Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Des nouvelles de Marc

11 Commentaires

En ce lendemain de Noël, je ne résiste pas au plaisir de publier la photo de notre ami Marc, au moment où, touché par la grâce, il abjura sa foi dans le sauvignon précoce pour s’engager fièrement sur la voie – ardue, certes, mais ô combien lumineuse – du grenache-syrah-carignan-mourvèdre bien mûr.

IMG_8288 (1)

C’était en novembre dernier.

Aux dernières nouvelles, Marc coule des jours heureux (mais bien arrosés) dans un prieuré de Pézenas, dont nous tairons le nom afin de préserver sa toute nouvelle sérénité.

Hervé

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

11 réflexions sur “Des nouvelles de Marc

  1. Ca alors, si, en plus de Michel, la NF-A se met à parler latin aussi!
    Cela étant posé, pour Marc ce doit être le subjonctif présent: Marcus acquiescat lassitudine in ecclesia quieta et exclamat:  » Oro religiose ut iucundum vinum oraturionis Sanctis Johannis BIBAM ».
    Je n’en vois pas d’autre. Serai moi-même à Péret (à un jet de pierre de là) d’ici quelques jours.

    J'aime

  2. Bene, Pater. Ecce oratorius ipse, ubi nova cellaria vinaria erecta est.

    J'aime

  3. Eh les gars, vous êtes sûrs que c’est moi?
    Marcus

    J'aime

  4. Si, si, c’est bien toi : de longs doigts manucurés, une barbe de trois jours dont l’extension a été soigneusement maîtrisée et des cheveux quelque peu mis en désordre par le souffle du mistral (sauf qu’il n’y avait pas de mistral à ce moment-là, je crois)…alors, ce sont les battements d’aile du Saint-Esprit.
    In meridionali pace amaritudo mea amicus marcus

    J'aime

    • Ah, les braves gens! Il y en a même qui se souviennent que l’ablatif du substantif (3ème déclinaison) possède -e comme désinence, tandis que l’adjectif qualificatif prend -i. Je biche! En Allemand, – que je n’ai JAMAIS appris de manière formelle – je commets constamment ces fautes … d’autant plus qu’il n’y a pas d’ablatif !
      Dites-moi, Truc: « amaritudo », c’est quand on a abusé de l’Amaretto di Saronno ! Marc est un accro’ au Tiramisu!

      Une rmq quand mêne (chacun voit midi à sa porte): le « mistral », à Pèzenas, nous l’apppelons la Tramontane et il ne descend pas du Genfer See (Lac Léman)!

      J'aime

      • Oui, Luc, la tramontane, mais Marc et Hervé se trouvaient en Novembre dans la vallée du Rhône afin de déguster des Vacqueyras…d’où l’évocation du mistral.

        J'aime

  5. Ces mains jointes, dignes d’Albrecht Dürer (un des meilleurs coups de crayon de tout l’art occidental, avec Dali et da Vinci + mon Goya chéri) nous rappellent la « passion » des Cathares en terre de Tramontane – j’avais réalisé que le cliché était plus levantin. Il y a combien de Pèzenas à Béziers? Une dizaine de lieues? Et l’évêque de lancer, le 22 sept. 1209: « Cadite omnes, novit Deus qui sunt ejus ». Michel Smith traduira pour ceux qui regardent la télé.
    Et pour Mistral:
    Gran soulèu de la Prouvènço / gai coumpaire dou Mistrau / Tu qu’escoules la Durènça / Coumo (Majou? ) un flot de vin de Crau !

    J'aime

  6. Pingback: Des nouvelles de Marc | Wine Planet

  7. quelle merveilleuse manière de terminer cette bien difficile année 2015 …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s