Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Module 12.1.1, les VDN du Roussillon

13 Commentaires

Asseyez-vous! Le cours de ce matin sera consacré aux VDN du Roussillon.

Charlier, Cobbold, cessez vos bavardages ou je vous change de place!

-C’est pas moi, m’sieur!

Smith, on enlève son chapeau en cours!

-Oui, m’sieur!

Le Roussillon a inventé le Vin Doux Naturel. Et ça ne date pas d’hier. C’est au 13è siècle, en effet, qu’un certain Arnaud de Villeneuve, médecin et alchimiste de son état, a réussi – et codifié – pour la première fois le mariage du moût et de l’alcool, alias le «mutage».

En sont nés tous les grands vins mutés, dont le Roussillon compte cinq des plus beaux exemplaires: le Rivesaltes, le Muscat de Rivesaltes, le Maury, le Banyuls et le Banyuls Grand Cru.
Le Roussillon représente toujours aujourd’hui plus de 80% de la production française de ce type de vins.
Le Roussillon possède l’ensemble des cépages autorisés pour les VDN, à savoir le muscat (Muscat d’Alexandrie et Muscat à Petits Grains, le Grenache blanc, le Grenache noir, le Grenache gris, le Macabeu et le Tourbat/Trepat (ces deux derniers cépages étant parfois appelés Malvoisie).
La région bénéficie également de deux paramètres essentiels: un ensoleillement généreux (300 jours par an) et la Tramontane, un vent sec qui évite le développement de maladies liées à l’humidité.

3439391142

A Banyuls (Photo H. Lalau)

Plusieurs normes  sont à respecter pour la production de VDN, et notamment :
-Un rendement maximum de 40hl/ha.
-Un minimum de sucre naturel de 252 grammes. A noter que la chaptalisation est interdite dans les Vins Doux Naturels.
Un petit point technique et terminologique : contrairement aux vins dits «de liqueur», où l’ajout d’alcool se fait avant la fermentation, le mutage des VDN se fait sur le moût en cours de fermentation. On utilise pour cela de l’alcool neutre vinique titrant au minimum 96% vol.
La teneur finale en alcool doit se situer entre 15 et 19°.

Voyons à présent en détail ce que recèlent les différentes AOC. Ouvrez vos cahiers, il y aura interrogation lundi.

2132815286.3 A Banyuls, toujours… (Photo H. Lalau)

Banyuls 

Un terroir d’exception, 603 hectares de vignes en terrasses, sur des coteaux pentus regardant la Méditerranée. Un des plus beaux sites viticoles au monde. La viticulture est implantée ici depuis les Grecs, mais les Templiers (qui ont beaucoup contribué à développer le mutage) ont réorganisé le vignoble au Moyen-Age, mettant notamment en place un système d’écoulement des eaux.

Cette AOC/AOP (parmi les toutes premières à avoir été reconnues en France, des 1936) se décline en 6 variantes : blanc, rosé, Ambré, Tuilé, Hors d’Age et Rancio.

Banyuls Grand Cru 

107 hectares. L’AOC/AOP est réservée aux vins de type tuilé élevés un minium de trente mois sous bois. Le vieillissement sous bois va affiner leur complexité et leur structure. Ils développent des arômes de fruits cuits, épices, moka, tabac et des notes de torréfaction.

Rivesaltes

C’est la plus vaste AOP de VDN du Roussillon après Muscat de Rivesaltes– elle comprend 86 communes, pour une surface totale de 3.400 hectares et une production de l’ordre de 65.000 hectolitres.

Cette appellation se décline en 6 mentions : Rivesaltes Rosé, Rivesaltes Grenat (grenache noir, élevage en milieu réducteur, recherche des arômes de fruits), Rivesaltes Tuilé (50% de grenache noir minimum, élevage oxydatif de 30 mois minimum, notes de café), Rivesaltes Ambré (cépages blancs, principalement, élevage oxydatif de 30 mois minimum, notes de fruits secs), Rivesaltes Hors d’Age (tuilés et ambrés ayant bénéficié d’un élevage de 5 ans minimum) et Rivesaltes Rancio (goût de rancio, noix,  fruits secs…).

Muscat de Rivesaltes

C’est une AOP distincte de celle de Rivesaltes ; son aire – la plus vaste de tous les VDN – se répartit entre 99 communes (4.762 hectares), pour une production totale de l’ordre de 130.000 hectolitres. Sont autorisés dans l’encépagement le Muscat à petits grains et le Muscat d’Alexandrie.
Jeunes, les Muscats de Rivesaltes sont or pâle avec des arômes évoquant la pêche, le citron, la mangue et la menthe. Après quelques années, ils prennent des reflets ambrés et leurs arômes évoluent vers des notes de miel et d’abricot confit.
Une spécialité saisonnière à signaler: le Muscat de Noël, le premier Muscat de Rivesaltes de l’année, obtenu après dégustation des vins issus de la dernière vendange. Il est commercialisé dès le troisième jeudi de novembre jusqu’à fin janvier.

Maury

Cette AOP concerne quatre communes situées tout au Nord du Département des Pyrénées Orientales : Maury, Tautavel, Saint-Paul de Fenouillet et Rasiguères, pour une surface totale de 331 hectares, et une production de l’ordre de 8.000 hl (rouges et blancs). Il s’agit de collines de marnes noires et de schistes noirs.

L’AOP se décline en 4 types de VDN :

– Maury «Vendange», «Récolte», Grenat ou «Vintage/Rimatge»: douze mois d’élevage au minimum en milieu réducteur. Vins puissants, complexes sur des notes de fruits noirs.

– Maury Rouges: élevage oxydatif; les vins présentent des notes de fruits secs, de cacao et de moka.

– Maury Blancs : Elevage de douze mois au minimum. Les vins présentent des notes de fruits à chair blanche et d’agrumes qui évoluent avec le temps vers les confitures de fruits et le miel.

– Maury Hors d’Âge : cinq ans au minimum en milieu oxydatif.

– Maury Rancio : par l’élevage, le vin acquière le goût « Rancio », qui fait un peu penser au vieux Madère (notes torréfiées, amandes, figues vertes…).

Vanhellemont, vous avez quelque chose à dire? Faites en donc profiter toute la classe ou sortez!

-Non, M’sieur, je veux dire oui, M’sieur!

Et vous Budd, vous croyez que je ne vous vois pas twitter? Vous me ferez deux heures de colle samedi prochain, et 5 pages sur la cryoextraction.

Une toute petite sélection de producteurs pour vos travaux pratiques, maintenant: Mal Amiel, Coume Majou (Maury); Rossignol (Rivesaltes Ambré); Dom Brial, Cazes, Domaine des Schistes (Muscat de Rivesaltes, Rivesaltes); Puig-Parahy (Muscat de Rivesaltes), Boucabeille, Força Real (Rivesaltes Hors d’Age), Abbé Rous/Cornet, Cellier des Templiers (Banyuls).

Fermez vos cahiers, le cours est fini.

Et n’oubliez pas, à la maison, sortez les verres! Le patrimoine, ça se boit…

 Hervé Lalau

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

13 réflexions sur “Module 12.1.1, les VDN du Roussillon

  1. Zut, c’est encore cette peau d’vache de Lalau qui donne cours ce samedi. Tu peux pas me filer les polycopiés de la semaine dernière. J’ai pas pu v’nir rapport à ma nana. C’était quoi le sujet? La cryo quoi? Et toi, Jim, t’as pas quelque chose là-d’ssus, toi qu’es bien avec les mecs de la Loire? Bordel, fait chier, ce prof!

    J'aime

  2. -T’as pas la nouvelle liste des Grands Crus Classés de Saint Emilion pour l’interro de jeudi?
    – D’mande à Mauss, y les connait tous, son oncle bosse au garage à Lussac.

    J'aime

  3. -Eh, Louis, tu t’rappeles pas l’nom de cette appellation en « as », dans le Rhône Sud.
    -Chénas?

    J'aime

  4. @Hervé : Euh, M’sieur, M’sieur, pour le Maury, depuis 2010 (et même 2009 en fait) c’est aussi Maury Grenat (comme le Rivesaltes), mais tu n’as qu’à chercher le décret toi-même, na ! Et n’oublie pas le « mise précoce » ou qqchose comme cela. Pour plus de renseignements : demander à Bernard Rouby (cru.maury@laposte.net).
    Et en plus, Majou produit et du Maury Grenat et du Rivesaltes Grenat, tous les 2 à 100% grenache noir. Va comprendre ! Merci quand même pour la citation.
    Et une question : Mas Amiel, c’est quoi ? Je ne connais pas (joke).
    @Tous : l’AOP rhodanienne, ce n’est pas Chénas, bande de nazes. C’est évidemment Brelandas au sud et Carédas au nord.

    J'aime

    • Difficile de saisir toutes les subtilités de Maury, vu qu’on trouve des « Maury Grenat Vendange ».
      Si M. Ruby – pardons, Rouby veut bien nous expliquer…

      J'aime

    • Bonnes élèves ou mauvais prof ? 😉 Les Ambrés ne sont plus obligatoirement faites avec des cépages blancs. Pareil pour les Tuilés (pas forcement des cépages rouges). Les mentions sont liées au style (couleur, characteristic…) du VDN.

      André

      J'aime

      • Oui, André, c’est pour ça que j’ai mis « principalement ». A part le cas du Muscat (à base de Muscat, on s’en doute), et l’obligation de 50% de grenache noir pour les tuilés, et de 100% pour le Grenat, il est vrai que l’on peut utiliser des raisins des deux couleurs à Rivesaltes.

        J'aime

  5. Une fausse note dans ce concert de louanges : les VDN se meurent et leur production baisse irrémédiablement depuis 20 ans. Alors, à quand l’Association de Défense du Maury Grenat & autres VDN ?

    J'aime

    • Très amusante ta réaction, Michel. En France, vous pensez à créer une association.
      Moi, je crois qu’il faut les rendre meilleurs, les faire déguster, et dire aux gens qu’ils n’aillent plus se fournir en VDN dans la GD. Même si on trouve de temps à autre une bouteille convenable égarée, généralement il s’agit là d’une offre incroyablement médiocre.
      C’est sans doute pour cela qu’on me reproche – gentiment – mon soi-disant « individualisme ».

      J'aime

  6. Moi, en tout cas, j’en bois. Du Coume Majou, mais aussi du Rossignol (j’ai du 1995 en cave, l’année de naissance de ma Joëlle, je ne vous dis que ça). Du Cazes. Et puis le Château Les Pins, de la Cave de Baixas, découvert grâce à André Serret.
    Et j’essaie de faire passer le message autour de moi.
    Pour les anniversaires, les mariages, les trucs où l’on recherche un millésime ancien, mais pas un vin mort, je conseille.
    Une assoc? Ben il y a déjà les 5 du Vin! Les boys, s’il vous plait, vous me donnez votre tiercé des meilleurs VDN (vous pouvez ajouter ceux du Languedoc, de Beaume et de Rasteau, on n’est pas sectaires…)?
    David, Jim, qu’en pensent les rosbifs, plus adeptes du Porto ou du Madère, traditionnellement. Les VDN, ça vous branche? Vous en avez en cave? Vous en recommandez?

    J'aime

  7. M’sieur, m’sieur le prof: on voit de plus en plus de mention RIMAGE sur les Banyuls. Une p’tite explication sur les rimages?
    merci!

    J'aime

  8. Ah, les VDN, encore trop méconnus et souvent confondus avec la large palette des vins « sucrés »… Le consommateur a parfois du mal à s’y retrouver… Merci pour cet article qui éclaircit la belle spécificité de ces merveilles du Roussillon ! (…VDN que l’on retrouve en Corse suis-je obligée de préciser en tant que Capcorsine…)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s