Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Un petit coup d’Alsace

1 commentaire

Un voyage en Alsace devrait toujours débuter par une choucroute dégustée en bonne compagnie à la nuit tombée. Un verre de bière pour nous rafraîchir les papilles avant d’entamer les agapes, un Riesling avec le chou et une bière pour bien digérer, voire d’autres si la soirée n’est pas trop avancée. Nous voilà bien dans l’ambiance pour arpenter caves et vignobles, dès le lendemain matin…

Chez Zind

La production d’Olivier Humbrecht n’échappe pas à la règle alsacienne de la multitude de cuvées. On pourrait presque toutes les commenter, en voici un petit choix.

Alsace octobre 2015 005
Un trio intéressant pour débuter, le Riesling Terroir d’Alsace 2013 qui écrit sur son étiquette «vin sec» ce qui, par les temps qui courent, est une mention pertinente. On ne compte plus les occasions où le Riesling qu’on croyait sec était presque moelleux et par conséquent pas du tout en accord avec un poisson de rivière cuisiné avec amour, par exemple.
Blanc vert, ce vin respire la verveine et la gentiane. La bouche bien fraîche se nourrit de fruits blancs teintés du jus de quelques agrumes. Un vin croquant aussi agréable à l’apéritif que sur ce poisson de rivière tendrement cuisiné… Olivier nous affirme que le taux de sucre y est toujours inférieur à 5g.
Suit le Riesling Heimbourg 2013 à la belle robe vert doré, le nez délicatement épicé de poivre rose et de mandarine, à l’aveugle on aurait pu le prendre pour un élégant Gewurztraminer. La grande fraîcheur buccale s’équilibre grâce à l’ampleur et à la texture presque onctueuse du vin. Il lui faut ça, parce que très vite nous viennent ces subtiles amertumes au goût de réglisse et de zeste d’agrume. Elles nous laissent le palais net, près pour le suivant.
Le Riesling Brand 2013 au doré vert lumineux, le nez expressif de vétiver et de pêche blanche, d’agrumes qu’on retrouve sous forme de zestes en bouche. Un vin droit contrairement à son homologue Brand 2012 qui lui confit les agrumes dans 12g de sucres résiduels, arbore une robe plus intense, un nez extraverti d’abricot sec, de poire au four, une bouche qui doit son équilibre à la très belle amertume qui vient contrebalancer l’impression sucrée.

Alsace octobre 2015 018
Je ne parlerai pas des Clos Windsbuhl et Rangen, on le fait tout le temps; plus attachants, les Pinot Gris Rotenberg 2013 et Heimbourg 2013. Le premier exposé à l’ouest et planté dans des calcaires se présente comme on un PG caractéristique, peu de bouquet, mais en bouche tout de go de l’ampleur, bien enrobé, avec toutefois une structure ferme et de la fraîcheur, ce qui le rend agréable. Le second exposé à l’ouest aussi, mais dégringolant d’un coteau en plein vent, planté dans des calcaires jaunes au sol peu profond, vendangé plus tardivement, est tout à l’opposé du premier. Le citron et la bergamote explosent au nez, la bouche offre la rugosité espiègle de la rhubarbe dont elle a le goût, supportée encore par des notes salines et une impression de calcaire humide.

Alsace octobre 2015 022

Chez Muré

Alsace octobre 2015 051
Rebelote, il y a 150.000 cuvées à déguster, en voici une poignée. Et lesquelles !  J’ai toujours beaucoup apprécié les Crémant Muré, comme l’excellent Grand Millésime 2011 à la bulle fine et nacrée qui reste 3 années sur lattes. Assemblage de Riesling et Chardonnay, il a le goût des liqueurs de fruits blancs bien poivrés, très vineux, il plaît autant comme ça qu’au repas.
En recherche de la reconnaissance, quelques Pinot Noir revendiquent le Grand Cru, un bel exemple avec le Pinot Noir 2013 Clos Saint Landelin au fruité croquant, les tanins bien fondus, les épices qui relèvent la cerise et la framboise, l’élevage qui ne se ressent pas, bref le tout bien fondu, très élégant et d’une saveur saline qui allonge presqu’infiniment la bouche.
Sylvaner Cuvée Oscar 2011 un cépage trop souvent négligé qui trouve ici une expression particulière qu’on peut qualifier de « très belle amertume », de celles qui vous rafraîchissent la bouche, vous donnent envie d’en boire pour aller chercher la complexité faite d’épices et de fruits blancs, une note de rhubarbe confite et l’impression tannique, un vin hors du commun des Sylvaner.
La transition vers le Muscat VT 2011 avec ses 50g de sucre n’est guère aisée. Quoique malgré son apparente douceur, il garde une certaine austérité qui lui forge un caractère singulier.

Alsace octobre 2015 037

Les agapes

Il n’y a pas que la choucroute et les bonnes tables foisonnent et donnent l’occasion de boire quelques camons. Comme ce filet de bœuf façon gravlax qui fonctionnait pas mal avec un Pinot Gris Grand Cru Kaefferkopf 2013 du Domaine Martin Schaetzel, une alliance dynamique où la salinité du vin rencontre la douceur sucrée de la viande.
Ou encore le filet de rascasse qui se fait booster par le Riesling Grand Cru Zinnkoepflé cuvée Marion 2012 du Domaine Haag. La vivacité du vin au goût de menthol anisé parfume avec délicatesse le poisson. Puis, lui donne des ailes qui le fait butiner tel un papillon quelques fleurs surgies de fusion.
Munster et Gewurztraminer, un classique, mais la belle alliance dépend certes de la qualité du fromage mais également de celle du vin. Ici, le 2013 du Domaine Stoeffler développe grâce à ses arômes floraux un accord des plus raffinés.

chateau-d-isenbourg-vineyard
Un repas concocté par l’équipe du Château Isenbourg à Rouffach.

 

 

IMG_1472

 

On ne quittera pas l’Alsace sans une tranche de foie gras d’oie mis en valeur par le Gewurztraminer Grand Cru Sonnenglanz 2010 du Domaine Bot-Geyl. Le souci du foie gras pour le vin, c’est le gras. Compliqué de s’en faire un copain. Alors, seule alternative, son annihilation par une fraîcheur suffisante, ce que ce Gewurz possède. De plus, ses épices relèvent le foie et la douceur due au 50g de sucres résiduels tempère la petite amertume classique des foies gras d’oie.

Il est temps de digérer

Ciao

hhfefefv
Marco

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

Une réflexion sur “Un petit coup d’Alsace

  1. Un verre de gewurztraminer ce n’est pas refus en apéritif , avec la tarte flambée un quart d’edelzwicker , couramment prononcé par les alsaciens (edel) au restaurant l’ancienne douane à Strasbourg et pour le dessert pourquoi pas un Crémant d’Alsace.
    Saviez-vous chaque année à la Pentecôte les viticulteurs ouvrent leurs portes, on amène le pique nique et on a le droit à une dégustation gratuite.
    Cette année, le temps n’était pas au rendez-vous, mais l’année j’y était avec mon ami, plutôt sympa, ensuite on achète le vin que l’on veut emporter chez soi …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s