Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Paulilles, entre mer et montagne

3 Commentaires

Et si je vous racontais « mon » été indien ?

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Presque au bout du monde, il s’agit-là d’une anse de taille raisonnable, sorte d’échancrure dans les Albères constituée d’au moins trois plages de poche copieusement ardoisées mi-sable-mi-cailloux. Une baie à l’eau d’azur et cristalline que les blasés frôlent en général de leurs automobiles sans à peine daigner un regard pour mieux filer à travers vignes et lacets routiers entre Port-Vendres et Banyuls-sur-Mer ou dans le sens inverse. Cherchez-là donc sur la carte en longeant la côte dite Vermeille du Golfe du Lion jusqu’aux prémices de la Costa Brava. La côte rocheuse du Roussillon a toujours été un monde à part.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Et nous voilà à Paulilles. Avec accès direct à la mer, offrant au choix : voiliers au repos, atelier de réparation de barques catalanes, sentier douanier chevauchant les criques, kayaks de mer, plongées sous-marine, parcours aménagés dans une vaste ancienne dynamiterie Nobel aujourd’hui transformée en parc départemental qui en son temps a exploité (et carrément fait exploser) les gens du pays sang et sueur. Figuiers géants pareils à des manguiers d’Afrique, chênes lièges et oliviers redevenus sauvages, pinèdes à profusion, eucalyptus jaillissant du schiste. J’ai toujours senti le lieu fragile, tel un bijou de nature convoité comme il se doit par l’appétit des ogres.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Dans les années 90, la baie de Paulilles a failli se transformer en village de luxe avec villas et marinas à la clef. Et si ce n’était sans la vigilance du Conservatoire du littoral et d’un des deux propriétaires de vignes légèrement écolo sur les bords, ce lieu à part serait aujourd’hui traversé par le béton d’une quatre-voix. Désormais, il faudra compter sur la protection des dieux marins pour que la plus grosse société viticole du coin s’étant appropriée le Domaine des Clos de Paulilles et son restaurant, ne cherche à intensifier le tourisme viticole et ne succombe à la tentation d’ouvrir tôt ou tard un établissement hôtelier dans ce décor par ailleurs constamment menacé par les incendies.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Paulilles n’est à première vue qu’un vulgaire croissant de mer doté d’un dos sexy et arrondi offrant de multiples possibilités de caresses ensoleillées et ventées, surtout lorsque, bien trop fréquenté en été, on retrouve dès la mi-septembre toute sa saveur, tout son charme rendu presque sauvage. Enfin, c’est ce que l’on croit. Un hasard de la vie, une chance, fait que je viens de passer quelques jours dans ce hameau pas si paisible que ça. Entre les voitures qui passent à quelques rangées de grenache, les tracteurs qui ronronnent à l’entrée de la cave, les rares trains qui se faufilent d’un tunnel à l’autre, les randonneurs aussi qui sautent d’un rocher à l’autre, les vendangeurs qui débarquent et se hèlent de coll en coll, j’y ai retrouvé l’odeur de la vendange fraîche, le partage et l’amitié et la bienveillance de mes amis du Domaine de Valcros.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Véronique et Louis sont depuis mon arrivée en Roussillon fidèles en amitié. Ils ont ouvert voilà maintenant 15 ans des chambres d’hôtes ainsi que des gîtes, simples mais confortables, sans aucune prétention démesurée, sans effets de décoration pompeuse, sans piscine ni jacuzzi, des chambres dotées de l’essentiel pour vivre en paix quelques jours de vacances et s’offrir de belles randonnées côtières. Comme toujours lorsque je voyage en terre amie, j’avais pris soin de mettre dans le coffre de ma Yaris un carton ou deux de vins sortis de ma cave. Ensemble, nous avons vidé quelques bouteilles de choix qui me laissent penser une fois de plus que notre terre du Sud, n’en déplaise aux grincheux, a sa place dans le monde des grands vins.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pêle-mêle, il y avait là le petit Cinsault/Syrah Atout Pic 2014 du Mas Coris, à Cabrières, le tout aussi modeste Carignan du Puch 2013, un somptueux Côtes du Roussillon Villages Vieilles Vignes 2001 de Gérard Gauby également bien marqué par les Carignans, à peine usé par le temps passé en cave. Pour aller encore plus loin, il y avait aussi un remarquable Coteaux du Languedoc pas encore Terrasses du Larzac, Cal Demoura L’Infidèle 2000 tout en finesse, suivi par une même cuvée 2006 sous l’emprise de ses tannins musclés aux accents de garrigue. Et comme ce n’était pas assez pour satisfaire la soif de quatre personnes à table, j’avais emporté un puissant et très mur Vin de Table 2005 L’insouciant, un pur grenache noir des Aspres de chez Sarda-Malet.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

De quoi se dégourdir les jambes en allant au moins vers Cosprons, le hameau voisin, à deux kilomètres de marche, pour parler du projet de ferme-auberge traditionnelle qu’a en tête pour l’année prochaine le vigneron très en vue Yves Cardoner du Domaine Les Tines. Et, à deux pas, ne pas manque la visite de la Vinaigrerie La Guinelle où l’on déniche de véritables petites merveilles. Les plus courageux iront à vélo se régaler des vues que l’on a sur la côte à partir de la Route des Crêtes. Avant de piquer une tête dans l’eau froide mais revigorante de Paulilles. Quant aux vins, les bons domaines ne manquent pas aux premiers rangs desquels je placerai  La Rectorie, La Tour Vieille et La Coume Del Mas. Zut, j’allais oublier : afin de profiter des derniers beaux jours, ne pas manquer la traditionnelle Fête des Vins sur la plage de Banyuls début octobre !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

3 réflexions sur “Paulilles, entre mer et montagne

  1. Par ces lignes, j’étais dans l’ombre des pas de cette jolie randonnée, imprégnée de l’amour porté à une si belle région.
    C’est vrai, Paulilles se déniche pour ceux qui savent prendre le temps de la pause. Ses défenses naturelles et humaines l’ont jusqu’ici globalement préservée. C’est heureux.
    La France du bout, catalane en diable, est un reflet vivant d’authenticité culturelle, œnologique et gastronomique. C’est une terre chaleureuse, dans tous les sens dut terme. Ce carnet de route, imprégné de ces valeurs, m’y a replongé. Merci pour ce texte, Michel.

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Paulilles, entre mer et montagne | Wine Planet

  3. Pingback: Ça c’est de la techno ! | Les 5 du Vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s