Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

#Carignan Story # 296 : Trop et pas assez !

5 Commentaires

C’est Marie-Louise Banyols, notre émérite sommelière catalane qui, l’autre jour, m’a confié cette bouteille de Cariñena en même temps qu’elle m’annonçait sa retraite de Lavinia où elle dirigeait les achats vins. Tout de suite j’ai pris conscience qu’il ne s’agissait pas d’un banal Carignan, puisque le cépage Cariñena qui compose ce vin est issu du territoire de l’appellation aragonaise Cariñena mentionnée plus d’une fois ici. En outre, celui-ci a été vinifié par un Californien installé en Aragon depuis 2003, Michael Cooper. Mieux encore, ce vin que je viens de déguster, sera le second vin de cette appellation décrit dans cette rubrique. Souvenez-vous, la première fois, c’était il n’y a pas si longtemps.

Marie-Louise Banyols, jeune retraitée. Photo©MichelSmith

Marie-Louise Banyols, jeune retraitée. Photo©MichelSmith

Michael Cooper, si j’ai bien compris, s’intéresse aux cépages anciens en Espagne à travers une gamme de vieilles vignes travaillées de manière artisanale et mises en bouteilles numérotées, généralement en petites quantités. Ce vin-là, par exemple, baptisé Cierzo, du nom de la tramontane locale, vent froid et violent venu du nord, n’a été tiré qu’à 1.024 bouteilles dans le millésime 2009. Ce qu’il y a également d’intéressant dans cette démarche, c’est que la Cariñena, dans ce cas précis, est planté à 700 mètres d’altitude dans la Sierra de Algeiren sur un sol pierreux d’argiles ferrugineuses.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Pour mieux appuyer son honorable démarche, Michael aurait pu se contenter de livrer à nos palais ce vin tel quel, dans sa nudité, si vous préférez. Las, probablement débordé par son enthousiasme et l’espoir de vendre son vin à un prix plus élevé que les autres, notre ami américain lui a infligé un élevage qui, à mon humble avis, ne sied aucunement au registre du cépage : 24 mois en barriques françaises (bois neuf) en plus d’une maturation de 30 mois en bouteilles, tout cela me paraît un peu too much ! À la fois trop d’emprise du bois et pas assez de place laissée à la pureté de ce cépage pris à la source à une altitude somme toute assez rare, car je pense bien que c’est le premier Carignan que je goûte à dépasser les 500 mètres.

Photo©MichelSmith

Photo©MichelSmith

Il en résulte, et ce dès l’approche au nez, comme un sentiment de déjà vu et de lassitude face à cette omniprésence boisée. Un style qui me semble proche du goût ibérique si tant est qu’il existe. Je n’y peux rien et j’ai beau m’ouvrir, faire des efforts de concentration et d’adaptation, mais je ne peux m’y faire, tant le bois perturbe le vin et le dirige vers l’amertume en milieu de bouche et la planche fumée en finale.

Mon amie de Montréal, Brigitte, qui m’accompagnait dans ma dégustation, a émis une opinion différente : «J’aime ce vin !» me lança-t-elle avec force conviction… Pour m’avouer un peu plus tard qu’elle adorait tout ce qui avait le goût du fumé, à commencer par le saumon de son pays et les anchois de Cantabrie. Il s’en fallut de peu, pour accompagner ce 2009 pourtant non dénué d’un fond de fruits rouges, que je serve des toasts bien chauds d’un pain campagnard avec une tranche de hareng de la Baltique posée dessus ! Une fois de plus, entre poc y mas, tous les goûts sont dans la nature et on n’y peut rien.

Michel Smith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

5 réflexions sur “#Carignan Story # 296 : Trop et pas assez !

  1. Trop bon le billet, Michel, grave !
    Il évoque immanquablement des commentaires dominicaux.
    Bonne retraite à Marie-Louise. C’est elle qui m’a apporté (sous les platanes de Céret, dans sa « famille » donc) pour la première fois cet assemblage si savoureux de fromage persillé mélangé à de la crème double, parsemé de cerneaux de noix, tartiné sur du pain d’épices et abondamment relevé par du vieux rancio (pléonasme). Elle servait à l’époque les ambrés que réalisait pas loin de ta vigne Thierry Cazach, qui n’avait pas encore pris la nationalité maurynate. C’est certainement ce que les bonnes coop. du département élaboraient de meilleur : les vins doux oxydatifs de garde. Le « hors d’âge » de mon village, Corneilla, était sensationnel. Mais on le vendait beaucoup trop bon marché!
    Ensuite, je partage ton désamour pour les boisages intempestifs. Pourtant, suivant en cela les recommandations itératives de Maître Jacques (il est juriste de formation) et de Maître Denis (qui est ingénieur), j’ai « flashé » avant hier sur le remarquable chenin de Thierry Michon. « Bou di » qu’il est boisé, mais si bien boisé.
    Une question : comment fait-on pour que les Acadiennes sentent le bois brûlé ? Est-ce qu’on les place sur un bûcher de hêtres quand elles sont petites ? Aux US of A, on parle aussi de « hickory winds ».
    Et enfin, toi qui a beaucoup voyagé (comme les souliers d’un autre Canadien) : est-il vrai que les Antillaises sentent le bois bandé ? Si oui, … comment fait-on ? Sur quoi les met-on quand elles sont petites ?

    J'aime

  2. Michel, je partage complètement ton opinion, simplement, il me semblait intéressant de te faire gouter, cette rareté espagnole…..et c’est vrai Luc a raison , ton billet est excellent!
    Et, merci à luc de se rappeles les bons ,moments passés à Céret!

    Aimé par 1 personne

  3. Je persiste sur le même ton, aussi léger qu’une crêpe dentelle: est-ce que les Bretonnes sentent le caramel au beurre salé, Michel? On pourrait le demander à … Jean Plouzennec. Je ne préjuge pas du tout de ses expériences de vie, le connaissant avant tout comme un chef de talent, mais je fais allusion à son patronyme.

    J'aime

  4. Pingback: #Carignan Story # 296 : Trop et pas assez ! | Wine Planet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s