Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 291 : en échange de bons procédés

4 Commentaires

Entre personnes civilisées, il y a toujours matière à s’entendre. Pour preuve, cette supplique téléphonée de Paul Schramm qui, l’autre jour, pour accompagner sa traditionnelle choucroute, cherchait une bouteille de bon Riesling. En ayant déniché une dans ma cave, il se proposa fissa de me la rembourser. Bien entendu j’ai refusé et lui ai proposé un échange de bons procédés : « Vas donc faire un tour dans ta cave, lui ai-je suggéré, et sors moi une bonne bouteille de ton choix ! » Et c’est ainsi qu’il a débarqué le jour de l’échange avec ce Carignan 2006 sans autre nom que V.V. pour Vieilles Vignes inscrit à la main. Un vin de son village – Calce, en l’occurrence, à 20 minutes de Perpignan – vinifié le plus simplement du monde dans un garage (pièce bourguignonne neuve à la verticale) puis élevé 6 mois dans cette même pièce.

Calce, la cave de Padié un jour de vendanges. Photo©MichelSmith

Calce, la cave de Padié un jour de vendanges. Photo©MichelSmith

Paul, qui fut maire de Calce (deux mandats), a enseigné au Lycée Hôtelier de Perpignan dans lequel il a toujours partagé sa passion du vin avec ses élèves, en travaillant notamment sur le service et les mariages mets et vins, me donna pour seule info ce qui suit : « Il s’agit d’un pur Carignan provenant d’une vigne centenaire en fermage d’un de mes adjoints, Francis Cravié, et vinifié chez Jean-Philippe Padié, un jeune vigneron qui commençait tout juste à s’installer dans le village après un passage chez Gauby et qui depuis a fait son chemin, comme tu le sais. »

Photo©MicheSmith

Photo©MicheSmith

Souvent, le nez du Carignan a du mal à venir. Pourtant, dans ce cas, il est bien là, mais discret comme à son habitude, attendant que l’on s’occupe de lui avec une aération idoine : fines traces herbacées provenant de je ne sais quel coin de garrigue pierreuse, de celle que chasseurs et promeneurs parcourent tôt le matin avant le plein soleil. En bouche, les tannins paraissent un peu verts au prime abord, mais le vin se porte vite sur l’équilibre dans un ensemble assez velouté et enveloppant. Trois jours après, le nez se fait plus épicé avec des notes de bois sec et des touches enfouies de fruits rouges. En bouche, le fruit réapparaît par strates successives, sans aucune aspérité. Quant à la finale, elle s’effectue en douceur dans une sensation de légèreté. Si seulement j’avais un loup grillé pour aller avec, je crois bien que ce serait le bonheur. Et si on pouvait rajouter quelques morceaux de cèpes, alors là, ce serait le pied !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “#Carignan Story # 291 : en échange de bons procédés

  1. J’en ai l’eau à la bouche ….

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour En parlant de choucroute, me croirez vous mais j’ai eu une expérience étonnante : j’en mangeais une et avait une bouteille ouverte de Saint-Emilion. Ni le temps, ni l’envie de déboucher autre chose pour ce repas sur le pouce. Oh surprise, un accord incroyable ! Un plaisir comme rarement. Je n’ai pas eu l’occasion de réessayer mais me suis promis de creuser la question. Parmi les accords inattendus, ça vous parle ? Jean-Michel PS : je suis vigneron à StE mais aucun lien parce que je bois la France entière 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s