Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Muhr réflexions (ou les charmes du Spitzerberg)

13 Commentaires

Dorli Muhr travaille à Vienne dans le marketing du vin mais a ses racines en Carnuntum, la région située entre Vienne et la frontière slovaque. Et plus précisément au Spitzerberg, avancée extrême des Carpathes en terre autrichienne.

Depuis 2002, elle s’est constituée un petit vignoble sur ce cru, qu’elle aspire à faire connaître au travers de vins « ancrés dans leur terroir ». Ailleurs, c’est parfois un leitmotiv un peu creux; ici, c’est une ambition et une recherche personnelle. Faire du vin pourrait n’être qu’un hobby pour Dorli, mais on sent que sur cette terre-là, ça lui tient à cœur.

Muhr-Van-Der-Niepoort

Dorli Muhr dans sa vigne

 

Ce lieu est très particulier; c’est là où les masses d’air de la grande plaine pannonienne rencontrent pour la première fois un véritable obstacle, d’où le vent. Côté sols, on est sur du calcaire pur, pauvre et sec, avec très peu d’humus – un sol bien différent du reste de Carnuntum. Ce grand cru en puissance le serait sans doute déjà depuis longtemps sans l’atomisation du foncier des 120 ha de vignes de la colline, et un certain manque d’engagement de la part de certains propriétaires. Aujourd’hui, seuls 8 déclarent leur vin en Spitzerberg.

C’est aussi le point le plus chaud de l’Autriche – on y enregistre régulièrement 40 degrés l’été ; à cette température, la plante arrête sa maturation pour éviter la déshydration. C’est donc le lieu le plus précoce pour la floraison, mais aussi le plus tardif pour la maturité de la vendange. Le Blaufränkisch semble le cépage le mieux adapté à ces conditions. Dorli a essayé d’autres cépages aimant la chaleur comme le merlot ou le tempranillo, mais est finalement revenue au Blaufränkisch, à l’exception d’un peu de syrah. Au Spitzerberg, avec des rendements maîtrisés, il présente une étonnante acidité.

Aujourd’hui, sur les 12 hectares du domaine de Dorli, 80% sont des vieilles vignes. Il s’agit de parcelles de forte pente; pour lutter contre l’érosion, Dorli les a progressivement enherbées. Côté vinification, avec le temps, elle a modéré son usage du bois et obtient à présent des vins bien structurés, mais « pétants de fruit ». Pour les assemblages, elle profite toujours des conseils de Dirk van der Niepoort, qui a co-fondé le domaine. Et pour la vinification, elle s’est fait aider par l’oenologue sud-africain, Craig Hawkins. Comme quoi il n’y a pas que les masses d’air qui se rassemblent au Spitzenberg!

Et maintenant, mes coups de coeur.

IMG_5292

Carnuntum Cuvée Vom Berg 2012

Dorli Muhr sépare les raisins du bas et du haut de la colline. Il s’agit ici d’une cuvée issue du bas, plus sableux. Elle comporte 20% de Syrah. Le vin passe un an en bois. Joli fruit noir, quetsche, tannins fins, mais veloutés. Très belle acidité. Retour du fruit en finale 15/20

Carnuntum Sydhang 2012

Cette pure Syrah de longue macération présente des notes de réglisse et de fumée au nez, des tannins serrés en bouche; la fibre du bois apparaît. C’est assez strict, très minéral. Me fait un peu penser à un Barolo. 14/20

Carnuntum Samt & Seide 2012

Le fruit est noir, juteux, la bouche plus fine que large, mais pleine de sève et pourtant gourmande. Qu’on aime à se prélasser de velours en soie… 16/20

Carnuntum Liebkind 2012

Cet « enfant chéri » est issu de jeunes vignes. Jeune, il l’est aussi par son fruit très mûr et ses tannins robustes ; c’est un joli bébé joufflu, la bouche pleine de jus; pas très long mais salin en finale. 14/20

Carnuntum Spitzerberg 2005

Derrière le cuir, le boisé et la fumée du premier nez, le fruit noir déboule assez vite, et avec lui la fraîcheur des épices – poivre et céleri, surtout; on a affaire à un vin solide, assez extrait, mais encore étonnamment jeune. 15/20.

La version 2012 de la même cuvée est aujourd’hui très fermée. Une seule solution: attendre, bien sûr. Avec une certaine confiance, tout de même, au vu du 2005…

Hervé Lalau

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

13 réflexions sur “Muhr réflexions (ou les charmes du Spitzerberg)

  1. Pingback: Muhr réflexions (ou les charmes du Spitzerberg) | Wine Planet

  2. Grüss dich, Dorli. Der Dirk hat mir auch einzige « Empfehlungen » im Keller gegeben. Später zu entdecken, hoffe ich.

    J'aime

  3. Hervé, de quelle palette aromatique et trame tannique ce cépage « local » Blaufränkisch se rapproche-t-il le plus, par comparaison avec nos cépages français les plus répandus, ou italiens ?
    La vigne aurait-elle été introduite par les romains dans cette région, riche en restes antiques et placée sur une route dite « de l’ambre » ? Qu’en disent les Carnutes ?

    J'aime

  4. Georges, personnellement, je lui vois quelques similitudes avec le pinot noir, côté fruit, mais en plus rond, avec presque un côté gamay. Je lui trouve aussi certaines épices de la syrah ou de la mondeuse.
    Un de ses deux parents est le gouais blanc, mais vu la descendance énorme de ce vieux cépage, ça ne dit pas grand chose sur son origine précise, d’autant que le gouais, c’est aussi le Heunisch en Allemagne. Dans ce pays, le Blaufränkisch s’appelle aussi le Lemberger. Son nom évoque d’ailleurs une origine franconienne (la Franconie, ou Francia Orientalis, étant une partie de la Bavière).
    Les Romains sont-ils pour quelque chose dans sa diffusion en Carnuntum? Je n’en suis pas sûr, je pencherais plutôt pour une diffusion depuis la Franconie, justement. D’un autre côté, en Roumanie, on l’appelle le Burgund Mare…

    Mais une chose est sûre, Carnuntum était un avant poste romain, le Danube faisant office de frontière à l’époque de l’Empire. Difficile de dire s’il y a un lien entre le peuple local de l’époque et les Carnutes de la forêt du même nom. Je n’ai pas trouvé de trace de Panoramix en Carnuntum, cependant…

    J'aime

  5. Eh vous, les 5: l’allemand est probablement la langue la plus parlée dans l’UE, en tant que langue MATERNELLE (Allemagne réunifiée plus 80.000 personnes en Belgique, + Sudètes et autres « peuplades » germanophones en Hongrie, Pologne, Banat, Etats Baltes… + Autriche + Suisse Alémanique + Trentin …). Et le riesling est sans doute le cépage blanc le plus planté (à vérifier). En outre, comme son rendement est souvent confortable … Donc: on arrête de ricaner bêtement et on parle tous schleu Nom de Dieu. « Ich bin Karl » !

    J'aime

  6. Cher Luc, dans les Sudètes, il n’y a plus guère d’Allemands depuis les décrets Beneš de 1945 (merci Wiki).
    Les « ressortissants des minorités allemandes, hongroises, traitres et collaborateurs » (c’est comme ça qu’on en parle) ont vu leurs biens confisqués et se sont vu retirer la citoyenneté tchécoslovaque.
    Ensuite, pendant 40 ans, l’amitié entre les peuples communistes voulait surtout dire chacun chez soi.
    Aujourd’hui, la population allemande en république tchèque est estimée à 41.000 personnes, soit 0,4% de la population du pays. Ils étaient environ 3 millions avant la guerre de 1939-45.
    Pour le reste, c’est vrai que l’Allemand est une belle et grande langue. Pas facile à apprendre, tout de même – si je compare avec l’Anglais, l’Espagnol, et même le Néerlandais (pour un Francophone, en tout cas). A русский язык также трудный!

    J'aime

    • Tu remarques que j’ai cité … 80.000 belges, chiffre peu important en soi. J’ai cru lire, il y a quelque temps, qu’environ 300 à 400.000 allémanophones subsistent de toute cette mouvance germanophone autour de la Silésie, la Moravie, la Bohème …. Et dans les anciens états baltes, qui sont toujours baltes d’ailleurs mais qu’on appelle par leurs noms individuels à présent, ils ne se répertorient que par quelques milliers à chaque fois. Mais, même ainsi, il y a probablement pas loin de 100 millions de germanophones vrais. Et pourtant, personne ne réagit quand on embraye en italien ou en espagnol (l’anglais va de soi). Pour le Portugais, c’est déjà une autre paire de manches. Et alors, pour l’allemand, c’est comme si c’était …. de l’hébreu ! Tu l’as vu aujourd’hui même. Maintenant, dans le cas de Dorli, elle parle tout très bien.

      J'aime

  7. C’est vrai que la langue allemande est moins sexy que celles que tu cites pour beaucoup de Francophones. Et que l’Allemagne n’est pas encore une grande destination touristique, ni même oenotouristique pour eux – et c’est regrettable.
    D’un autre côté, je peux te dire que même à Karlsruhe, à 15 km de la frontière française, il n’y a pas grand monde pour te renseigner sur la route à suivre en français. C’est un peu plus facile en Sarre, mais beaucoup plus facile pour un Allemand à Haguenau de se faire comprendre.

    J'aime

  8. Eh bien, tu vas rire, mais moi on m’a dit que les hôteliers de Shanghai – je ne sais pas comment on écrit cette ville en language branché maintenant, depuis que Péking a disparu – ne comprennent pas tous le patois du Bachten de Kupe – c’est ballot, non?
    Mon propos n’est pas du tout de plébisciter un pan-germanisme, même à visage humain. Mais je remarque simplement qu’une très courte intervention en allemand, destinée à une germanophone (adorable et brillante en plus) suscite un peu de moquerie, au sein d’un blog où interviennent des Britanniques, d’autres Anglo-Saxons, des Suisses, une Polonaise (au moins), un Luxo et j’en passe. En outre, on y manie un peu d’italien et d’espagnol. Mais l’allemand, non. « Ich bin ein Unverstandene »!

    J'aime

  9. Oui, mais tu ne peux pas oublier le traumatisme de la guerre. Le peu de contact que nos parents ont eu avec la langue de Goethe n’était pas très engageant. Papier bitte, Achtung Minen, Soldatenlazaret, streng verboten, etc… Et quoi qu’on en dise, même notre génération (en Francophonie, du moins) a baigné dans ce souvenir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s