Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 293 : le parti pris du petit prix

2 Commentaires

Cerné par 500 ha de garrigue et une centaine d’hectares de vignes, allure toscane au pied des Corbières un peu à l’écart de l’Agly et de ses flots capables des pires débordements, le Château de Jau offre une halte paisible en fin d’été avec une boutique qui ressemble plus à une galerie d’art qu’à un magasin ou « caveau de vente » classique. Cela tient à coup sûr de la passion pour l’art contemporains qui anime la famille Dauré depuis des lustres, Sabine et Bernard en particulier. Leur rencontre avec Benjamin Vautier, dit Ben, l’artiste Napolitano-Niçois dans les années 90 a donné naissance à une collection de vins dits « de soif » faciles et sans prétention, connus sous le nom de Jaja de Jau, série d’abord déclinée en rouge, rosé et blanc, puis augmentée depuis quelques années par une brochette de vins de cépages pour la plupart « internationaux », dont une cuvée heureusement laissée au Carignan.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pour moins de 5 €, j’ai trouvé cette bouteille dans le rayon vin de mon hyper Carrefour, à Claira, au nord de Perpignan, magasin dans lequel je ne m’aventure guère plus d’une fois par an pour acheter les choses essentielles que vous imaginez et que je glisse dans un chariot en ferraille. Le plus souvent par simple curiosité, j’en profite toujours pour jeter un coup d’œil au rayon vins. Parfois, comme cette fois-ci, je suis pris par une envie d’achat en espérant tomber sur quelque chose d’intéressant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce petit prix est une sorte de parti-pris chez les Dauré. Cela s’explique par une vendange mécanique, des vinifications rondement menées, un appel au négoce si la récolte maison ne suffit pas et un gros tirage qui peut dépasser le demi-million d’exemplaires. Résultat, ce Côtes Catalanes 2014 au nez rustique mais sans défaut, s’annonce souple et légèrement corsé en bouche, avec ce qu’il faut de fruit pour retenir l’attention, peu de complexité et encore moins de longueur. Pourtant, il remplit son rôle de « vin de l’amitié » surtout si l’on décide de l’ouvrir et de le servir bien frais avec des tapas, saucisses grillées et autres plats simples, avant un bon match de rugby à la télé. Les grincheux et les âmes sensibles n’auront qu’à s’abstenir !

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “#Carignan Story # 293 : le parti pris du petit prix

  1. Vous bien frais et « elle » chambré… Pour tous les goûts en somme ?

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: #Carignan Story # 293 : le parti pris du petit prix | Wine Planet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s