Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

# Carignan Story # 281 : quand l’été pointe son nez…

4 Commentaires

Vous souvenez-vous – je m’adresse là aux rares habitués, aux vieux de la vieille – du Ça se boit bien (piqûre de rappel, pour ceux que ça intéresse) de l’autre dimanche ? Le Carignan d’un Anglais égaré aux Clos Perdus était certes facile à boire mais ne manquait pas pour autant de complexité ni de finesse. Xavier Plégades, qui me l’avait fait découvrir dans son antre de Narbonne, Le Célestin, m’a conseillé aussi de goûter un autre Carignan, bien plus abordable puisqu’il ne m’a coûté 8 euros à emporter. Alors, puisque l’été est bien installé et que les températures pointent au plus élevé…

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

C’est tendre, sans sulfites ajoutés, enjoué, souple, aimablement épicé, fruité, léger. Rien de plus ? Un peu plus quand même, car j’oubliais un petit grain accrocheur, un air de revenez-y. Et si ça se boit bien aussi, ce style de Carignan sans prétention est un parfait vin de saison, un vrai rouge d’été à boire, frais bien entendu, entouré d’une ribambelle de copains avec ce qu’il faut de petits légumes farcis, d’olives gentiment parfumées aux herbes, d’escargots de mer, de brochettes savoureuses et de poissons frits.

La Pointe, puisque c’est son nom, tout comme La Prairie (un pur Aramon), sont issus du Domaine de la Banjoulière, sur les terres de Corneilhan, dans l’Hérault. Si j’en crois ceux qui connaissent un peu le vigneron, Sébastien Benoit-Poujad, c’est lui qui dessine ses étiquettes de Vin de France. Seul hic, à moins qu’une contre-étiquette se soit envolée, notre vigneron ne semble pas savoir que l’on peut désormais indiquer le millésime sur le flacon. J’opte pour un 2014. Mais ce pourrait être du 2013… Allez savoir ! À méditer en tout cas pendant la sieste sous un pin parasol !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “# Carignan Story # 281 : quand l’été pointe son nez…

  1. Michel, tu sais mieux que moi que le millésimage impose que le jus dans la bouteille provienne pour 85 % au moins du millésime indiqué, même si c’est quasiment impossible à contrôler. Donc, l’avantage de ne pas millésimer est de pouvoir assembler à sa guise. De UN. Ensuite, si tu ne millésimes pas, tu peux te faire un gros lot d’étiquettes à la fois (moindre coût et disponibilité plus immédiate). De DEUX. Enfin, une C-E coûte aussi de l’argent. Je vais être cru, une fois encore. Toi, tu es content de payer ta quille 8 € (TTC). Si tu enlèves d’abord la TVA, puis la marge du détaillant qui te l’a vendue (car ici le restaurateur joue caviste), ensuite sans doute celle de l’intermédiaire qui le livre (et son frais de port), le prix du carton (un euro environ pour 6 bt) et ensuite les frais de mise, l’accise, la bouteille, le bouchon et la capsule … il reste encore les étiquettes (frais de maquette et puis tirage, plus port). Je suis d’accord que la plaine autour du Libron ne limite pas autant les rendements que les schistes de l’Agly, ou même ta vigne de Tressere, mais je pense sincèrement que si le vin est aussi bon que tu le dis – et je n’en doute pas – il ne faut pas en plus demander un habillage « luxe » et une caisse en bois à ce prix-là.
    La France, et d’autres pays producteurs, ne se rend pas encore totalement compte de la dichotomie qui existe, de plus en plus, dans le vin « courant ». Pour ceux qui boivent encore du « vin boisson » à table, et il en reste, ils ont la chance de disposer de plus en plus de vins « corrects » au goût, et sains, à très petit prix (cubi ou bt à moins de 5 € TTC). La marge se fait sur le volume et le « cost of goods » de la matière première liquide ne joue presque aucun rôle(100 € l’hecto ou même moins). Dès que tu exiges un peu plus que cela, càd un vin qui a vraiment un BON goût, le coût du vin lui-même commence à jouer un rôle.
    Ensuite, je te laisse la responsabilité de l’association poissons frits et plus encore escargots de mer (les « pointus » de l’Hérault, car les bulots viennent de chez moi, à la Mer du Nord) avec du carignan. Je ne vais pas crier au « sacrilège » – nous pensons tous deux que chacun en décide pour soi-même sans qu’un gourou n’impose les règles – mais bien à: dégueu!
    Enfin, je me suis BEAUCOUP promené en terre d’Aude, d’Hérault et de Roussillon durant l’été 2014 et le mildiou (+ la grêle) étaient PARTOUT. Celui qui dit qu’il n’en a pas vu/eu est un coquin. Donc, production de carignan 2014 = …..

    J'aime

  2. Mon cher Léon, je sais évidemment que nul n’est obligé de millésimer. Je regrette simplement que cette info ne puisse figurer quelque part sur la bouteille car je me mets toujours à la place du consommateur – peut-être naïf – que je suis et reste, consommateur auquel je suis censé m’adresser aussi. Mercci quand même de rappeler cette possibilité de mélange qu’ont nos vignerons et négociants.
    Quant au coût de mise en circulation d’un vin, je suis bien placé pour le savoir d’autant que celui-ci peut varier énormément en fonction des quantités de matière sèches mises en œuvre. Il est cependant toujours utile de mettre en lumière le coût réelle d’une mise en vente d’un vin, ne serait-ce que pour justifier son prix.
    Passons rapidement sur les rendements : les nôtres sont modestes car la vigne âgée n’est pas entretenue dans un sens de rentabilité tel qu’il le faudrait. Il y a en outre pas mal de manquants. J’estime pour ma part, et pour en avoir goûté plus d’un, qu’il est possible de faire de belles cuvées de Carignan en tournant autour de 30/35 hl/ha. Yes sir !
    Pour en finir avec cette idée (fixette ?) sur 2014, malgré les aléas que tu indiques, ce fut au Puch une de nos plus belles récoltes : environ 2000 bouteilles d’un vin propre, fruité et bien en chair, en gros un bon millésime. Je n’ai pas dit médiocre, ni moyen, ni extraordinaire. Et j’en ai goûté d’autres notamment dans le Minervois qui sont de très belle facture.

    J'aime

    • A titre perso, je trouve que le millésime est une information très importante aussi. J’indiquais simplement des pistes – en dehors d’une hypothétique mauvaise information du collègue, à laquelle je ne crois guère – pour expliquer ce fait. La plaine de l’Hérault permet bcp plus que tes 30-35 hl et le carignan, bonne fille quoiqu’on en dise, produit de la couleur, des arômes et de l’alcool assez facilement Mais même ainsi, élaborer un vin ayant plus de caractère que simplement « correct » a un coût. C’était le seul point que je souhaitais souligner. Quant à 2014 en général, ce sera évidemment le millésime du siècle, comme tous les précédents et tous les suivants. Il ne faut pas faire dire aux mots ce qu’ils n’ont pas exprimé: des mises de 2014 en provenance du LR procureront certainement bcp de plaisir, mais la grêle à répétition et la pression cryptogamique ont très sérieusement réduit les quantités de très beaux raisins, diminué les maturités moyennes (certains s’en réjouissent, au contraire de moi) et obligé à utiliser des quantités importantes d’anti-fongiques (bio ou pas) et assez tardivement dans la saison. Le cas précis de ton bébé à toi ne contredit pas le reste: il est récent et vous commencez à « trouver vos marques », il profite à présent des bons soins que vous lui prodiguez (à la vigne), vous vous impliquez beaucoup et sa petite taille (ne te vexe pas, je suis dans les mêmes dimensions) permet des réussites là ou « plus grand » échoue en année jalouse … comme 2014. Mon commentaire ne s’inscrivait pas du tout en faux, il offrait un début d’explication. Il fait torride ici: le pc siège sur un petit palier situé juste en-dessous d’un pan de tuiles sans isolation dont la pente fait face au soleil. Je crois qu’il est temps de faire la sieste …

      J'aime

  3. Bonjour, il s’agit du 2013. Le 2014 n’est pas encore en circulation ou commence à peine à l’être. Un 100% carignan soyeux, frais et gourmand. Avec son nez de prunes mûres un brin acidulées et son côté rafraichissant, ce nectar sans sulfite ajouté est effectivement un vrai bonheur!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s