Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Vin en Boîte (Wine in Box), le concours

7 Commentaires

Nous en avions parlé, histoire de le présenter.
C’est fait, c’est plié.
La grande première mondiale du premier WiB, le concours Wine in Box, s’est déroulée avec succès, réussite au-delà des objectifs espérés.

Toulouse l’accueillait

IMG_0144

C’est à Toulouse, la Ville Rose que je trouve plus orange que rose d’ailleurs, qu’a eu lieu cette compétition des Vins en Boîte. Le grand bâtiment de l’Hôtel de Région avait prêté l’un de ses locaux. Le challenge a commencé après les discours habituels suivis des recommandations, dont une m’a surpris : l’interdiction de se rendre aux toilettes durant toute la période de dégustation, pourtant, on le sait, déguster donne envie de pisser.

IMG_0162

Mur de BiB

La grande question c’était, puisque cela ne s’est jamais vu, comment les organisatrices allaient-elles occulter les gros contenants pour ce test à l’aveugle; et d’autre part quid du service? La photo ci-dessous à ces deux fondamentales questions répond.

IMG_0157
L’aveugle nous laisse parfois (souvent) pantois

On se laisse toujours surprendre, nos certitudes vacillent fréquemment lorsque quelques doigts agiles déshabillent les bouteilles, ici, dépiautent les poches.
Il y a là, dans cet acte rude, le carton est dur, un aspect plus populaire, plus proche de la réalité quotidienne… bref

Marion Ivaldi fait écho dans Vitisphere, l’un des sponsors du concours,
www.vitisphere.com/breve-72540-Best-wine-in-box-bienvenue-dans-le-concours-des-vins-de-la-qualite-et-de-linattendu.html
de l’étonnement ou du questionnement de quelques jurés, voici les propos recueillis:

Interrogés plusieurs jurés soulignent la qualité des vins dégustés. Arnaud Giambra, œnologue au Château Cransac (primé en rouge par le concours), a dégusté une série de blancs. « Je connais bien les bib© car ils constituent la moitié de la production du domaine, mais dans les couleurs rouge et rosé. Je suis vraiment satisfait de la qualité dégustée. J’en achèterai sans problème !».

Marion n’avait pas la place pour développer, alors j’en profite pour faire un commentaire:
La qualité générale s’est bien accrue ces dernières années, ce qui donnerait à penser que les producteurs font plus attention à ce qu’ils mettent en poche, pensant certes aux leurs. Le tri commence à se faire et qui voudra écouler de la daube les bourses se verra vider.
Ce qui suit, toujours sous la plume de Marion, prouve que j’y étais et que je ne suis pas plus malin qu’autrui :

IMGP4984

Pour Marc Vanhellemont, journaliste-dégustateur belge (notamment Les 5 du vin), la surprise est grande. «D’ordinaire, en bouteille, le merlot n’est pas trop à mon goût. Notre table a fait ressortir quatre merlots » s’étonne-t-il.

IMGP4985

 

Ma conclusion, il faut que l’avenir me voie moins dur pour le cépage. À ma décharge, j’ai dégusté en songeant vins en Wine Box, c à d avoir du fruit, de la fraîcheur et pas de défaut. Du coup quatre Merlot sur neuf sont sortis presqu’à l’unanimité dans la première série. La deuxième série offraient plus de défauts que de qualités (oxydation, acidification excessives, verdeur ou surmaturité, …) on l’a vite oubliée.

Jean-Luc Meurisse, œnologue à la tête de Terroir et formation, est également surpris mais pour des raisons différentes. « Nous avons dégusté des rouges de 2010 et 2011. Si l’un d’entre-eux est ressorti, on est en droit de se demander si c’est vraiment intéressant de mettre en bib© des vins évolués ». Décidément le bib© sait faire dans l’inattendu… jusqu’à conditionner un Maury Tuilé, également primé.

Mon cher Jean-Luc, le bib© n’est pas un contenant de garde mais un conditionnement pour vin à boire dans le mois de son achat. Alors pourquoi ne pas mettre en boîte un vin de petite ou moyenne garde au moment de sa maturité gustative ? C’est peut-être le seul moyen pour que le consommateur déguste et boive un vin à point contrairement à son habitude, certes mal venue, de boire tout de suite le flacon à conserver qu’il vient d’acheter.

Un autre propos encore, entendu et non plus relevé par Marion, un jury s’étonnait de la trop bonne qualité des vins dégustés, à en déclarer forfait par perte de repère. Voilà une réaction qui démontre qu’il y a encore du chemin à faire pour ce contenant, nombre de dégustateurs et certainement de consommateurs se disent qu’y sont conditionnés du « very bad de gamme© » comme on l’entend encore dire pour les rosés…

IMG_0164

En tous les cas, j’ai vraiment été satisfait de participer à cette première, d’autant plus que l’ambiance était des plus décontractées et grande chance durant la dégustation, je n’ai pas dû aller pisser.

IMG_0168

Pour les résultats complets
www.best-wine-in-box.com
www.blog-du-bib.fr/1er-concours-international-best-wine-box-toulouse-le-20-mars-2015/

IMG_0169

Ciao

index
Marco

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

7 réflexions sur “Vin en Boîte (Wine in Box), le concours

  1. Pingback: Vin en Boîte (Wine in Box), le concours | Wine Planet

  2. Oui Marc, la qualité des vins en boîte surprend ! Pourtant, moi qui les suis depuis longtemps je peux dire que cette évolution n’est pas récente. La piquette n’a plus de place sur le marché quel que soit le contenant. Ce qui a changé est d ‘origine technique. D’une part on sait faire des vins simples et bons. D’autre part le BIB à bénéficié d’une douzaine d’années de recherche-action avec l INRA. Ce qui n’a pas suivi : c’est la Communication. Et les à priori.
    PS : plus de consigne indélicate pour le prochain Concours. Promis

    Aimé par 1 personne

  3. Trois types de remarques.
    UN: si la mise du BIB (je n’en ai aucune expérience) assure une bonne étanchéité, et si sa mise en vidange progressive ne s’accompagne pas d’une entrée d’air (oxygène) importante, pourquoi cette solution serait-elle à dénigrer (techniquement, je veux dire) ? L’incidente de Mme Franjus est TRES pertinente: il n’y a plus que très peu de VRAIE piquette à la vente. Or, les clients du BIB sont des buveurs réguliers (sinon, pourquoi acheter un tel volume, éphémère qui plus est?) et ne dépensant que PEU à chaque fois (du litre). Ils n’ont donc d’intérêt pour le vendeur que si on les fidélise … par du bon ou au moins du correct.
    DEUX: je suis à peu près convaincu que le merlot possède des tannins qui vieillissent vite et s’oxydent vite (peau mince), d’où l’intérêt indéniable de la barrique neuve sur ce cépage (tannins du bois compensent). Par contre, il a des arômes primaires enchanteurs et un côté « chaleureux » qui plaît d’emblée. D’où son succès dans votre dégustation. Et d’où, a contrario, les fréquentes déceptions devant de « vieux » Pomerol, St Emilion ou Fronsac de seconde zone. C’est juste un avis mais ici je partage entièrement ton opinion, Marc.
    TROIS; n’ayant que peu de pudeur, et approchant des 60 ans, je me sens solidaire de ma propre prostate pour trouver inacceptable l’interdiction de pisser. Nous connaissons tous un vieux chroniqueur belge (s’il vit encore) qui avait dit beaucoup de mal de notre joufflu national, Eric Boschman, lorque celui-ci avait mis fin (en étant très élégant avec ses fournsseurs, ce qui est rare) aux activités d’un de ses restaurants. Même si je ne suis pas d’accord sur tout avec EB, je l’avais défendu à l’époque en précisant une particularité de ce confrère: à force de devoir se retenir, ses pantalons finissaient par prendre comme une odeur ! Mesdasmes, vous nous accusez parfois de sexisme (souvent avec raison, parfois à tort): ne faites pas de même. « Je suis prostate! »

    J'aime

  4. Luc, le gros niqueur d’infos dont tu parles est mort, et ce n’est pas la Vérité qui le regrette le plus, car c’est lui qui avait écrit un jour qu’il avait dégusté les meilleurs cépages d’Espagne lors d’un voyage de Delhaize: le tempranillo, la Garnacha et la Crianza.
    Et pour que rien ne se perde, je souligne que s’il était généralement petit d’esprit et assez imprécis dans ses écrits, il était par contre toujours précis dans ses horaires: le dernier à la conférence de presse, le premier au buffet.
    Bon, tu me diras qu’il avait sans doutes de bons côtés, mais je ne les ai jamais trouvés, et il y en a quelques uns comme ça qui morts, ne me manquent pas. Et tu sais pourtant que je suis plutôt bonne pâte.

    J'aime

    • Je partage totalement ton manque d’empathie pour ce triste sire et ne pense pas, généralement parlant, que le décès de quelqu’un rende sa mémoire intouchable. Pourtant, par respect pour les descendants, rien ne sert de le charger d’avantage. J’avais eu l’occasion de m’en ouvrir « face-to-face » de son vivant. On me reproche parfois mes attaques « ad hominem » mais elles sont toujours franches, sans mots orduriers ni mensonge. Je rappelle simplement le titre du papier auquel je fais allusion: « C’est triste pour les parents … ».
      Autre chose, tant que je te tiens, je suis à BXl dans les jours qui suivent le 18 avril et tu sais que nous avons toujours un « gay » qui nous attend (1985). On essaie de lui faire sauter … le bouchon?

      Aimé par 1 personne

  5. Invitez donc Éric, pendant que vous y êtes : il sera ravi de vous revoir ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s