#Carignan Story #155 : En avant la tribu !

Comme une suite logique au road-movie qui nous menait l’autre dimanche du côté de Pézenas, voilà que je suis de nouveau parti sur cette D.13, celle qui file vers Faugères via Roujan, cette même route dont je vous parlais dans un article récent traitant du Domaine de Cadablès. Mais l’avez-vous au moins lu ? Cette fois-ci, peu après Pézenas, on vire à droite pour aller vers Caux, puis vers Fontès. Le Domaine Allegria est bien fléché, mais mieux vaut pourtant rouler piano tant il est vrai que lorsque l’on navigue sur ce ruban campagnard de plus en plus étroit, on est comme zlatané par la beauté du paysage. En approchant de Fontès, on se dit que le secteur est truffé de domaines connus (Sain-Jean de Bébian, Les Aurelles, Lacroix Vanel, Magellan…), qu’il ne doit pas y avoir de hasard, qu’une fois de plus on est au cœur d’un grand terroir et que l’on ne sera pas déçu par le voyage.

Une simple pancarte... Photo©MichelSmith
Une simple pancarte… Photo©MichelSmith

À l’approche d’une belle cave tout ce qu’il y a de plus contemporaine, une pancarte m’apprend discrètement que j’arrive dans le fief d’une tribu, celle des d’Aboville, la même famille que celle du navigateur et rameur en solitaire des années 80. Un jeune couple, Delphine et Ghislain – prononcez « Ghuilain » – m’ouvre les porte d’une cave encore plus contemporaine qu’elle est fonctionnelle : d’un côté la cuverie en béton non revêtu et tout ce qui va avec, de l’autre une lumineuse salle d’accueil et de dégustation, et au fond, un chai climatisé avec ce qu’il faut de futaille.

Une cave moderne, de style contemporain. Photo©MichelSmith
Une cave moderne, de style contemporain. Photo©MichelSmith

La tribu en question ne serait pas complète si on n’ajoutait pas 5 enfants, un associé de poids, du moins pour la partie viticole, Roberto de la Mota, « Argentina’s star winemaker » comme le dit si bien The Wine Spectatorsans oublier une troupe d’associés amis et membres de la famille (23 au total) qui sont devenus, depuis le premier millésime en 2008, de véritables ambassadeurs de la cause du Languedoc. Ghislain d’Aboville, s’il n’agit pas en capitaine, est le véritable meneur de cette bande dédiée au vin. Ses états de services plaident en sa faveur : après avoir passé quelques années chez Veuve Clicquot, une année d’études à l’Agropolis à Montpellier, quelques vinifications assurées dans les domaines vedettes du Pic Saint Loup, plusieurs mois à Mendoza chez Roberto de la Mota, après avoir cherché un vignoble dans le nord de l’Espagne, c’est dans ce coin du Languedoc qu’il a trouvé 9 ha d’un seul tenant acheté à l’ancien directeur de la cave coopérative de Caux.

Delphine et Ghislain, chefs de tribu. Photo©MichelSmith
Delphine et Ghislain, chefs de tribu. Photo©MichelSmith

Très portée sur la syrah au départ, la propriété, désormais certifiée en biologie, accorde plus de place aux cépages autochtones. J’ai pu goûter trois millésimes de « Carignan Gourmand », une cuvée IGP Pays de Caux élaborée à partir de vignes dressées sur fil, un demi hectare au total, sur graves du Villafranchien.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un 2008 fin et chaleureux, un peu trop boisé à mon goût (100 % barriques d’un vin), corsé, marqué par le fruit, l’acidité venant en finale. Le 2009 est un peu dur à l’approche, puis on sent de la rondeur, mais aussi une certaine lourdeur. Équilibré, 2010 est plus frais, mais un peu moins long en bouche. Mis en bouteilles vers Juin de cette année, avec seulement 20 % de bois, 2011 s’annonce déjà riche et corpulent. Élevé 15 mois en moyenne, le « Carignan Gourmand » est commercialisé 14 € départ cave.

Michel Smith

4 réflexions sur “#Carignan Story #155 : En avant la tribu !

  1. Je suis en train de concocter un petit article sur l’importance d’une bonne étiquette et d’un bon nom pour un vin. « Allegria, Carignan Gourmand » figurera sans doute dans mes préférences.

    J'aime

  2. Alain Drillat

    « … dont je vous parlais dans un article récent traitant du Domaine de Cadablès. Mais l’avez-vous au moins lu ? »
    Ben oui… :-)))
    Et avec intérêt.
    Perso, j’ai découvert que le vin rouge pouvait être bon grâce à des Corbières et autres Fitou qu’un ami originaire de là-bas (Villemoustaussou) m’a fait connaître, il y a, pfff… un certain temps (1987)…
    Avant je ne connaissais en rouge que les vins de ma région, la Savoie, donc des mondeuses à l’ancienne avec des tanins verts, rêches, et sans fruit.
    Ensuite j’ai voulu en savoir plus, et j’ai donc investi dans un certain livre de la collection « Le Grand Bernard de France » : « Corbières », écrit par un dénommé – je le cite pour les lecteurs de tes articles qui ne le sauraient pas – Michel Smith…
    Donc je me suis fendu de ce commentaire parce que tu m’as semblé être dans le doute (« suis-je lu ? ») pour te rassurer : oui tu es lu et avec intérêt. (Et pareil pour les 4 autres membres de ta… comment vous qualifier ? tribu ? :-))) Mais, nous lecteurs, n’écrivons pas forcément un commentaire parce qu’on estime ne pas avoir grand chose d’intéressant à rajouter, je pense.
    Voilà.
    Longue vie à tes articles et à ceux des « 5 du vin ».

    J'aime

  3. Denis Boireau

    Mais oui, Michel, tu es lu, et on aime tes articles. (dans ce cas, lu avec retard because trop de boulot ces derniers temps…).
    Un petit truc qui pourrait encore ameliorer ta rubrique carignanesque: pourrais-tu preciser si les vignerons que tu nous recommande ont des cavistes attitres en region parisienne et dans les autres grandes villes malheureusement eloignees du merveilleux Roussillon?
    Merci d’avance!
    Denis

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.