Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Bandol Rouges et Blancs, gloire aux Vieux !

13 Commentaires

Puisque j’ai l’honneur de signer ici le premier papier de l’année, j’en profite au nom de toute l’équipe pour vous souhaiter un 2015 plein de rebondissements, de joies et de bonnes bouteilles. Longue et douce vie aussi à mes camarades de blog !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour ma part, je démarre dans l’enthousiasme de mes retrouvailles avec Bandol. Après le coup des (vieux) rosés de noël dernier, voici venir le second volet de mon dernier voyage à Bandol consacré aux (vieux) blancs, mais surtout et avant tout aux (vieux) rouges. En parlant de « vieux », je suis d’accord avec vous : le terme « mûrissement » conviendrait mieux que ce soit pour les rosés, les blancs ou les rouges tant ces vins sont capables de s’arrondir, de s’épanouir au fil des années de garde, de gagner en complexité comme je l’ai déjà dit. Personnellement, je n’ai pas peur de vieillir. Tout au plus ai-je une certaine appréhension quant au maintien de ma lucidité. Lorsque j’entends que l’on me traite de vieux, cela me fait sourire et parfois rugir. En revanche, lorsque je vais en Afrique où, pour un temps encore, les vieux sont respectés quand ils ne sont pas pris pour modèles, cela me rend optimiste. Cette vision d’une jeunesse déclinante, certes, mais étalée sur le long terme s’applique au vin comme à tout produit vivant jusqu’à ce moment incertain où le vieux vin s’éteint tout comme le vieil homme glisse vers l’au-delà. Au vin comme à l’humain, il convient de se construire pour mieux partir. Mourir debout en quelque sorte, finir en beau vieillard, partir en beauté. C’est fou ce que l’on peut dire comme conneries lorsque l’on aborde ce sujet ! Va falloir que je consulte. Une chose est sûre : les vins trop faibles en matière, moins bien lotis sur le plan de l’acidité et des tannins, quand bien même sont-ils porteurs de l’AOP, ne sont à mon sens que rarement aptes à tenir plus de dix ans. Que ce soit pour le Médoc, le Madiran, le Pommard ou Châteauneuf-du-Pape, la décennie est pour moi un repère, un cap, un point de référence, un benchmark comme disent les anglais. À ce stade, on peut émettre un jugement, se positionner sur un vin, tirer quelque conclusion. Soit il va se casser la gueule (s’il n’est pas déjà en train de passer à trépas…), soit il en a encore pour dix ans, voire plus !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

C’est ce qui se passe pour les rouges de Bandol. Or, à cause de la prédominance du Mourvèdre dans l’appellation, grâce à la belle structure tannique que ce cépage espagnol (Monastrell du côté de Valence et Mataro en Catalogne) est capable d’offrir, les Vignerons du coin ont toujours insisté sur le fait que leurs vins étaient configurés pour « vieillir », sous-entendu pour durer dans le temps. Cette affirmation est-elle plausible ?  C’est ce que nous allons vérifier avec la dégustation de 2004 que j’avais proposé à l’Association des Vignerons de Bando dans le cadre de leur invitation début Décembre pour leur annuelle Fête du Millésime. Mon choix était logique dès lors que la fête, doublée d’un concours, a pour objectif depuis toujours, de mettre en avant et de récompenser les vins dits « de longue garde ».

Trois douelles pour les Longues Gardes... Photo©MichelSmith

Trois douelles pour trois « Longues Gardes »… Photo©MichelSmith

Mais pas si vite ! Nous allons voir que c’est aussi pour cette raison – sélectionner des vins de « longue garde » – que j’étais invité comme juré parmi d’autres confrères à noter des échantillons de 2014 en essayant de déceler (32 prétendants répartis à l’aveugle et à parfaite température sur plusieurs tables) ceux qui pouvaient avoir une réelle aptitude à la garde. Quitte à me répéter, selon mon expérience, pour faire ses preuves, un vin rouge qui se dit « grand » et qui se veut « de garde », doit être capable de tenir au moins dix ans sans que l’on puisse détecter l’ombre d’un signe de vieillissement. Bien sûr, pour en être convaincu, il faudrait pouvoir déguster 10 ans après ceux de vins ayant reçu 10 ans auparavant le trophée (une simple douelle) du « Bandol de longue garde ». Quels étaient mes critères personnels pour juger ? Simplement la densité de la matière, la structure acide, la finesse des tannins et la longueur. Rien que ça ! Sans vouloir me hausser du col, je ne suis pas sûr que tous les participants s’étaient fixés de telles objectifs.

De mon côté, j’ai appris deux jours plus tard que sur les 8 échantillons passés par mes augustes papilles, j’avais attribué ma meilleure note à La Vivonne 2014 pour son élégance (dès le nez), son attaque en bouche sur le fruit du raisin frais bien mûr, son harmonie et ses magnifiques tannins. Pour info, j’ai fort bien noté en second La Bégude, puis Lafran-Veyrolles. Résultat final des courses, ce sont La Vivonne (rachetée en 2010), Salettes et Souviou qui remportent chacun le titre et le trophée 2014 de « longue garde ». J’en suis fort aise et cela prouve que j’ai encore du pif ! Je me demande simplement si je pourrais les déguster de nouveau dans 10 ans, juste pour vérifier…

Les trois vainqueurs des Longues Gardes 2014. Photo©MichelSmith

Un des vainqueurs des Longues Gardes 2014. Photo©MichelSmith

En attendant, revenons à ma dégustation perso de la veille. Petit rappel : il faut au moins 50 % de Mourvèdre et 18 mois d’élevage sous bois pour prétendre devenir Bandol. Pour ceux qui ne suivent pas, se souvenir qu’à la demande de la puissance invitante de me laisser choisir un thème de dégustation, j’avais expressément demandé à l’Association des Vignerons de Bandol de me présenter à l’aveugle ce qui pouvait rester de leurs vins millésimés 2004. Encore une fois, mon vœu fut exhaussé de manière plus que satisfaisante puisque je me suis retrouvé la veille du concours des « Longues gardes » en présence de 24 échantillons du millésime choisi, ce qui n’est pas si mal pour un dégustateur modeste mais par trop méconnu (blague). Faut bien que je me congratule d’une manière ou d’une autre… Pour info, en 2004, les vainqueurs des « Longues gardes » d’alors furent La Frégate, Pibarnon et La Tour du Bon. On verra plus loin que deux d’entre eux, selon moi, n’ont pas tenu toutes leurs promesses… Il faut croire que cette année-là au moins une table de jurés était experte puisque ma meilleure note de la dégustation des 2004 fut attribuée à La Tour du Bon 2004 au nez épicé, viandeux et gibier, sur une bouche expressive d’où jaillissaient de belles notes de fruits rouges (framboise) sur fond de finesse et vent de fraîcheur. L’harmonie est le maître mot qui prévaut pour définir ce vin long en bouche à la finale très posée. Une vraie « longue garde », que ce Tour du Bon. Noté par moi 4 étoiles (19/20), il peut à mon avis tenir encore une bonne décennie, peut-être même deux.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Jai failli accorder une quatrième étoile à La Bastide Blanche 2004 : robe noire, nez discret et fin, copieux, riche et puissant en bouche, doté de tannins frais et non violents. Long bien sûr, ce vin a un potentiel de vie encore au beau fixe puisqu’à mon avis il peut tenir 20 ans de plus dans une bonne cave. Ensuite, une série non négligeable de 6 domaines obtinrent l’excellente note de 3 étoiles, correspondant à un 17 ou 18 (sur 20) dans l’équivalence des notations chiffrées que je ne pratique pas. Notez-les bien, ces 2004 : il s’agit de La Rouvière, au nez finement torréfié, complexe et très long en bouche en dépit d’une finale un peu austère ; de La Noblesse, robe solide, joli nez de sous-bois légèrement fumé, très cassis bien mûr en bouche, belle matière équilibrée et finale juteuse ; de Terrebrune, aux fines notes de tabac, franc d’attaque, sur le fruit, frais et très long en bouche ; de Gagueloup, fin et presque aérien au nez, épais, dense, riche en matière, posé sur un lit de réglisse et de cuir, nécessitant encore une garde de 5 à 6 ans pour s’épanouir ; de La Suffrene, magnifique de robe, bouche vive plus portée sur le Grenache (peut-être le Carignan aussi ?) avec ses touches d’orange sanguine, savoureux en bouche sur une finale un peu sucrée ; de La Bégude, robe solide, nez fin de tabac, cave à cigare et truffe, dense, sérieux et long en bouche, avec des tannins assez marqués mais qui heureusement se fondent dans une finale où la fraîcheur se fait ressentir.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Cinq autres rouges 2004, méritent un mention spéciales pour leurs deux étoiles. Dans l’ordre de préférences : Sorin, avec son nez de violette (Syrah ?), de fourrure et de tabac, sa matière riche et opulente qui à mon avis peut le mener au-delà de l’horizon 2020 ; Tempier (cuvée Classique) pour sa droiture, ses notes d’olive noire et de maquis, ses tannins serrés et son grand potentiel ; Pradeaux pour son nez de vieille église non dénué de finesse, sa bouche droite paraissant un peu étriquée, ses tannins bien présents et frais, sa finale sur le cassis ; Sainte-Anne, robe un peu moins soutenue que les autres, assurément frais en bouche mais manquant un peu de complexité ; Guilhem Tournier, dont le vin, en dépit de son état presque avancé (l’aspect de la robe, surtout) est prêt à boire sur une matière juteuse et de petits tannins grillés. Cela va paraître injuste à certains, mais il me semble de mon devoir de citer ceux qui m’ont plus ou moins déçu. C’est le cas de La Roque, dans sa cuvée « Grande Réserve » pour son aspect souple et lourdingue ; de La Laidière pour son nez sur la verdeur, sa minceur en bouche et ce désastreux creux en guise de finale ; de Castell-Reynouard pour sa bouche assez quelconque et ses tannins trop acerbes ; du Galantin, pourtant avenant au nez et réglisse en bouche, mais creux et légèrement ancré sur l’amertume ; de Pibarnon qui bien qu’ample et savoureux me paraît un peu trop prêt à boire sur des notes légèrement cacaotées ; de Vannières, pourtant jeune de robe, mais tellement dur et affreusement boisé en bouche ; de L’Olivette (au si beau rosé !), à cause de ses tannins sucrés et de son manque d’équilibre au palais ; de Val d’Arenc pourtant dense de robe, droit et solide en bouche, mais manquant de personnalité, d’entrain, de charme (à mon avis, j’ai été trop sévère) ; de La Frégate (sacré « Longue garde » 2004), pourtant bien solide de robe, pour son nez un peu trop iodé, son boisé un trop présent et son manque d’accroche ; de La Bastide Blanche (bis), cuvée « Estagnol«  (voir plus haut le commentaire sur une autre cuvée du même domaine dans le peloton de tête), très puissant en bouche mais sans grand chose derrière ; de Gros Noré, enfin, noté une étoile pour son nez paraissant complexe mais manquant singulièrement de finesse, sa timide pointe chocolatée et fruitée en bouche, mais exempt de ressort, d’épaisseur et de longueur.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pour finir, un coup d’œil rapide sur les « vieux » blancs qui ne représentent que 2 à 4 % de l’appellation. Dans les assemblages, la proportion de Clairette joue à mon avis un rôle majeur dans l’aptitude qu’ils ont à « vieillir ». Mais il faut compter aussi sur le Bourboulenc, l’Ugni blanc et parfois le Sauvignon. En réalité, c’est par eux que j’ai commencé, juste avant mes sensationnels rosés de la semaine dernière. Quatre blancs furent notés sans mal presque au plus haut, 3 étoiles et quelques fragments en plus pour certains. Là, le millésime était libre. Commençons par le plus vieux du quatuor, le Souviou 2002, un vin équilibré, à la blondeur éclatante. Lumineux en bouche, il se boit encore sur une fraîcheur surprenante. Est-ce à cause de la Clairette et du Bourboulenc qui occupent les trois quarts de l’encépagement, à moins que cela ne soit dû à une multitude de cépages mystérieux et anciens ou à cause d’un sous-sol de marnes bleues du Santonien ? Toujours est-il que Pibarnon fait figure de roi du blanc à Bandol (avis personnel) et il n’a pas failli à sa réputation. Avec son fringant 2004, je n’ai pas été étonné de le classer à égalité avec Souviou : joli gras, densité, fraîcheur alerte, longueur, c’est un blanc d’avenir, magnifique de chair, aussi lumineux que le précédent et presque plus tenace et persistant en bouche. À l’inverse, La Bastide Blanche 2004, robe bien jaune, rondeur généreuse, petite matière et notes de fleurs d’orangers, se laissait boire plus volontiers grâce surtout à une finale de toute beauté. Terrebrune 2007, commençait à s’impatienter dans sa belle robe de bal, une belle franchise en bouche, beaucoup de longueur et d’élégance. Ces derniers vins peuvent encore attendre un peu, mais à quoi bon puisqu’ils nous charment déjà tant et tant…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelques mots des autres blancs, un peu moins bien notés : Tempier semblait desséché par un millésime chaud (2009) et lourd qui faisait ressortir une forme d’amertume gênante ; La Tour du Bon 1996 (le plus vieux du lot) offrait bien une robe jeune et un nez d’agrume, mais l’édifice était simple et trop strict ; Robe dorée, Val d’Arenc 2008 s’en sortait mieux avec un nez finement beurré, sur un côté franc et sec lui assurant un peu d’avenir. Fermé, engoncé et peu amène, le 2003 de Sainte-Anne se goûtait très mal, tout comme La Rouvière 2002. Sainte-Anne et Pibarnon avaient glissé un deuxième millésime, ce qui n’était pas interdit dans mes règles. Le 2009 de Pibarnon, robe paillée et joli nez, très dense en matière, se révélait un peu dur en finale. Eut-il fallu le carafer ? Sainte-Anne 1999, reluisant dans sa robe d’or, un peu cireux au départ, se montrait enthousiaste par la suite avec de bienveillantes notes de prune, de pêche et de poire. Long en bouche, on sentait qu’il était quand même temps de le boire ne serait-ce que pour profiter de son fruit.

Après le travail, le fête en musique sur report...Photo©MichelSmith

Après le travail, le fête en musique sur report…Photo©MichelSmith

Pour en finir – provisoirement – avec Bandol, vous en connaissez beaucoup, vous, des appellations où l’on a du vrai plaisir dans les trois couleurs dix ans après ? Moi, non.

Michel Smith

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

13 réflexions sur “Bandol Rouges et Blancs, gloire aux Vieux !

  1. Tiens tiens, tu étais avec notre copine Inge! Embrasse-la de notre part.

    J'aime

  2. Maintenant, si. Maar ik wist niet dat er om Inge ging.

    J'aime

  3. Pingback: Bandol Rouges et Blancs, gloire aux Vieux ! | Wine Planet

  4. @Michel: voilà un bien beau papier pour commencer l’année. Comme ils te liront sans doute, j’en pofite pour saluer Daniel Abrial et Richard Bertin, avec qui j’ai passé jadis de riches moments de dégustation. A Bandol, les oenologues sont très impliqués dans l’appellation et très proches des vignerons. Comme cela, je n’ai rien contre.
    Et vive le vin de Bandol! Et bonne année à tous.

    J'aime

  5. Merci mon Léon ! Je te garde une bouteille dans mon armoire à vins ! Bonne année à ta Loute !

    J'aime

  6. Très beau papier, en effet, pour inaugurer 2015 et lui imprimer un sens. Merci, Michel, de nous avoir enrichi de toutes vos observations sur ces vins âgés d’une décennie. Je dois avoir en cave de vieux Pibarnon ; cela m’incite à vérifier ce qu’ils sont devenus avec le poids des années. Pierre Galaud, j’ai constaté, se trouvait dans le Jury n° 2. Un excellent ami qui œuvre avec brio dans les AOP vauclusiennes.
    Encore bravo !!
    Et très bonne année 2015 aux 5 et à leurs fidèles lecteurs.

    J'aime

  7. Merci Georges. Pierre était en pleine forme !

    J'aime

  8. Merci Michel pour ce papier que je lis avec un jour de décalage. Bien d’accord avec toi sur les critères à garder en tête lorsqu’on tente de décerner si un vin rouge sera, ou non, de longue garde. J’ai participé à deux reprises à cette dégustation, il y a quelques années et c’est effectivement le cadre que je m’étais fixé. Je rajouterai la notion assez subjective d’équilibre afin d’éviter de se faire happer par de la puissance pure.
    D’accord aussi pour signaler le très haut niveau qualitatif de cette appellation dans les trois couleurs.
    Et bonjour à Daniel Abrial qui m’a accompagné à cette époque dans une superbe tournée du vignoble qui a du inclure La Bastide Blanche, Suffrène, Tour de Bon, Tempier, Terrbrune et j’en oublie.

    J'aime

  9. Repaire pour repère: beau lapsus calami plein de sens.
    A part ca merci pour ce tres beau rapport d’un tres beau travail.
    Bonne annee!
    Denis

    J'aime

  10. Quelle calamité ces Repaires de Bacchus ! Je corrige de ce pas. Bonne année i

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s