Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


4 Commentaires

Eloge de la facilité (et du Saumur-Champigny)

La scène se passe fin novembre, au domaine des Sanzay, à Varrains. Avant de passer à la dégustation, Céline Sanzay, la vigneronne, m’avertit: « Nous avons surtout des cuvées souples, faciles à boire ». Pourquoi donc ai-je l’impression qu’elle s’en excuse, alors que pour moi, c’est plutôt un atout?

IMG_5412

Céline Sanzay devant l’entrée de sa cave dans le tuffeau

Je m’explique.

Je ne connais personne, parmi les oenophiles, qui aime les vins rudes et difficiles. Bon, d’accord, si, peut-être quelques pervers, mais je ne les classerai pas parmi les oenophiles. Juste parmi les besogneux du gosier… ou de la plume, éventuellement.

Ceux-là vantent l’austérité d’un vin qui ne s’ouvrira jamais, glosent sur les tannins qui vont se fondre, appellent puissance ou vivacité ce qui n’est que de l’alcool excessif ou de l’acidité mordante. Ils défendent les extrêmes par goût du paradoxe ou pour jouer les critiques pointus. Ils passent à côté de tant de belles choses!

En musique, ils tiendraient Boulez ou Stockhausen pour supérieurs à Bach, Mozart ou Beethoven (car ces trois-là ont l’outrecuidance de parler à tout le monde, avant toute exégèse). En peinture, ils écarteraient Renoir, Monet, Turner, Fragonard, au profit de Malevitch ou Dubuffet. En cinéma, ils crachent sur Besson ou Cameron mais encensent quiconque nécessite un papier de deux pages dans les Cahiers (oui, ça existe encore!) pour que le lecteur, le spectateur, le pauvre regardeur commence à comprendre le pourquoi du comment de l’oeuvre.

Je ne serai jamais d’accord avec ces « collègues ».

J’aime les vins qui se donnent au palais, j’aime les vins qui se tiennent bien à table, j’aime les vins  qui réjouissent le coeur. Vinum bonum laetificat cor hominis. Les vins qu’il n’est pas besoin d’expliquer pour apprécier. Les vins dont on finit la bouteille à deux ou trois et qui vous donnent du plaisir sans modération.

Je suis gavé de ces cuvées hyper-extraites censées sortir du lot, exploser la concurrence, ravir l’« expert »... Ce fut le cas, récemment, lors d’un passage en Languedoc. Les vignerons de La Méjanelle, de Saint Drézery et de Saint Christol avaient sorti leurs plus vins les plus impressionnants à l’attention d’un petit groupe de journalistes. Pour être impressionné, j’ai été impressionné. Défavorablement. Trop de bois, trop de puissance, trop de tout. Ce sont les cuvées d’entrée de gamme que j’ai préférées. Le plus amusant, c’est de constater que de bons vieux auteurs comme Julien ou Rendu, au 19ème siècle, vantaient déjà ces crus du Languedoc pour leur… élégance.

Bien sûr, entretemps, beaucoup de choses ont changé; les cépages ne sont plus les mêmes (sauf peut-être le mourvèdre, quand il y en a); la baisse des rendements s’est accompagnée d’une hausse des degrés, renforcée encore par le réchauffement climatique. Parallèlement, la clientèle a fondamentalement changée; le vin, boisson quotidienne et « pain liquide » des travailleurs de force, c’est bien fini. Le Français moyen boit beaucoup moins, mais prétend boire mieux.

Ce n’est pas une raison pour lui vendre du vin au prix du bois, de l’alcool et de l’extrait sec…

IMG_5386

Une des ces cuvées faciles (mais pas maigrichonnes) dont Saumur Champigny a le secret

Pour en revenir à Saumur-Champigny, qui est mon point de départ, j’oserai même dire que les vins souples et faciles (au sens noble du terme) sont ce que l’on attend le plus de cette joyeuse appellation. Je ne dis pas qu’elle ne peut pas produire autre chose, des cuvées naturellement plus concentrées – j’emploie le mot naturellement au sens premier, pas au sens naturiste, juste parce que certains climats, certaines expositions fournissement naturellement des vins plus denses – je pense aux Poyeux, par exemple. Je dis seulement que ces cuvées-là doivent rester les exceptions qui confirment la règle, et pas le but ultime du vigneron, sa recherche de lettres de noblesse viticole. Un Champigny austère, c’est une erreur de casting. De Funès dans un film de Godart. Ou pire, Caubère ou Amalric dans un film de Dany Boon.

Il y a pour moi au moins autant de mérite à proposer un vin joyeux au plus grand nombre qu’une cuve de vin qui impressionne quelques blasés.

A propos, saviez-vous qu’une étude américaine récente révèle que la perception gustative culmine vers 25-30 ans et se dégrade à partir de 45. Les oenophiles de plus de 45 ans recherchent donc les goûts plus forts, faute d’identifier les plus délicats…

Par chance, moi, quand je me rase le matin, je ne pense pas à la présidence de la république, même pas à celle de la Cave de Saint Cyr en Bourg, je pense seulement que j’ai encore 15 ans dans l’âme. C’est sans doute pour ça que j’aime les vins élégants, voire faciles.

Chez les Sanzay, vous en trouverez, et j’espère pour longtemps encore.

Hervé Lalau


Poster un commentaire

2014 Christmas Adegga Wine Market, Lisbon

Originally posted on Les 5 du Vin:

IMG_8439The Adegga Wine Market in full swing (above and below)IMG_8440

We are spending a week in Lisbon. Apart from coming to enjoy some December sunshine, we came for the Christmas Adegga Wine Market. This is a very well run consumer fair bringing some 40 Portuguese wineries to keen wine lovers who can taste their wines and then order them for delivery to their homes. This was the 7th edition of the Wine Market, Wines sales were brisk during the afternoon that started at 2pm with a quiet hour for the professionals before the consumers arrived and finished, in theory, around 10pm.  The average price per bottle in a Portuguese supermarket is between 2 and 3€, whereas the average price per bottle ordered at the Wine Market is substantially higher. Little wonder there is a considerable winery waiting list for these events as the organisers are keen to keep the number of…

Voir l'original 319 mots de plus


4 Commentaires

Terrasses du Larzac

Ecrire sur quoi pour lundi ? C’est la question que je me pose presque chaque semaine (il y a des semaines ou la réponse s’impose et donc cette question ne se pose pas).

Depuis deux mois, il y a embarras du choix d’un sujet, tant les dégustations, colloques, rencontres avec des vignerons et autres sources possibles se bousculent dans le calendrier du journaliste/dégustateur vivant à Paris. Et cela, sans parler des nos propres initiatives d’aller vers le vignoble de tel ou tel pays ou région.  Cela en devient même gênant à Paris, tant les attaché(e)s de presse semblent se donner le mot pour se faire concurrence tous les lundis et faire du chiffre dans les dégustations. Nous avons atteint de sommités du surcharge récemment, avec jusqu’à 5 manifestations un seul lundi. Pourquoi un tel acharnement à rendre impossible la vie d’un professionnel qui aimerait tant rendre justice, à sa manière, à tout le monde ? Il y a des jours ou j’envie Michel Smith dans sa Catalogne d’adoption !

terrasses-du-larzac

 

Cette semaine, j’ai pris la décision de parler d’une appellation du Languedoc, région que je dois visiter environ une fois par an, mais dont je déguste bien plus souvent des vins. Il s’agit de l’appellation Terrasses du Larzac. Le vignoble à l’air spectaculaire, en tout cas.

Voici le texte que je trouve sur la pages d’accueil du site de cette appellation que je crois être récente :

Situé au nord-ouest de Montpellier, le vignoble des Terrasses du Larzac est marqué par la fraîcheur qui descend du plateau montagneux du Larzac, avec pour repère symbolique le Mont Baudile culminant à plus de 850m. Cette situation géographique particulière, avec des amplitudes thermiques jour/nuit pouvant atteindre plus de 20 degrés en été, favorise une maturation lente et progressive des raisins bénéfique pour la complexité aromatique et la fraîcheur des vins. 

Pour révéler toute la grandeur de ce terroir, les vignerons des Terrasses du Larzac jouent sur la gamme des 5 cépages languedociens (grenache, syrah, mourvèdre, cinsault, carignan) afin d’exprimer au mieux la personnalité de chaque type de sol (argilo-calcaire, ruffes, galets, etc.), sachant qu’ici le terroir prime le cépage. Enfin, par un minutieux travail d’assemblage (3 cépages au minimum) et un élevage d’au moins 12 mois, nous donnons une signature unique à nos vins d’appellation.

En dehors du bla-bla habituel sur le terroir qui primerait sur tout (et que l’on peut trouver à l’identique partout ailleurs), on trouve dans ce texte quelques éléments factuels. L’usage de plusieurs cépages en assemblage et le rôle de l’altitude pour fournir une amplitude thermique importante au vignoble. Je pense que ce dernier ingrédient est le plus important dans une région chaude, quelle que soit les règles, souvent peu logiques, qui imposent les cépages autorisées dans telle ou telle appellation. A propos de cépages, et en dépit de ce qui est dit dans le texte ci-dessus, j’ai noté que seulement deux des vins que j’ai dégusté et commenté ci-dessous contiennent du cinsault, et jamais pour plus de 8% de l’assemblage. J’ai aussi noté dans les fiches produites lors de la dégustation que les rendements y semblent très faibles, car tous les producteurs présents affichent des rendements de 25 hl/ha. J’imagine que cela est due à la topographie et la sécheresse estivale, et peut-être aussi l’espacement des vignes.

IMG_2177

Les vins que j’ai pu déguster de cette jeune appellation m’ont favorablement impressionnés. Leur fourchette de prix, qui va, en gros, de 1 à 3, commence à refléter la réputation de certains vignerons qui vendent leurs cuvées à 30 euros, mais aussi, probablement, la qualité des vins (et du prix de revient) des moins connus des producteurs présents, car il n’y avait aucun vin à moins de 11 euros. J’imagine bien que les conditions de production, et particulièrement les rendements, imposent un certain niveau de prix, mais il faut constater que nous ne sommes ni dans une appellation très accessible, ni dans une appellation élito-spéculative. Si des lecteurs veulent utiliser nos avis dans ce blog pour guider leurs achats, qu’ils notent que les vins que j’ai préférés ne sont pas nécessairement les plus chers. Autrement dit, même en dégustant à découvert, je ne me suis pas laissé entièrement aspirer par les noms et les prix. Je dirai donc que, comme toujours, le prix du vin dans ce cas reflète davantage des facteurs de marché (la renommée et les ventes passées du producteur) que la qualité intrinsèque du vin.

Ma dégustation des vins des Terrasses du Larzac

Mas des Brousses 2012

syrah, mourvèdre, grenache (15,50 euros)

Nez frais qui mêle un bon fruit mûr à des notes épicées. En bouche c’est délicieux, relativement tendre, avec une structure légère et un équilibre parfait. C’est alerte et gourmand, très réussi et d’un bon rapport qualité/prix (15/20)

Mas Cal Demoura, Les Combariolles 2012

syrah, mourvèdre, carignan, grenache (23 euros)

Nez frais qui évoque le sous-bois et la garrigue. Bon fruit en bouche mais un peu moins d’ampleur de de charme que le précédent (14/20)

Domaine de la Réserve d’O, cuvée Hissez O 2008

syrah, grenache, cinsault (19 euros)

Intense et fin, avec une très belle matière et beaucoup de fond. Les années supplémentaires de vieillissement par rapport aux autres vins de la série lui ont certainement fait du bien. (15/20)

Mas des Chimères, Nuit Grave 2012

syrah, mourvèdre, grenache (11 euros)

Plus austère de profil et simple dans son volume, ce vin a un joli équilibre entre fruit et tanins. (14/20)

Le Clos des Serres, La Blaca 2012

syrah, grenache, carignan (14,50 euros)

Les nez m’a semblé animal, probablement par un effet de réduction. Ce vin est également serré, voire un peu sévère en bouche et aura besoin d’un ou deux ans de plus en bouteille ou d’une bonne aération. (13/20)

Mas Haut Buis, Costa Caoude 2012

grenache, carignan, syrah (22 euros)

Un très beau nez, expressif. En bouche, une impression de profondeur et de velouté chaleureux qui doit certainement quelque chose à la part de grenache (45%). Belle longueur. (15/20)

Mas Julien 2011

carignan, mourvèdre, syrah, grenache (29 euros)

Un nez superbe, aussi complexe que bien fruité. Charnu en bouche, avec des tanins veloutés. Long et très beau. Un vin de classe, un peu cher mais qui peut valoir son prix pour des amateurs (15,5/20)

Domaine de Montcalmes 2011

syrah, grenache, mourvèdre (22 euros)

Nez intense. Même intensité en bouche mais encore un peu fermé. Belle fraîcheur. L’ensemble aura besoin d’un peu plus de temps. (14,5/20)

Domaine du Pas de l’Escalette, Le Grand Pas 2012

grenache, carignan, syrah

Le nez ne m’a pas semblé net, car très animal. Cela se confirme en bouche, avec une texture et une finale asséchante et crayeuse. Je soupçonne une présence de bretts. Le propriétaire m’a assuré du contraire mais je n’ai pas aimé ce vin.

Domaine de la Réserve d’O 2010 (en magnum)

syrah, grenache, cinsault (30 euros le magnum)

Un peu à part dans cette série, car issu d’un millésime plus ancien et, de surcroît, servi en magnum. Un très beau nez, exaltant par ses parfums. La bouche confirme avec une très belle qualité de fruit qui entoure des tanins encore présents mais raffinés et une très belle fraîcheur. (16/20)

A noter qu’on produit ici aussi des blancs assez fins (par rapport à la plupart des blancs de la région), mais qui ne peuvent se vendre que sous la désignation IGP. Les prix sont malheureusement du même niveau que les rouges, donc un peu chers quand on les compare à d’autres blancs de qualité équivalente d’ailleurs, car, pour 25 euros la bouteille j’estime qu’on peut trouver de meilleurs vins vins blanc en Bourgogne, en Alsace ou en Loire, par exemple.

David

 


3 Commentaires

#Carignan Story # 250 : Scrogneugneu, en voilà du boisé !

Tout excité que j’étais d’avoir découvert cette étiquette travaillée aux petits oignons, voilà que je m’apprêtais à dérouler le tapis de louanges. C’était au hasard d’une improbable halte, mais par ailleurs fort recommandable, en bordure d’ancienne nationale, à Lézignan-Corbières pour être précis, au Cdd Sud, sorte de vaste antre à souvenirs où le riz de Marseillette côtoie le cassoulet. En saisissant le flacon, je me faisais tout un cinoche dans ma tête : tiens, tiens… des négociants Bourguignons qui s’intéressent au Carignan et qui en plus le qualifient de « cépage rare » allant jusqu’à le commercialiser à un prix idéal (4,95 €) , semblable à ce Samso Catalan que je décrivais dans mon dernier article du Dimanche. Oui, j’avais vraiment hâte de goûter ça !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Au départ, tout m’a plu dans ce vin sorti d’une gamme étoffée sous la marque « Les Janelles » par des « Artisans des vins du sud de la France » comme le proclame fièrement leur site Internet. Bouteille haute et élégante, étiquetage précis et soigné, l’ensemble est presque endimanché avec la mise en avant, très nouveau monde, du nom du cépage. Impeccable bouchon synthétique facile à extraire, on était bien loin de l’idée d’un vin « low cost » qui, à cause du prix peut-être, tentait sournoisement de s’introduire dans mon esprit. J’étais tellement excité à l’idée que ce vin puisse me séduire que je suis allé voir sur la toile si son nom, « Jamelles » avait une quelconque signification. J’ai appris que, depuis 1946, sept filles en France, oui sept, avaient reçu le prénom de Jamelle. J’ai aussi appris que cette gamme de vins était l’œuvre d’un couple d’œnologues Bourguignons amoureux du Languedoc. Tout cela était de fort bonne augure…

Quelques semaines de repos, arrive le jour de la dégustation. En ouvrant le flacon, un lancinant parfum de noix de coco semble envahir la pièce. Au nez, j’ai l’impression de sniffer du Malibu ! En bouche, j’ai la désagréable sensation d’être pris par une odeur tenace venue d’ailleurs. Bora Bora peut-être ? Je mâche le vin, je le fais tourbillonner dans mon palais, je le crache enfin et je ressens quoi donc ? Du bois tendre à pleine bouche, puis rien ou pas grand chose derrière pour signer la finale, enfin rien de bien intéressant, pas même un brin de fruits rouges. Mon impression ? Une piètre macération carbonique de jus achetés à bas coût dans des coopératives-usines qui subsistent tant bien que mal dans le Languedoc et le Roussillon. Le temps d’une mauvaise pensée, j’imagine. Pourtant, là c’est bien écrit « Carignan ». Pour une fois le nom du cépage n’est pas caché, comme je l’ai dit plus haut, on a même rajouté « Cépage rare » au cas où il faille convaincre les hésitants. C’est en le humant une nouvelle fois histoire de m’assurer que je n’écrivais pas de conneries, que me vint alors une drôle de vision : un mec en blouse blanche penché au dessus d’une cuve pour y verser le contenu d’un sac en plastique, une grosse quantité de copeaux de bois aromatisés coconut. Je me suis déjà farci des vins aromatisés aux copeaux de bois et je suis en mesure de vous assurer qu’ils étaient bien au-dessus de celui-ci ! Ceux qui ont concocté ce vin le boivent-ils seulement ?

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Désolé, mais cette chose me fait perdre la raison. Elle me fait sortir de mes gonds au point de me mettre un court instant dans la situation d’un de ces faiseurs de vins qui, du nord au sud et d’est en ouest, veulent notre bien c’est entendu. Ici, techniquement, on nous parle de « caractériser » un vin. Et pour cela, on a des techniciens qui proposent une palette d’artifices comme le bois, les essences de bois devrais-je dire. Tout une panoplie de saveurs boisées pour beaucoup étrangères au raisin qui laissent un goût de vanille, de fumé ou de clou de girofle, que sais-je encore. Problème, on veut donner une personnalité à un vin qui, dès le départ, n’en a peut-être aucune. Ben oui quoi, s’il en avait du caractère, de la personnalité, on ne ferait rien, n’est-ce pas ? Ou alors, ce serait pour le masquer parce qu’il en a trop ? Dans ce cas, pourquoi l’a-t-on acheté pour ensuite mieux le revendre ? Cela s’appelle du négoce et j’en connais, moi, des négociants formidables qui, sans chercher à faire des miracles, travaillent très bien dans le sens de la mise en valeur d’un vin au moyen d’assemblages, par exemple. Mais là, ce Carignan, comme on le sent frêle, acide et peu sexy, on va vous le maquiller, le remodeler, l’arranger. Normal, c’est aussi le boulot du négociant, quoiqu’on en dise. C’est vrai que vu le prix qu’on l’a payé au départ… et vu le prix de vente souhaité en magasin… Bref, l’habillage va arranger tout ça, le marketing bien pensé aussi, les fiches techniques données à la presse où l’on ne manquera pas de souligner cet élevage si particulier en barriques neuves, de préférence en chêne américain (Chut ! N’en dîtes rien ! Vous comprenez, c’est beaucoup moins onéreux que le chêne de l’Allier ou du Limousin) destiné à « complexifier » le vin. Pour aller plus vite, on pourra même mettre des copeaux en sachets, des morceaux de bois à infuser dans la cuve. Ce sera encore moins cher et cela réclamera moins de manipulations. Et c’est ainsi que ce goût étrange venu d’ailleurs devrait masquer celui du vin pour être au minimum vendable et buvable dans des boutiques peu regardantes. Voilà le travail tel que je me l’imagine. Bien sûr je peux me tromper. Rassurez-vous, je révise mon mea culpa.

Eh bien non, je ne suis pas d’accord ! Au risque de déplaire, de me répéter, de passer une fois de plus pour un malotru, pour un imbécile de journaliste donneur de leçons, comme tant d’autres cépages, le Carignan est capable de faire sans le bois pour s’exprimer. Nul besoin de grandes études pour le savoir. Il suffit de rencontrer quelques bons vignerons des Corbières ou du Minervois pour s’en rendre compte. Le Carignan, messieurs-dames, c’est pas un frimer. Il est à l’aise dans sa terre de garrigue caillouteuse, enraciné dans sa roche, coiffé comme un plumeau mais confié à de bonnes mains vigneronnes. Nul besoin de le maquiller. Et si son propriétaire le souhaite, en insistant un peu mon Carignan peut aussi parfois nous dire des choses encore plus intéressantes. Surtout lorsqu’il est élevé dans une belle pièce bourguignonne d’occasion aux douelles de bonne origine, séchées lentement à l’air libre et pas trop toastées s’il vous plaît. Non, je ne cherche pas à donner une leçon de Carignan. Ce n’est d’ailleurs pas mon rôle. Mais enfin, tout de même, messieurs et dames du négoce, donnez-vous la peine de regarder autour de vous, allez salir vos souliers de temps en temps en marchant entre les vieilles souches.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Je ne sais pas vous, mais moi ce que je viens de goûter, j’appellerais ça de la mauvaise cuisine. Honnêtement, je ne sais pas si les nombreux autres vins de cette marque (il y a également une gamme bio) jouent sur le même registre, mais si tel était le cas, en tant qu’amateur cela me foutrait une trouille bleue. Et la rage au sang. Bien sûr, la vanilline combinée au whisky lactone comme on dit chez les chimistes-parfumeurs pourrait bien s’estomper au bout de quelques heures dans le verre. Mon oeil ! Pour faire place à quelque chose qui ressemblerait à une bouillie de sciure fraîche ? Pour ma part, j’ai beau boire du thé Sencha Fukuyu pour tenter de m’en débarrasser, au bout de la troisième tasse j’ai encore le parfum Tahiti douche en bouche ! Oui, d’accord, j’entends vos remarques : « T’es plus dans le coup papy, tu charries. Tiens, j’ai l’adresse d’une bonne maison de retraite. T’as rien compris au commerce, c’est une façon d’attirer un public jeune, c’est tendance. Ma foi, tu dois être allergique à la pina colada ».

Fort bien. Moi, j’veux bien passer pour un has been aux yeux de vous tous. Sauf que mes enfants et petits enfants, je préfère les former au goût du vin pur et à celui de la délicatesse. Pas au goût de ces sottises que certains chauffeurs cachent sous le volant de leur caisse ou accrochent à leur rétroviseur intérieur pour parfumer leur « ambiance environnementale ». Pour avoir la conscience tranquille, j’ai entrepris de goûter ce vin une seconde fois, 24 heures après rebouchage. Mal m’en a pris : c’était moins envahissant, certes, moins dur en bouche, mais toujours là, bien présent. Non, non et non, le goût du Carignan n’a définitivement rien à voir avec celui de la noix de coco. Le chanvre indien à la rigueur, je veux bien, mais surtout pas ce goût là ! Au fait, il s’agit d’un Vin de France 2013. Tout le reste de la gamme (Grenache, Sauvignon, Merlot, etc), si j’ai bien saisi, est en Pays d’Oc, puisque le Carignan est refusé à l’état pur par les géniaux concepteurs de cette dénomination qui n’est rien d’autre qu’une vulgaire mais très efficace marque commerciale sur le terrain de la mondialisation et de l’uniformisation. Ce n’est pas pour rien que le Wine Spectator a accordé une note de 87 au Cinsault (rosé) Les Jamelles. Et puis, à l’export, ces vins semblent d’ailleurs bien fonctionner. Tant mieux, car nul n’est prophète en son pays. Et puis surtout, je n’oubliez pas que tous les goûts sont dans la nature… Fort heureusement.

Michel Smith

PS Je sais que cette colère passagère du vieux ronchonneur que je suis risque de faire de la peine aux auteurs de ce vin et je m’en excuse à l’avance auprès d’eux. Ceux-ci m’ont envoyé des échantillons d’une autre cuvée de Carignan, si j’ai bien compris quelque chose de plus « haut de gamme ». Qu’ils soient rassurés : pour ne pas être influencé, je goûterais ces vins à l’aveugle et avec des amis bons dégustateurs. Comme cela, je serai parfaitement objectif.


4 Commentaires

Vaccelli en Ajaccio…

Un peu de soleil alors que les frimas nous ont envahi nous fera le plus grand bien.
La Corse occupe nos mémoires qui l’évoquent comme une destination privilégiée.
On rêve aux vacances sur l’Île de Beauté. Ajaccio nous rappelle Tino qui avait sa villa à la sortie de la ville vers les îles Sanguinaires.
Mais Ajaccio, c’est aussi une appellation corse où règne un cépage tout aussi corse, le Sciaccarellu.

sciacarellu

On peut ergoter

Et dire que le Sciaccarellu n’est pas corse mais toscan – là bas, on l’appelle le Mammolo. Certes, et la nouvelle bible des cépages, Wine Grapes, made by Jancis, Julia et José se réfère à l’Italien plutôt qu’au Corse, alors qu’en Toscane c’est un cépage mineur, contrairement à la Corse, bizarre…
De plus quand on déguste par exemple la production du Domaine Vaccelli, on se rend compte qu’il est fait pour les granits corses.

On y était tous les deux, Hervé et moi, profitant du temps comme du vin, du paysage, un joli moment, une belle rencontre. Gérard Vaccelli nous a emmené dans le vignoble…

Corse juin 2014 232

???????????????????????????????

On voit la mer, c’est top, les parfums de plantes qui grillent au soleil nous saoulent.

De la mer à la cave

???????????????????????????????

Granit rouge 2011 Ajaccio Domaine Vaccelli

Il offre une robe d’un rubis sanguin à l’aspect velouté. Les fruits rouges et noirs éclatent et aspergent le nez de fragrances de cerises bien mûres, de cassis et de canneberge. Parfums frais et vigoureux dans lesquels se mêlent épices et fumé. Puis viennent ces senteurs particulières d’herbes aromatiques teintées d’iodes.
La bouche apparaît à la fois ample et nerveuse, construite sur une assise minérale qui lui donne structure et relief. Les tanins s’enroulent autour de cette architecture généreuse d’où coulent fruits, épices et aromates. Ce qui surprend encore, c’est la fraîcheur. Délicate, elle met en exergue toutes les notes savoureuses du vin.

La cuvée se compose de 95% de Sciaccarellu et 5% de Niellucciu élevé 12 mois en œuf pour 1/3, le reste en ½ muids en partie neufs.

Le boire avec

Comme c’est un cépage moins courant, il est bon d’indiquer quelques pistes d’accords. Si l’on aime les rouges avec les produits de la mer, ce Sciaccarellu convient à une fricassée de supions ou à quelques filets de rougets à la tapenade noire. Pour la viande, le Gigot d’agneau ou le gibier à plume. Plus simplement le veau aux champignons.

???????????????????????????????
Le Vermentinu offre aussi en Corse d’agréables cuvées.

Granit blanc 2012 Ajaccio Domaine Vaccelli

La robe très pure se teinte d’or enluminé d’émeraude.
Le nez minéral sent la chaleur que réfléchit le granit toutefois rafraîchi d’embruns, encore le léger grillé de l’élevage, les tranches de poires macérées d’une tisane de tilleul. En bouche, la discrétion de l’agrume fait hésiter entre orange amère et cédrat confit. Du confit, il en a l’onctuosité, des fruits, la fraîcheur, certes affirmée par la tension minérale. Une autre dimension, florale cette fois, apporte son élégance à la cuvée. Elle marie fleurs blanches et maquis et nous fait vibrer d’envie.

Les 100% Vermentinu sont élevé en œuf et en ½ muids.

La force et le caractère du Granit en font un vin tout-terrain qui fonctionne depuis la langouste corse et tout autre crustacé au fromage, même un brocciu des plus corsé… D’une façon plus précise, les ravioles aux cèpes, la volaille rôtie, la très tendance burrata ou encore les légumes grillés filet d’huile d’olive au thym.

Vaccelli

Corse juin 2014 194

 

 

 

Un domaine familial… Venu d’Algérie en 1962, Roger Courège s’installe dans la vallée du Taravo à Cognocoli-Monticchi. Dix années plus tard, son fils Alain prend la succession et plante 8 ha de Sciaccarellu et de Vermentinu. Vermentinu qui intéresse plus particulièrement son fils Gérard, qui vinifie les vins du domaine depuis 2000. Chaque millésime le voit progresser dans ses essais de vinification et d’élevage. Le vignoble de 14 ha s’oriente principalement au Sud-Est et regarde la mer.

???????????????????????????????

Domaine Vaccelli vaccelli@aol.com

Ciao

300px-Vignobles_corse
Marco


4 Commentaires

Toscana due : le Sangiovese dans tous ses états.

Second volet de mon expédition en Toscane cet automne. Aujourd’hui, nous allons pénétrer plus en profondeur le cœur du Chianti Classico. Pour ceux d’entre vous qui prendraient le train en marche, je vous recommande la lecture de mon article de Jeudi dernier afin de bien comprendre l’essentiel de ma démarche et de celle de mes camarades. Ce voyage ne pouvait se faire et être utile que si nous acceptions de nous concentrer en priorité sur le grand cépage local qu’est le Sangiovese. Pour vous donc, je vais ouvrir mon carnet de bord en commençant par quelques unes de nos visites. Je vous préviens, je reviendrai la semaine prochaine, avec un épisode plus maritime…

Sienne... Photo©MichelSmith

Sienne… Photo©MichelSmith

Il Borghetto

Les bouteilles sont bourguignonnes – les seules à ma connaissance dans le Chianti – ce qui ne semble pas être du goût des pontes de l’appellation. En plus le bouchage se fait à l’aide de vis ! Résultat, bien qu’en plein territoire du Chianti Classico, Antonio Cavallini, secondé par l’œnologue Tim Manning, préfère se consacrer à l’IGP (Indicazione Geografica Protetta) Toscana après avoir longtemps tâté du Classico. Une trentaine d’hectares de bois, de vignes (grosse majorité de Sangiovese) et d’oliviers dans un somptueux cadre campagnard. Il y a aussi des chambres d’hôtes et la cuisine maison est réputée !

-IGP Toscana « Billacio » 2010 – Est-ce la bouteille ? Je ne suis pas le seul à lui trouver un style bourguignon. D’emblée, ce pur Sangiovese surprend par sa chaleur et son enthousiasme vite compensés par une belle fraîcheur teintée d’élégance. Copieux et volumineux, long aussi, il s’achève en douceur sur des notes de cassis très mûr (27 €).

-IGP Toscana « Clante » 2009 – Robe légèrement ambrée, le nez est d’une grande finesse. Un peu moins solaire que le précédant, il s’abandonne en bouche avec volupté sur des notes confites discrètement boisées (2 ans d’élevage en barriques).

Tim Manning dans l'oliveraie de Borghetto. Photo©MichelSmith

Tim Manning dans l’oliveraie de Borghetto. Photo©MichelSmith

Castello di Ama

Si ce n’était la présence de champs d’oliviers, le décor presque caussenard aux collines parsemées de petits chênes verts pourrait être celui du Quercy. On arrive au hameau d’Ama la faim au ventre car on nous a vanté un restaurant de charme (fermé le mardi) tenu par deux dames. Sans attendre le vin rosé (Sangiovese et Merlot), on se jette sur les crostini noyés par un flot d’huile d’olive nouvelle ! Le repas sera excellent et pas trop ruineux. Et il nous permettra de goûter les vins. Ici, la notion de cru n’est pas vaine puisque certaines parcelles embouteillées à part sont hautement regardées par la critique tant italienne qu’américaine. Légère entorse à notre règlement interne, le pur Sangiovese n’existe pas en ce domaine de 90 ha de vignes vendangées en caissettes de 12 kg et dirigé par l’œnologue Marco Pallanti très marqué par son passage à Bordeaux. Pas grave, puisque la plupart des cuvées, remarquablement vinifiées, sont présentées dans un beau registre de maturité. Elles accordent pour la plupart le minimum de 80 % au Sangiovese dans les assemblages de Classico. Voir aussi ma dégustation lors d’une précédente visite

-Chianti Classico Riserva 2009 – Un classique tout simple (10% de Merlot) et bien tourné que l’on boira de préférence frais et en entrée sur un pâté de grives, par exemple (33 €).

-Chianti Classico 2011 – Toujours 80 % de Sangiovese, 15 jours de macération et une année d’élevage en barriques, voilà un vin élégant, facile, équilibré et soyeux (85.000 bouteilles, 30 €).

-Chianti Classico 2010 Gran Selezione « San Lorenzo » – Premier millésime arborant cette nouvelle mention Gran Selezione, San Lorenzo (10% de Malvasia Nero et 10% de Merlot) est considéré comme le haut du panier des vignes du domaine sur lesquelles sont opérés un tri sévère. Complet, ferme, dense, matière élégante, joli fruit, c’est aussi le plus cher de la gamme (37 €).

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Riecine

Au flanc d’une colline entre Florence et Sienne, ce domaine de 35 ha n’en a pas fini d’étrenner sa cave-balcon (vue magnifique) ultra moderne construite toute en longueur en 2012 sur 750 m2. Aujourd’hui, Riecine est entre les mains d’un famille Russe qui a eut la bonne idée de garder dans ses murs le vinificateur Anglais (malgré son nom Irlandais) Sean O’Callagham, présent ici depuis plus de 12 ans après plusieurs années en Allemagne où il a obtenu son diplôme d’œnologie. Sean, qui fait office de directeur d’exploitation, a longtemps travaillé avec John Dunkley, lui aussi Britannique, l’ancien propriétaire des lieux. Les deux s’étaient donnés pour mission de tout faire pour que leur cépage chéri, le Sangiovese, produise les meilleurs vins possibles. Respect des sols, levures indigènes, pigeages à la main, cuves de petites tailles en ciment (Nomblot), inox et bois… rien n’est laissé au hasard.

-Chianti Classico 2012 – Pur Sangiovese, il rassemble un peu de toutes les vignes du domaine pour un vin léger, discrètement épicé, fruité pur, paraissant facile mais de belle texture, finale en apothéose et prêt à boire après un court passage en carafe (15 €). La version 2011 est plus vive, plus mordante et nécessite un temps de mise en carafe plus long. Les deux sont à boire sur un lapin rôti à la broche, par exemple, ou une pintade aux choux.

-IGP Toscana « La Goia » 2009 – À 95 % Sangiovese, après 2 ans d’élevage en barriques de 2 vin, plus un an d’affinage en bouteilles, ce vin qui se veut dans l’esprit d’un « super toscan » impressionne par son nez magnifique, sa densité profonde, sa puissance et ses notes de boisé épicé (10.000 bouteilles, 30 €). Dans la même trame, un 2006 se goûte divinement bien grâce à un surcroît de fraîcheur, d’amplitude et de longueur.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Fontodi

Il y a aussi de la Syrah dans cette propriété entre les mains de la famille Manetti depuis 1968, un nom connu dans la région pour ses fabriques traditionnelles de tuiles en terre cuite, spécialité qui les amène actuellement à faire des essais de vinification et d’élevage dans des cuves en terracotta. Une propriété proche de Panzano, forte de 130 ha dont 70 ha en vignes cultivée en agriculture biologique.

-Chianti Classico 2011 - Cent pour cent Sangiovese, élevé un an en barriques de chêne (Tronçais et Allier) le vin affiche une belle robe solide et un nez fin. Belle franchise en bouche, structure, densité et petits tannins rafraîchissants (170.000 bouteilles).

-Chianti Classico Riserva « Vigna del Sorbo » 2009Sangiovese à 95 % (le solde en Cabernet) élevé pour moitié en barriques neuves durant deux ans, le reste en barriques usagées, le vin présente un nez opulent et concentré (notes de café) sur une bouche assez boisée. Le 2010 et le 2011 bénéficient d’ores et déjà de la nouvelle mention Gran Selezione (30.000 bouteilles).

-IGT Colli Toscana Centrale « Flaccianello della Pieve » 2009 – Pur Sangiovese, la cuvée met en avant les plus beaux raisins du domaine avec un élevage de 2 ans en barriques neuves. Joli nez précis et fin, fruité (cerise) en bouche, épicé aussi, belle longueur (60.000 bouteilles). La version 2011 resplendit de fraîcheur et offre des notes toastées et chocolatées.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Castello dei Rampolla

Non loin de Panzano, on retrouve une surprenante variété de vignes (Syrah, Pinot noir, Cabernet, Petit Verdot en plus du Sangiovese, presque toutes enherbées, plantées à 6.000 pieds à l’hectare) dans un ensemble de 130 ha, dont 32 ha en vignes sur des terres assez calcaires, à plus de 300 mètres d’altitude. Dans la famille di Napoli Rampolla depuis 1739, ce sont désormais Luca et Maurizia (frère et sœur) qui donnent une orientation biodynamique au domaine. Après avoir travaillé à Castello di Ama jusqu’en 2000, Marcus, un Allemand autodidacte dirige la cave et le vignoble avec brio et passion. La cuverie et la cave semi enterrée méritent une visite. Une cuvée vedette nommée « Sammarco » est cependant fortement marquée par le Cabernet Sauvignon.

-Chianti Classico 2012 – Un peu plus de 90% de Sangiovese dans cette cuvée d’un bon rapport qualité-prix. Complété par le merlot et le cabernet, voilà un beau vin, franc, direct, très propre et joliment frais (12 €).

-IGT Toscana 2010 – Dédié au seul Sangiovese, on a un vin souple et aimable assez représentatif d’une vison moderne du cépage, avec ce qu’il faut de matière et de tannins souples, sans oublier une bonne longueur en bouche (15 €).

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Monteraponi

Atteint comme beaucoup d’autres toscans par le virus de l’agriturismo, Mauricio Castelli a choisi de laisser les ateliers d’argenterie à d’autres membres de la famille, à Florence, pour mieux se retirer dans cette ferme-hameau achetée dans les années 70, posée à 600 m d’altitude et restaurée avec soins. De là il peut chasser la bécasse à sa guise sur ses 200 ha de terres (beaucoup de bois), tout en consacrant une partie de son temps à ses 10 ha de vignes, à ses 1.300 oliviers et à ses passions affichées pour la Bourgogne et le cigare. Ici, tout semble petit et traditionnel, l’équipement étant de taille humaine : la production ne dépasse guère 50.000 flacons, la culture est organique, la cave dispose de cuves ciment et de jolis foudres faits spécialement en Bourgogne. Quant à la vigne, elle est tellement précieuse que, pour se protéger des sangliers, elle est clôturée sur deux mètres de hauteur ! En dehors des rouges, on relève trois cuvées vedettes : un divin blanc de Trebbiano (vignes de 44 ans et seulement mille bouteilles) et un rosat issu d’une saignée sur Sangiovese de 40 ans et Merlot pour également un millier de bouteilles, sans oublier un Vin Santo 2005 discrètement rancioté  !

-Chianti Classico 2012Sangiovese, bien sûr (avec 5 % de Canaiolo), de jeunes vignes de différent clones, c’est un vin droit et bien sec, marqué par de jolies notes de fruits rouges boisés, très agréable à boire frais sur une terrine ou un petit gibier (15 €).

-Chianti Classico Riserva « Il Capitello » 2011 – Grosse majorité de Sangiovese (7 % Canaiolo et 3 % Colorino) à 420 mètres d’altitude, il s’agit là des plus vieilles vignes du domaine avec un élevage de 26 mois en foudres de bois français. Pas de filtration à l’embouteillage. Nez finement boisé, beaucoup de sève en bouche, magnifique structure, beaucoup de longueur et finale sur le fruit (cerise à l’eau-de-vie) mêlé aux tannins sobres et à la fraîcheur (33 €).

-Chianti Classico Riserva « Baron Ugo » 2010 – Le plus acclamé des vins de 2010, ce presque pur Sangiovese d’altitude (570 mètres, avec du Canaiolo et du Colorino sur un peu moins de 10 %) porte le nom d’un des premiers seigneurs du lieu. Il est élevé 36 mois en foudre de chêne (Allier et Slavonie) et mis en bouteilles sans filtration. On a de la finesse au nez, mais j’ai du mal à l’apprécier en bouche en dépit (ou à cause) d’une attaque vive et mordante. Il faudrait à mon avis le décanter deux heures avant le service (50 €).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Isole e Olena

Débarqué en 1976 après avoir quitté le Piémont et ses vignes familiales, Paulo de Marchi s’est vite rendu compte que le schéma qu’on lui proposait ici – le Sangiovese associé aux cépages dits « internationaux » – n’était guère malin, qu’il manquait de finesse et d’authenticité. Songez que l’on pouvait même à l’époque l’associer à des raisins blancs ! C’est donc tout naturellement qu’il est devenu l’un des plus ardents défenseurs du cépage toscan largement représenté aujourd’hui dans sa propriété de près de 300 ha, dont 49 ha en vignes. Mais il n’a pas pour autant arraché sa Syrah (qui donne un vin fin, mais aussi dense et tannique), son Pinot Noir ou son Chardonnay, cépages récréatifs à ses yeux. Avec son épouse argentine, Marta, on sent que l’accueil au domaine fait partie des gènes : inlassablement, ils expliquent leurs vins et justifient leurs choix avec passion. Et ils ne quittent jamais les visiteurs sans un passage dans la maison dédiée au vin santo, là où le raisin sèche lentement sur ses claies de roseaux. Environ 20 % du domaine est vendangé à la machine.

-Chianti Classico 2012 – Complètement sur le fruit, pas compliqué pour deux sous, voilà un Sangiovese dense, équilibré et long en bouche. Un régal !

-IGP Toscana « Ceparello » 2011 – Ce « super toscan » de pur Sangiovese qui porte le nom du petit ruisseau au fond de la vallée, séduit immédiatement par sa fraîcheur, son expression enjouée et ses petits tannins presque délicats. Mais ce n’est pas qu’un vin d’apparence facile : dense, il vous transporte en profondeur et il n’est pas prêt de dire son dernier mot. Mon coup de cœur de la tournée !

-Vin Santo del Chianti Classico 2005 – Ample, frais et structuré, ce vin d’ambre vendu en petits flacons offre une finale légèrement fumée. La Malvasia domine ici à 60 %, le reste étant l’apanage du Trebbiano.

Michele Smith

Maintenant, ça va être l'heure du caffe ! Photo©MichelSmith

Maintenant, ça va être l’heure du caffe ! Photo©MichelSmith

 


5 Commentaires

Deux beaux Saumur-Champigny

A Saumur-Champigny, il y a en gros deux sortes de cuvées. Les cuvées tradition, qui jouent la carte du gouleyant et du fruité, du plaisir immédiat – un peu comme les Saint Nicolas de Bourgueil. Et puis il y a les cuvées plus charpentées, plus portées vers la garde, un peu à l’image de certains Chinon.

IMG_5464

Douceur angevine… ou plutôt saumuroise (Photo (c) H. Lalau 2014)

Je dis « un peu », parce que toute classification a un côté simplificateur.

Ceci étant posé, les deux cuvées qui suivent appartient plutôt à la deuxième catégorie, bien qu’elles ne manquent pas de fruité.

La première, c’est Les Adrialys, du Domaine Saint Vincent.

C’est le vin du Président des Vignerons de Saumur-Champigny, Patrick Vadé. Un des rares vignerons implantés sur le territoire de la commune de Saumur. Son domaine compte 35 ha, qui font la part belle au fameux tuffeau des collines des bords de Loire.

Outre le fruit déjà mentionné (framboise, surtout), Les Adrialys fait montre d’un caractère bien trempé – comme son auteur; il est généreux mais un poil rugueux. La marque de raisins de qualité, d’une macération poussée et d’un bel élevage (un an). Tout ça nous donne de beaux tannins soyeux, juteux mais serrés, une finale ferme avec un poil de salinité tout au bout.

Tiens, on s’en reverserait bien un verre…

IMG_5413

Un conseil à suivre…

La seconde cuvée est celle de Clotilde LegrandLes Terrages.

Héritière d’une dynastie vigneronne dont les premières traces remontent au 17ème siècle, Clotilde a repris le domaine familial à Varrains. 15 hectares presque totalement voués au Cabernet Franc, et répartis entre 20 parcelles (sur 5 communes). Toujours aidée de ses parents, elle élabore plusieurs cuvées de Saumur-Champigny dont ces Terrages, dont l’étiquette arbore fièrement la reproduction d’une scène de chasse.

Faut-il le servir sur un gibier? Pas nécessairement. Avec ses tannins bien présents, mais souples, avec son nez de framboise et de griotte, avec sa fluidité qui évoque le velours des robes de genres dames, il conviendra aussi bien à la charcuterie qu’aux viandes rouges, à la volaille ou aux venaisons.

Vin joyeux mais assez robuste, il est l’archétype du Saumur-Champigny de plaisir concentré – mais qui voudrait se prendre la tête avec du vin, mis à part quelques dangereux psychopathes étiqueto-centrés?

Je préfère de loin le beau slogan de l’appellation: « Moments partagés ».

Hervé Lalau

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 292 autres abonnés