Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


2 Commentaires

La bouffe en France – not all bad news! (part 3)

The Loire@Ancenis

The Loire@Ancenis

Part 2 of my cycling, eating and drinking odyssey down the Loire took me to Chavignol and as usual a fine meal from Jean-Marc Bourgeois at L’Hôtel de La Côte des Monts Damnés. The following day I rode the 166 kms from Chavignol to Beaugency via Orléans. Over that distance I only climbed 189 metres, which just shows how flat this part of the Loire is.

It would be nice to be able to say that the meal I had in Beaugency was anywhere near to Jean-Marc’s standard. Sadly this was not the case though to be fair where we ate didn’t not have the same ambition, so we’ll move on.

When we arrived in Beaugency the attractive old centre of this small town was en fête with various stands selling food, wine etc. Close to our hotel (La Licorne) there was a French band playing rock standards from the 60s and 70s, which I enjoyed listening to while lying down for a rest in our room. Perhaps I should have explored the wine stands but I’m afraid that after nearly eight hours in the saddle it was rest not tasting that won!

Next day’s ride was 10 kms shorter than the day before – 156 kms from Beaugency to Bourgueil – more exactly Café de la Promenade. I covered this stage in 6 hours 39 minutes at an average 23.4 kp/h my fastest daily average speed for the whole trip. I needed to press on that day as Guillaume Lapaque, director of Vins de Bourgueil, had arranged for me to meet the local press at the Café at 18.30.

This developed into a fun evening with some good bottles including 2011 Les Perruches from Gérard Vallée and one from Domaine du Rochouard – I was rather remiss in noting down the details as we tucked into various ardoise (slates) of charcuterie, kebabs, cheese finishing with the apple tart lifted with a slosh of Calvados. I made sure that I abided by the rule of modération as the next days stage, although a little shorter (143 kms to Ancenis) but this would be the first of two days when I would be riding with Charlie Pasquiers, a seasoned rider who completed the Bordeaux-Paris sportif at the end of May. Charlie rode an impressive road bike and equally impressively rode the whole 143 kms on a diet of water.

On the way to Ancenis we made a slight diversion to visit Domaine FL’s new winery at Rochefort-sur-Loire, which unfortunately is perched on top the ridge that overlooks the Layon. FL had started harvesting in Savennières that morning so we had a chance to taste their first juice of 2014 before heading back into Rochefort and onto Ancenis. Here we stayed at the lovely Loire-Séjours in the centre of the town. This chambres d’hôtes is run by Aline and Andrew, who have a beautifully restored town house. On their suggestion we ate at L’Oudaya, very good Moroccan restaurant with generous portions. Charlie and I had a Couscous Royale, which was extremely good. The decor at L’Oudaya suitably and wonderfully exotic. Both Loire-Séjours and L’Oudaya are highly recommended.

IMG_3320

Wonderfully exotic décor

IMG_3324

I should get them to design me some shirts…

Parts of the last stage was a bit of a grind, especially the section between Nantes and Saint-Nazaire. It didn’t help that I found myself on a dual-carriageway heading out of Nantes with fast traffic coming in a a slip road to my right, so I had to get off this fast and find the right road to take me along the south bank of the Loire towards Saint-Nazaire. Charlie and I had become separated at this point but fortunately bumped into each other a few kilometres further on.

Crossing the bridge over the Loire to Saint-Nazaire was the last real obstacle as not only is it a long steady climb to the centre of the bridge but the space reserved for cyclists is very narrow and the possibility of being sucked under a passing lorry seems very real. Anyway we got over the bridge into Saint-Nazaire and onto La Baule to celebrate the end of my Loire journey in plenty of time for Charlie to catch his train back to Angers and for us to head to our hotel – La Closerie.

That evening we celebrated with a plateau de fruits de mer, after enjoying a very good soupe de poisson, at Le Ponton overlooking the bay of La Baule. We had hoped to mark the end of the ride with a sparkling Loire but had to settle for a couple of glasses of Champagne, which was all the restaurant could offer. Happily they had a Muscadet – the 2013 Haute Culture Muscadet Sèvre et Maine from Château de Cléray – a fine match for the plateau.

To date my Loire ride has raised the equivalent of £3,558 across the two charities – £2,399 with Gift Aid for Teenage Cancer Trust and 1,465€ for the Fondation Gustave Roussy. I had hoped that I would raise more through Gustave Roussy but the practice of sponsoring people to raise money for charities seems less well established in France than in the UK. I have had interest and congratulations from a number of French friends and acquaintances but, with a few notable exceptions, these have rarely translated into donations – not a criticism rather an observation on cultural differences.

One notable exception was Bourgueil where Vins de Bourgueil donated 100€ and the town’s businesses donated 250€. Following my ‘meet the press’ evening in Bourgueil, I was delighted that two articles appeared – one in La Nouvelle République and the other in Terre de Touraine but neither prompted any donations.

Interestingly in contrast to Teenage Cancer Trust, who gave me various merchandise including a cycle top to promote my ride, Fondation Gustave Roussy have no promotional materials they could offer, so impossible to highlight Gustave Roussy while I rode.

Donations can still be made. Here’s where:
Gustave Roussy  https://igr.friendraising.eu/jim.budd
Teenage Cancer Trust  http://uk.virginmoneygiving.com/JimBudd

JIM BUDD

Journey's end

Journey’s end


2 Commentaires

Passejar sota la pluja a Barcelona

Com els cargols, també els turistes han sortit a passejar sota la pluja.
Sauf que nous n’étions pas des touristes (quoique) et voir Barcelone armé d’un parapluie n’est pas si courant, mais certes amusant. Et désolé si d’aventure mon catalan n’est pas tout à fait correct, il est pour l’instant balbutiant.

Catalogne octobre 2014 009

Après avoir passé une nuit confortable à l’hôtel Omm qui détient une superbe vue depuis son toit-terrasse sur les hauts de la villa Gaudi, nous sommes partis à pied sous la pluie. http://www.hotelomm.es

???????????????????????????????

 

Catalogne octobre 2014 020

Le thème, le pinard et la bouffe, mais la bonne qui se trouve là où les initiés savent. Premier stop dans un magasin de saucisses en tout genre, ce qui plaît particulièrement aux Allemands qui ont autant de saucisses que les Italiens de café. Nous en avions trois des Allemands dans notre petit groupe international.???????????????????????????????

Première dégustation dans la boutique du caviste Vila Viniteca qui offre 6.000 références du monde entier. Vila Viniteca c’est aussi sur le coin en face un endroit où l’on trouve ce qui accompagne le vin, les denrées hauts de gamme comme les différents Jamón ibérico appelés erronément pata negra. Ou encore une variété de fromages où toute la Catalogne, un peu l’Espagne, rencontre la France et l’Italie.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Du fromage aux noisettes grillées, plongeon dans le temps dans l’antre Productes Sabor où règne une odeur de fumée, de café et d’épices, un magasin comme on en fait plus, ringard pendant longtemps et aujourd’hui tellement authentique… vraiment. On s’est tous pris un sachet de noisette encore tiède, c’est pas souvent.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Catalogne octobre 2014 060
Direction une pâtisserie pour sourire à la vue de ce plateau de croissants de Frankfurt. Décidément nos voisins les Germains étaient à l’honneur sous les cordes barcelonaises. Un peu plus loin, un autre étal pâtissier nous montrait la pizza locale, la coca verde à la pâte fine et croquante.

???????????????????????????????

???????????????????????????????

Pour sortir de la bouffe, on peut s’allumer une bougie, il y a le choix chez Pauli Subira.

???????????????????????????????

En route, par les ruelles de la vielle ville pour les halles, le Mercat de Santa Caterina, construites sur l’emplacement d’un ancien couvent comme il en existait pléthore jadis.

???????????????????????????????

Étalage riche et l’occasion de voir que de temps à autres le catalan est proche du français.

???????????????????????????????
Le mini bus nous attend et nous emporte jusqu’à Monvínic un bar à vins cher à notre ami Vincent tout comme à notre chapeauté Michel. J’y ai rencontré Isabelle Brunet qui y officie, un joli moment… De plus, elle nous a surpris en nous proposant en accompagnement des spécialités catalanes revisitées des vins étrangers (à la Catalogne). Ainsi, avec les entrées marines et autres un Assyrtiko de Santorin a été très apprécié. La viande étouffée s’est accordée d’un assemblage de Syrah, Mourvedre, Grenache, Carignan et Cinsault, un vin Sud’Af du Swartland de belle tenue et enfin, hispanique certes, mais pas Catalan, le Noe de Gonzales Byass, 100% de sucre caramélisé issu du seul Pedro Ximenes et qui sied qu’avec des desserts frais.

??????????????????????????????????????????????????????????????Catalogne octobre 2014 101??????????????????????????????????????????????????????????????

 

 

Un moment agréable, prélude à une virée catalane que je vous narrai un peu plus tard.
Bises à Isabelle http://www.monvinic.com

Adéu

???????????????????????????????

 

Marco


2 Commentaires

La bouffe en France – not all bad news! (part 2)

Tagliatelle géante de Crottin au Beurre de Muscade.

Tagliatelle géante de Crottin au Beurre de Muscade.

Last week’s post got my stomach as far as Renaison in the heart of the Côte Roannaise. Friday 19th September took me from Renaison to Nevers some 156 kilometres of mainly flat riding. It also included the worst weather I encountered during my eight-day ride. I had an hour of torrential rain just the north of Roanne with the road rapidly turning into a river. Fortunately it cleared up and was mainly dry all the way to Nevers.

Here we stayed at the Hotel des Clèves – in the centre of Nevers, simple, friendly place to stay with a place to store bikes overnight. Nevers is the start of the Loireà Vélo trail that runs from here to the Atlantic. It was a good move to put my bike on our car outside Nevers because the centre of the town is a maze of one-way streets and we only got the car to our hotel with the assistance of our GPS.

Following a recommendation from our hotel we ate that evening at the nearby La Table d’Alexandre (6, Rue Henri Barbusse), which I learned later had only opened at the end of October 2013. Although it was Friday night the restaurant was almost empty, so we were a little dubious. This proved to be completely unfounded as we had a fine meal.

I started with a duo de saumon – smoked and gravlax, while Carole had a copious salade de gesiers, which I helped her finish. Rather piggish behaviour I agree but I had ridden over 160 kilometres that day I might be excused.

For my main course I chose one of my rognons de veau, while Carole had the lotte (monkfish). These dishes accompanied a couple of good half bottles of Coteaux de Giennois from Michel Langlois – 2012 Les Charmes (white) and 2011 Champ de la Croix. Both were good examples of their appellation with the white refreshingly citric and the red lightly spicy and easy drinking.

Michel Langlois 11Champ de la Croix

The next stage (Saturday 20th September) was deliberately short – just 73 kilometres from Nevers to Chavignol with a quick diversion into Pouilly-sur-Loire for a photo opportunity at the half-way point – 496 kms to the source and 496 kms to the Atlantic. This was partly to have an opportunity to have a quick look at how the vines in Sancerre and Pouilly were looking just before the vintage but also to stay and eat at the Hotel La Côte des Monts Damnés run by Carine and Jean-Marc Bourgeois.

Much of the Saturday afternoon was pretty wet and miserable. From our quick swing through the vineyards, there were a few signs of rot in both the Pinot Noir and Sauvignon but this should have come to any thing as from the following Monday the weather reverted back to being wonderfully dry and warm.

Every time I eat at Jean-Marc’s restaurant I find it almost impossible not to start with his great speciality – Tagliatelle géante de Crottin
au Beurre de Muscade. Over the years it has evolved and become more sophisticated but it remains always absolutely delicious. In any case long-distance cyclists are supposed to take on plenty of carbohydrates.

My main course was a wonderfully tender filet de de Canette des Dombes, légumes de saison en crumble, jus perlé, while Carole enjoyed the filet de Rouget-Grondin, purée de pommes de terre, Langoustines & son trait d’huile d’olive. We both finished with the soufflé chaud aux griottes. After a glass of 2013 Sancerre Blanc, we enjoyed a bottle of 2010 Hommage à Nicolas Sancerre Rouge from Domaine Nicolas and Pascal Reverdy.

IMG_3305

Next week’s concluding Part 3 will take my stomach from Chavignol to the Atlantic.


Poster un commentaire

#Carignan Story # 241: chez les Cavistes, vers la mer…

J’ai toujours été intrigué par le petit village venté de Caves, juste au dessus de Fitou dans la partie audoise des Corbières maritimes. J’étais curieux de savoir quel nom on donnait aux 700 et quelques habitants de cette commune. D’emblée, je pensais les appeler « Cavistes » comme on parle des « Brivistes » en Corrèze, tout en me disant qu’une telle épithète n’était guère possible. Après vérification, figurez-vous que si ! Normal, puisqu’il paraît que l’on a toujours fait du vin à Caves. J’imagine pourtant, mais c’est une autre histoire, qu’il y avait aussi pas mal de chevriers et de bergers dans le secteur, comme partout dans la campagne environnante. Cela n’a rien à voir, mais je me souviens aussi à propos de Caves que Jérôme Savary, le génial metteur en scène décédé l’an dernier, y avait une résidence secondaire avec quelques vignes et l’on raconte qu’avec son cigare que je le voyais allumer dès sa descente d’avion l’aéroport de Perpignan, il ne lésinait pas sur les vins du coin tout en empestant la garrigue. Je le pardonne bien volontiers car je sais qu’il fumait cubain et comme je viens de faire mon petit shopping chez Gérard à Genève, je suis mal placé pour critiquer. D’autant que j’adore (mais c’est un secret…) fumer mon barreau de chaise à l’abri du vent dans le creux d’un rocher en pleine garrigue avec un bon bouquin.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Ce brave meneur de troupe qu’était Savary connaissait-il les vins du Domaine Saint-Michel (ne pas confondre avec Saint-Michel Archange, dans le Minervois, ni avec le Domaine Saint-Michel les Clauses, du côté de Boutenac), ceux de Jacqueline Vaills et d’Henri Rius, deux éminents « cavistes« , ses voisins ? Moi pas, avant que je ne suive docilement les recommandations d’un aimable Lecteur, un fidèle de cette misérable et obstinée rubrique qui ne cesse de s’enrichir chaque dimanche que dieu fait. En traversant mes chères Corbières l’autre jour, bien avant que l’on ne célèbre la Saint Michel, je me suis arrêté à l’entrée de Caves. Le couple de cavistes n’étant pas là, je fis la connaissance de celui qui occupe, lui, la fonction officielle de caviste, Mohamed, un charmant monsieur débarqué de son Maroc natal (il vient de Meknès, la capitale agricole) il y a un bail et qui a atterri ici après un passage à Châteauneuf-du-Pape. J’ai eu une pensée pour ce beau pays que je n’ai pas revu depuis des lustres, une pensée aussi pour ces paysans qui cultivent si bien nos vignes du Sud sans en boire le jus fermenté. Une pensée pour ceux qui, parmi les cabernets, les merlots et les syrahs du Moyen Atlas, taillent encore les valeureux Carignans que les experts n’ont pas su – ni pu – leur faire arracher.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le Carignan blanc goûté et acheté ici grâce à la gentillesse de Mohamed qui tenait le caveau aménagé dans une sorte de hangar bourré de reliques en formes de bouteilles, à la bordure du village, est un des moins onéreux qu’il m’ait été donné de goûter : autour de 4 ou 5 € le flacon, si je me souviens bien. Il porte le vocable « Vin de cépage » sous le nom Carignan écrit en caractères néo-gothiques du style de ceux que l’on rencontre sur les enseignes de la Cité de Carcassonne. Pas de millésime, mais il semble (robe bien soutenue) à la vue comme au touché, que ce ne soit pas du 2013. Le nez est prononcé, mûr, balsamique et fruité (pulpe de raisin, prune), tandis qu’en bouche le vin est rond, puissant, d’un bel équilibre, marqué par quelques notes résinées. S’il manque un poil d’acidité, il a sa place cependant à l’apéro sur des légumes croquants accompagnés de tapenades ou d’anchoïades, sur des olives, des crevettes grises, des palourdes… Mais c’est aussi un bon compagnon des grillades de poissons. Cela tombe bien, les ports de pêche ne sont pas loin où l’on retrouve retrouve d’anciens pêcheurs partis de Mostaganem (Algérie, cette fois) dans les années soixante. Dans d’autres ports, les pêcheurs sont venus de la Baie de Naples ou de Sicile. La Méditerranée n’est pas qu’une simple mer, c’est aussi une véritable mère pour nous. Et j’imagine que, de temps en temps, le regard de Mohamed doit se tourner vers cette mer qui le sépare de son pays.

Michel Smith


6 Commentaires

Montagny, une petite appellation qui vous met la patate

Entre les villages de Buxy, Montagny, Saint-Vallerin et Jully, une lumière particulière nimbe le vignoble au levé comme au couchant, collines et amphithéâtres naturels tapissés de vignes semblent alors poudroyer de soleil.

IMG_Montagny_2
Au bout de la Côte Chalonnaise en descendant vers Lyon, gît l’appellation Montagny. Consacrée essentiellement au Chardonnay, elle offre des blancs minéraux aux très belles expressions.

Sols et climat

Le vignoble s’étale sur une succession de collines reliées par des vallées parfois encaissées. Vers Montagny, les marnes et les argiles vertes dominent, c’est le territoire des crus minéraux et puissants. Par contre, du côté de Buxy, décalé à l’est, grès du Trias et surtout les calcaires du Kimméridgien engendrent l’élégance florale, établi sur un soutien minéral plus ténu. Les altitudes vont de 250 à 400 mètres, les orientations privilégient l’est, voire le sud-est et le sud. L’entité, appellations communales et AOC régionales comprises, compte 440 ha dans lesquels les lieux-dits classés en 1er cru se partagent 255 ha.
Quant au climat, il est à la croisée des chemins. À la fois tempéré et continental selon les jeux des dépressions et des anticyclones, mâtiné d’un soupçon d’influences méditerranéennes. Les collines protègent le vignoble du vent humide du sud-ouest, mais n’offre aucune barrière à celui du nord.

IMG_Saint-Vallerin_1

Organigramme

Une bonne vingtaine de vignerons, deux caves coopératives et le négoce, se répartissent la cinquantaine de lieux-dits, arrêtés depuis le décret du 11 septembre 1936. Le plus grand des climats s’appelle Les Coères et totalise 28 ha, sis entre les quatre villages de l’appellation.
Les rendements sont limités à 50 hl/ha, ce qui donne une moyenne annuelle d’environ 15.000 hectolitres. La densité de plantation est de minimum 8.000 pieds/ha.

carte_montagny_gamme

Montagny, déclinaison

 

Domaine Stéphane Aladame à Montagny

Cuvée Sélection Vieilles Vignes Montagny 1er Cru

Vert pâle au bel éclat, le nez légèrement grillé glisse rapidement vers les fleurs blanches, camomille et tilleul agrémentées d’une une pointe d’anis, une pincée de poivre blanc fait rapidement son apparition, l’éclat de pierre à fusil donne le signal pour la bouche. Fraîche et grasse sans trop, très minéral, sapide, elle séduit tout de go, sa structure droite et délicate adopte un goût citronné, puis dévie sur la poire, avant de glisser sur l’angle minéral. Un rien de crème épaisse teintée de fruit sec apparaît sur la fin.
Le vin
Sélection pour l’origine des 4 premiers crus : Les Las, Les Platières, Les Maroques et Les Gouresses.
Vendange manuelle, pressurage direct, débourbage statique, le moût fermente ensuite en fûts de chêne sur lies bâtonnées pour 40% du volume, le reste en cuve. Pour l’élevage d’une dizaine de mois, les vins gardent leur contenant respectif. Ils sont assemblés et légèrement filtrés avant la mise à l’été.
Le domaine
Stéphane Aladame crée son domaine en 1992 à l’âge de 18 ans. Aujourd’hui, il compte 6,5 ha dont 5 ha en Montagny 1er Cru. Un ensemble de jeunes et vieilles, de 7 à 77 ans…
http://www.aladame.fr

Domaine Laurent Cognard à Buxy

‘’Les Bassets’’ Montagny 1er Cru

Vert jaune, le nez légèrement fumé nous rappelle les noisettes grillées, les amandes douces, déposées sur un lit de fougères où perce l’angle du silex. Milieu minéral qui se retrouve en bouche où il tend la structure, la fraîcheur en appui, le grain s’enrobe de gras, se colore de poire fondante, de pomme croquante, et donne à l’équilibre bien maîtrisé une suavité savoureuse.
Le vin
Issu des Bassets comme son nom l’indique, les vignes y ont une vingtaine d’année et poussent dans les argiles. Laurent laisse faire les levures indigènes pour la fermentation en cuve inox, suivie de la malo et d’un élevage d’un an en cuve et barriques à 60%.
laurent@domainecognard.fr

Domaine Berthenet Jean Pierre Berthenet à Montagny

Les Saint Morilles Montagny 1er Cru

Vert jaune, floral et confit au premier nez, puis viennent la note pointue de l’agrume, la suavité de l’abricot et le grillé de la noisette. Du charnu en bouche avec rapidement l’impression des pierres à feu qui s’entrechoquent, une fine ligne amère à saveur d’amande les relie, le presque piquant du poivre les rend plus incisives, puis reviennent les fleurs senties en premier. La longueur détaille la complexité.
Le vin
Issus d’une parcelle de 1,17 ha du lieu-dit Saint Morilles plantée en 1985 et exposée plein est, les raisins s’élèvent en cuve.
Le domaine
La famille Berthenet cultive la vigne depuis bien longtemps mais portait la vendange à la Cave. En 2001, Jean Pierre décide de la quitter pour en 2002 sortir sa première bouteille.
http://www.vinsberthenet.com

Domaine des Moirots Chritophe Denizot à Bissey

‘’Le Vieux Château’’ Montagny 1er Cru

Doré vert lumineux, nez d’orange confite, de beurre noisette sur lequel flotte l’éclat du silex, un rien de fougère et de poivre, une pincée de tabac blond aromatisé de vanille. L’accueil vif en bouche catalyse les arômes sentis, le gras vient en parallèle galber la structure minérale, quelques pistaches grillés viennent s’ajouter. Longueur délicate sur les poivres et les agrumes.
Le vin
Les Chardonnay viennent du lieu-dit « Le Vieux Château » tout au nord de l’appellation. Âgé de 15 ans, ils poussent dans des terrains calcaires. Leurs raisins sont vinifiés pour 25% en barriques, le reste en cuve ciment. La partie élevée en fût se bâtonne. Le domaine compte 11 ha.

La Buxynoise Cave des Vignerons de Buxy

IMG_Cave_Coopérative_de_Buxy
Cru Les Chaniots Montagny 1er

Robe presque blanche nuancée de vert et de jaune ; le nez respire la pâte d’amande, le parfum miellé des fleurs d’aubépine et du genêt, une note de noix verte précède la rose et la verveine. En bouche, le charme des raisins de Corinthe sans le sucre encadre la fine amertume minérale, puis vient le grillé qui se font dans le gras, une impression tannique donne du relief au volume. La longueur s’étire sur la fraîcheur légèrement citronnée.
Le vin
Les Chardonnay poussent sur des parcelles d’éboulis calcaires et des argiles sombres. Disposées en coteaux exposées est et sud-est, elles regardent les villages de Jully les Buxy et Saint Vallerin. L’élevage dure 12 mois. En 2006, la maturité a été poussée et l’élevage a revu la participation du bois neuf à la baisse, minéral, pureté et rondeur ont gagné au change.

 

Cru Montcuchot Montagny 1er

Jaune vert, des fruits blancs bien mûrs au nez, parfumé d’églantier, du poivre, des pâtes d’amande relevé de gingembre, le gras d’emblée s’étale sur les papilles, les fruits blancs rafraîchis d’agrumes y glissent jusqu’aux contours minéraux. La finale poivre le tout.
Le vin
Un climat exposé plein est aux terrains profonds aux approches de la D977, mais qui s’amaigrissent vers le sommet. Une veine calcaire la traverse en son milieu. Le fruit domine facilement le minéral toujours en arrière plan.
La cave
Fondée en 1931, la Cave compte aujourd’hui 120 vignerons et vend pas moins de six millions de bouteilles. L’essentiel de son territoire s’étire sur un coteau de 20 Km, large de 1 à 4 Km.
http://www.cave-buxy.fr

Cave de Bissey

Les Pidances Montagny 1er Cru

Jaune vert, le nez très aguicheur développe des senteurs de fruits secs, amande, noisette, adoucis de marmelade de fruits blancs parfumés de Corinthe, de poivre et de thym, le minéral apporte rapidement une tension surprenante au sein de l’espace buccal, le gras au goût de grillé tempère le vif élan, le fruité oscille entre suavité et fraîcheur, c’est très gourmand. La finale acidulée détaille bien la complexité.
Le vin
Le lieu-dit « Les Pidances » est l’un des plus septentrionaux de la appellation, il jouxte celle du Vieux Château. La Cave y possède 2,28 ha dont sont issus les Chardonnay qui composent la cuvée. Les jus fermentent pour 72% en cuve et 28% en barriques, pareil pour l’élevage.
La cave
Fondée en 1928, la Cave de Bissey est l’une des toutes premières caves de vignerons en Bourgogne. Elle couvre aujourd’hui une superficie de 100 ha.
http://www.cave-bissey.com

vendangeurs

Vous avez dit Montagny ?

Les vins de l’appellation sont assez difficiles à trouver. Ils ne sont guère vendus en Belgique, par exemple (environ 1% de la production) ! Peut-être est-ce dû au manque de notoriété de l’entité ? Un déficit d’image difficile à expliquer, peut-être est-ce la situation géographique ou alors, la réputation… du Chablis qui a entraîné la relégation des Montagny au rang de troisième doublure ?
Nonobstant ces considérations, les Montagny répondent à ce que l’on attend d’un Chardonnay bourguignon et s’offrent au meilleur prix.

http://www.montagny.org

Ciao

Montagny1

Marco


16 Commentaires

Voir plus clair dans le brouillard: une analyse de quelques mythes (ou réalités ?) du vin.

Je sais que je vais être taxé (une fois de plus) de sceptique incorrigible, de politiquement incorrect, ou d’inculte incapable de comprendre l’évidence même. Ou peut-être des trois ensemble ? Néanmoins, que voulez-vous, je demande des preuves de choses qui sont régulièrement avancées comme étant des vérités devant s’imposer à tous.

Prenons deux exemples ayant cours d’une manière récurrente dans notre petit monde du vin: primo, les effets supposés bénéfiques de la culture dite « biodynamique », et secundo, l’impact supposé conséquent sur un vin de la nature de la roche « mère » qui sous-tend son vignoble. Deux occasions récentes m’ont donné l’espoir de voir un peu plus clair derrière les écrans de brouillard qui entourent ces deux phénomènes de communication utilisés, de plus en plus, comme un point final à tout débat sur la réalité.

Vous trouvez que j’exagère ? Comptez le nombre de fois dans l’année qu’un producteur de vin, ou son attaché(e) de presse, ou sa documentation, vous disent, pratiquement en guise de tout argument sur la qualité des ses vins, « je suis (il est) en biodynamie ». En tout cas, cela m’arrive très souvent, et je ne sais toujours pas comment le prendre. Est-ce une profession de foi ? Dans ce cas, je ne suis pas croyant. Est-ce un argument commercial qui porte sur la qualité de la vigne et donc le vin ? Alors je demande des preuves pour étayer les affirmations.

Si on passe maintenant à mon autre exemple, celui d’un supposé lien, fort et indiscutable, entre la nature de la roche qui compose le sous-sol d’un vignoble et le caractère du vin qui est produit sur cette zone, il me semble évident que cette supposition est utilisée (du moins en France) par un nombre incalculable de producteurs et autre communicants pour expliquer et défendre le caractère voulu unique de tel ou tel vin.

Jusqu’à présent, et à ma connaissance, les rares tests comparatifs entre un terrain agricole cultivé selon les préceptes de la biodynamie et un autre comparable mais cultivé soit en bio « classique », soit en conventionnel, ont été mené par des gens qui avaient un intérêt dans la biodynamie, ou bien sur des patates. Cela ne suffit pas à répondre à mes interrogations. Mais j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Une telle comparaison, avec un protocole de contrôle qui me semble être sérieux, est en cours sur un vignoble en France. Cela se fait, depuis quelques mois, à Châteauneuf-du-Pape sur un domaine qui s’appelle L’Or de Line et que j’ai visité récemment pour voir comment le test est organisé.

Gérard Jacumin, qui a repris ce domaine de 9 hectares et 15 parcelles de son père après une carrière dans l’informatique, n’est pas un fantaisiste. Il se trouve aussi qu’il fait des vins dont j’ai beaucoup aimé la finesse, mais cela n’est pas mon sujet du jour. Jacumin a converti son vignoble en bio depuis 2009 et, devenu curieux devant le phénomène appelé « biodynamie », à décidé de tenter une véritable expérience pour y voir plus clair. Il a choisi, avec l’aide d’une équipe de la Chambre d’Agriculture du Vaucluse, une parcelle homogène d’un hectare plantée avec trois cépages rouges: grenache, syrah et mourvèdre, en proportions à peu près égales. La moitié de cette parcelle continue à être cultivée en bio, et l’autre en biodynamie en suivant les recommandations d’un des consultants spécialisé dans ce type d’agriculture et en utilisant les produits prescrits. Nous ne connaitrons pas les résultats de cette expérience avant environ trois ans, mais je vais suivre cela avec intérêt et je vous tiendrai au courant. Un protocole de suivie et de comparaison a été établi par la Chambre d’Agriculture citée, et c’est leur équipe qui va opérer les prélèvements de contrôle.

Mon deuxième sujet de questionnement, qui n’aboutira pas cette semaine (et peut-être jamais) est l’affaire des sous-sols et d’un supposé effet « minéral », qui serait engendré par la nature des roches du sous-sol ; cet effet étant perceptible sur le goût du vin dont les raisins proviennent de vignes situées au-dessus de la roche en question. Mes lecteurs sont peut-être familiers avec mes doutes sur l’importance d’un tel phénomène de transmission et qui serait capable d’affecter le goût d’un vin. Certains vont peut-être soupirer et tourner la page. Je demande leur indulgence car j’ai de nouvelles considérations à leur soumettre qui vont, je l’espère, retirer un peu du brouillard de suppositions qui entourent cette affaire.

Il y a quelques mois j’ai parlé d’une dégustation de rieslings d’Alsace qui démontrait que même trois dégustateurs expérimentés étaient incapables de distinguer des rieslings issus de sols calcaires de ceux issus de sols granitiques. Il ne s’agit pas de cela aujourd’hui, mais d’un long et très intéressant article publié dans le dernier numéro de The World of Fine Wine et écrit par un spécialiste des sols, le Professor Alex Maltman. Je crois avoir déjà fait référence à des travaux de ce Monsieur, mais c’est la première fois que j’ai lu quelque chose d’aussi long et clair de sa part sur le sujet.

Dans son article, Maltman prend la peine d’expliquer des choses d’une manière limpide pour des non-scientifiques comme moi. Je vais essayer d’en extirper quelques points qui me paraissent essentiels, car je conseille à mes lecteurs dont le niveau en anglais est suffisant de se procurer le numéro 45 de cette revue en tous points remarquable. Si le diable peut parfois se loger dans les détails, l’incompréhension nait souvent d’une mauvaise définition des mots. Maltman prend donc la peine de faire la distinction entre éléments chimiques, minéraux et roches. C’est très utile pour un ignare comme moi, et peut-être aussi pour une bonne compréhension de la suite. On y va, Professor Maltman ?

Earth_Eastern_Hemisphere

La terre se compose  d’éléments chimiques, dont 8 dominent la croûte de notre planète : oxygène, silicium, aluminium, magnésium, calcium, potassium et sodium (dans l’ordre de leur importance). Et les deux premiers se trouvent fatalement en quantités importantes dans chaque vignoble. Mais on ne trouve que rarement ces éléments de manière isolée. Ils se combinent entre eux pour former des amalgames rigides que nous appelons minéraux. Le sol d’un vignoble, comme tous les sols, est donc composé de « minéraux ». Le seul problème avec ce dernier mot est qu’il a plein d’acceptions, comme nous allons le voir.

Le soufre, par exemple est un élément minéral que l’on peut trouver naturellement dans des vignes sur sols volcaniques, mais il est aussi présent dans la plupart des vignobles parce qu’il a été aspergé sur les vignes pendant des décennies pour lutter contre des maladies. Mais la très grande majorité des minéraux que nous trouvons dans les vignobles sont des combinaisons entre le silice et l’oxygène, généralement associant d’autres éléments. On les appelle des silicates. Parmi eux, le quartz, le feldspath, le mica et les minéraux argileux. Même si nous connaissons des centaines de minéraux, dans la nature on retrouve presque toujours les mêmes, agglomérés solidement et dans des proportions à peu près équivalents pour former ce que nous appelons rochers. Et notre planète est constitué de rocher. Donc, pour résumer, les minéraux sont des combinaison d’éléments, et les rochers sont des combinaisons de minéraux.

periodic-table-elements

Il est difficile de classifier les roches. On a tendance à procéder par la manière dont ils ont été constitués : sédimentation, fusion, transformation, etc. Comme personne n’a été témoin des ces évènements, il y a une part de subjectivité dans de tels classifications. Et une roche donnée peut aussi adopter une variété d’apparences, sans parler des mélanges. Dire qu’un sous-sol est fait de schiste ou de marnes ignore toutes les subtilités et variations de la réalité géologique. Lorsque des éléments se combinent pour former un minéral, les liaisons impliquent leur électrons et sont donc très fortes. Cela donne de la rigidité au minéral et emprisonne les éléments. Sauf évènement particulier, ces éléments ne seront plus disponibles pour nourrir une plante, comme une vigne par exemple. La quasi-totalité de minéraux ont donc une forme cristalline, qui est le terme pour l’arrangement méthodique des leurs éléments.

cristal de quartz

La suite sera pour la semaine prochaine, si vous avez de la patience. Mais, rassurez-vous, le « terroir » existera toujours ! C’est juste l’acception trop souvent impliquée par ce mot qui va se déplacer un peu, comme des plaques tectoniques.

 

David Cobbold

 


Un commentaire

Encore une fraude au Brunello!

Toute la Toscane retient son souffle après les déclarations de la police italienne sur une vaste fraude aux appellations touchant le Brunello et le Rosso di Montalcino.

D’après le communiqué de la Guardia di Finanza de Sienne, l’instigateur de cette nouvelle fraude serait un consultant. Les malversations, qui toucheraient plusieurs domaines, se seraient déroulées sur plusieurs millésimes, au moins entre 2008 et 2013.

Au total, quelque 160.000 litres de vin (encore au stade de l’élevage) ont été mis sous scellés en attendant de plus amples vérification.

Mais des questions restent encore sans réponse: quels sont les domaines concernés? Etaient-ils eux-mêmes victime de l’escroc supposé ou complice? D’où venaient les vins utilisés? Comment disparaissaient-ils des statistiques de leur région d’origine pour réapparaître dans les dénominations d’origine « contrôlée et garantie » Brunello ou Rosso di Montalcino?

Un point positif, tout de même: cette fois, le Consorzio, sous l’impulsion de son président Fabrizio Bindocci, semble vouloir faire toute la lumière sur ces falsifications. Ce sont même les contrôles internes du Consorzio qui ont débouché sur l’enquête.

Par ailleurs, le Consorzio, qui estime que les vignerons sont victimes de l’affaire au même titre que les consommateurs, puisqu’elle touche au renom de la DOCG, s’est déjà porté partie civile pour le procès à venir.

 

Hervé Lalau

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 844 autres abonnés