Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin


Un commentaire

#Carignan Story # 240 : Allez Maury !

En 1997, après des études viticoles et œnologiques en Avignon, le jeune Julien Fournier décide de reprendre le domaine familial à la suite de son père, Jean, alors officier de marine. Julien augmente modérément la surface d’un domaine qui livre la totalité de sa récolte à la Cave des Vignerons de Maury, dans les Pyrénées-Orientales, coopérative qui se trouve à proximité de sa maison.

En 2002, il s’offre la possibilité de prendre une part d’indépendance et de tenter l’expérience d’une cave particulière, le Domaine de Serrelongue, en ne vinifiant grosso modo que le tiers de l’exploitation. Aujourd’hui, il ne regrette nullement ce choix : «J’ai de la chance, car c’est grâce à la coopérative que je peux vivre tout en me faisant plaisir», avoue-t-il en toute franchise.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Sur les 30 ha repris entre Tautavel et Maury, Julien a rajouté 10 ha et se garde aujourd’hui 7 ha de vieilles vignes principalement sur schistes, vignes qu’il travaille aux chenillards en culture dite «raisonnée», pour les vinifier par la suite et les mettre en bouteilles chez lui. Parmi ces vieilles vignes, bien entendu, Julien peut compter sur 3 ha de Carignan car certains vignerons maurynates ont eu la présence d’esprit de ne pas écouter les «experts» et donc de ne pas les arracher comme on le préconisait avec force dès la fin des années 80. Bien leur en a pris, car on sait désormais que ces valeureux ceps contribuent aujourd’hui à parfaire la renommée identitaire de la Vallée de l’Agly.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Outre ses Maury et ses blancs en Côtes Catalanes, plusieurs Côtes du Roussillon Villages complètent la gamme, dont un séduisant Carigno (officiellement jusqu’à 70% carignan) acheté 6 € l’autre jour dans la boutique Côté Cave ouverte par un jeune couple à Thuir. Pour ce prix-là, j’avoue que l’on pourrait laisser passer quelques défauts, se montrer indulgent quant à la matière ou pardonner un élevage maladroit. Or il n’en est rien: ce jeune vin de 2013, vaillant au possible, mais aussi chaleureux, ample et généreux, très marqué par les essences de garrigue, se montre aussi complet, fruité, et capable d’affronter dès les mois d’hiver la cuisine de gibiers à poils, une daube de taureau ou de joues de porc, ainsi qu’un roboratif coq au vin. On peut aussi choisir de le faire patienter 5 ans dans une bonne cave pour lui proposer par la suite un beau gigot d’agneau ou un sauté de veau.

Michel Smith

PS. Un peu de pub : Pour les rares lecteurs qui suivent mon activité de petit vigneron associé à 6 camarades autour du Puch, à Tresserre, nous avons vendangé notre Carignan samedi dernier en une matinée par un fort beau temps calme. Récolte satisfaisante (autour de 15 hl/ha) et degrés honnêtes (autour de 13°) avec de belles grappes pour la plupart, certaines (10 %) commençant à être atteintes de pourriture. Par endroits un petit tri à la vigne s’est avéré nécessaire. Mais dans l’ensemble, nous nous en sortons pas mal.

Pour l’heure, nous mettons en vente le 2013 : 9 € départ cave. Qu’on se le dise !

 


Poster un commentaire

#Carignan Story # 238 : Au nom de… Zéphirin !

 

120x120-000000-80-0-0http://www.deezer.com/track/66112098

Au nom de qui, au nom de quoi, je vous le demande ? Au nom du Carignan, bien sûr ! Du moins si j’en juge par cette cuvée du Domaine In Nomine qui consacre à sa manière de valeureuses parcelles de ce vieux cépage – ici les ceps frisent les cent ans – sur des terres argilo calcaires du côté d’Opoul, le dernier village des PO, juste à la frontière de l’Aude, sur la partie des Corbières tournée vers le Golfe du Lion et la chaîne des Pyrénées. Mais surtout, plus que tout, au nom de Zéphirin, l’arrière grand-père qui a probablement lui-même planté ces vignes de Carignan que Cyril Lambert retape avec l’aide de sa compagne Sophie.

La forteresse d'Opoul. Photo©MichelSmith

La forteresse d’Opoul. Photo©MichelSmith

Une fois le décor planté, et dieu sait qu’il est encore plus spectaculaire que vous ne pouvez l’imaginer, il reste le vin. Un Côtes Catalanes 2011 vinifié visiblement avec soins à partir d’une vendange non éraflée, des grappes très mûres, foulées aux pieds et longuement macérées… Le genre de travail que l’on ne peut faire que si l’on a de beaux raisins. Ce fut le cas par évidence cette année-là où le vin a été élevé douze mois en barriques de chêne français et mis en bouteilles sans filtration. Que voulez-vous, ces jeunes aujourd’hui ils sont un peu fous et il y a fort à parier que le Zéphirin, l’ancêtre, aimerait bien partager cette cuvée.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Évidemment, je n’ai pas un portrait du papé, mais c’est en pensant tout de même un peu à lui qu’à deux reprises – une fois dans ma salle de dégustation, une autre fois aux Indigènes, l’un des bars à vins les plus en vue de Perpignan – j’ai pu saisir ce vin. La première fois, en dépit d’une grande finesse au nez, je l’ai trouvé un peu dur en bouche, disons vert, anguleux. Lui ou moi n’étions pas prêts à nous rencontrer et, ce matin-là, j’avais juste noté que j’avais en face de moi « un petit monstre ». Quelques semaines plus tard, ayant oublié mes premières impressions, je le goûtais sur des petites assiettes de choses et d’autres et je l’ai trouvé beaucoup plus civilisé, plus fréquentable, plus complet aussi, plus cool diraient les winies d’aujourd’hui. Il vaut tout de même 24 euros la bouteille. Mais bon, vieilles vignes, petits rendements, élevages soignés, etc… je ne vous ferais pas l’injure du discours complet puisque, quoiqu’il en soit, c’est un très beau vin.

Michel Smith


2 Commentaires

#Carignan Story # 237 : Notre tonneau

C’est un bonhomme fort sympathique qui m’a gentiment abordé l’autre jour alors que nous étions en train de célébrer la fin du deuxième mandat de notre ami, l’ancien maire de Calce, Paul Schramm, lors d’un pince-fesse tout ce qu’il y a de plus républicain. Raymond Manchon, qui travaille plus de 20 ha en bio, dont quelques hectares de Carignan pour le compte de la cave des Côtes d’Agly, à Estagel, m’est d’emblée apparu comme un parfait défenseur de ce cépage. « En plus de ce que je porte à la coopérative, me dit-il, j’ai sauvegardé deux parcelles soit 32 ares de vieux Carignans pour un vin que je baptise sous le nom de Bota Nostra, notre tonneau si vous préférez. Si vous voulez, je vous fais livrer deux bouteilles. Et vous me direz ce que vous en pensez » !

C'est dans ce décor féérique que Raymond s'attache au Carignan. Photo©MichelSmith

C’est dans ce décor féérique que Raymond s’attache au Carignan. Comme on le comprend ! Photo©MichelSmith

Sitôt dit sitôt fait, j’ai reçu les bouteilles – deux millésimes – il y a plusieurs mois. Et j’ai attendu, attendu que ma liste d’attente, justement, se libère. Chose faite aujourd’hui. J’ai donc pu enfin goûter ces vins avec bonheur et sur trois jours. Le premier est un formidable 2010 non filtré provenant d’une vigne plus que centenaire de 10 ares sur une parcelle argilo calcaire parsemée de grosses pierres de dolomie comme on peut le voir sur la photo. Tiré à moins de 400 bouteilles, c’est pour moi le plus complet : épais, dense, cassis, il a tendance à « pinoter » dans le verre après aération au bout de 48 heures.

La vigne et ses grosses dolomies. Photo©Raymond Manchon

La vigne et ses grosses dolomies. Photo©Raymond Manchon

Ce Vin de France, dont il reste encore quelques exemplaires, est vendu directement « au garage », autour de 10 €, chez Raymond Manchon qui habite du côté de Tautavel. L’autre vin, un 2011, provient d’une parcelle de 20 ares où les vieux Carignans se sont enracinés sur un sol de schiste recouvert de graves sur lequel Raymond a aussi planté 50 chênes truffiers. Toujours non filtré, je l’ai au départ trouvé un peu dur. Mais la fermeté de ses tannins s’est assouplie au bout de deux jours et, en dehors d’une très légère amertume, il a accompagné avec fierté la côte de porc fermier à la sauge que j’avais préparé à son intention.

 Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Les coordonnées de Raymond : 06 30 42 23 48… Ou par courriel : bota.nostra@orange.fr 

Michel Smith

 


Un commentaire

Les 5 de l’été: mes rouges

Quelle bonne idée il a eue là, l’ami David, de nous donner son quinté des blancs de l’été, ne serait-ce que pour nous changer du rosé.

Je le rejoins à 100% dans sa dénonciation des modes, des habitudes, du « must drink ».

Et j’irai même plus loin. Soleil ou pas, je n’arrête pas de boire du rouge, et même du rouge solide.

Quand il fait très chaud, bien sûr, je ne chambre pas mes vins; je les rafraîchis un peu, au contraire; pas au point de les servir glacés, ce qui leur ôterait trop d’arômes et rendrait leurs tannins insupportables. Mais je les passe tout de même au frigo « le temps qu’il faut ». Il est plus facile d’attendre qu’ils se réchauffent que de les refroidir dans le verre!

Et puis, il faudrait parler d’une autre fraîcheur que celle de la température – la fraîcheur qui vient du vin lui-même, la fraîcheur qui équilibre l’alcool, et parvient même, dans certains vins, à vous la faire oublier.

Ceci pour vous expliquer que vous trouverez dans ma sélection, mon quinté, des produits pas vraiment conçus pour la terrasse ou pour le barbecue, et même des vins qu’on associerait plutôt avec une bonne daube au coin du feu, par une soirée de neige. Et pourtant…

IMG_4331

Si vous voulez vous donner la peine de me suivre au château… (Photo André Devald)

Cahors Château de Cayx 2011

Ce n’est pas tous les jours qu’on boit le vin d’un Prince, fût-il de Danemark. Mais ce n’est pas ça qui a dicté mon choix – plutôt le plaisir de revoir cette propriété au sommet.  La qualité n’a pas toujours été au niveau de la réputation, dira-t-on dans un vigoureux euphémisme. Les résultats obtenus par l’équipe de Guillaume Bardin et Alexandre Gélis, en à peine deux ans, sont impressionnants. Et pas seulement dans les cuvées de prestige.

Bon, la cuvée Royale est époustouflante, mais un peu chère. Alors je me suis rabattu sur la cuvée Château. « Elle est issue d’une sélection parcellaire de deuxièmes et troisièmes terrasses et éboulis », m’a dit M. Gélis. J’ai fait: « D’accord », avec un air entendu qui ne trompait personne. Et puis j’ai mis mon nez dans le verre. C’était princier. Épicé, fruité (noir, bien sûr, à Cahors), avec une touche de prune; le bois était bien intégré, la bouche longue, veloutée, la finale pleine de…  noblesse, avec une touche de violette – comme si le Prince Henri avait mis une fleur à la boutonnière de son habit. Pour une vingtaine d’euros, moi, je faisais partie du Gotha… des journaleux du vin.

Cavalier Pepe Taurasi Riserva Loggia del Cavaliere 2007

On change de pays, de vignoble, de cépage, nous voici sur les pentes des Apennins, à mi-chemin entre Mer Adriatique et Mer Tyrrhénienne.
Les vignes, discrètes, sont disséminées entre bosquets et cultures. C’est pourtant là que naît un des plus grands vins du Sud du l’Italie, le Taurasi.

Son seul défaut, sa coquetterie, c’est d’être souvent très long à se faire – quand il se fait. Mais pas ici – Cavaliere Pepe semble avoir trouvé le secret de l’Aglianico mûr, et accessible. Il n’est pas tombé dans le piège de l’extraction. Ce domaine d’une cinquantaine d’hectares se répartit en plusieurs parcelles, aux abords du très joli village de San Angelo all’Asca.

Cette cuvée haut de gamme présente de belles notes de marasquin, de fleurs et d’épices douces, presque orientales; sa bouche est juteuse, ample et pourtant très directe – la charpente acide nous guide sans faillir jusqu’à l’explosion finale, un giflée de cerises noires et un peu de pain grillé. Le vin a séjourné 18 mois en barrique, mais il n’a rien de corseté. 100% Aglianico.

IMG_3290

Clos d’Alzeto Ajaccio Rouge 2012

On ne visite pas ce domaine par hasard, c’est le plus haut de Corse, et vous aurez votre quota de virages avant d’y arriver. Mais l’endroit est si beau qu’on oublie vite; et encore plus vite quand on porte le verre à son nez et à ses lèvres.

Est-ce le dépaysement? Je pense à une mondeuse, voire à une syrah. Le poivré, le fumé, la fraîcheur. Mais mettons un peu d’ordre dans tout ça. Le nez démarre sur la fraise et la groseille bien mûres, puis on passe sur la réglisse et les herbes du maquis; en bouche, un peu de menthe prend le relais, c’est étonnant de précision, de finesse et de vigueur à la fois. Très beaux tannins, une pointe de sel en finale, hem, on en reprendrait bien une lampée. 17/20

70% schiaccarello, 20% grenache et 10% nielluccio.

IMG_4012

Coume Majou Cuvée du Casot 2009 Côtes du Roussillon Villages

Peut-être la meilleure cuvée que j’ai jamais goûtée de l’ami Charlier – complexe, charnue, épicée, très aboutie, des tannins superbes, du caractère, et aussi beaucoup de fruit. Sauf que j’adore aussi sa cuvée L’Eglise, dans un style plus simple, peut-être, mais tellement séduisant. Mes lectrices me pardonneront, j’espère, la comparaison, mais je n’ai jamais pu décider si je préférais une femme en robe de soirée ou en bain de soleil.

Et à ceux qui me penseraient que je fais du copinage, je précise que j’ai acheté ce vin (c’est le seul de mon quinté, d’ailleurs).

Casotété

Le fameux casot de la cuvée du même nom

Porto Barros Colheita 1966

Je termine par une sorte d’Ovni. La Colheita est aux Portos oxydatifs ce que le Vintage est aux Portos obtenus en milieu réducteur: une cuvée millésimée. Pas tous les ans, seulement les bonnes années.

La robe, plutôt dense, présente de belles nuances de feu. Le nez évoque le raisin sec, l’abricot sec, le café; la bouche est bien équilibrée, le sucre et l’alcool étant très bien fondus; les épices (fenouil…) la finale est saline, avec des notes de menthe et de gingembre. Cette fraîcheur est étonnante pour un vin de cet âge. Mise en bouteille: 2013.

Bien sûr, ce vin là n’ira pas au frigo. Il sera réservé à la soirée, un peu à la fraîche. Il sera ouvert un peu à l’avance, aussi. Et rebu régulièrement, jusqu’à l’obtention d’une bouteille parfaitement vide. Tiens, déjà?

Hervé Lalau

PS. Je m’aperçois que mes 5 vins viennent de terroirs du Sud, majoritairement méditerranéens. Ce n’est pas fait exprès. Mais j’assume. C’est là, sans doute, actuellement, que je trouve mon meilleur rapport plaisir-vin.

PS 2. Je vous souhaite de belles vacances, si vous avez la chance d’en prendre, et de bonnes dégustations.


Poster un commentaire

#Carignan Story # 228 : Rien à voir avec des Romains, ce sont des Romarins…

Nul doute que Cylia et Laurent Pratx sont fiers de présenter leur premier cent pour cent Carignan. Basés pour l’instant dans une vieille demeure de Rivesaltes en bordure d’Agly avec leurs quatre enfants, ils vont s’installer dans un avenir proche en plein cœur du vignoble d’Espira-de-l’Agly. Ce jeune couple débordant d’enthousiasme pour leur Domaine Serre Romani (montagne des romarins) qui s’étend jusqu’au territoire du cru Maury, a la vigne pour porte-étendard, mais aussi l’olivier et l’abricot pour arrondir les fins de mois difficiles. La juste maturité du fruit, ils connaissent et, si elle s’exprime à merveille et avec panache dans un pur Grenache noir (9,90 €), une cuvée Providence de vieilles souches, elle se ressent aussi dans ce 2013 de belle extraction dédié au Carignan Catalan comme ils le stipulent avec force, et commercialisé à 7,50 € départ cave.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pour ce premier millésime d’IGP Côtes Catalanes issu de Carignans plutôt anciens plantés sur les terres noires du secteur d’Espira-de-l’Agly, l’accent est mis sur la souplesse, la facilité. Tout en étant léger, le vin ne manque pas de chaleur. Ni de fruit : pur jus de chair de bigarreau en l’occurrence. Histoire de corser le tout, de petits accents tanniques et grillés viennent titiller le vin, comme pour l’encourager à marquer encore plus le palais. Ça se boit plutôt frais et sans tralala sur un poulet grillé au dessus de la braise avec force de romarin ou de thym. Les romarins ? Je les connais bien, eux qui fleurissent en pagaille de l’hiver au printemps dans cette vallée de l’Agly. On aimerait juste un peu plus de structure acide, un peu plus de peps comme disent les cuisiniers, pour le faire accompagner un thon saignant revenu de la planxa en une sorte d’aller-retour réglé avec maestria et minutie. Pour ma part, je l’ai trouvé fort à mon goût sur le couscous de poulet avec boulettes et courgettes fondantes. Bel été !

Laurent Pratx, heureux vigneron. Photo©MichelSmith

Laurent Pratx, heureux vigneron. Photo©MichelSmith

Michel Smith


3 Commentaires

#Carignan Story # 222 : de Fenouillèdes en Arabesques

Tout ce que je sais à propos de ce nouveau domaine des Fenouillèdes se trouve ici, sur le site My Major Company. Saskia Van der Horst, même pas 30 ans et déjà propriétaire d’un petit domaine d’à peine 5 ha, sur Montner, doit être hollandaise… ou belge, sauf qu’elle parle français comme vous et moi et que forcément ce genre de détail sur sa nationalité ne se remarque pas lorsqu’on lui parle de vive voix. Il me semble avoir goûté un de ses vins l’autre soir au Via del Vi, un fameux bar à vins de Perpignan. Il s’agissait des Champs d’Andrillou, à majorité grenache noir avec 40 % de carignan, un Côtes du Roussillon Villages tout en fraîcheur. J’ai cru au départ que c’était un Carignan pur, mais en revenant dessus 48 heures après, je me suis dit que ce n’était pas le cas en dépit de cette belle acidité qui le rendait si aimable et joyeux.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le millésime 2013 marque la première vendange de Saskia. Elle a de la chance car c’était une bonne année. Avec ses vins présents en trois lieux différents sur Perpignan, Salsia m’a indiqué par téléphone que je pouvais aussi acheter son Côtes Catalanes presque pur Carignan (90 %) Le Roi Pêcheur à la Maison Guilhot, Place des Poilus ou, à deux pas de là, aux Indigènes, un autre bar à vins tenu de mains de maître par l’ami Nicolas Lefevre. Chose faite, pour la modique somme de 13 euros.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Robe sombre, bouche ferme, fruit très mûr en rétro olfaction (cerise et mûre), tannins présents mais pas méchants, on sent cependant que le vin a besoin d’un petit coup de pouce avant de pouvoir se livrer totalement. Plus d’aération ? Douze heures après, la finale devient assez poivrée et chocolatée. Et manque de fraîcheur, ce qui accentue mon peu d’enthousiasme du début. Dans l’ensemble, rien de franchement désagréable. Je ressens la matière, mais j’ai juste un manque flagrant, d’allant, d’entrain. Même si je ne sens pas particulièrement le bois neuf, je me demande si ce n’est pas un excès de cuvaison boisée qui masque la clarté de ce Carignan. Dommage. Peut-être que le mieux serait de l’attendre… au moins 3 ans. Mais du coup, je ne garantie rien. Pour le moment, c’est un vin en demi-teinte.

Michel Smith

PS. Pour ceux qui connaissaient et qui aimaient, eh bien le Bistrot des Crus, à Perpignan, c’est fini. On ne goûtera plus la généreuse cuisine de Maïté servie avec les bons petits vins de la région. Dommage, mais ainsi va la vie. On s’y était tant régalé, fallait bien que ça s’arrête un jour…


3 Commentaires

#Carignan Story # 221 : les Danjou n’ont rien d’angevins.

Les frères Danjou sont de sacrés vignerons. Non seulement leurs vins commencent à avoir la grosse cote bien au-delà des frontières du Roussillon, à commencer par leur rancio sec que je boirai volontiers jusqu’à la lie, comme je l’ai déjà dit ici, en tirant sur mon cigare du Dimanche soir, mais leurs cuvées de Carignan agissent sur moi de manière radicale puisqu’elles me font l’effet d’une bombe. Seuls leurs prix de vente peuvent me retenir ! Et encore… Ne recevant pas de subventions pour en parler, je goûte leurs vins aux hasards des dégustations plus ou moins sauvages auxquelles ils participent volontiers. La dernière avait pour cadre les anciennes caves Gauby, à Calce, où ils étaient les invités de Lionel à l’occasion de la désormais légendaire journée des Caves se Rebiffent.

En cadrant leur camarade Fabrice Magniez, de gauche à droite, Benoît et Sébastien Danjou. Photo©MichelSmith

En cadrant leur camarade Fabrice Magniez, de gauche à droite, Benoît et Sébastien Danjou. Photo©MichelSmith

Sébastien Danjou et son frère Benoît, représentaient donc le Domaine Danjou-Banessy et, à les voir comme ça, je me disais qu’ils n’avaient rien d’angevins. Balaises, ils trônaient là, dûment casquettés en compagnie d’un troisième homme, un placide Bourguignon nommé Fabrice Magniez. Le genre de comité d’accueil plutôt glacial malgré quelques rares sourires esquissés. Non, je blague car les frères Danjou, en dépit de leurs hautes statures et leurs sourires en coin, sont plutôt timides. Et ils restent des gens charmants… en toutes circonstances.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

En attendant de goûter un jour au cinsault (cépage rare dans le Roussillon), deux carignans m’attendent : l’un gris, l’autre noir, tous deux issus de vignes plantées sur les « terres noires » d’Espira-d’Agly, non loin de Perpignan. Ces terres sont en réalité des débris ou des miettes, parfois de la poudre, de schistes noirs déposés en couches plus ou moins profondes sur un socle plutôt calcaire. Ecore une de ces curiosités géologiques dont le Roussillon a le secret sur des terrasses occupées par des domaines connus comme le bien nommé Mas Crémat ou le Vieux Chêne.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le gris, version IGP Côtes Catalanes 2012 La Truffière donne un blanc dense et solide, bien structuré, bien balancé aussi, un vin fort long en bouche, riche en matière qui, n’en doutons pas, va gagner en complexité si on prend la peine de le conserver encore 4 à 5 ans. Il semble qu’il y ait du bois, mais tout cela est fort bien maîtrisé par des élevages en fûts de plusieurs vins et plutôt de grands contenants. Moi, je le verrais bien sur une potée de poissons de rivière, mieux encore sur une matelote d’anguilles, de celles que l’on trouve dans les étangs de Canet, par exemple. Mais ça devrait aussi pouvoir accompagner des escargots grillés aux sarments de vignes.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Le rouge Côtes du Roussillon Villages 2012 Les Myrs provient d’une vieille vigne d’un hectare très majoritairement carignan, de celle que l’on ne peut travailler qu’à la pioche tant elle a été marcottée par les ancêtres. Très respectueux de ce travail, les Danjou ne remplacent les manquants qu’avec des sélections massales. On retrouve la fermeté légendaire des vieilles vignes avec cette empreinte pierreuse pour ne pas dire minérale assez prégnante au palais. Là aussi, il va falloir attendre au moins 5 ans et prévoir une gigue de chevreuil ou d’izard pour l’accompagner.

Pour info, le premier vin est à 28 € départ cave, le second à 29 €.

Michel Smith

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 10 859 autres abonnés