Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Pinot, simple quille

1 commentaire

Je l’avoue, je suis assez difficile en matière de pinot noir (c’est sans doute la marque de mon éducation bourguignonne). Et particulièrement en matière de pinot noir alsacien.

Je crains que ce cépage – le seul rouge de la région – n’y ait pas toujours bénéficié des soins apportés aux blancs. Qu’on l’ait trop souvent considéré comme un simple complément de gamme. C’est en tout cas le constat que j’ai pu faire, l’an dernier, lors du Mondial des Pinots, à Sierre. Vous me direz que les meilleurs alsaciens n’y sont peut-être pas; je vous répondrais que c’est dommage, mais on ne peut pas être partout à la fois. Par ailleurs, dernièrement, chez In Vino Veritas, lors d’une dégustation à thème, sur les 51 pinots noirs alsaciens présentés, seuls 7 ont été retenus (je n’y étais pas, on ne pourra donc pas dire que j’ai influencé le jury).

Tout ça pour vous expliquer que quand je débouche un pinot noir d’Alsace, je n’ai pas toujours une formidable attente. Aussi, quand j’en trouve un bon, je suis deux fois plus heureux. C’est le cas de cette cuvée de Dopff au Moulin, Le Rouge des Deux Cerfs 2014, qui me semble présenter tout ce que l’on peut attendre d’un bon pinot: un nez de pinot, d’abord, joyeux, fruité, cerise et fruits des bois, légèrement fumé; mais aussi une bouche gourmande – c’est souvent là qu’est l’os, une bouche étriquée peut anéantir les beaux espoirs qu’on met dans un pinot expressif.

IMG_6579

Photo (c) H. Lalau

 

Pas de déception de ce genre ici. Cette bouche est large, ample, assez souple, avec en finale, derrière les tannins très lisses et une pointe acidulée bien agréable, le retour du fruit des bois. Il vous laisse la plus belle impression qui soit: l’envie d’y revenir (OK, avec modération, mais d’y revenir quand même). Au fait, il titre 12,5°.

Et pour ne rien gâcher, il est plaisant à l’oeil, avec sa robe grenat.

Bref, du beau boulot, du beau pinot jeune comme je les aime. Comme quoi il n’y a pas que les Kiwis ou les Suisses à savoir en faire.  Si Gérard Jugnot cherche un bon rouge de plaisir, le voila.

Hervé Lalau

   19042426

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

Une réflexion sur “Pinot, simple quille

  1. Pingback: Pinot, simple quille | Wine Planet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s