Une trainée devenue disciple des Vins Naturels

Notre invité du jour s’appelle Olivier Borneuf. Il est consultant, membre de l’Académie du Vin de Paris et blogueur en vins. Il nous parle de poils et rédemption. En vérité, je vous le dis…

Les vins barbus

1er raccourci: j’observe un retour en force du poil chez les vignerons – les vigneronnes ? – qui produisent des vins biologiques, biodynamiques, naturels ou SAINS. A priori, leurs vins sont tous différents  mais ont tous en commun de refuser l’utilisation systématique de produits phytosanitaires; ils continuent d’alimenter les débats et sont parfois même accusés – à tort ou à raison – de communautarisme voire de sectarisme. Il en faut peu pour entendre bientôt le mot de religion (le mot religiosité étant plus juste). C’est là qu’entre en scène Marie-Madeleine dont l’histoire fastidieuse est utile pour comprendre le titre: «Une trainée devenue disciple des Vins Naturels » La voici.

Marie-Madeleine de Titien

Marie Madeleine par Le Titien

La version de Frère Jacques est la plus croustillante. Commençons par elle. Marie est issue d’une famille très riche de trois enfants. Lorsque le moment vient de récupérer sa part du gâteau, Marie hérite de Magdalon. On l’appelle alors Madeleine, et comme elle est belle et riche, elle passe sont temps à coucher à droite et à gauche (2ème raccourci: toutes les femmes belles et riches ne sont pas des libertines).

Un jour, elle croise Jésus. Miracle ! Elle a honte, elle pleure, elle renonce à tous ses plaisirs en lui lavant les pieds et en les essuyant avec ses beaux cheveux, tout en continuant à pleurer. Jésus la pardonne, la voilà sauvée… Mais cette Marie devenue Madeleine n’est pas Marie-Madeleine ! La vraie, selon Luc, c’est Marie de Magdala, une hystérique aux sept démons exorcisée par Jésus en personne… Que dire alors de cette autre femme, cette belle catin que Luc rencontre juste avant, chez Simon, à Naïn ? Voilà qu’il la trouve, elle aussi, en train de pleurer et laver les pieds de Jésus en plein déjeuner ! Elle aussi finit repentie.

En réalité, personne ne sait qui est vraiment Marie-Madeleine (Marie de Magdalon, Marie de Magdala, la catin ?), parce que Marie-Madeleine est une invention avec, pour chaque histoire, ce point commun : une âme souillée puis sauvée par le divin. Reste donc à savoir pourquoi Marie-Madeleine a été inventée.

Celui qui nous l’explique est Daniel Arasse. Pour lui, Marie-Madeleine est une figure composite. Elle est la troisième femme d’une Trinité femelle qui s’adresse au femmes, les deux autres étant Marie (la pure, la vierge) et Ève (tentatrice et maudite mère de toutes les femmes*). C’est dans ce triangle, disons sémiotique, que Marie-Madeleine prend tout son sens : elle est la salope repentie. Celle que les femmes, toutes filles d’Ève, donc souillées, peuvent espérer devenir un jour à défaut d’être Marie. En effet, Marie-Madeleine c’est un peu Ève, la première pècheresse (Marie-Madeleine était une prostituée); mais aussi un peu Marie Sainte-Mère de Dieu (Jésus se présente quand même en premier à Marie-Madeleine après sa résurrection). Grâce à Marie-Madeleine, les femmes entrevoient enfin le dessein de leur destinée… Bref.

Mes vins barbus dans tout ça ? Eh bien ça me rappelle étrangement l’histoire de Marie-Madeleine… Je m’explique.

Naturellement né

Un vin né tout seul, sans l’aide de la vigneronne ni du vigneron, un vin naturellement né, donc, est un mystère. Un mystère identique à celui de l’Immaculée Conception. Un vin naturellement né, c’est comme la naissance de Marie: un dogme.

Que deviennent alors nos vins artisanaux, ceux souillés par l’intervention humaine ? Ils sont maudits et n’ont qu’un seul salut : devenir purs, purs comme Marie, purs comme le vin naturellement né. Mais cela est impossible, le vin naturel (3ème raccourci, volontaire celui-ci. Vin naturel et vin naturellement né partagent le même credo) est un vin sui generis, de composition divine, que nos vigneronnes et vignerons ne produiront jamais.

Poussons l’analogie jusqu’au bout: les vins barbus font partie de cette trinité VIN (trois lettres !) en ce qu’ils représentent à la fois Marie et Marie-Madeleine. Nos vins artisanaux en revanche sont les enfants d’Ève, des vins souillés, maudits ! Pour autant, oublier l’origine artisanale du vin c’est risquer de s’enfermer dans le dogme d’une foi religieuse où Dame Nature est le Dieu tout puissant qui n’a jamais fait de vin ! A contrario, oublier que le vin a une origine naturelle c’est profaner le sanctuaire dans lequel et grâce auquel nous vivons tous sans exception : la nature.

Les vins barbus ont la vertu de nous montrer le chemin de la repentance pour tous les péchés de synthèse (4ème raccourci. Pas de commentaire) que nos vigneron(ne)s ont commis. Encore faut-il que les ermites sortent de leur grotte et accueillent le profane, car celui-ci a besoin d’aide pour briser ses certitudes.

Il est temps qu’anachorètes et techniciens collaborent autour d’un projet commun de Civilisation du Vin, en s’affranchissant des dogmes qui annihilent les idées créatrices des premiers et en combattant les déterminismes des seconds qui asservissent la science au marché. Je crois en cette réconciliation, Marie-Madeleine y est arrivée, pourquoi pas nous.

Olivier Borneuf

*Les Anglais ont la délicatesse de le rappeler chaque mois, c’est « the curse of Eve ». Chez nous, on disait plutôt: « les Anglais ont débarqué ».

 

7 réflexions sur “Une trainée devenue disciple des Vins Naturels

  1. Luc Charlier

    On observe aussi un retour en force d’une espèce qui avait disparu: les oenologues cultivés et possédant de l’humour. Si, si, je vous le jure. J’en connais plusieurs – pas beaucoup, il ne faut pas exagérer quand même. Celui d’aujourd’hui est un bel exemple. Je vous avoue que c’est le modèle que je préfère, celui avec les options « humanisme » et « fantaisie ». C’est plus cher, mais tellement plus agréable.
    J’en profite pour saluer le mien (Laurent D.). Il a beau être diplômé de Bordeaux, il m’a beaucoup soutenu au début … et encore un peu maintenant. Le hic, c’est que le vin se fait de plus en plus « tout seul » chez moi, sans oenologue, sans vigneron, rien qu’avec un peu d’électricité, un peu de levures et … beaucoup de chance. Par contre, j’aimerais rencontrer un bon prof. de commerce pour m’apprendre à le vendre !

    Aimé par 2 personnes

  2. Cher Luc, Merci pour ces gentils mots qui me vont droit au cœur. Je précise quand même que le « Luc » de l’article est le compagnon de Saint-Paul et non celui de la Coume Majou !
    Autre précision. Je n’ai pas de DNO (diplôme National d’Oenologie) et ne peut donc être qualifié d’œnologue. Ce que je peux dire c’est j’ai fait mes études de winemaking degree lorsque j’étais en Australie et que j’ai consacré quelques années dans d’un laboratoire d’analyse fine qui m’a beaucoup appris en termes de dégustation. Mes vinifications se comptant sur les doigts d’une main, je me garderais bien de donner des leçons en ce sens. D’ailleurs qui peut en donner !
    Amitiés.
    Olivier

    J’aime

  3. Ping : Une trainée devenue disciple des Vins Naturels | Wine Planet

  4. Après cette triple possibilité « magdalénienne », il ne faut pas oublier la version selon laquelle Marie Madeleine aurait été la femme de Jésus, sans doute la plus plausible, vu que Jésus était rabbi et que les rabbis sont mariés.
    Marco l’ex-enjette

    Aimé par 1 personne

  5. georgestruc

    Diable ! faut-il exposer la plupart des vins sur l’escalier des Gémonies, convoquer un exorciste devant chaque bouteille, faire des passes magnétiques sur les cuves, des pèlerinages dans les vignes (il est vrai que cela existe déjà), afin de dé-magdaléniser la majorité des vins ? La conclusion de ce billet très habile, haut en allusions, culture et humour, pose une question sérieuse, celle de la restauration d’un concept de « Civilisation du Vin », malmené comme jamais en ces temps répressifs.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.