Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 259 : Pépé, c’est une belle histoire !

2 Commentaires

Vous le savez peut-être, vous qui suivez cette rubrique et la lisez de temps à autre, j’aime le vin simple, un peu frustre parfois, mais léger, tendre, pulpeux, frais, fruité. À contrario, je n’aime guère les vins trop puissants, lourds, grossiers. Lorsque j’ai goûté El Pépé la toute première fois, je l’ai aimé sans détour pour sa franchise, sa jeunesse, sa fougue. J’en avais parlé à l’époque, en 2013, et vous pouvez rejoindre le texte ici même. Si j’ai éprouvé le besoin de vous en toucher mot de nouveau par l’écrit, c’est que le 2013 du jeune Édouard Fortin fait son entrée chez moi. En beauté !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Quelques temps après notre rencontre, Édouard Fortin, alors débutant avec enthousiasme et courage dans la viticulture audoise, a failli tout perdre, tout lâcher. La faute à des connards sans noms ni cervelles qui n’avaient rien trouvé de mieux que de foutre le feu à la cave qui abritait ses cuves. Son infortune, relatée sur les réseaux sociaux et dans la presse locale par l’entremise de l’association Changer l’Aude en Vin, puis relayée par quelques blogs, dont le nôtre, m’avait touché au point de passer ce que l’on appelle une « commande solidaire » à la hauteur de mes modestes moyens, comme on dit pour s’excuser de ne pas être assez généreux. Douze bouteilles de ce Carignan 2013, cela suffirait bien assez à mon bonheur, croyais-je alors. Si mes souvenirs sont bons, ce vin tournait entre 8 et 10 € la bouteille départ cave. Et si j’avais su, j’en aurais réservé deux fois plus !

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Celui-ci, comme beaucoup de 2013 d’ailleurs, est un peu vert sur le moment, voire astringent au premier abord. Mais il ne faut pas le rejeter car il est bourré de qualités. D’abord, il est bavard, spontané, passionné. Il batifole, il vous prend par les tripes et vous saisit sans demander son reste. Les Anglais n’hésiteraient pas à dire de lui qu’il est catchy, bref tout ce que j’aime dans un vin, ce côté direct, sans maquillage, sincère. Ce Pépé a une autre importance, toute particulière à mes yeux : il montre une vision d’un Carignan atypique, un cépage qui serait presque septentrional, sa terre d’origine étant située presque à la limite de sa culture, dans cette région précise où l’on monte d’un cran, où le Cabardès, au nord du Minervois, aux portes de Carcassonne, va frôler un autre climat, là où l’influence méditerranéenne se confond presque à l’influence océanique. On dit souvent que le Carignan a la faculté d’épouser son sol. Dans le cas du Pépé d’Édouard, le cépage épouse également le climat.

Je le bois « frais », comme à l’accoutumée. Et j’obtiens par la même occasion le « buvant » que j’escomptais, c’est-à-dire l’étrange sensation d’une grande familiarité, d’une joyeuse et croquante gourmandise. Songez qu’il ne titre que 12°, bien loin de nos Carignans « chauds » gorgés de puissance que l’on trouve du côté de Perpignan ou de Pézenas. Et pourtant, ce n’est pas un jus fluet, bien au contraire. Deux jours après l’ouverture, il se fait un brin plus suave, encore plus jouissif, merci au fruit qui domine toujours avec autant de panache et d’allégresse.

J’en ai profité pour goûter la cuvée « Solidarité » élaborée à partir des apports de confrères vignerons touchés par la mésaventure d’Édouard et rassemblés au sein du « collectif » Changer L’Aude en Vin. Plus puissant en alcool (14°), certainement moins riche en Carignan, c’est aussi un jovial aperçu de l’amitié dont on ne saurait se passer.

Pour rien au monde il ne faut rater ce talentueux vigneron !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “#Carignan Story # 259 : Pépé, c’est une belle histoire !

  1. Pingback: #Carignan Story # 259 : Pépé, c’est une belle histoire ! | Wine Planet

  2. J’ai eu la chance de rencontrer Edouard, venu me saluer (amis communs) en emmenant son fils (déluré ++++) se baigner à la côte catalane. Il avait apporté « Les Ricochets » – les bien nommés – élaborés dans le même esprit. Salut à Edouard, et bon courage pour 2015.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s