Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Vin et dessin : un certain hommage à Charlie et Co

8 Commentaires

J’ai longtemps hésité avant de choisir ce sujet. Mais, à la fin, je ne vois pas meilleure manière de rendre hommage à ces dessinateurs (et je n’oublie pas les autres : journalistes, correcteurs, policiers et autres victimes innocentes) tués par la bêtise rendue sauvage par le trafic et l’endoctrinement. D’abord un mot de sympathie aux proches des victimes.

Je sais que mon sujet n’est pas bien original, mais tant pis ! Il permet aussi d’ouvrir vers d’autres dessinateurs et le sujet plus large de l’usage du dessin, humoristique ou pas, sur des étiquettes, affiches ou autres documents liés au vin.

D’abord quelques œuvres de dessinateurs tués dans les locaux de Charlie Hebdo :

1). Wolinski

wolinski

Etiquette BJN wolinski BT 75cl 2014

 

Cuvée-Wolinski

 

2). Tignous

tignous 2

La-Ficelle-Tignous

3). Charb

charb

 

Mais, à cette occasion, jetons aussi un bref regard sur l’emploi du dessin sur ce support qui est l’étiquette d’une bouteille de vin. Il a été et reste marginale et très variable dans sa nature. Un des premier cas, de des plus célèbres, est celui de Mouton Rothschild. Instigué par Philippe de Rothshild, d’abord une fois en 1924, puis sur tous les millésime du grand vin depuis 1945, la pratique consiste à faire dessiner une partie de l’étiquette par un peintre (ou autre artiste) très connu. Sont passé par là Picasso, Chagall, Bacon et… Balthus. L’oeuvre de ce dernier n’a pas plu aux prudes américains et fut censurée pour ce pays. Il est vrai que 1993 n’était pas le millésime du siècle !

chateau-mouton-rothschild-pauillac-1993-etiquette-de-balthus-vin-vignes-1009386577_ML

 

1973 non plus ! Pauvre Pablo qui aurait été rémunéré, un peu tard il est vrai, par x caisses de ce vin (c’est le tarif) :

Mouton Picasso

Les auteurs de bandes dessinés ont été davantage sollicité que les artistes dont les oeuvres sont dans les musées ou collections des très riches de ce monde (encore que je vois que les planches originales de certains dessinateurs se vendent comme s’ils se destinaient à ce type d’usage). Enki Bilal en est un exemple :

5944etiquetteDeVinGamayDeGeneve1983PapiersGras1_03012012_225809

Ou ce dessinateur de BD que je ne connais pas, mais je ne suis pas une référence en la matière :

etiquette_vin_angers_2002_gf

Après tout cela, certaines personnes vont penser que seule le corps de la femme est utilisé dans ce genre d’illustration. C’est faux, et voici la preuve :
choully

Bon on s’écarte un peu du sujet car ceci n’est évidemment pas un dessin. Il faut reconnaître que des pays autres que la France ont été souvent bien plus créatifs dans leurs étiquettes, et n’ont pas eu peur non plus du « blasphème » (quel concept débile !). Randall Grahm, de Bonny Doon et al n’a jamais été en reste en matière de créativité, pas plus que le dessinateur satirique anglais Scarfe, auteur de cette étiquette splendide :

Cardinal Zin

J’espère que davantage de producteurs de vin oseront le dessin pour libérer un peu leur étiquettes d’une certaine tristesse dominante, du moins en France. Il est encore permis, et même conseillé, de rire et boire en même temps. Et, pour que personne ne poursuive dans le généralisations absurdes sur tel ou tel peuple ou groupe, comme « tous les Anglais sont des cons », ou « tous les musulmans sont des intégristes » ou bien « tous les Américains sont des puritains coincés », admirons cet effort (pour un vin de messe ?) :

1107051jesusjuice1

Buvons et rions avec eux et contre la connerie

David Cobbold 

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

8 réflexions sur “Vin et dessin : un certain hommage à Charlie et Co

  1. Pingback: Vin et dessin : un certain hommage à Charlie et Co | Wine Planet

  2. Très bien fait David!

    J'aime

  3. Je « like », David. Il faut rire et boire, sans modération !

    J'aime

  4. Euh, pour le « Jesus Juice », je préférerais un Carignan bien juteux tel que celui que l »on fait du côté de Tresserre, par exemple, dans les PO. Certainement plus jouissif qu’un vulgaire Merlot !

    J'aime

  5. Je ne sais pas laquelle je préfère…
    Marco

    J'aime

  6. Excellente manière d’aborder ce sujet scabreux et attristant. Nos dessinateurs pleins de talent ne sont pas assez mis à contribution pour illustrer les étiquettes des vins. Il est vrai que le « tarif » des plus connus atteint des sommets que même de nombreuses caisses de vin n’arrivent pas à équilibrer…

    J'aime

  7. Un panneau dans la marche : « .riez pour eux !  »
    C’est fait et bien fait.
    Thanks David

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s