Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Tu dis quoi ? Je Divem

6 Commentaires

C’est certes facile, mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. Et puis c’est à la portée de tout le monde.
Gil Morot, je l’avais déjà aperçu,  lui avait fugacement parlé, même, un type qui se visse sur le ciboulot un petit chapeau ça ne s’oublie pas. J’ai, et c’est assez bizarre, une certaine réserve pour les mecs chapeautés, c’est comme ça. Peut-être est-ce à cause d’une vieille légende qui parle d’automobilistes… Et quant à notre excellent MS, c’est bien parce que je le connais depuis assez longtemps pour savoir que sous le couvre-chef il y a une excellente mécanique qui tourne, certes pas toujours tout à fait rond…
S’il faut se méfier des pépés en casquette, faut-il pour autant se préserver des vignerons coiffés ?

Roman photo « dans l’antre de Gil »

???????????????????????????????Suivez-moi !

Languedoc octobre 2014 238Vous voulez goûter mon vin ?

Languedoc octobre 2014 239J’en ai deux, ça vous épate !

Languedoc octobre 2014 240On commence par celui-là, la cuvée Les Initiales 2012

???????????????????????????????

Les Initiales de Divem 2012 Montpeyroux Languedoc

Grenat bistre, le nez d’encre de seiche teinté de figues pochées, de raisins de Smyrne avec un accent de garrigue où la sauge domine. Bouche au fruité suave où l’on retrouve l’expression nasale. Trait de réglisse et pointe d’anis qui soulignent et mettent en évidence le grain de cassis et renforce l’amertume délicate de l’écorce de kumquat confite. Un bitter qui apporte de la fraîcheur comme la feuille de menthe que l’on décèle volant dans l’espace palatin.

Totalement éraflé les Grenache, Syrah, Mourvèdre et Cinsault macèrent 6 à 8 semaines, le vin s’élève en cuve.

Languedoc octobre 2014 245On passe à l’autre, mon fameux Divem

Languedoc octobre 2014 246S’il veut bien s’ouvrir

Languedoc octobre 2014 244

Divem 2010 Montpeyroux Languedoc

Robe très profonde aux reflets grenat encré de bistre.
Le nez floral évoque le lis et le narcisse teintés d’une goutte de benjoin. Le fruit vient après et se décrypte en gelées variées aux parfums intenses de cassis et de mûre. Ce n’est pas fini, une note de café assombrit la pâte d’amande, un accent de menthol appuie la senteur de cèdre.
L’impression sucrée de la première gorgée englobe les tanins, certes fins et soyeux, mais bien présents. L’amertume délicate chasse la douceur initiale. Réglisse et gentiane apportent leur fraîcheur bitter à l’ampleur fruitée. Tout se rythme autour de cette puissance contenue, issue du caractère capiteux aidé de la densité tangible du vin. Ça le fait, on ne s’en rend toutefois pas compte tout de suite…
«Un millésime dans la lignée du 2004 ou du 2007. Un vin cependant puissant qui 15,5° d’alcool sur l’étiquette, mais bien équilibré par une acidité rarement atteinte dans la série des DIVEM. Cela lui promet une garde exceptionnelle» explique Gil qui recherche la maturité poussée avec des rendements ne dépassant guère les 12 hl/ha.

Son vignoble qui a triplé récemment sa superficie, c à d qu’il s’étend aujourd’hui sur 4,5 ha lui permet ce travail d’orfèvre, toujours en recherche des limites, à l’image de son autre métier, chercheur au CNRS sur le goût et l’odorat depuis 25 ans.

Comme quoi, le chapeau n’empêche pas d’être excellent vigneron…

http://www.divem.fr

Ciao

Languedoc octobre 2014 250

Marco

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

6 réflexions sur “Tu dis quoi ? Je Divem

  1. Pingback: Tu dis quoi ? Je Divem | Wine Planet

  2. Montpeyroux,Montpeyroux, marnes plaines …..
    De Clermont-l’Hérault à St Martin de Londres, que de bons vignerons, que de jolis terroirs! Et ils ont plus d’eau qu’ici, donc un rendement un peu plus correct. Et puis « leurs » staliniens sont « un peu moins pires aussi ». Tu as raison d’aller piocher par-là Marc. Si c’était à refaire … qui sait ?
    Mais l’herbe et le chiendent sont toujours moins envhissants dans les vignes du voisin; ça, c’est sûr.

    J'aime

  3. J’étais avec Marc ce jour-là. Personnellement, j’ai préféré les Initliales, que j’ai trouvé plus frais, moins massif. Mais qui sait, le jour d’après, j’aurais peut-être changé d’avis. En tout cas, comme le dit Luc, Montpeyroux a plus d’un bon vigneron dans sa besace. Je pense notamment à Sylvain Fadat, mais aussi à Pascale Rivière (Jasse Castel), à Jo Lynch et André Suquet (Villa Dondona), à Alain Chabanon, et puis à Castelbarry, pour ses cuvées Tarral et Cailloutis… Sans oublier quelques nouveaux venus comme les 5 Vents, Le Petit Domaine et Amélie d’Hurlaborde (Mas D’Amile), qui montrent qu’il y aune relève…

    Aimé par 1 personne

    • Oui, et puis, honnêtement, Aniane etc … ce n’est pas loin. Même combat, et très différent du Pic St Loup.

      J'aime

  4. N’empêche, le nord du Roussillon, c’est tof aussi.

    J'aime

  5. Moi je dis « chapeau bas » Monsieur Morrot ; chaque fois c’est la même émotion vous faites des vins de qualité toujours droits, à l’image du personnage . personne remplis d’humilité et de sincérité comme on aimerait en croiser plus souvent .
    Je suis heureux d’avoir croisé votre chemin

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s