est différent, architecturé, peut-être comme le château…

Le Brouilly Cuvée Vieilles Vignes 2012, lui, ressemble à ce qu’on attend d’un vin de garde et offre une certaine retenue, mélange de noblesse et de rigueur, auquel s’ajoute la promesse d’une réelle aptitude au vieillissement. Entretemps, on peut en déjà en apprécier l’esquisse fruitée, le bouquet floral, la bouche élégante aux notes confites, la fraîcheur douce aux épices tempérées. La texture ligneuse de la trame du vin rappelle son élevage, sans toutefois avoir le goût du bois, et renforce l’architecture de cette cuvée à l’âme bien née.

???????????????????????????????

Les prix si on s’y intéresse et pour autant que je pense à les donner 10,50€ pour le premier et 15€ pour le second

http://www.chateaudelachaize.com

C’est ça le Beaujolais, il y en a pour tous les goûts

Ciao
Beaujolais escapade 174

Marco


17 Commentaires

Le goût du terroir, vu de Cahors – et d’ailleurs

Lors de mon dernier passage à Cahors, j’ai eu l’occasion de voir Lydia et Claude Bourguignon descendre dans la fosse. Non pas la fosse aux lions, mais une fosse creusée au milieu des vignes, ou plutôt deux. L’une sur une terrasse du Lot, l’autre sur le Causse calcaire.

Armés d’un poignard et de beaucoup de patience, ces spécialistes du sol ont suivi le cours des racines, émietté les différentes couches de terre. J’ai vu, de mes yeux vu, qu’il y avait deux types de racines, celles qui plongent en profondeur, et celles qui s’étalent juste sous la surface – le désherbage et le tassement du sol en seraient les causes. Les Bourguignon avancent que pour faire un bon vin, les plus importantes, de racines,  sont les premières. No sé.

J’ai aussi lu le contraire (les jeunes racines seraient celles qui vont à la chasse aux ions). Les racines profondes ont en tout cas l’avantage de mieux alimenter la vigne en eau dans les zones sèches – et pour autant qu’il y ait de l’humidité en profondeur.

J’ai aussi vu quelques galets, que les racines contournent – elles n’en extraient sans doute pas grand chose, mais cela rallonge le chemin de la sève, ce qui, d’après les Bourguignon, favorise la concentration du raisin. Ik weet het niet.

IMG_4294

Claude Bourguignon dans la fosse aux ions (Photo © H. Lalau 2014)

Je les ai aussi entendu évoquer la "solubilisation de la roche par les acides exsudés par les radicelles". Le fait que cette décomposition créée une sorte de gangue d’argile de décomposition autour des racines. Ich weiss nicht.

Je les ai entendu parler de Kimmeridgien et de Bathonien. Les calcaires de Cahors sont bien du Kimmeridgien, mais comme le climat est plus chaud qu’en Bourgogne, les éléments carbonés se sont décomposés plus vite, ce qui fait que le sol ressemble plus à du Bathonien (Ça, c’est bath!).

Les Bourguignon ont expliqué que les arômes du raisin étaient liés aux enzymes, et que pour les extraire, les enzymes ont besoin d’un cofacteur métallique. I don’t know.

Tout cela, et d’autres choses que je n’ai pas retenues ou comprises, étaient versées au dossier pour expliquer que oui, toutes choses étant égales par ailleurs (et elles le sont rarement), un Cahors de terrasse argileuse est différent d’un Cahors du Causse calcaire; et même, que les zones ferrugineuses ont leur spécificité. Ce qui fut vérifié à la dégustation, avec les (très jolis) vins du Château Ponzac. Sauf que bien sûr, la vinification agit comme un filtre.

J’ai aussi entendu de mes oreilles un Américain affirmer que tout ça n’était que foutaise. Je n’ai pas vu les racines de ses vignes californiennes – je suppose qu’elles en ont aussi! Ni ses sols. Mais je suis sûr qu’en cherchant bien, on doit y trouver aussi du calcaire et de l’argile. D’ailleurs, je crois me souvenir qu’on en tient compte pour planter des cépages rouges ou blancs.

Peu importe, en définitive, si l’Amérique identifie des terroirs, les revendique, ou préfère les assembler.On peut aussi faire de bons vins, de cette façon. Moi qui vous parle, j’ai eu l’occasion de déguster d’excellents pinots noirs et chardonnays chiliens assemblant des raisins issus de différentes vallées distantes de près de 400 km (San Antonio, Casablanca et Limari, notamment) et qui étaient diablement expressifs. Pas d’un terroir, non, mais du travail très qualitatif d’oenologues inspirés. C’est ce que permet de faire aussi notre Vin de France, et soyons justes, cela peut-être très bon, pour autant que les raisins de l’assemblage soient bons.

Mais ce n’est pas la question. Je vous avoue humblement que je n’ai pas tout compris de la démonstration des Bourguignon. Par contre, je me souviens d’une dégustation assez probante, à l’aveugle, réalisée chez moi en compagnie de l’ami Marc Vanhellemont. Nous avions reçu trois cuvées de Coteaux du Giennois – Marne, Caillotte, Silex, du même producteur, Berthier, du même domaine (Montbenoît), du même village (Pougny), du même millésime (2012), du même cépage (sauvignon) et vinifiées en cuve.

photo

Chez les frères Berthier, le sol est… sur la bouteille (Photo © H. Lalau 2014)

A la dégustation, nous avons bel et bien noté de grosses différences. La cuvée Terre de Silex était très aromatique, très fumée aussi; la cuvée Terre de Caillottes présentait un profil très particulier, vif et souple à la fois, avec un fruit assez mûr; la cuvée Terre de Marne, enfin, était florale et fruitée, sa bouche veloutée, c’était le vin le plus complet. Et non, ce n’était pas seulement parce que nous cherchions à trouver des différences: nous sommes revenus plusieurs fois sur les vins, dans tous les ordres possibles, les différences étaient toujours les mêmes.

J’avais déjà fait une expérience assez comparable à Sancerre, chez les frères Riffault, ou encore en Suisse, en Lavaux. Cahors n’a fait que confirmer mes impressions.

Notre ami David a raison de douter – je lui laisse le bénéfice de ce doute. Quant à moi, je ne sais pas bien comment ça marche; comment le sol peut donner un goût au vin à travers l’homme et la vinification. Je pense qu’il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte, que l’on ne maîtrise pas encore tous les paramètres, que la science a encore du chemin à faire dans la connaissance de l’effet sol. Même si, comme Michel, je suis convaincu que l’homme est un des facteurs essentiels.

Malgré tout, sans pouvoir expliquer, je le répète, je constate que pour bon nombre de vins, lorsqu’on a pu réduire le nombre d’éléments de comparaison au minimum, on constate bel et bien, au nez comme en bouche, une différence entre les vins obtenus sur un tel sol et ceux obtenus sur un autre sol.

Cela ne démontre sans doute pas grand chose, en termes scientifiques; et cela n’autorise certainement pas certains à se rengorger de leur "terroir d’exception" – surtout quand dans ce prétendu terroir, ils agglomèrent des sols très divers. Ainsi, parler des terroirs de Sancerre peut avoir un sens. Parler du terroir de Sancerre, aucun. Mais ce n’est pas parce que l’on abuse du terroir dans le marketing que son effet n’existe pas.

Je ne sais pas si j’ai fait beaucoup avancer le schmilblick. Je n’ai pas l’esprit scientifique. Mais si j’ai pu susciter votre curiosité, c’est déjà ça.

Essayez donc par vous-mêmes de reproduire l’expérience. Si vous passez par Saint-Chinan, cet été, par exemple, demandez à déguster un vin de schistes et un vin de cailloutis calcaires. Et faites moi part de vos conclusions.

Hervé Lalau

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 279 autres abonnés