Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Cava ou Clàssic Penedès? (suite et fin)

4 Commentaires

Suite du billet de ce matin, malencontreusement amputé lors du dégorgement…

Josep Maria Albet i Noya, le pionnier de la viticulture bio sur la péninsule ibérique, mais aussi Président du Consell regulador de la DO Penedès, est parti en guerre contre la médiocrité, essayant d’entraîner avec lui dans l’appellation Clàssic Penedès de nombreux domaines qui se battent aussi pour la qualité, mais qui hésitent à franchir le pas. Il demeure cependant confiant et reste persuadé que l’adhésion des domaines de poids n’est qu’une affaire de temps !

Albet

Josep Maria Albet i Noya

Il explique que l’objectif de leur démarche est :

– de se différencier de la «marque» Cava en axant tout sur la qualité et non la quantité, afin de gagner la bataille des prix! Il est convaincu et la dégustation des vins le confirme, que les effervescents du Penedès méritent une place plus importante, une reconnaissance de poids et un autre prestige que celui qu’ils ont à ce jour. Il met en avant une tradition d’élaboration de ces vins ancienne, qui date de plus de 100ans, avec des cépages uniques dans le monde, surtout le xarel.lo; pour lui, il faut saisir cette chance, ne pas laisser passer l’opportunité qui existe, et proposer des vins sincères, fruit d’un terroir.

– de retrouver une liberté d’exister, sans l’étiquette Cava, condamnée selon eux à une éternelle seconde division, derrière le Champagne, notamment.

– d’établir une forte relation entre le produit final et la vigne originale, chose qui n’existe pas avec le Cava – et c’est important, car à mon humble avis, c’est une des causes qui contribue au manque de prestige international du cava. La plus grande partie des domaines achètent les vins de base à d’autres entreprises, et ce, dans n’importe quelle région productrice de cava.

C’est donc, surtout, la recherche de l’identité perdue qui a motivé ces domaines.

C’est l’unique façon pour mieux vendre leurs effervescents en échappant aux prix indécents qui se pratiquent non seulement à l’exportation, mais aussi en Espagne. Même une grande marque comme Freixenet reconnait que le vrai problème du positionnement du Cava vient de la prolifération des «premiers prix». Josep Bujàn, oenologue de Freixenet, n’en fait pas mystère:  «Au travers de Castellblanch, nous continuons à produire des « marques blanches », mais les premiers prix, c’est du n’importe quoi !»

En attendant, la production des Clàssic Penedès rest equasi anecdotique (de l’ordre de 60 000 bouteilles quand toutes les vignes seront converties en bio), l’objectif étant d’atteindre les 10 millions de bouteilles en 10ans, si d’autres producteurs les rejoignent.

Pour échapper bradage, ils comptent s’imposer un prix minimum de 7€ (contre 2€ pour un cava), et jamais en dessous.

Les promesses du Clàssic Penedès

Et mettent en avant leurs points forts :

  • un territoire compact assez cohérent, 4500 ha, dont 56% sont déjà en culture bio ( rien à voir avec celui du cava, donc). Tous les raisins doivent provenir de vignes plantées dans le Penedès, qui sera délimité en 7 zones de production dont les sols seront calcaires et riches en magnésium : Marina del Garraf, Massís del Garraf i Costers d’Ordal, Conca del riu Foix, Costers de Montmell, Serra d’Ancosa, Conca del riu Anoia i Valls del Bitlles Anoia.
  • à partir de la vendange 2017, toutes les vignes de l’appellation devront être en agriculture biologique
  • En ce qui concerne l’encépagement, pour les raisins blancs : macabeu, xarel·lo, parellada, subirat parent, garnatxa blanca, moscatell, malvasia de sitges, chardonnay, riesling, gewurztraminer. Pour les raisins noirs : garnatxa negre, monastrell, sumoll negre, merlot, pinot noir, syrah.

Cet encépagement sera mis à l’étude sur une durée de 5 ans, afin de déterminer si tous les cépages sont aptes à l’élaboration de vins effervescents de grande qualité. Pour l’instant, sur l’étiquette, seuls peuvent figurer les cépages suivants: macabeu, xarel·lo, parellada, subirat parent, moscatell, malvasia de sitges, i Garnatxa negre, monastrell, sumoi negre et pinot noir. A l’issue de cette période d’observation, incluant des élevages allant de 15 à 60 mois, les cépages non aptes à l’élaboration de vins effervescents de qualité seront éliminés.

  • la méthode d’élaboration est traditionnelle, avec une seconde fermentation en bouteille,
  • et enfin l’élevage est de 15 mois minimum, contre 9 pour un cava. Donc, tous les Classic Penedes sont des RESERVA. Une mesure ayant pour effet d’obtenir plus d’arômes secondaires et donc de complexité.
  • Le consommateur est parfaitement renseigné puisque apparaissent sur l’étiquette le dégorgement, et le millésime.

En résumé, selon les propres paroles d’Agusti Torello (At Roca), «les Classic Penedès seront des vins qui ont un terroir, une âme, une identité, car, ils nous expliquent d’où ils sont.»

image.php

 

Cependant, si on peut mesurer et approuver les progrès vers une qualité certaine, on pourrait leur reprocher de n’être pas allés jusqu’au bout de leur démarche ; tout d’abord, Clàssic Penedès, autorise comme le Cava, l’achat de 25% de bouteilles sur lattes. C’est un peu dommage pour une nouvelle DO, qui revendique un terroir très marqué. Cela signifie qu’une bouteille sur 4 d’une même marque, peut avoir été élaborée par un autre domaine, certes dans le Penedès. Cette pratique peut-être parfaitement légitime, mais il me semble que les acheteurs devraient pouvoir disposer de cette information pour pouvoir choisir et comprendre les différences. Je regrette donc que l’étiquette n’informe pas le consommateur comme en Champagne, de la provenance des raisins RM, NM….Mais, il semblerait que ce point soit à l’étude.

Enfin et c’est l’opinion de beaucoup, ils s’abritent sous la DO Penedès; or Penedès évoque surtout des vins secs, on ne pense pas à un vin effervescent, ça me paraît représenter une complication de plus pour le consommateur, qui aura du mal à s’y retrouver ! Vous me direz qu’en voyant la bouteille, on comprend qu’il s’agit d’un effervescent ! Pour le moment de l’expérience que j’ai pu en avoir cette dernière année, le client lambda n’est pas au courant ou très peu de ces changements. Son seul critère reste à 99% la marque, le prix, et ses habitudes de consommation. Il n’a pas encore remarqué que son cava préféré n’a plus la mention cava mais Classic Penedés ou l’inverse. Il continue d’acheter du Gramona, du Juve & Camps, du Recaredo, ou autre.

Qu’en pensent les marques de Cava de qualité?

Il est à noter que pour l’instant, aucun des domaines que je viens de citer et qui pourtant font partie des meilleurs, n’a encore rejoint Clàssic Penedès; car même si beaucoup ne sont pas contents de l’image que donne la DO Cava, ils ne se montrent pas convaincus par la nouvelle appellation, et restent indécis. Pas facile de quitter une mention Cava si bien implantée, aussi négative que soit son image !

Il semblerait cependant qu’une ou deux grandes marques seraient sur le point de franchir le pas. D’autres sont tentées et non des moindres, mais sont freinées par le fait qu’elles ne trouvent pas assez de raisins à acheter dans le Penedès pour alimenter leur production globale ! D’autres encore, ont une démarche différente : elles essaient de faire évoluer les choses à l’intérieur de l’appellation Cava. C’est le cas pour l’instant de Gramona et de Castell Roig.

Car, même s’ils ne veulent pas l’avouer, ces domaines sont préoccupés par l’initiative des Clàassic Penedès et la perte de prestige du Cava.

Malgré les 250 millions de bouteilles de Cava vendues l’an dernier, dont les 2/3 à l’export, ils sont très conscients qu’il existe un problème.

Ainsi, Jaume Gramona travaille au sein de la DO Cava pour essayer d’apporter des changements qui satisfassent l’ensemble des producteurs. Miser sur l’élevage pour se différencier et justifier leurs prix est une piste. Avec Recaredo, Gramona a su se positionner sur le marché gastronomique haut de gamme avec des Reserva et Gran Reserva.

Gramona

Nombreux aussi seraient ceux qui souhaiteraient une délimitation des zones de production, ils aimeraient voir naître les DOP Cava Penedès, Cava Rioja, Cava Requena…, ce qui entrainerait une réelle montée en gamme, mais les grandes maisons ne veulent pas en entendre parler, et pour cause: dans la situation actuelle, elles peuvent aller acheter les raisins au meilleur prix dans n’importe quelle communauté productrice de Cava. Et si la DOP Cava Penedès voyait le jour, ni Freixenet, ni Codorniu ne trouverait suffisamment de raisins dans le Penedès pour les alimenter. Ils devraient alors se replier sur des appellations moins reconnues pour la production d’effervescents, et l’on voit bien que ça n’est pas leur intérêt !

En mai 2015, la DO Cava a approuvé une nouvelle catégorie, qui, semble-t-il serait uniquement réservée aux Cava « superpremium » qui pourront démontrer une relation intime avec une vigne concrète: “Cava de Paraje Calificado”. C’est un progrès, mais il me semblera peu cohérent qu’un même domaine puisse à la fois acheter des bouteilles sur lattes et mettre sur le marché son Grand Cava de Paraje Calificado ! A suivre, donc…

Quant à  Raventós i Blanc, fruit d’un schisme familial au sein la famille Raventós (propriétaire de Codorniu) dans les années 80, il a quitté la DO en Novembre 2012, mais pour jouer cavalier seul, en pariant sur un concept français, le Terroir ! Le mot Cava a disparu de l’étiquette, remplacé par Conca del Riu Anoia, qu’ils ne pourront pas garder, puisque c’est une des zones de la DO Classic Penedès. Un autre affaire à suivre ! En attendant, il semblerait que cette politique ait réussi à Pepe Raventos, puisqu’une bouteille de Freixenet se vend à New York pour 7 dollars, quant une bouteille de Raventós i Blanc se vend pour l’équivalent de 24 dollars en Espagne.

Pendant ce temps, le puissant Codorniu a également lancé quelques mouvements pour marquer son propre profil et dans sa dernière campagne de publicité, la référence à la marque Cava est évitée: « Nous ne sommes pas un champagne, nous sommes Codorniu ». De même, dans les invitations pour la présentation de la campagne, Codorniu a parlé de « manifeste de la nouvelle ère. » Cependant, Xavier Pagès, directeur de la société, nie que la marque cherche à se détourner de la marque Cava.

On le voit, les intérêts de chacun diffèrent grandement. Entre ces deux extrêmes, une quantité importante de caves moyennes, généralement familiales défendent une vision plus personnelle, un style maison authentique et une philosophie d’entreprise originale. En 2006, quelque 80 petites et moyennes caves entrainées par Xavier Nadal, ont quitté l’Institut du Cava et ont fondé Pimecava, une association professionnelle qui les réunit et revendique une stratégie et la défense des intérêts propres. Le nouveau Président, Pere Guilera, explique, que “Le Penedès c’est Barcelona” mettant ainsi l’accent, sur l’importance du développement de l’œnotourisme, important moteur économique du futur. Les activités se comptent encore cependant sur les doigts de la main

En résumé

L’apparition de la DO Clàssic Penedès n’a provoqué aucun changement au niveau de la stratégie de la promotion du Cava, car ce dernier ne la considère pas comme une menace pour elle; mais elle préoccupe quand même le secteur.

Et de fait, pour préserver l’image, et la bonne réputation du Cava, le Consejo Regulador, veille à ne ménager aucun effort pour le positionner en tant que produit gastronomique et rompre avec l’idée qu’il ne convient que pour le dessert, et les festivités. Il n’en reste pas moins que le Cava s’est fait connaître et apprécier des distributeurs comme un «champagne bon marché», il est maintenant compliqué d’expliquer le concept d’un Cava haut de gamme, de prestige, donc plus cher.

La petite rébellion de ces domaines incommode quelque peu (mais pas trop) les grands totems du secteur du cava, Freixenet et Codorniu en tête, dont la stratégie est très différente. Bonet rappelle non sans raison, que Bordeaux produit des bouteilles à 1000€ mais aussi à 2€ ! Que dans toutes les DO du monde, il y a des vins bon marché, et qu’en Champagne, il y en a davantage que dans le Cava, et pour autant, ça ne déclenche aucune scission ! Les 247 producteurs qui s’abritent sous le grand parapluie du Consejo Regulador del Cava représentent plus de 6.300 viticulteurs et plus de 11.000 postes de travail.

La DO Cava revendique qu’elle a fait du Cava l’effervescent le plus vendu dans le monde: il est présent dans plus de 140 pays !

La Catalogne produit 97,4% de tout le Cava élaboré en Espagne et est le point de départ de 95% des Cavas exportés. Bonet ne se prive pas de rappeler que les domaines séparatistes sont petits, peu nombreux ou encore nouveaux, et n’ont rien à perdre au changement!

Il n’en reste pas moins que grâce à l’initiative de Clàssic Penedès, le secteur prend conscience de ses atouts et fort de l’expérience de ces domaines innovants, il semble retrouver une certaine confiance, un nouveau souffle et une ambition agressive dans le bon sens du terme. Un front de qualité s’organise, ça bouge. Même Freixenet se lance dans cette direction, avec Casa Sala : une cave à l’ancienne, parfaitement artisanale. La famille Ferrer, propriétaire de Freixenet, a même acquis une presse française en bois du 19ème siècle de la marque E. Dubois (Cumières, Marne), et l’utilise ! Joli marketing, saluons le savoir faire de cette maison en la matière ! Quant à Codorniu, sa cuvée Gran Codorníu Gran Reserva Xarel·lo, a été reconnue meilleur cava du monde par Decanter.

Les maisons familiales à l’image artisanale, Recaredo, Gramona, Castell Roig, Torello, Llopart, Pares Balta et bien d’autres semblent aller toutes dans le même sens, la recherche de la qualité, et même si elles ont du mal à définir un cap commun, c’est très positif.

Le contexte économique actuel est complexe pour tout le monde, le Cava essaie de s’adapter, de la meilleure façon, des mouvements très positifs se produisent, des nouvelles propositions voient le jour, mais les grands changements demandent du temps.

La guerre du Cava n’aura pas lieu, pas encore du moins !

Marie-Louise Banyols

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “Cava ou Clàssic Penedès? (suite et fin)

  1. Pour aller dans le même sens que Marc, je trouve au Clàssic Penedès (qui a très certainement un fond de réflexion qualitative, que j’approuve), une coloration catalaniste, sur laquelle je n’ai pas à avoir d’avis, étant étranger au problème; mais qui me fait furieusement penser au détricotage des quelques symboles belges par nos amis indépendantistes flamands (de l’arboretum de Meise à la monarchie en passant par le nom de Côte belge).Et c’est là un aspect tout à fait annexe.
    Quant à la mise en avant du terroir, pour un produit d’assemblage de raisins, de zones et de millésimes (cf le Champagne), qui plus est soumis à une prise de mousse, je trouve l’argument un peu surfait.
    En outre, s’est-on demandé si c’est ce que veut le consommateur? Je constate qu’en Belgique, en tout cas, il privilégie le prix et la marque, sans trop se préoccuper d’où exactement vient le cava ou le prosecco, et même, qu’il se détourne des crémants qui eux, affichent une provenance régionale…

    J'aime

  2. Belle analyse de la situation actuelle derrière le terme « cava ». Un séjour professionnel dans la région – dernièrement – m’a aussi fait comprendre que si les différents points de vue, les idées émises et les projets de réformes n’entraînent pas de divorce au sein de tous les acteurs de la filières, c’est aussi grâce à une solidarité toute « catalaniste ». Le cava et les autres bulles de Catalogne sont tournés vers le monde. L’Espagne en consomme peu.

    J'aime

  3. Pingback: Cava ou Clàssic Penedès? (suite et fin) | Wine Planet

  4. Merci pour ces articles rigoureux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s