Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

The Bubble Battle of Waterloo 2015: news from the front

7 Commentaires

Cet article est publié en versions anglaise et française. Descendez pour lire la version française

This article is published in English and French versions. Just scroll down to get the French version

This battle of the bubbles took place at Waterloo on November 7th 2015, just over 200 years after the original and rather bloody version. So did the French (represented by 10 Champagnes) win this time, against strong opposition from English and German sparkling wine producers, together with a few outsiders from Belgium, Switzerland and Alsace ? Well, the short story is yes, but it was a closer thing than many might have supposed. Let’s go back and set the scene first, in case you haven’t followed the story so far.

Waterloo Bubble Battle

Earlier this year, seeing all the festivities being prepared in memory of the battle that saw the final defeat of Napoleon, and thinking about how all three countries involved  contributed to making sparkling Champagne the benchmark wine that it is, I thought that it might be both interesting and fun to match some contemporary English sparkling wines against a selection from Germany and France. And of course this had to be held somewhere on the battlefield of Waterloo. My colleagues Hervé Lalau and Marc Vanhellemont found the perfect place, a former farm called La Ferme du Mont St. Jean, which had served as a war hospital for British troops during the battle and which now harbours a brewery, a restaurant and a shop, plus a tasting room. As a minor coincidence one of my ancestors defended another farm, called Hougoumont, during the battle where he commanded the 2nd battalion of the Coldstream Guards.

IMG_7190The courtyard of Ferme du Mont Saint Jean, where we held the tasting

The main French contingent for our tasting was from Champagne, with a series of 10 wines, all but one of which came from producers that were in existence back in 1815. The one exception being the Napoleon brand, which obviously had to be present! The English Sparkling wine contingent was a bit smaller, as they only sent 7 wines, although, in their lighter style, these managed to defend their colours well, and sent two wines into the final along with seven others from France, Germany and Switzerland (see explanations for the latter one further on). The largest contingent came from Germany, with a total of 14 sekts and méthodes traditionnelles of different geographical origins and various grape varieties. We also tasted three wines from other regions and countries, and these were tasted in the same flight as the English sparklers to even up the numbers. Since the Belgians had fought on both sides, there had to be a Belgian wine there, and the Valais (Switzerland) also sent a representative as the Simplon region was attached to France at the time of the Battle of Waterloo. The final « joker » in the pack was a Crémant d’Alsace.

Whilst this selection process might seem a little arbitrary, it does have its rationale. In the case of Champagne, the basis for the selection was of course historical. For the English selection, the samples were sent in voluntarily, following a request to the English winegrower’s association. 12 of the 14 German wines we tasted had formed the top 12 in a recent German sparkling wine competition.  Having directly and individually requested samples from those Champagne houses founded before 1815, only three either refused to participate or did not answer my requests. Alongside the wines tasted below I have therefore listed those who refused to fight, and so are to be considered as deserters. What they were afraid of is quite hard to figure as this was a most pacific and friendly event that was conducted in a professional manner. Tant pis pour eux


IMG_7184The tasters at work. Studious but relaxed

The wines were tasted in three separate flights and then the best from each went into a final of 9 wines. The first flight involved the 7 English wines, together with the 3 « jokers » from other places (Belgium, Alsace and Switzerland). Next came the 14 German wines, and finally the 10 Champagnes. Eleven tasters (see list below) were involved and the results are the fruit of their average marks for each wine. All are very experienced wine professionals and came from 4 countries: Belgium, England, France and Germany. The wines were commented and noted (out of 20) individually. At the end of the 3 flights, the top 9 wines, selected according to average marks for each wine in the flights, were re-tasted and noted again in a final session.

Here are the wines that made it into the final, in the order of their markings:

1 Champagne Charles Heidsieck Brut Réserve (France)

2 Champagne Henriot Brut Souverain (France)

3 Bardong Chardonnay Brut 2006 (Germany)

4 Nyetimber Classic Cuvée 2010 (England)

5 Champagne Roederer Brut Premier (France)

6 (ex-aequo) Champagne Ruinart Blanc de Blancs (France) & Tsempéro (Valais, Switzerland)

8 Denbies Cubitt Reserve (England)

9 Von Buhl (Pfalz, Germany)

It should be noted that Charles Heidsieck was a clear winner, obtaining the highest average mark both in the heats and in the final. The other makings were very close, at least for the first 4 wines. Consistency of the markings was also very good overall between the same wines tasted in the heats and the final. The Champagne series (all this series of wines were the producer’s non-vintage cuvée) did obtain the highest average markings of the three series. They are also the most expensive of the wines tasted. One can of course attribute this superiority to their higher overall quality, but also, perhaps, to a more instantly recognizable style. This is especially pertinent in relationship to the series of German sparkling wines which came from very different grapes and techniques that included both sekts and méthodes traditionnelles, chardonnays, pinot noirs, rieslings and even a delicious but very different demi-sec Muskateller).

The Champagne deserters were:

Moët & Chandon, Perrier Jouët and Veuve Clicquot: shame on them !

The tasters were:

from England: Michael Edwards & David Cobbold

from Belgium: Marc Vanhellemont, Luc Meyermans & Hilde Jonkheere

from Germany: Klaus Hermann & Jorg Winkler

from France: Hervé Lalau, Olivier Borneuf, Xavier Leclerc & Christophe Macra MW

Next week I will discuss this tasting in more detail with some conclusions.

 

Version française

La Bataille des Bulles de Waterloo, 2015: nouvelles du front

Cette bataille des bulles a eu lieu sur le champ de la bataille de Waterloo, le 7 novembre 2015, un peu plus de 200 ans après la vrai et bien plus sanglante bataille. La question sur vos lèvres est probablement : « Est-ce que la France (en l’occurrence représentée par 10 champagnes) ont gagné cette fois-ci ? ». Eh bien, et malgré une solide opposition de 14 bulles allemandes, 7 anglaises et 3 autres en provenance de la Belgique, de la Suisse et de l’Alsace, la réponse est probablement oui, même si le match fut plus serré qu’on pouvait s’y attendre. Mais replaçons cela dans le contexte, si vous n’êtes pas déjà au courant.

Plus tôt cette année, devant l’armada des commémorations de la bataille de Waterloo (sauf en France, il est vrai !), et considérant que les trois pays les plus impliqués dans cette confrontation étaient aussi ceux qui ont fait la réussite du Champagne mousseux, j’ai trouvé intéressant et amusant de refaire la bataille d’une manière très amicale et totalement pacifique avec des vins à bulles issus des trois pays, France, Angleterre et Allemagne. Evidemment il fallait tenir cette dégustation sur le champ de la bataille et mes collègues Hervé et Marc ont déniché l’endroit idéal : la Ferme de Mont Saint Jean, qui fut un hôpital de guerre pour les troupes britanniques pendant la bataille, mais qui héberge de nos jours une brasserie, un restaurant, une boutique et une salle de dégustation. Il se trouve qu’un des mes ancêtres a défendu, pendant la bataille de 1815, une autre ferme, Hougoumont, non loin de là en tant que commandant du deuxième bataillon des Coldstream Guards.

L’essentiel des vins français venait de Champagne, et de maisons fondées avant 1815, à l’exception de la marque Napoléon, qui était indispensable pour l’occasion ! Les sparkling anglais étaient au nombre de sept, que nous avons complétés dans la série, pour égaliser les forces, par un vin belge (les belges ayant été très présents des deux côtés de la bataille), un vin suisse (les valaisans faisant partie de la France en 1815), et un alsacien (ils étaient aussi français et pas allemands à cette époque). Les logiques qui ont présidé à la sélection étaient variables. Pour les champagnes elle est historique. Pour les anglais j’ai fait appel à l’association des producteurs anglais et sept ont répondu présent. Pour les allemands, il s’agissait, pour l’essentiel, des 12 premiers vins d’un récent concours tenu en Allemagne pour les vin mousseux.

J’ai sollicité individuellement toutes les maisons de Champagne dont la date de fondation précède 1815. Une n’a pas répondu, et deux ont refusé. Leurs noms figurent ci-dessous sur une liste de « déserteurs ». Je ne sais pas trop de quoi ils ont peur ! Mais neuf ont relevé le défi et je les en remercie.

Nous avons dégusté les vins (à l’aveugle bien entendu) en trois séries, puis les meilleurs de chaque série ont été dégusté dans une sorte de finale. La première série était composé des sept vins anglais, plus les 3 « jokers », de Belgique, d’Alsace et de Suisse. Puis les 14 vins allemands et, enfin, les 10 champagnes. Onze dégustateurs professionnels et expérimentés de 4 pays différents, dont vous trouverez la liste ci-dessous, ont participé. Les vins ont été notés sur 20 et la présence en finale, comme les résultat de cette finale, correspondent à la notation moyenne de chaque vin sur les onze notes du jury.

IMG_7899

Le Grand Charles, vainqueur de la Bubble Battle of Waterloo 2015

Les vins finalistes, dans l’ordre de leur notation :

1er: Champagne Charles Heidsieck Brut Réserve (France)

2ème: Champagne Henriot Brut Souverain (France)

3ème: Bardong Chardonnay Brut (Allemagne)

4ème: Nyetimber Classic Cuvée 2010 (Angleterre)

5ème: Champagne Roederer Brut Premier (France)

6èmes ex-aequo: Champagne Ruinart Blanc de Blancs (France) & Tsempéro (Valais, Suisse)

8ème: Denbies Cubitt Reserve (Angleterre)

9ème: Von Buhl (Pfalz, Allemagne)

Charles Heidsieck l’emporte haut la main, avec la meilleure note, aussi bien en séries qu’en finale. Les autres notes ont été plus serrées, du moins pour les 3 vins suivants. Il y avait aussi une bonne cohérence des notes pour les vins dégustés deux fois.

La série des champagnes (il s’agissait des cuvées bruts non-millésimés des producteurs concernés) a obtenu la note moyenne la plus élevée des trois séries. Il est vrai que ces vins sont aussi les plus chers. On peut aussi attribuer à cette bonne notation à une qualité perçue plus élevée en moyenne, mais aussi à un style plus reconnaissable et familier à la plupart des dégustateurs. Cette remarque prend tout son poids lorsqu’on considère que les vins pétillants allemands dans étaient aussi bien des sekts que des méthodes traditionnelles, venaient de régions différentes et de cépages qui allaient des pinots et des chardonnays au muskateller (un délicieux demi-sec), en passant par le riesling.

Les « déserteurs » de Champagne :

Moët & Chandon, Perrier Jouet, Veuve Clicquot : honte à eux !

Les dégustateurs étaient :

pour l’Angleterre : Michael Edwards & David Cobbold

pour la Belgique:  Marc Vanhellemont, Luc Meyermans & Hilde Jonkheere

pour l’Allemagne : Klaus Hermann & Jorg Winkler

pour la France : Hervé Lalau, Olivier Borneuf, Xavier Leclerc & Christophe Macra MW

 

La semaine prochaine, j’explorerai cette dégustation avec un peu plus de détail et quelques conclusions

David CobboldIMG_7920

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

7 réflexions sur “The Bubble Battle of Waterloo 2015: news from the front

  1. Any hard feelings on behalf of the widow?
    Maybe you could have used a new slogan: « Messieurs les Anglais, dégorgez les premiers! ».

    J'aime

  2. Salut David!
    Le plus champenois des Toulousains tient à souligner l’importance du dernier paragraphe. S’il n’avait fallu retenir que les meilleures notes, indépendamment des sous-groupes nationaux, la finale aurait été quasi-exclusivement champenoise! Tout cela pour dire que la victoire fut écrasante et Waterloo est désormais sous pavillon français !

    PS: commentaire de pure mauvaise foi, totalement assumé !

    J'aime

  3. Bien vu, Olivier, mais les deux Allemands, deux Anglais et le Suisse finalistes ont tout de même battu 6 Champagnes, qui eux, ne sont pas arrivés en finale.

    J'aime

  4. Eh na-na-na, euh, çui kil dit c’est lui-même, euh. Z’êtes pas un peu infantiles, les amis? Pendant ce temps-là, il y a un Perse qui refuse de boire du vin à la table de Hollande. Pourtant, on en mettait pas mal en perse, des tonneaux, jadis. Peut-être doit-on essayer de lui faire boire la Perle d’Aya(to)la?

    J'aime

  5. Pingback: Bubble Battle of Waterloo (2): après la bataille | Les 5 du Vin

  6. Pingback: Waterloo ou the Bubble Battle pour Tsampéhro… | Tsampéhro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s