Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


5 Commentaires

Trip alsacien (quand on frise le divin)

L’Alsace ne m’est guère coutumière et j’aurais pu tribuler avec Hervé à Cahors, j’y étais aussi invité. J’ai préféré le grand Est au truculent Sud-Ouest, histoire d’affermir ma connaissance plutôt nébuleuse des crus et cuvées alsaciennes.

Premier choc délicieux

Il y a toujours un premier soir…
Le nôtre, je n’étais pas seul, fut cette soirée tendrement, mais efficacement organisée par une association de filles, les diVINes d’Alsace http://www.divinesdalsace.com

DSC_1510
Allez voir le site pour savoir qui en fait partie, parce que je ne cite aucun domaine, je les ai tous dégusté, certains m’ont beaucoup plu, d’autres un peu moins, mais dans l’ensemble, rien à jeter, tout pour trouver son goût, l’Alsace, c’est ça, une quantité de bonnes bouteilles à découvrir.

Les photos sont de mon pote et collègue Daniel Marcil, moi, j’y étais à poil avec juste un bout de cerveau et mes papilles, ça suffit pour passer un bon moment.

DSC_1505

Accueil charmant une bouteille d’effervescent à la main, choix des bulles des domaines représentés, donne un aperçu d’entrée de la qualité des flacons qu’on pourra déguster jusqu’à la nuit tombée.
Différents pôles s’offrent à l’œil et nous clament discrètement venez dégustez mes agapes et mes cuvées. Toutes les couleurs d’une Alsace gourmande du Sylvaner au SGN, en passant par quelques excellents Pinot Noir (oui, ça existe), Riesling et tout le toutim, embellissent la cave. La soirée se passe au Domaine Stentz-Buecher à Wettolsheim.

Décor simple, ambiance très réussie dans la décontraction, on y serait bien resté toute la nuit. D’autant plus que la table fromages était assurée par la famille Quesnot de la fromagerie St Nicolas à Colmar. C’est fou comme les Riesling et les Gewurzt fonctionnent bien sur pratiquement toutes les pâtes de molles à cuites, les habituels rouge (PN) ont plus de mal.

Dehors les flammekueche se rafraîchissent de Crémant, de Pinot Blanc, de Sylvaner.
Un buffet mer et un buffet terre accompagne les Riesling, Klevener d’Heiligenstein, les Pinot Gris…

DSC_1507
Au sous-sol, dégustation horizontale du millésime 2000, une quinzaine de Riesling Grand Cru, mélangés de quelques Gewurztraminer et Pinot Gris émerveillent nos papilles. Saveurs, équilibre, complexités sont au rendez-vous, chacun flashant sur ce qu’après la reconnaissance de l’harmonie s’ajoute le petit truc qui enthousiaste.

DSC_1522

Tout au fond quelques douceurs tartelettes, choux et macarons de Christine Ferber (reine de Niedermorschwihr) http://www.christineferber.com trouvent un écho particulier en résonnance avec les VT.
Histoire de bien terminer la soirée si bien commencée.

DSC_1533

Puis, au lit pour demain affronter en grande forme la petite centaine de domaines présents à l’édition 2014 « Millésime Alsace ». Ce sera pour un prochain poste.

Orùaar

DSC_1519

 

Marc

 

 


6 Commentaires

Masterful Rieslings + an unlikely Pinot Noir

IMG_7318

Steep slope in Mosel

If I couldn’t have Chenin Blanc I’d probably go for Riesling, so I was very happy to accept the invitation to join the Masters of Riesling trip to Germany last week.

Germany and its Riesling are becoming intertwined in my mind with football. The last time I was in Germany was in 2006 for a Masters of Riesling trip held during the European Football Championship. With the 2024 World Cup on I was back in the land of Riesling. If I remember rightly England lasted rather longer than their very brief cameo role in Brazil this time.

Two wine estates really stood out for me on this trip. The first was Jean Stodden, not a Riesling estate at all but a Pinot Noir specialist in the Ahr. Dönnhoff in the Nahe was the second – making brilliantly balanced Rieslings.

IMG_7252

Alexander Stodden in his Ahr vineyards

Jean Stodden
There are some visits that force you to change your mind’s view of an area. Visits that force you to add the name of a producer to those, who make great examples of a particular style or a grape variety. This morning’s visit to Jean Stooden in the Ahr was one of these visits. Jean’s elder son, Alexander, is now in charge.

Firstly it was the stunning terraced vineyards of the Ahr Valley far more extensive than I had ever imagined. Next came the difference in temperature between the cool of the valley floor and the warmth already present up in the vineyards. Jean’s wines were a real revelation of how good Pinot Noir can be from the Ahr Valley – these amazing wines with lovely silky textures – top class!

There are 27 hectares of vines in the commune of Rech. There have been vines here since 100AD at the height of the Roman occupation and Stodden’s family have records of being involved in growing vines since 1578 and the family established a winery in 1900. Jean Stodden has four hectares here in Rech. In all he has 6.5 ha spread across 65 parcels.

IMG_7467

Helmut Dönnhoff

 

Dönnhoff – there is Riesling and then there is Dönnhoff!
Planning had gone a little awry by the time we got to Dönnhof. Supposed to arrive at 6pm we had yet to arrive at the winery by 7.45. We were already running considerably late and this was compounded by hitting a motorway jam, which added a good 20 minutes to our tardiness.

However, in the end it all worked out fine and for the best. We had a short tour through some of the steep Dönnhoff vineyards in marvellous mid evening light, which we might have missed had we been a little earlier and closer to our itinerary.

On this trip we tasted a number of fine Rieslings but none of the consistent quality and balance shown by the Donnhoff Range.

What is the Dönnhoff secret?
For a man, who makes such wonderful and widely acclaimed Riesling, Helmut Dönnhoff is remarkably humble giving no hint of his star status. He has great warmth without flamboyance. He clearly understands and loves his vineyard sites that so vividly convey their different characteristics through Riesling. It is clear from the vineyards, the winery and offices that Helmut and his son Cornelius, are very meticulous and precise in their work.

 

Jim Budd


4 Commentaires

Quand les Vanwijn prennent la N7

 

imgp0041
Les Vanwijn, c’est des Belges, on s’en serait douté, mais subtilité, on peut, ils sont imaginaires et nous offrent une tribulation touristique en Côtes du Rhône. Les voilà en route vers le sud, avalant le macadam de la nationale 7…
Chut ! Ça commence
Ah, j’oubliais, la voix off, c’est celle du fils (j’ai pas encore fixé son nom)
Papa a eu une idée que maman a trouvée géniale, descendre dans le sud par la N7. De là à nous mettre en boucle le succès de Charles Trenet… Heureusement, les écouteurs sont prévus. Haute def’, ils pallient les arguties modulées du fou chantant. Ouais, je sais, j’ai du vocabulaire et de la culture pour un mec de mon âge, c’est pas comme ma frangine, la sportive. Puis, arme ultime, le chien. Il déteste les trémolos des chansons françaises d’avant-guerre, celle du siècle passé.
Brûlons les étapes
Parti bien avant l’aurore de notre plat pays, nous voici déjà bien au sud de Lyon. Je fais l’impasse sur les discussions d’avant le départ. Maman adore le camping, papa déteste et préfère l’hôtel. La chambre d’hôte leur a semblé un bon compromis entre ces deux extrêmes. Nous, notre avis…

Encore une heure pour arriver à Pierrelatte, première étape rapide. La vieille ville a gardé son caractère moyenâgeux, mais c’est la situation privilégié de l’endroit qui nous a séduits. Au carrefour de la Drôme, de l’Ardèche, du Gard et du Vaucluse, il permet de contenter chaque membre de la famille. Point de départ de diverses excursions à la fois bachique, sportive, gastronomique et culturelle, on a l’embarras du choix. Demain cap sur Saint-Marcel d’Ardèche et le Domaine Saladin.

 

Domaine Saladin, un domaine au féminin

Per El, je ferais n’importe quoi, et sans Tralala rit papa de sa bonne blague. Sur le siège arrière on est atterré ma sœur et moi, si ça commence comme ça, la journée risque d’être longue. Ce sont le nom de deux cuvées du domaine. Blanc fait de Clairette rose, de Marsanne, de Grenache Blanc, de Viognier et de Bourboulenc pour le premier. Un vin spécialement conçu par le père des sœurs Saladin, Élisabeth et Marie-Laurence, pour Annick leur maman, cuisinière amoureuse des plats de poisson. Il a la sienne, Loï pour Louis, un rouge de caractère à forte dominante de Grenache. La visite se passe sympa, Élisabeth monte sur un foudre pour nous faire goûter Paul, les plus vieilles vignes du domaine confiées aux sœurs par leur oncle. Le Grenache allégé de 10% de Clairette complantées nous ravi par sa truculence, son caractère imposant mâtiné d’un velours tannique d’où coule un jus bien fruité.

Au fil de l’eau

Mais il est temps de partir, de quitter Saint Marcel d’Ardèche pour aller pique-niquer sur les rives de la rivière. Puis, remonter l’affluent du Rhône pour se payer une descente en kayak. On a tous dit oui ! Il fait beau et un peu d’effort physique nous fera le plus grand bien. Départ à Salavas à quelques encablures en amont du Pont d’Arc. Décor majestueux et premier picotement du soleil sur la peau. Deux heures au fil de l’eau, un vrai bonheur. Surtout quand ma sœur, la sportive, fait une fausse manœuvre et tombe à l’eau. La journée est gagnée.

Le Pont d'Arc 2

Monde souterrain

Rhinocéros laineux, mégacéros, aurochs, nous attendent. Après le soleil de juillet, l’obscurité de la grotte Chauvet… du moins quand elle aura en 2015 une réplique comme celle de Lascaux. Trop fragile, elle n’a jamais été ouverte au public. Donc, pas besoin de petite laine pour visiter l’Exposition de la Grotte à Vallon Pont d’Arc. Je m’en étais imprégné grâce à la visite virtuelle visible sur YouTube et le site http://www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/chauvet/fr/

Grillades et barbecue

Ce soir, on la joue relax, salades et un morceau de viande. Une façon de mettre en scène les deux bouteilles achetées chez Raphaël Pommier, au Domaine Notre Dame de Cousignac. Un rosé friand, pétale de rose prononcé au bouquet floral et fruité qui donne vraiment envie d’être à l’heure de l’apéritif. Sa fraîcheur fonctionne avec les salades et les charcuteries, surtout la caillette ardéchoise, sorte de grosse boulette de lard, collier et foie de porc mélangé de blette, d’épinard, d’ail et de thym, le tout entouré d’une crépine. Hum, c’est savoureux, j’adore ça et ça fait du bien où ça passe. Il reste du saucisson ? J’ai une faim de loup ! Encore un peu de rosé avant de goûter le rouge vocifère ma sœur. Après le Parcelle Nord 2013 rosé Vivarais AOP, presque le même en version rouge Parcelle Sud 2012 Côtes du Rhône. Un vin gourmand qui offre la fraîcheur de son fruit, l’élégance mâtiné de puissance de son sol de marne et de galets roulés. Son croquant fait un tabac sur l’entrecôte et sublime les légumes façon ratatouille.
Les cigales se sont tues. Comme nous bien fatigués après pareille journée. Demain repos bien mérité, les projets, on en parlera.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Baignades, farniente, petites balades, lecture, … quelques jours se passent avant notre migration vers le sud-est et ce creuset viticole qu’est le Plan de Dieu. Papa y a trouvé un point de chute qui nous inspire. Au bas de Séguret, le Patio des Vignes nous accueille. La vue est à couper le souffle, papa nous promet un petit happening pour le soir, encore une idée saugrenue, on verra. http://www.patiosdesvignes.com

Migration enrichie

On ne peut pas descendre la N7 sans passer par le musée qui lui est consacré. Hébergé au départ au Château Simian, on y passera déguster quelques vins, il se trouve aujourd’hui toujours à Piolenc, mais le long de la National 7. http://www.memoirenationale7.fr On se fait tous la même réflexion, à l’époque descendre dans le midi devait être une véritable expédition. Ces vieilles guimbardes ont l’air assez fragile, mais l’atmosphère vacances, grande migration devaient être génial.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
On remonte ensuite vers Rochegude en passant par le Massif d’Uchaux, occasion d’en faire la traversée en bicyclette, il y a des circuits fléchés. Nous, on va le court-circuité, histoire de raccourcir le trajet et épargner les pattes de Djibou et honorer notre rendez-vous sur le plateau du massif, Isabel Fromont du Domaine des 5 Sens nous attends sur les quelques arpents qu’elle possède sur Uchaux.
Un léger vent rafraîchit l’atmosphère, le chemin caillouteux mène jusqu’aux parcelles de Grenache et de Syrah, le calcaire anguleux du sol n’épargne guère nos pneus.
J’avais envie d’avoir un domaine à moi. D’origine bourguignonne, j’y ai un négoce avec mon mari, le Domaine du Grand Ribe nous appartient aussi depuis 2006. En 2010, j’acquière le Domaine Capoton et le rebaptise Domaine des 5 Sens. Je recherche l’élégance mais avec de la structure, le Massif d’Uchaux ou les parcelles de Rochegude me la donne. C’est dans ma famille chablisienne que j’ai appris le vin et à vinifier, mais ici, en Côtes du Rhône, j’ai l’impression d’être un parfumeur qui assemble les arômes pour offrir le plus bel équilibre possible. Grenache, Syrah, Carignan, sans oublier le Mourvèdre, c’est fantastique ! On met les vélos dans mon 4X4 et on va déguster à la cave, ça vous dit ? nous propose Isabel.
Et comment, voilà qui nous épargnera sueur et risque de chutes.

Domaine des 5 Sens Isabel Fromont  MVH
La gamme est amusante, les étiquettes parlent de nos sens, la vue pour le Massif d’Uchaux 2012 à la jolie matière fruitée soutenu par une présence minérale. Le Côtes du Rhône blanc pour le nez. L’ouïe pour le Rochegude 2012 au nez de violette, la bouche en prunelle, l’impression saline qui renforce la fraîcheur.

Piscine et projets

Après cette journée sportive, piscine et repos bien mérité. Papa en a même oublié sa dégustation mystère. Ce ne sera pas pour demain. Demain soir, les Chorégies nous attendent. Le Théâtre Antique d’Orange nous joue Carmina Burana de Carl Orff (www.choregies.fr). Je ne sais pas pourquoi mais ces chants profanes me donnent envie de trinquer. C’est un peu compliqué dans les gradins du théâtre, mais on se rattrapera après. On a fait un petit détour par le Clos des Mourres qui se situe près de l’Ouvèze sur la route de Vaison. Ils font du Cairanne et leur Côtes du Rhône Villages Cairanne 2012 nous a vraiment plu. Papa en est devenu lyrique : il coule tendrement carmin pourpre dans le hanap cristalline, teintant les parois du contenant de ses tons violacés, il est rouge comme le fruit qui s’en exhale, mélange de baies qui telle une corne d’abondance remplissent la corbeille, envoûtent le nez par ses fragrances délicates parfumées de fraise, de cerise et d’arbouse. Bouquet fruité qui se pare d’une feuille de laurier, s’orne d’une ramure de sauge. La bouche répond à nos attentes, fraîche, soutenue par une assise minérale, elle dessine avec précision les fruits sentis, accentue leur contour par un trait de réglisse, les ombre de cacao. Le grain fin des tanins vient enrober chaque arôme et donne aux papilles une impression supplémentaire de relief. On en boirait encore plus…
J’ai toujours dit qu’il devrait écrire, mais il préfère faire des photos…

Clos des Mourres (3) MVH
Réveil difficile

Nous sommes rentrés tard et le Cairanne nous avait fait fort envie, résultat, petite nuit, mais programme chargé. Aujourd’hui, on explore Roaix, une appellation Côtes du Rhône Villages avec nom de commune peu connue. Le courage nous manque, papa est déjà sur son vélo. Nous, on traine. Notre sauveur, Olivier Tropet passe nous prendre avec son pick-up. Sans demander notre avis, Djibou saute sur la plateforme. Ma sœur et moi, on le suit. Paysages superbes, Roaix, c’est au bout de la longue colline qui démarre à Cairanne, se prolonge sur Rasteau et s’achève à Roaix, en gros, pour situer. On redescend à pied, le Domaine Pique Basse se partage en plusieurs parcelles depuis sur les argiles du haut jusqu’aux vignes sur safres près de la route en passant par les éboulis calcaires. Une balade à la fois viticole et botanique parfumée de cade, de serpolet et de genêt. Les vins dégustés à la cave reproduisent les senteurs sauvages. Maman a un coup de cœur pour l’as du Pique 2011 Roaix, gourmand comme la chair d’une cerise bien mûre, épicé de garrigue, croquant et suave, avec une impression sucrée qui donne à la soie tannique un charme irrésistible.

Domaine Pique Basse Olivier Tropet (3)

Sculptures et botanique

L’après-midi, on pousse jusqu’à Gigondas. La placette est encore tranquille à l’heure de la sieste. Les rues étroites offrent leur ombre jusqu’au pied des anciens Hospices aux allures féodales. Grand écart. Anachroniques, entre les murets et les murailles, là où le peu de place le permet, gisent des œuvres contemporaines, parfois monumentales, comme surgies d’un futur lointain, d’une dimension parallèle. Elles rendent le lieu magique, propice à l’imagination, au rêve.
Djoubi reste peu e place et nous arrache de la contemplation pour nous entraîner sur le sentier botanique qui démarre à quelques dizaines de mètres du château. L’escalier en boucle paré de rives de verdure nous apprend les essences méditerranéennes. Cistes, buplèvres, fillaire, genévrier, pistachier, hysope et autres plantes aromatiques viennent enrichir notre bibliothèque olfactive.
Retour sur la place pour ausculter le Caveau de Gigondas. On y trouve pratiquement tous les domaines de l’appellation. C’est pratique et rapide http://www.caveaudugigondas.com
On revient ce soir, réservation faite à l’Oustalet, réputé pour ses menus et sa carte des vins qui s’étoffe des meilleurs flacons produits dans la région. http://www.loustalet-gigondas.com

Hospices de Gigondas MVH (2)
Classique ou jazz, fromages ou fruits confits ?

Pourquoi choisir, moi j’aimerais rock dans les vignes, mais rien trouvé. Les fruits confits, c’est pour mamy, le fromage pour ce soir avant et après le concert. Il y en a toute une série dans les environs de notre gîte, même à Séguret. http://www.musiquesdanslesvignes.com http://www.jazzdanslesvignes.fr. Le fromage vient de la fromagerie du Comtat à Carpentras, Claudine Vigier qui la dirige nous y fait partager son amour pour les petits fromages de chèvres, comme la brousse de roves et complète notre plateau avec quelques pâtes que maman s’empresse d’enfuit dans sa boîte frigo avant le chapardage imminent. Chez Jouvaud http://www.patisserie-jouvaud.com l’assortiment de fruits confits rejoint les fromages. On hésite longuement devant le choix des gâteaux de voyage. Il nous en faut pour les croquer durant le concert de ce soir. C’est dit, un sachet de mini croissants aux pignons et un autre de sablés framboise. Sur le plateau en rentrant, on teste un blanc. Celui du Domaine de l’Amauve, La Daurèle 2012 tout en fraîcheur florale avec son amertume gracieuse d’écorce de citron, arrondie par la texture onctueuse du vin. Avec le chèvre, il fait un tabac et se comporte avec raffinement sur les pâtes alanguies.

Fromages de chèvre (1)
Dernier jour, dégustation chromatique

Après les nombreuses rencontres, avec quelques vignerons, les artisans, mais aussi nos voisins de vacances avec lesquels on a partagé quelques flacons. Allant chacun de ses découvertes, de ses coups de cœur, de ses rendez-vous aux prochaines vacances. Après déjà tant de souvenirs, d’histoires à raconter, de cuvées à retrouver par chez nous. Mon père a voulu marquer le coup en nous proposant une fantasmagorie, une dégustation chromatique. On s’est installé au bout de la terrasse du Patio des Vignes en tout début de soirée, trois bouteilles et quelques verres. Au soleil déclinant, quand l’astre colore l’horizon d’or et de vert, mon père débouche le Sablet blanc 2012 du Domaine Chamfort qui a été racheté récemment par Vasco Perdigão. Tout doré, il se confond avec l’astre déclinant. Ses senteurs miellées nous embaument comme les fleurs qui nous entourent. Il nous caresse la bouche de sa douceur suave, comme le spectacle solaire nous caresse l’âme. La fraîcheur du vin rappelle celle qui tombe.
Plus intense, l’écarlate et le vermillon se mêlent à l’or et peignent le ciel de rose saumon. Coule alors dans nos verres le Côtes du Rhône rosé 2013 du Domaine du Palon à Gigondas. Sa vivacité envahit notre palais, les fruits jaunes émettent leur parfum, semblent nous entourer. Il fait la jonction entre le jour et la nuit, entre le ciel et la terre, volatilité des senteurs fruitées, fermeté du minéral, accent de garrigue.
Le rose rougit, se fait plus profond, se teinte sombre d’une dernière violence violette, obscurcit le Vacqueyras 2011 du Domaine d’Ouréa à la pourpre tissée de ténèbres, au nez gourmand qui nous réchauffe, il coule en bouche aussi majestueux que l’étoile qui chavire à l’horizon. À la fois puissant et élégant, inexorable et délicieux, il nous emplit le corps quand le couchant nous comble les yeux.

???????????????????????????????

Il fait nuit, le froid nous gagne, demain, RN7 ou A7 ?

Ce premier volet a été édité dans l’avant dernier IVV, le n°165 d’avril mai, le deuxième épisode parait maintenant.

Marco

berlingots

 

Ciao

 


Poster un commentaire

Echoes of Bourgueil

Image

Vincent Simon – left his restaurant in Belgium last year with his wife Olivia to set up a small restaurant in Ingrandes-de-Touraine next to Domaine Lamé Delisle Boucard. Vincent raises chickens and geese in his vineyard which is looked after by LDB.

Image

Café de la Promenade: you don’t mess with Dorothée!!

It is now two years since Les 5 du Vin spent a truly memorable weekend in Bourgueil and Saint-Nicolas-de-Bourgueil. Sadly to date due to the pressing nature of our diaries this is the last occasion that we have managed to organise trip involving all of Les 5. Last week I was in Bourgueil mainly to take photos for an upcoming exhibition called ‘Aspects of Bourgueil’ which will be starting at the same time as the 2014 Bourgueillothérapie (www.bourgueillothérapie.com). The exhibition will open on Friday 12th September @Café de la Promenade with the proceeds going to this year’s charity. It will close on the 21st October by which time the 2014 vintage here should be well finished.

Here are a few recent photos that may make the selection.

Image

Pierre, Stéphanie and Emmanuel Caslot (Domaine de la Chevalerie) star in Les journées binette.

Image

Unlike last year the 2014 flowering here and elsewhere in the Loire has benefitted from ideal weather. The vignerons are smiling – no frost, no serious hail (so far), the flowering is nearly finished and grapes (Cabernet Franc) should ripen evenly for a harvest from around 20th September. Long way to go yet, of course, but some serious hurdles have already been cleared.

Image

The fence at Vincent’s restaurant in Ingrandes has a triple purpose – keep the chickens in, the foxes out and imprison journalists who push their luck!

Jim Budd


2 Commentaires

Vacqueyras, sans en avoir l’air…

Un petit voyage au sein d’une appellation est toujours riche d’enseignement…

???????????????????????????????

J’y étais la semaine dernière, un voyage agréablement organisé, c’est qu’on y jouait aux boules, répondant à une invitation depuis longtemps prise. Une jolie terrasse, un point de vue sur les dentelles, quelques rayons de soleil, du Vacqueyras au frais, quelques agapes, on se laisse facilement vivre, et pourquoi pas.

C’est dans cette torpeur de l’intellect qu’on se laisse le plus souvent surprendre. Les vins sont bons, on ne s’attend à rien d’autre qu’à un plaisir routinier. On déguste, on discute, on croque une bricole, on admire l’adresse d’un tireur, l’œil d’un pointeur, … Puis, d’un coup, en allant d’une bouteille à l’autre, le nom sur l’étiquette intrigue, … un domaine inconnu, jamais dégusté. Le diesel endormi émet quelque hoquet, la machine se remet vite en route. C’est quoi, c’est qui, c’est le Domaine Cabassole. Peut-être allez-vous me dire que vous en avez plein la cave, tant mieux. Moi, je ne l’avais jamais dégusté. Une belle découverte, son Tradition 2010 s’ouvre sur la garrigue et la figue mûre sans être sèche, les tanins souples mais bien présents apportent à la texture ce relief indispensable au bonheur des papilles. Des épices affutent le goût des fruits. Syrah, Grenache, Mourvèdre en cuve.

Vacqueyras (1)
Il y a aussi ces néo vignerons rencontrés il y un an ou deux. La toute timide Coralie Onde qui l’est beaucoup moins aujourd’hui. Elle semble perpétuellement de bonne humeur, une bonne humeur communicative, ça fait plaisir à voir. Son vin lui ressemble. Une seule cuvée La Ganse 2012 du Domaine de la Ganse, elle joue sur l’ampleur gourmande, le charme d’un fruit charnu, elle nous fait fondre de plaisir. Syrah, Grenache en cuve (décidément, j’aime le béton). http://www.domaine-de-la-ganse.fr

VINIF 2013

Autre vigneron récent, Adrien Roustan, Domaine d’Ouréa 2012. Un style presque à l’opposé, strict, sans être austère. Un vin très tenu, au fruit épuré, au minéral droit qui évolue sur la dentelle, la subtilité. C’est qu’elle plait cette transformation subtile d’un angle aigu en arrondi savoureux. Du Grenache élevé en cuve, on y reste.

???????????????????????????????
À chaque rencontre avec Adrien, il y a un truc neuf. Il en touche un mot et on le vérifie le lendemain, quand la balade à vélo qui entretient nos muscles et aiguise notre vigilance nous fait tomber premièrement sur un Adrien au milieu de ses vignes sur échalas façon Rhône Nord. La Syrah plantée là s’exprime avec beaucoup de grâce mais reste peu généreuse, les rendements sont des plus congrus.

Rhône Vacqueyras 2014 027

Trois tours de pédales et deux virages plus loin, le même Adrien nous fait découvrir sa plantation à 7.000 pieds/ha, une autre expérimentation sur quelques ares avec là si on n’y fait pas attention, un rendement bien plus abondant, un terroir à blanc qui ne soufre guère du sec, encore en gestation.

???????????????????????????????
Comme on parle de blanc, les chemins pris nous amènent au Clos des Cazaux pour une verticale. Il y a là une bonne trentaine de vins d’une douzaine de domaines, des millésimes 2013 à l’antédiluvien 1992. Les blancs du sud, ça fait toujours un peu peur. Peur de l’oxydation, du déséquilibre alcoolique, du manque de structure, d’acidité, faut les déguster avant de les condamner. On se rend vite compte que ces fameux blancs ont bien tenu le coup et qu’un Montirius 2003, l’année torride, apparaît frais et disposé à nous offrir son minéral avec générosité (c’est en plus le nom de la cuvée). Les 2002, année détrempée, quoique les blancs aient été vendangés avant le déluge, Vieilles Vignes Clos du Cazaux délicat floral, Sang Blanc Sang des Cailloux onctueux et nerveux à la fois. Dix ans de plus pour les Clefs d’Or 1992 en magnum Clos des Cazaux or aux senteurs et goût de miel d’acacia.
Faite confiance aux blancs, ils offrent souvent d’excellentes surprises.

???????????????????????????????
Et qui dit surprise, en voilà une de taille, du moins pour moi. Le planning prévoyait le déjeuner chez Arnoux et fils. Quand je vois la bouteille aux multiples Clochers, j’ai en général un recul. C’est donc, il faut l’avouer, avec les pieds légèrement plombés que j’ai suivi le mouvement.
Premier étonnement, le chai de vente, tout neuf aménagé dans l’ancienne cuverie béton. Agréable, spacieux et épuré, ça donne envie d’acheter.

Rhône Vacqueyras 2014 072
Les vins arrivent, j’ai peur de boire de la poussière… Bonne surprise, le rosé est tout à fait honorable, voire sympa. Le blanc Seigneur de Lauris 2013 aux jolis contours floraux qui parfument la poire et la pêche. 30% Grenache blanc, 30% Clairette, 15% Viognier, 5% Bourboulenc, 5% Marsanne, 15% Roussanne, élevés en barriques neuves. En rouge dans la même gamme Seigneur de Lauris 2012 au fruité délicat
70 % Grenache, 30 % Syrah élevage mixte barriques et foudres.
Le top, la cuvée 1717 2011 racé, au fruité qui mélange baies rouges et noires, des épices, un vin qui demande quelques années de cave mais qui déjà aujourd’hui montre le raffinement de son caractère. 70% Grenache, 30% Syrah non égrappés, cuvaison de 28 jours. Élevage en barriques bourguignonnes de chêne neuf pendant 20 à 30 mois et mise en bouteille sans collage, ni filtration. (1717 est l’année de création du vignoble Arnoux). http://www.arnoux-vins.com

Vacqueyras (4)

Une agréable façon de terminer un tout aussi agréable déplacement à Vacqueyras. Et de se dire que les apriori ne doivent pas avoir la peau trop dure…

 

Ciao

Vacqueyras (3)

Marco

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 213 autres abonnés