Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Ah, les vieux VDN du Roussillon!

12 Commentaires

Ça c’est passé en novembre dernier à Perpignan.

Olivier Reynal, distributeur de vins haut de gamme du Languedoc-Roussillon, offrait à ses clients une dégustation exceptionnelle de vieux millésimes de Vins Doux naturels du Roussillon, et il a eu la gentillesse de m’y inviter.

Olivier-Reynal-a-droite

Olivier Reynal

L’endroit n’a rien de magique, nous sommes dans la banlieue industrielle, dans les entrepôts des Caves du Roussillon, mais, peu importe, cela n’a rien enlevé à la qualité du moment.

Olivier avait sorti quelques très vieux millésimes, qui se sont révélés superbes. Ces vins doux naturels dont les domaines conservaient jalousement quelques pièces dans les meilleures années pour améliorer les vins des années suivantes, au cas où le millésime se révèlerait médiocre, ont patiemment attendu à l’abri de leurs barriques jusqu’à leur mise en bouteille, qui a eu lieu ces dernières années. Ce sont de véritables trésors, il a pu s’en procurer quelques spécimens tout simplement uniques, qu’il propose à la vente.

Très bref rappel: les vieux VDN ont un profil et une palette aromatique unique, un profil oxydatif très marqué. Certains vins commencent même leur élevage dans des bonbonnes en verre à l’air libre; ils le poursuivent généralement en bouteille ou en fûts. Ils peuvent passer jusqu’à 70 ans en fûts ! Ces vins sont souvent mis en bouteille au moment où ils sont vendus.  A noter que les fûts ne sont pas ouillés, c’est-à-dire que l’évaporation du vin n’est pas remplacée dans les fûts.

Ce sont des vins très concentrés, sucrés mais qui ne perdent pas pour autant leur  vivacité ni leur richesse en fruit.

Et maintenant, voici ma sélection.

Rivesaltes Riveyrac 1975

Les vins de Riveyrac viennent de la Cave Coopérative de Salses-le-Château, l’une des plus anciennes des Pyrénées-Orientales, puisqu’elle date de 1909. La cave s’est spécialisée dans les Rivesaltes entre les deux guerres mondiales.

Au moins 70% de grenache noir, avec quelques cépages blancs complémentaires, maccabeu, grenache blanc, malvoisie. Elevés en fûts et mis en bouteilles en 2010.

IMG_0739

La première approche n’est pas éblouissante, mais peu à peu, il nous révèle toute sa finesse, sa complexité : il est tout en subtilité, je suis sous le charme de ce caractère évolutif. C’est un Rivesaltes qu’il faut attendre longuement dans le verre et l’écouter. L’âge est là, qui apporte un fondu dépouillé sur des notes de café et de cacao, mais aussi de formidables saveurs de fruits secs et d’épices, relevées d’une pointe de moka, d’une belle complexité. J’aime son équilibre et sa persistance phénoménale. Il présente encore une fougue et une jeunesse exceptionnelle.

Je l’imagine sur un foie gras, un canard aux épices, des fromages à pâte persillée (roquefort, stilton…), ou sur un dessert pas trop sucré, à base de chocolat noir ou encore une tarte aux noix.

Température de service : 10 – 14 °C

Rivesaltes Domaine de la Sobilane 1956

Le Domaine de la Sobilane se trouve dans les Pyrénées Orientales entre les communes de Canet en Roussillon et Saint-Nazaire, il est aujourd’hui de moins en moins exploité pour faire du Rivesaltes, il reste heureusement quelques « Rivesaltes d’archives » des années 50 et 60 conservés dans des cuves béton couvertes d’époxy construites dans les années 1940. Des vins très classiques de la grande période des Vins Doux Naturels de l’après-guerre, avec une base minoritaire de grenache noir (environ un tiers) et des cépages blancs: grenache blanc, gris et surtout maccabeu.

IMG_0740

J’avoue que ce fût mon vin préféré, j’ai rêvé sur sa couleur ambrée avec des reflets cuivrés. Le bijou que j’aimerais voir à mon doigt ? Le nez m’a séduit par sa puissance, à peine fumé, avec quelques notes florales, de pain d’épices, de caramel, d’épices douces, de noix et de fruits confits. En bouche, bouquet rancio, noix, noisette et pruneau avec quelques touches épicées, le tout équilibré, d’une bonne fraicheur et d’une belle longueur.

Ce vin est parfait à l’apéritif, mais se déguste sur du foie gras chaud, agneau au curry, canard laqué, sur du pigeon rôti et sur des desserts au chocolat.

Température de service: 10 – 14 °C

Rivesaltes Château Mossé 1946

Le Château Mossé est situé dans un petit village historique, Sainte Colombe de la Commanderie, ancienne place forte des Templiers au 11ème siècle. Nous sommes dans les Aspres, un des terroirs de prédilection des grands vins doux naturels, à base essentiellement de grenache noir, avec aussi du maccabeu et du grenache gris. Ce millésime a été conservé intact dans les caves du château, en foudre de chêne.

IMG_0741

J’admire son élégante robe couleur acajou aux reflets dorés. Le nez est très attrayant, ses senteurs d’évolution sont bien marquées avec notamment des notes de cacao, de réglisse, d’orange confite, de noix et de caramel et d’épices douces. La bouche, est harmonieuse et persistante, douce et fraiche, c’est une véritable révélation, un trésor. L’assistance est séduite.

En accompagnement de plats très épicés, d’un plateau de fromage à pâte persillé et surtout, avec un dessert au chocolat noir.

Température de service : 10 – 14 °C

 

Rivesaltes Château Sisqueille 1930

Cette cuvée provient des vieilles collections du Château Sisqueille, à Canet-en-Roussillon. Elle résulte d’un assemblage de Grenache noir (à 75%), de Grenache gris (ou rose) et de Grenache blanc. Mis en bouteille en 2011, ce vin rouge a été soigneusement préservé dans la cave du domaine pendant 80 ans.

IMG_0742

Belle robe ambrée soutenue aux reflets verts, nez remarquable d’élégance, d’intensité et d’une belle complexité. Les notes torréfaction, cacao, café, tabac blond se mêlent aux notes figues sèches, fruits sec, brioche, réglisse évoluant après aération vers des notes épicées. La bouche est généreuse, mais l’élevage conserve la fraîcheur et des arômes fondus qui laissent une délicieuse touche mentholée dans la finale. Elle est persistante sur des notes café, noix, pain d’épices, amandes torréfiées. Grand vin

Accords mets et vins : Fromages persillés, poires pochées, salade de fruits rouges, tarte aux figues, aux noix, île flottante.

Température de service : 10 – 14 °C

Maury Domaine Pla del Fount 1939

ce domaine est constitué d’un exceptionnel terroir de schiste très classique de Maury, frais car situé en relative altitude, au pied du château cathare de Quéribus. Le domaine, qui faisait 30 hectares à l’époque, a vu le jour vers la moitié du 19ème siècle, à l’initiative de Désiré Estève – et c’est d’ailleurs lui qui a vinifié ce vin.

100% grenache noir, 2 ans en bonbonnes de verre pour bénéficier d’une forte exposition aux rayons du soleil et à l’air, puis en grands et vieux foudres de chêne jusqu’à une mise en bouteille très tardive dans les années 2000…

IMG_0743

Robe couleur tuilée, brillante. Nez intense, vif, offre des notes de fruits secs, les figues séchées, d’abricots, d’amandes rôties, de ainsi que des pointes oxydatives, de tabac blond et de caramel. La bouche se révèle complexe et soyeuse à la fois, j’aime ces notes de torréfaction, de rancio, de noix, d’épices douces. Bien sur, elle est un peu chaleureuse, mais l’alcool ne l’écrase pas. Il conserve une belle acidité. Les notes poivrées, une légère amertume en fin de bouche, sa magnifique persistance, le sous-tendent ce qui permet d’en assurer l’équilibre et de compenser la richesse aromatique. Le fondu est superbe et la finale longue.

Le Pla del Fount 1939 est parfait pour accompagner un plat à base de foie gras ou une assiette de fromages bleus persillés, les tartes aux noix. En outre, son goût se révèlera à merveille avec un dessert au chocolat noir amer. Les amateurs de, digestifs et de cigares apprécieront son élégance, sa légèreté et son équilibre.

Une très belle rencontre authentique, un vin que certains appellent de  « méditation », qui se suffit à lui-même, tant le vin est éblouissant et inattendu.

Température de service : 10 – 14 °C

 

Merci à Olivier de nous avoir offert de tels grands moments de dégustation !

J’enrage que ces vins soient si peu connus du grand public et si mal défendus par la profession. On me ressert toujours les mêmes arguments: se sont des vins sucrés qui ne correspondent plus au goût du public; et donc, la demande est inexistante! A tel point qu’à l’heure actuelle, une grande partie de la production est exportée !

Ces vins envoûtants, uniques, plein de mystères, qui ont traversé le temps offrent en outre d’excellents rapports qualité/prix. Alors pourquoi s’en priver, pourquoi ne pas les mettre à l’honneur sur nos tables ? C’est le succès assuré, ils illumineront vos soirées, ne les cantonnez pas aux desserts ! Les vins doux naturels peuvent être savourés tout au long d’un repas. Ils se marient parfaitement avec certains plats salés : un foie gras de canard, qu’il soit en terrine, mi-cuit ou poêlé et accompagné, par exemple, de figues fraîches rôties; un canard à l’orange ou un curry au gingembre et aux agrumes confits, une pastilla de pigeon, un magret rôti aux épices orientales, du miel et des dattes. Leur puissance soutient le goût prononcé des épices. Ils s’accordent à merveille avec les fromages, la plupart des pâtes persillées, un bleu d’Auvergne, une fourme d’Ambert au lait cru, et bien évidemment, le roquefort; plus surprenant encore, avec un pélardon bien sec !

Les accords les plus faciles se font avec les desserts. L’alliance parfaite se fait avec le chocolat (pas trop sucré, tout de même); bien noir ou praliné, ou encore « Opéra », il fait ressortir tous les arômes d’un banyuls, d’un maury ou d’un rivesaltes. Tartes ou gâteaux aux noix, eux aussi, seront sublimés, particulièrement en présence des plus vieux millésimes dans lesquels le rancio sera le plus marqué.

Enfin, ces vins se suffisent largement à eux-mêmes et peuvent parfaitement se déguster seuls (à tester en lieu et place d’un whisky, avec un bon cigare en fin de repas…).

La complexité de ces vins est vraiment étonnante. Ils sont superbes de puissance, mais aussi très sérieux et posés…  la « force tranquille », en quelque sorte!

Alors faites-vous plaisir, habituez-vous à les mettre sur votre table! Je vous ai présenté de vieux millésimes, mais les jeunes sont tout aussi intéressants, les rouges, les ambrés, les muscats…

Ne les laissons pas disparaitre, ils sont notre patrimoine!

Marie-Louise Banyols

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

12 réflexions sur “Ah, les vieux VDN du Roussillon!

  1. Ah, 1956: l’année la plus importante dans l’histoire du XXème siècle … mais le vignoble européen a gelé deux fois: au début de l’année et à l’automne. Saint-Emilion notamment a été détruit à 80%. Même les oliviers ont souffert partout autour de la rive septentrionale en Méditerranée!
    Qu’est-ce qu’on a pu sauver de bon? Un « Garafeira 1956 » chez Niepoort’s, un « demi-sec » au Château Gilette, des eszencias d’aszù en Hongrie et le PHENOMENAL Rivesaltes ambré 1956 de Jean-Hubert et Brigitte Verdaguer au Domaine de Rancy à Latour-de-France.

    J'aime

  2. Oh que je suis d’accord avec toi, Marie-Louise lorsque je te lis. J’aurais bien aimé être des vôtres ce jour-là, mais malheureusement j’avais un RV impossible à remettre.

    J'aime

  3. Mille fois d’accord quant à l’urgence de sauver ces trésors qui sont les grands VDN. J’ai pu assister, il y a peu, à une magnifique dégustation de ces vins à Paris. Je n’ai pas encore pris le temps d’écrire à ce sujet mais les vins étaient éblouissants, uniques, ayant de grandes différences mais aussi des gammes incroyables de saveurs.

    J'aime

  4. Pas d’accord avec Luc. 1946, et non pas 1956, est bien l’année la plus importante du XXème siècle !

    Aimé par 1 personne

  5. Mes amis, je vais vous offrir des vins de Moselle, surtout de Wehlen et de Zeltingen. Grâce au « Sonnenuhr » qui existe sur le coteau de ces villages viticoles, vous verrez encore mieux midi à votre porte. Ce n’est pas vous traiter de « vieux croûtons » que d’écarter d’un coup de ramasse-miettes ces millésimes communs, mais … je ne mange pas de ce pain-là.

    J'aime

  6. 1956 (février) a été une année noire pour le vignoble de la vallée du Rhône et surtout pour les oliviers, ce qui a eu pour effet indirect et inattendu d’accroître la superficie des vignes en coteaux étant donné que de très nombreux oléiculteurs ont préféré planter des ceps plutôt que de replanter des oliviers. Dans le massif des Dentelles de Montmirail, ainsi que les collines de Rasteau, Cairanne, Vinsobres et Visan, cette mutation a été spectaculaire et…nous offre aujourd’hui des parcelles en banquettes particulièrement qualitatives. L’examen des photographies aériennes des années 1945-1950 (les premières ont été faites par les américains) est très riche d’enseignement à cet égard.
    Mon souvenir de collégien (14 ans en cette année-là) le plus étonnant concerne les gros platanes centenaires de la place de la mairie et du tour de ville de Valréas : leurs troncs se sont fendus sous l’effet du gel (-18°) et on pouvait passer une main dans les fissures. Ils ont pourtant survécu…

    J'aime

  7. J’ai aussi assisté à la dégustation dont parle David. Y était présenté, un siècle de VDN, de 1898 (Puig-Parahÿ) à 1998 (Ch. Pradal), en passant par… 1948 (Domaine de Rancy) et 1956 (Rivesaltes Ambré Domaine du Rombeau).
    Une excellente initiative du CIVR qui a prouvé à quel point les VDN peuvent-être envoûtants.
    Merci pour vos articles.

    J'aime

    • Il était temps ! Mieux vaut tard que jamais !

      J'aime

    • Oui j’ai entendu parler de cette magnifique dégustation à laquelle je n’ai pu hélas asister. Il fAut tout faire pour les faire découvrir à nos amis, les mettre sur nos tables, si nous ne voulons PAS les voir disparaitre! Merci de nous lire 😄

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s