Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Die-moi tout!

5 Commentaires

Un voyage express en Diois m’a permis de prendre le pouls de cette région plus complexe qu’il n’y paraît.
Le Diois, c’est (plus que jamais) la Clairette de Die, qui me semble en très bonne voie, mais c’est aussi le Crémant de Die, et beaucoup plus confidentiels, les Coteaux de Die (en blanc tranquille); sans oublier le Châtillon en Diois (en trois couleurs), qui fait la part belle à l’aligoté et au gamay.

Die3

La Drôme à Pontaix (Photo (c) H. Lalau 2015)

J’ai le plaisir de vous annoncer que les vendanges se sont plutôt bien passé: le soleil a été au rendez-vous tout l’été, mais avec assez d’épisodes pluvieux pour ne pas stresser la vigne, et cerise sur le gâteau, les muscats ont été rentrés avant la pluie.

J’ai pu rencontrer quelques vignerons de caves particulières, ainsi que des responsables de la Cave de Die, alias Jaillance, qui représente plus des 3/4 de la production.
Indépendamment de la structure, j’ai pu entendre des discours très positifs sur l’engagement qualitatif, et surtout, en voir les résultats concrets dans les vins. Je retiens surtout de très belles Clairette de Die Méthode Ancestrale, ou des Clairette de Die Tradition, ainsi que d’étonnants aligotés.

Je constate que Die a suivi une voie différente de Limoux: ici, ce le Crémant n’a pas pris le pas sur le doux.

Die6

Dans les vignes de Châtillon… en Diois, bien sûr (Photo (c) H. Lalau)

 

Comme le confie Fabien Lombard, le Président du Syndicat de la Clairette (et vigneron au domaine de Peylong), « La Clairette, c’est d’abord ce que nos clients nous demandent! ».

Il faut dire qu’à mon humble avis, la Clairette – toutes cuvées confondues – n’a jamais été séduisante.

Oubliez les vins mous, prématurément oxydés, les faux goûts, les papilles anesthésiées par les sucre; la plupart des cuvées dégustées sont fines, et exhalent des notes très pures de fruit – tantôt agrume, tantôt tropical, et le sucre est maintenu à des niveaux d’autant plus acceptables que les acidités sont plus que correctes (notamment dans les cuvées intégrant beaucoup de clairette). Cette maîtrise est d’autant plus remarquable que la méthode traditionnelle est particulièrement délicate (pas question de rectifier au dosage).

CabaneDie00

Photo (c) H. Lalau 2015

Quant aux aligotés, je leur trouve non seulement l’attrait de la surprise (mais que sont ils venus faire là?), mais aussi du punch, de la fraîcheur et une amertume bien sympathique en finale.

J’ai aussi été frappé par l’étendue de l’appellation (non en termes de surface plantée, mais en termes de longueur, puisqu’elle s’étend sur plus de 50km, au fil d’une Drôme qui zigzague entre collines molles et parois abruptes. Voila qui est propice à l’émergence de nombreux méso-climats; le haut de la vallée, naturellement, est plus élevé en altitude; d’autre part, on trouve aussi bien des coteaux pentus que des vignes de fond de vallée.

Mais la vérité est dans le verre, voici donc ma sélection de belles bouteilles dégustées à votre attention.

IMG_7098

Trois des bouteilles qui nous attendaient à la Maison de la Clairette de Vercheny

Domaine Peylong 2012 Clairette de Die
Anis, clairette, nez mur, pas dosé,
Notes florales, framboises, amertume sympa pas envahissante bien 15/20

Domaine de Monge Granon Cuvée de Minuit Crémant de Die
Légèrement oxydative, mais crémeuse à souhait, cette cuvée assemble 2011 et 2012; elle est toute opulence et vinosité.

Domaine de Peylong L’Oublié Coteaux de Die 2012
100% Clairette. Belle amertume, quelques de fleurs blanches, d’abricot et de pastis, assez gras en bouche. Parfait à boire aujourd’hui, après 3 ans… d’oubli. La clairette a besoin de temps.

Jaillance Châtillon en Diois Aligoté  2014 
Très belle acidité, citron, pierre à fusil, et pour finir, une savoureuse amertume.

Jaillance Clairette de Die Cuvée Impériale
Léger et aromatique, des jolies fleurs blanches, du maracuja, des belles notes de raisin mûr, mais tout en finesse. Aucune lourdeur en bouche malgré les 60g de sucre..

En résumé: à visiter d’urgence. Pour remettre ses papilles à l’heure; pour s’en mettre plein les mirettes, aussi, de cette jolie vallée comme blottie entre les montagnes environnantes. A ne pas manquer: les vignes autour de Châtillon, et puis Pontaix, avec ses passerelles sur la Drôme, et sa chapelle accolée à la roche.

Et pour dormir? J’ai ce qu’il vous faut: Le Domaine de Blacons, à Mirabel-et-Blacons, +33 6 29 40 96 73

Hervé LalauIMG_7183

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

5 réflexions sur “Die-moi tout!

  1. Merci pour ce voyage dans une appellation que je ne connais pas Hervé. Une petite correction toutefois. Tu utilise le terme « micro-climat » à tort, comme la plupart des commentateurs français d’ailleurs. Le micro-climat est ce qui différence les conditions entre deux rangées de vignes, donc quasiment le climat autour de chaque grappe. Le terme meso-climat est plus approprié à ton sens : les différences entre un haut de coteau et un fond de vallée par exemple, ou le climat qui règne dans toute un vallée.

    J'aime

    • David, l’utilisation des termes micro-climat et méso-climat pourrait donner lieu à certains débats. Micro-climat, définition du Larousse :  » ensemble des conditions climatiques d’un espace homogène très restreint et isolé de son environnement général « . On constate que l’espace ainsi désigné peut être très réduit (entre deux rangées de vignes, pourquoi pas) ou beaucoup plus vaste. Le pb provient des définitions que l’on trouve dans le Dico du Vin et qui ont été largement inventées pour être applicables aux vignobles ; elles ne correspondent à rien d’académique, désolé. La définition du méso-climat, par exemple : « ce terme désigne généralement le climat d’un vignoble particulier correspondant à quelques centaines de m2 (un terroir par exemple) et son influence déterminante sur la vigne et la qualité de ses raisins » est ridicule. L’influence du vocabulaire venant de la Bourgogne est nette. Les différenciations que l’on établit à une certaine échelle doivent être mesurables pour mériter un nom.

      J'aime

    • Belle initiative Hervé, merci. Les vins du Diois sont encore largement ignorés des consommateurs. Que de beaux paysages et de jolies vignes, nichées dans des cirques abrités. L’assemblage muscat/clairette se fait bien souvent au bénéfice d’une majorité de muscat. Les efforts réalisés depuis une quinzaine d’années dans cette AOP sont considérables (recherche d’une viticulture de qualité, délimitations successives visant à éliminer les parcelles peu significatives, et le développement, pour l’essentiel à la cave coopérative de Die, d’une technologie très pointue.

      Châtillon-en-Diois, c’est la surprise pour qui ose se rendre dans les secteurs situés le plus en amont de la vallée de la Drôme. Magnifique panneau d’éboulis calcaires, au piémont des reliefs.

      J’ai souvenir de parcelles perchées à plus de 500 m d’altitude, mais très bien orientés, où M. Cordonnier, membre de la commission d’experts lors de la délimitation de l’AOP par l’INAO et excellent chasseur, il y a de cela bien des années, aimait à dire que là devait se trouver soit les meilleures conditions pour abriter une compagnie de perdreaux, sot celles qui conviennent aux lièvres pour établir un gîte. Et, régulièrement, partaient, avec ce sifflement caractéristique du à leur vol, deux ou trois perdreaux, ou bondissait un lièvre que notre présence surprenait.

      Anecdote : dans le village de Chatillon, toujours lors de ces missions conduites par l’INAO, la personne du syndicat qui nous accompagnait avise un employé municipal qui balayait la rue, alors qu’il gelait à pierre fendre. Il va vers lui, ouvre son blouson et sort de la poche intérieure une bouteille de vin rouge. Cet homme possédait le privilège, que lui accordaient les viticulteurs, de prendre dans les vignes les raisins non ramassés lors de la vendange. Il vinifiait cette récolte tardive dans une vieille maison du village qui disposait de deux étages de cave, le premier sous-sol destiné à la réception des raisins et au foulage, le deuxième à la conservation dans des barriques. Ce vin exhalait des senteurs de sous-bois, de champignons, de mousse humide…impossibles à retrouver dans le vins classiques de Chatillon. Un moment de rare plaisir.

      J'aime

  2. Petite précision ampélographique : on trouve de l »aligoté dans le Diois, pour les vins tranquilles, ainsi que du Chardonnay et du Pinot Noir, de la Syrah… C’est la « rencontre » entre les « cépages bourguignons » et ceux du Rhône, marque de l’appellation Chatillon en Diois où les vins les plus remarquables étaient ceux de Didier Cornillon… avant qu’il ne cède son domaine ! Nombreux sont les amateurs qui pleurent les Clos de Beylière (+-600 mètres d’altitude, Chatillon en Diois AOC la plus élevée de France continentale ? à vérifier…) élaborés par Didier….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s