Florent Baumard marque contre son camp

ImageFlorent Baumard@Le Salon des Vins de Loire 2012

Il est grand temps pour les Baumard de renoncer à leur recours contre le Grand Cru Quarts de Chaume – celui-ci devient à la fois grotesque et absurde.

Florent Baumard a décidé de déclarer presque 80 hectolitres de Quarts de Chaume 2012, sur 4 hectares de vigne, dans une année où il est s’est avéré virtuellement impossible d’en produire plus que de toutes petites quantités (et seulement en retardant la vendange jusque au mois de novembre). Ceci disqualifie les Baumard et leur recours en annulation du décret du Grand Cru Quarts de Chaume, recours déposé devant le Conseil d’Etat. Pour rappel, ce décret, sur lequel les producteurs de l’appellation ont pu se prononcer démocratiquement, a été homologué par l’INAO et est entré en vigueur en novembre 2011.

(Pour plus de détails, voir la série de billets récents publiés sur Jim’s Loire – ici (http://jimsloire.blogspot.pt/2013/02/baumards-frozen-miracle.html), ici (http://jimsloire.blogspot.pt/2013/02/baumard-quarts-de-chaume-2012-ou-le.html ) et ici (http://jimsloire.blogspot.pt/2013/02/horsemeat-and-baumards-quarts-de-chaume.html.)

La décision de Florent démontre que le recours déposé par les Baumard n’a d’autre motivation que leur désir de protéger, de manière mesquine et égoïste, leur avantage commercial, et non une quelconque opposition de principe au premier Grand Cru de la Loire.

Leur principale objection au décret réside dans l’interdiction de la  cryoextraction (à partir de 2020), ou, comme ils préfèrent l’appeler, la cryosélection. Si l’on en juge par les preuves réunies en 2012, la cryoextraction a permis aux Baumard de produire un bon «Quarts de Chaume» à partir de rendements élevés et de raisins présentant un degré d’alcool potentiel inférieur au minimum requis par le décret (et l’on peut penser que fut déjà le cas pour bon nombre d’autres millésimes).

Florent Baumard est très certainement un technicien très compétent, et sa grande maîtrise de la cryoextraction lui permet à présent de produire des vins doux de qualité, tout en déclarant des volumes juste à la limite du plafond autorisé. Malheureusement, savoir quelle proportion des Quarts de Chaume des Baumard respecte vraiment l’authenticité du produit n’est plus qu’un question de pure rhétorique.

De prime abord, il peut sembler extraordinaire que Florent Baumard ait décidé de déclarer une telle quantité de Quarts de Chaume en 2012. Espérait-il pouvoir s’en tirer comme ça?

S’il avait choisi de déclarer 25 à 30 hl, il y aurait peut-être eu quelques haussements de sourcils, mais la supercherie aurait été difficile à mettre en évidence.  Cependant, la ligne de défense de Florent est fortement affaiblie par l’état des raisins lors de la vendanges – selon une source bien informée, ceux-ci ont bel été bien  été récoltés en dessous de la maturité requise. La «surmaturité»  n’a été obtenue que grâce à la cryoextraction, dans la cave  du Domaine des Baumard, à Rochefort.

Image

Surmaturité?

Baumard, Quarts de Chaume: photo: le 9 octobre 2012.

1er passage le 15/16 octobre; 2eme: 25 octobre   

Florent et Jean Baumard ayant monté un dossier légal contre le décret Quarts de Chaume Grand Cru, ils ne peuvent pas ne pas être familiers du nouveau cahier des charges. Même si la cryoextraction est toujours autorisée en Quarts de Chaume (jusqu’en 2020) , ils cavent très bien que les raisins doivent être vendangés à surmaturité (18,5% d’alcool potentiel à chaque passage dans le vignoble). Et donc, que cette surmaturité minimale doit s’obtenir à la vigne et non dans le congélateur; à ce égard, le décret de 2011 est explicite:

Quarts de Chaume: Cahier des Charges 22.11.2011

VII – Récolte, transport et maturité du raisin

1 Recolte

a) Maturité du raisin

Les vins sont issus de raisins récoltés à surmaturité (concentration naturelle sur pied avec présence ou non de pourriture noble).’

Ce serait une véritable farce si des producteurs avaient le droit de récolter des raisins à 11-12° d’alcool, puis d’augmenter le taux de sucre par cryoextraction jusqu’au minimum requis de 298 grammes par litre, pour finalement le vendre comme Quarts de Chaume.

Cependant, Florent a peut-être raison de penser que les Baumard peuvent faire ce qu’ils veulent, fixer leurs propres règles, apparemment en toute impunité. Mes photos illustrant les pratiques culturales du domaine n’ont certainement pas surpris grand monde parmi les vignerons du Layon, ni même les autorités viticoles locales. A croire que le nom de Baumard offre une sorte de protection magique, dont ne bénéficient pas les autres producteurs.

Quand Olivier Cousin (http://www.alicefeiring.com/blog/2011/10/olivier-cousin-enemy-of-the-loire-not.html ) met ‘Anjou’ sur les étiquettes de son vin de France, il est convoqué devant le tribunal. De même, dans le Mâconnais, Jean-Marie Guffens est accusé à tort de fraude (http://www.larvf.com/,vin-justice-guffens-bourgogne-macon-verget-repression-des-fraudes-douanes,10366,4024599.asp) et sa vie et celle de sa famille dévient un cauchemar.

Le cahier des charges de l’AOC Quarts de Chaume a prévu des exigences très détaillées en matière de taille, de nombre de grappes autorisées par plant, ainsi que de niveau de sucre minimum et de rendement par pied de vigne. C’est la responsabilité de l’INAO d’assurer que ces critères sont respectés. Mes photos suggèrent que le Domaine des Baumard ne les respectent pas, à plusieurs titres.

Au delà du cas particulier du Domaine des Baumard et de la tentative de faire passer des raisins de qualité inférieure pour du Quarts de Chaume 2012, la question vraiment fondamentale est de savoir si l’INAO et les Pouvoirs publics français sont disposés à faire appliquer leurs lois de manière rigoureuse ou non.

Si tel n’est pas le cas, les règlements d’appellations comme Quarts de Chaume Grand Cru offrent une riche (et douce) palette d’opportunités à ceux qui veulent tromper le consommateur.

Jim Budd

40 réflexions sur “Florent Baumard marque contre son camp

  1. Jim, tu as raison d’enfoncer le clou… Il est grand temps que nos réglementations vigneronnes mises en place par les vignerons eux-mêmes soient respectées. J’encourage nos Lecteurs de se pointer sur le site Jim’s Loire mentionné dans cet article. (Michel)

    J'aime

  2. Alain Leygnier

    Que soient ou non fondés les reproches à l’égard de Florent Baumard, je trouve que cette dénonciation publique, que cette leçon de morale, ont quelque chose de nauséeux…

    J'aime

  3. Hervé Lalau

    Vaste débat, Alain. Que peut ou que doit faire le journaliste, où s’arrête l’information et ou commence la délation? Je n’ai pas la réponse. C’est peut-être une question de morale personnelle.
    Dans le cas qui nous occupe, il n’y a pas mort d’homme, personne ne demande le lynchage de M. Baumard, ni même son arrestation, juste qu’il respecte un décret d’ordre administratif. C’est assez bénin. Et puis, c’est le vigneron et l’entrepreneur qui est en cause, pas l’homme, qui, jusqu’à plus ample informé, est sans doute un bon père de famille, une personne respectable avec laquelle on aurait plaisir à prendre un verre et à discuter champignons.

    Mais pourquoi donc les vignerons du cru – que dis-je, du Grand Cru, qui vivent du raisin et le connaissent bien mieux que nous, et qui ont vu les grappes des Baumard, ne réagissent-ils pas eux-mêmes, pourquoi faut-il que ce soient des journalistes qui fassent le sale boulot de tenter de faire appliquer des règles qu’eux-mêms se sont données? Et pourquoi, comme dit Jim, semble-t-il y avoir deux poids deux mesures dans notre belle démocratie, entre un Olivier Cousin et un Florent Baumard? Cette injustice-là ne mérite-t-elle pas d’être dénoncée?

    Même si nous nous trompons (ce qui est toujours possible), n’est-ce pas notre rôle de demander des explications, pour pouvoir expliquer nous-mêmes.

    Ce papier n’est pas tombé du ciel, il fait suite à de nombreuses démarches, des demandes d’explications, depuis plusieurs années. Sans guère de résultat. Et je rappelle que c’est Florent Baumard qui s’est mis sur le devant de la scène en déposant un recours contre le décret, donc, contre tous ses confrères qui, à juste titre, à mon avis, estiment que grand cru veut dire terroir exceptionnel, et donc conditions naturelles exceptionnelles, qu’on n’a pas à « booster » les mauvaises années par la cryoextraction ou l’osmose inverse… On aurait donc pu s’attendre de sa part à une sorte d’exemplarité, pour appuyer sa démarche. Les documents fournis par Jim semblent montrer le contraire.

    La nausée, Alain, chacun peut l’avoir à plusieurs titres dans cette histoire. Mais je pense qu’il est sain qu’il y ait des gens comme Jim, des bulldogs qui ne lâchent jamais tant qu’ils n’ont pas la réponse. Cela finit parfois par faire bouger les lignes. Je n’ai pas cette obstination, mais je peux l’apprécier chez d’autres.

    PS. J’espère aussi qu’on réfléchit à Sauternes à l’interdiction de la cryoextraction.

    J'aime

  4. Alain Leygnier

    Hervé ;
    Ta réponse confirme le glissement que je constate et déplore depuis quelques années : plus ça va et plus des journalistes du vin tendent à sortir de leur rôle d’informateur, à se substituer aux vignerons, « aux professionnels de la profession » qui doivent régler eux-mêmes leurs affaires, à se comporter en justiciers, en donneurs de leçons. Entre le journaliste, le moraliste et le procureur, tout est dans le ton et l’attitude.

    J'aime

  5. Hervé Lalau

    Ne rien dire, déguster et commenter les (bons) vins de Baumard tout en sachant qu’ils peuvent ne pas être produits dans les règles, c’est difficile.
    C’est aussi à nous, journalistes, que les AOC vantent les mérites de leurs cahiers des charges, pour qu’on relaie leurs bonnes intentions qualitatives auprès du public, de nos lecteurs. A-t-on le droit de faire semblant – ce serait tromper nos lecteurs, se laisser prendre en otages. Et si on ne va pas au fond des choses, comme le fait Jim, si on se contente d’insinuer, c’est pire, à mon sens.

    Je t’avoue que ce genre d’affaires n’est pas ce que je préfère dans le métier. C’est un travail ingrat, qui ne peut valoir que des coups. Le costume de procureur n’est pas le nôtre, il nous gratte aux entournures. Nous ne l’endossons que par défaut.

    Mais c’est le prix à payer, je crois, pour que les producteurs qui restent entre les clous ne soient pas les dindons de la farce. Si, comme moi, tu aime le Quarts de Chaume, si tu es prêt à le recommander, même à un prix élevé, je suppose que tu n’as pas envie que ceux qui peinent à en produire naturellement deux hectos en 2012, et demandent le prix de leurs efforts (avec le rendement très bas de raisins récoltés en novembre) ne soient pas concurrencés par la production beaucoup plus abondante récoltée un mois plus tôt et gonflée à la cryo.

    Le vrai problème, tel que je le vois, ce n’est pas tant ce que dit Jim, mais c’est qu’il ait à le dire, alors que le problème devrait être réglé en amont par les producteurs eux-mêmes.

    Mais ça, c’est la même chose partout, dans tous les domaines journalistiques: sans quelques fouilles-merdes, Gaymard aurait peut-être gardé son appartement et son poste de ministre, Strauss Kahn serait peut-être président. Nixon aurait aussi fini son mandat, etc, etc…

    J'aime

  6. Luc Charlier

    Je suis désolé d’intervenir dans un débat aussi sérieux et relevé par un élément de « cuisine interne ». Mais les « 5 du vin », par la voix de leur gourou charismatique, c’est lui qui le dit, m’intiment l’injonction de tenter une fois encore de modifier le pseudonyme – que je n’ai pas choisi moi-même et qui me dérange car je suis opposé aux pseudo ainsi qu’à l’anonymat d’ailleurs, pour toutes les formes d’expression – que Worpress semble vouloir accoler à mes interventions. Bien que laïque et athée moi-même, je respecte la décision du pape de se retirer – démission me semble un mauvais terme ; abdication ou renoncement seraient plus juste – et ne souhaite pas que cette coïncidence soit prise pour de la raillerie. A titre personnel, cette information ne me concerne pas : je ne la trouve ni dérangeante, ni pouvant avoir une quelconque influence sur le cours de mon existence ou celle des gens que je côtoie.
    Dont acte.
    Voici qui justifie cet essai, avec mes excuses à tous les lecteurs.
    Signé : Luc Charlier

    J'aime

  7. Luc Charlier

    Entre « Audaces fortuna juvat » et « Beati pauperes spiritu » sans doute, cette ennième tentative fut couronnée de succès. Maintenant, et là, mes petits loups, bien peu nombreux sont ceux, catéchumènes chevronnés ou bien au contraire énergumène comme moi, qui connaissent la fin de la citation : « quoniam IPSIUS est regnum caelorum », car j’ai fait l’accord bien entendu.
    Ça te va, Hervé ?

    J'aime

    1. @Luc : pour ton identité, fais comme moi : adhère à Facehook et tu auras ton avatar en prime sur notre belle page blanche.
      @Alain : Ce que dit Hervé me paraît juste. Avec notre casquette de journaliste on doit faire au mieux, essayer d’informer tout simplement. Si Jim a une info, il se doit de la partager avec ses lecteurs. On oublie souvent – enfin c’est ma position – que notre job consiste à expliquer ce qui se déroule en coulisses. Souvent, en écrivant, je pense au consommateur tout simplement. Et comme j’ai horreur d’être roulé dans la farine…
      Bon, cela dit, Alain, ton avis compte.

      J'aime

      1. Luc Charlier

        Merci de ta sollicitude, mon Forgeron d’amour.
        D’une part, les réseaux sociaux ne sont pas ma tasse de thé.
        D’autre part, je n’ai pas la chance, comme toi, que Chaïm Soutine ait fait mon portrait pour pouvoir l’afficher !
        Quant à mon identité, je ne l’ai trouvée qu’après 6 années de psychanalyse en profondeur, et je viens d’apprendre, 6 mois après son décès, que ma psychanalyste nous avait quittés. Tristesse et interrogations existentielles chez Léon.

        J'aime

  8. A couple of questions, Jim. How do you know the date(s) of Baumard’s Quarts harvest? How do you, personally, know what the declaration of the harvest? Why do you single out Baumard? If you are going to condemn Baumard you ought to complete the Quarts de Chaume picture. Tell us about the yields, grape maturity at time of harvest, the winemaking techniques, of the following Quarts de Chaume producers: Pascal Laffourcade (Echarderie), Alain Chateau (Bellerive), Mulonniere (Guy Saget), Villevert, Pierre Chainier, And, since you’ve been attacking Baumard for 2 1/2 years, please give us the information on the above listed producers not only for the 2012 harvest but for the 2010 and 2011 as well.
    In passing, I must say that it is disgraceful of you, if not downright defamatory, to have compared Baumard’s Quarts de Chaume to horse meat being passed off as beef.

    J'aime

  9. Alain Leygnier

    Je souscris aux interrogations de Jacqueline Friedrich. Je dirai même que le texte de Jim Budd (homme sympathique dont j’ai fait la connaissance lors d’une dégustation de chinons à Chinon) manque de la précision qui en ferait autre chose qu’une argumentation d’autorité. Il donne l’impression d’une information de seconde main, par ouï-dire, non vérifiée, peu crédible. Jim Budd assène, il ne démontre rien. Vu les réponses qui ont suivi mon message d’hier, un mini-commentaire de texte s’impose. J’aurais préféré l’éviter.
    Morceaux choisis.
    1″Une année où il est s’est avéré virtuellement impossible (qu’est-ce qu’ une production « virtuellement impossible », selon quels critères, quelles relations entre le virtuel et le réel ? ) d’en produire plus que de toutes petites quantités » (combien ?).
    2 « La décision de Florent démontre (vraiment ?) que le recours déposé par les Baumard n’a d’autre motivation (qu’en sait-on ?) que leur désir de protéger, de manière mesquine et égoïste (jugement de valeur assez rude), leur avantage commercial (…) « . Si vous connaissez des vignerons indifférents à leur revenu, absolument altruistes, des militants pur sucre, faites-moi signe.
    3 « Si l’on en juge par les preuves réunies (lesquelles, par qui, où sont-elles ? ) en 2012, la cryoextraction a permis aux Baumard de produire un bon (critères ? ) «Quarts de Chaume» à partir de rendements élevés (combien ? ) et de raisins présentant un degré d’alcool potentiel inférieur (de combien ?) au minimum requis par le décret »
    4 « Malheureusement, savoir quelle proportion des Quarts de Chaume des Baumard (en 2012 ou en général ?) respecte vraiment l’authenticité du produit (définition ?) n’est plus qu’un question de pure rhétorique ». Démonstration ?
    5 « De prime abord (et en seconde analyse ?) il peut sembler extraordinaire (pourquoi ?) que Florent Baumard ait décidé de déclarer une telle quantité de Quarts de Chaume en 2012. Espérait-il pouvoir s’en tirer comme ça? » Un langage de gendarmes : on va vous coffrer mon gaillard….
    6 « Selon une source bien informée (qui, quand ?), ceux-ci (les raisins) ont bel et bien été récoltés en dessous de la maturité requise (définition ?) « . L’invocation d’une source « bien informée », ne nous rajeunit guère, on croirait lire du Geneviève Tabouis. Le genre d’argument supposé valider n’importe quoi au nom d’une autorité d’autant plus crédible qu’elle est occulte. Sans se poser la question, bien sûr, d’une possible manipulation par la dite source bien informée. Tous les vignerons ne sont pas des anges, ils ne se veulent pas que du bien.
    Au bout du compte, quoi ? Un travail bâclé, un point de vue partial, aucune démonstration. Le journaliste cède la place au procureur, mais à procureur qui ne maîtriserait pas son dossier. Dans l’air du temps, hélas.

    J'aime

    1. Bravo, Alain! And while we’re at it, Jim, you seem to feel that the Baumards are preventing all the other producers of Quarts de Chaume from achieving something they all profoundly desire: eliminating the use of cryoextration/cryoselection in the making of Quarts. To my knowledge, the Baumards are the only domaine to have invested in the machine. It is expensive. Yet I sincerely doubt that every single other producer of Quarts de Chaume is so resolutely opposed to cryoextraction. Indeed, they probably never gave it a second thought until some very interest party or parties made such an issue of it. Have you asked the producers I cited above if they are opposed to cryoextraction?
      You do seem to be persuing a vendetta.

      I note that I issued a challenge to you earlier this week, Jim. As yet it has gone unanswered.

      I now issue another challenge: let’s compare unedited tasting notes. I arrived in the Layon in 1989 so I have notes dating from that time to the present. I know you have spent considerable time, over many years, in the Loire. Let’s put our cards on the table and post all of our unedited notes on all the Quarts de Chaume we have tasted. Game on?

      J'aime

      1. Jacqueline. Thanks for your comment. As far as I know the there was one vote against the Quarts de Chaume proposals when the syndicat meet at the of September 2010. As you know these proposals were accepted by the INAO and became law on 22nd November 2011. One of the criteria in the detailed cahier des charges covers the eventual banning of lowering the temperature of the grapes below -5˚ starting from the 2020 vintage. What is relevant at the moment is what is in the décret.

        I have no doubt that an efficient cryoextraction machine is expensive but if it allows a producer to declare at or close on the maximum volume allowed under the appellation rules and that wine sells at a premium then it may not be too many years before such a machine starts to pay for itself.

        Thank you for the invitation to take part in another ‘game’. I deal with yesterday’s suggestion – fascinating perhaps but not relevant. I cannot imagine what today’s ‘challenge’ is supposed to show. I have never said that the Baumards make poor wine. My questions concern authencity not quality. The horse/beef scandal is germane here.

        My concern is that the consumer gets what they pay for that the contents match the label. I do not view this as a ‘game’

        J'aime

    2. Alain. I too remember with pleasure meeting you again at Chinon for that tasting starting with the 1934.

      Firstly the source: I can assure you that this source is not at all hostile to the Baumards and that their information will be accurate.

      I have spoken with 12-15 (possibly more) high quality producers in the Layon who have either made just a simple straight cuvée of Layon in 2012 or not made any sweet wine at all. I know that Stéphane Branchereau (Domaine des Forges) made 18hls of Chaume at 18.2% potential alcohol. I know that Jacques Beaujeau managed to make some Bonnezeaux and some Quarts de Chaume (8hls) picked on 8th November.

      You ask what are the proofs? They are as presented in the original article in the photos combined with the weather statistics and confirmed by the source.

      Of course producers must be commercial but remember that the Baumards are seeking to annul the 2011 Quarts de Chaume Grand Cru. When they started the legal process one of their grounds for annulation was that it is not possible to reach the maximum permitted yield (20hl/ha) with the required ripeness without using cryoextraction/cryoselection.

      J'aime

  10. Anyone who has read my comments understands full well that this is hardly a « game » to me. I find it gutwrenching the way you are vilifying a wonderful family winery. Speaking of « games, » I see that you answer selectively. Man up, Jim, and answer these questions, which I copy from my comment above:
    How do you know the date(s) of Baumard’s Quarts harvest? How do you, personally, know what the declaration of the harvest? Why do you single out Baumard? If you are going to condemn Baumard you ought to complete the Quarts de Chaume picture. Tell us about the yields, grape maturity at time of harvest, the winemaking techniques, of the following Quarts de Chaume producers: Pascal Laffourcade (Echarderie), Alain Chateau (Bellerive), Mulonniere (Guy Saget), Villevert, Pierre Chainier, And, since you’ve been attacking Baumard for 2 1/2 years, please give us the information on the above listed producers not only for the 2012 harvest but for the 2010 and 2011 as well.

    Not one of the above cited producers makes Quarts de Chaume that can approach the quality, deliciousness or authenticity of the Quarts de Chaume of the Domaine des Baumard. That is why I ask you for precise information about their production since you seem so qualified to conduct an inquisition on the authenticity of Quarts de Chaume. Tell me about their yields, the ripeness at harvest. and how these producers meet the qualifications of the Quarts decret and pass the agrement. And post your pictures of their vineyards before the last several vintages. And then tell me more about Jim Budd’s standards of authenticity.

    FYI: here is the decret en vigueur:
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=1789B997237B5257393FC4BAEAB0233E.tpdjo14v_1?idArticle=LEGIARTI000021144302&cidTexte=LEGITEXT000024845706&dateTexte=20130213

    So that readers of this blog who are not on Facebook understand the other « game » you refer to, I post it here:

    SWEET REASON

    This is an open challenge to UK blogger Jim Budd who has, over the past two years, been posting vituperative blog entries decrying the alleged use of cryoextraction (aka cryoselection) by a venerable producer in Coteaux du Layon. Budd’s position seems to be that the use of the technique amounts to nothing less than vinous blasphemy and he has bombarded the producer in question with interminable and impertinent emails demanding answers to questions in a tone that can only be called adversarial, indeed, prosecutorial.
    So Blogger Budd, would you please answer the following:
    How would you compare the use of cryoextraction/cryoselection to the following frequently used winemaking techniques (I list only 12, in no particular order):
    1) cold soaking of red grapes prior to fermentation;
    2) skin contact of white grapes before pressing;
    3) addition of yeasts;
    4) pigéage and machines à pigéage;
    5) brassage sur lie
    6) microbullage
    7) brassage à l’azote
    8) bleeding the tanks of fermenting juice of red grapes to concentrate the resulting wine;
    9) chaptalization;
    10) addition of sulphur;
    11) acidification;
    12) filtration.

    The readers of this blog might also like to know that I have been arguing with you over this topic since Oct./Nov. 2010. It started off amicably, with me suggesting you ought to speak with Florent about the pictures you (or was it Charles Sydney or someone else) took of unnamed vineyards which you claimed were Baumard’s Quarts de Chaume wines. You said you would but you didn’t. Instead, you continued to attack the family with accusations increasingly vicious and invidious.

    J'aime

  11. Jackie. Thank you again for your comments. As a fellow journalist I’m sure you will appreciate that I’m not going to reveal my sources. The real question is whether my information is accurate? Have you asked Florent? I have asked him but had no response. The best way to show that my posts are inaccurate and biased is by demonstrating that my reporting can be shown to be inaccurate.

    Two producers have declared in the Quarts de Chaume for the 2012 vintage. Varière with 10hls picked on November 8th. The Beaujeaus were happy to tell me about their harvest. Domaine des Baumard has declared a substantial quantity with the harvest complete by 25th October. Therefore I make no apology for questioning their 2012 Quarts de Chaume and how it was made.

    I also make no apology for concentrating on their vines. If you are caught speeding it is no defence to say that other people also speed. But taking one producer you cite – Belle-Rive – you will find photos of their 2010 grapes here: http://jimsloire.blogspot.it/2013/02/horsemeat-and-baumards-quarts-de-chaume.html

    I was due to meet Florent Baumard in late March 2012. He cancelled the day before because they were short staffed. I have been trying to rearrange this appointment, so far without success but hope that a date can be fixed.

    Thank you again for issuing your challenge on wine making techniques. My response remains: ‘Rather than being diverted by a host of other winemaking techniques, let’s stick with what is relevant here – the Quarts de Chaume and, in particular, the Baumards’ decision to declare nearly 80 hls for the 2012 vintage.’

    J'aime

    1. Sorry, Jim. Your use of that « I’m a journalist. I won’t reveal my sources » gambit ain’t gonna fly in this instance. You are conducting an inquest here and have been for more than two years. As a former trial lawyer, I can safely say that most, if not all, of what you have presented as evidence would not be admitted in a court of law. Hearsay, hearsay, hearsay, along with other well established rules of inadmissable evidence. They were all created for purposes like this. Were they not, anyone could accuse anyone of anything and get away with it by using the « I won’t reveal my source » maneuver. Let’s see: I have it from a very good source, whose name I — as a journalist — will not reveal — that Jim Budd is being led by the nose in his accusations against the Baumard. They took the pictures. They picked out vines to show them. He’s nothing but the puppet of someone who is settling scores against the Baumard family. »

      Now, let’s examine some of your other defenses. Your speeding analogy. Indeed, if a policeman — you — were, over a period of years, only to issue speeding tickets to one lone driver, a driver whose car was zipping along at 60 in a 55 zone, while other drivers consistently sped past him, yet said policeman turned a blind eye to their offenses, well, I think that harassed driver would have every right to point out the prejudiced behavior of the cop.

      And, regarding wine techniques, sorry Jim, but I think it of the utmost importance that we examine them at the same time. Far from being a diversion, I think it’s simply being honest and fair. And, by the way, your use of the word « remains » suggests that you’ve made this comment to me before. To my knowledge, you have not.

      J'aime

    2. PS On yields across the Quarts de Chaume I asked Claude Papin, as president of the Syndicat, some time ago for these details over the last 10 years. I gather that at least some of this information is available in the Mairie at Rochefort, although there seems to be some doubt whether these records are now complete since some déclarations are now filed on the internet. I will be Anjiu in late March and plan to visit the Mairie. Ideally I would like the details of all the déclarations over the past ten years.

      J'aime

  12. To respond to your latest query — somewhere above my last post: I have no need to ask Florent those questions. I’m not the one questioning the authenticity of their wines, you are. You own this inquisition.

    J'aime

  13. @ Alain Leygnier

    J’ai lu ta liste de questions. Le texte publié ici fait clairement référence au texte original de Jim sur son blog où tu peux trouver les photos, les relevés précis, les dates.

    J'aime

  14. I believe that Florent would happily have answered Jim’s questions had Jim acted like a true journalist and an honest human being rather than a Spanish inquistor. The time to have approached Florent for answers was when Jim was first posting photos of what he claimed were Baumard’s vineyards on his blog « Jim’s Loire » back in the fall of 2010. The photos, of course, were accompanied by the kinds of accusations we find here. Instead of approaching Florent at that time, even after he said to me that he would do so, Jim continued to post screeds similar to this one, including an infuriating article in Decanter. Faced with such manifest hostility, not to mention a willingness to believe the worst and suspect the best, only a fool would enter Jim’s field of battle, ie one of Jim’s many blogs. As Jim Budd said earlier, this is not a game. (Yet, I note, even games have rules and referrees though I see none here.) So let’s not say the « ball is in (Florent’s) court. » And speaking of courts, I think the Baumards are hoping that the Conseil d’Etat will speak for them.
    But all of my questions for Jim remain unanswered. At the very least, he could tell us why, with producers like Pascal Laffourcade, Guy Saget, and Pierre Chainier in Quarts de Chaume, for example, he chose to single out Baumard. (I will say here that I think Papin’s and Guegniard’s wines are excellent; I haven’t tasted Branchereau’s Quarts but, based on their other wines, have no doubt but that they are very good.)

    J'aime

  15. TO MS FRIEDRICH

    You ask if chaptalization is worse or better than cyoextraction – but chaptalization is already banned from Quarts de Chaume.
    So there is some logic in the 2011 Decree: what is the point in « improving » a grand cru in the cellar if its terroir is really exceptional?

    And why doesn’t Mr. Baumard declare his wine as Coteaux du Layon if the minimum potential alcohol is not reached in the vineyard on a bad year as 2012?

    J'aime

  16. M. Lalau: It does not surprise me that you misunderstood the nature of my question about a laundry list of winemaking techniques. As I have long been aware of your evident antipathy with respect to me, I seriously doubt that anything I could add would do little to cause you to reflect on your opinion regarding Baumard’s wine.

    J'aime

  17. Let us not be personal in this, Ms Friedrich, you don’t know me at all, and I don’t know you enough – last year in Sancerre, my good friend Mr Cobbold praised your book on the Loire and that is praise enough for me. So please don’t think I am biased against you. I am not. If I were, I would not debate with you.
    To go back on the subject, I have nothing against Mr. Baumard, whom I never met. Really. On Monday, on my personal blog, I even wrote that I had no right to judge the man. Vendetta is not my style (I come from northern France). The post is here: http://hlalau.skynetblogs.be/archive/2013/02/10/en-parlant-de-vendettas.html

    Anyway, we are talking about an administrative decree and the way it should be applied or not, not about war crimes, so please, lets us calm down.
    For me, cryo should be banned from Quarts de Chaume. And from Sauternes too. But it is not (yet), so Mr Baumard is not guilty of anything unless he picked when the natural alcohol potential was under 18.5°. Could we agree on that? And go on debating without to much affect?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.