Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Muscat, que ma joie demeure!

4 Commentaires

Ah, le muscat! D’aucuns vous disent que c’est facile, voir vulgaire – pensez, un cépage que tout le monde peut reconnaître! Et puis, c’est sucré, ça fait penser aux apéros chez Grand Mère…

Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage…

Bon, avant de noyer le chien, merci d’attendre un peu ce qui suit.

Primo, un cépage aromatique est un cépage aromatique, ce n’est pas un élément à retenir contre lui. Je connais bien pire: les vins aromatisés, qui ne sont pas du vin.

Secundo, il y a de très beaux muscats en VDN, et pas seulement en Roussillon – essayez aussi Saint Jean de Minervois, Lunel, ou Beaumes de Venise. Ou Setúbal. Ou la Corse. A force de faire la fine bouche pour le sucre ceci, et l’arôme cela, ces vins vont finir par disparaître, et ça sera bien dommage.

Tertio, tous les muscats ne sont pas doux, il y en a aussi de secs, et des bons.

J’ai déjà eu l’occasion ici de vanter les mérites du Muscat de Kélibia – toujours sec. Mais plus près de nous, il y a aussi les muscats secs du Languedoc ou du Roussillon, ou encore, les muscats secs d’Alsace.

C’est de cette région que nous vient le vin choisi aujourd’hui, un Muscat d’Alsace de la maison Koehly, à Kintzheim. Un 2012, s’il vous plaît.

Koehly

Alors bien sûr qu’il est muscaté, bien sûr qu’il a ce goût de raisin si caractéristique (et tellement rare dans les autres cépages, à l’exception, sans doute, du Torrontès argentin).

Mais il est bien plus que ça; ce qui me frappe d’emblée, c’est son côté floral (tilleul), voire épicé (romarin). Et puis sa salinité. Ajoutez une bonne acidité, mais pas d’amertume exagérée (le défaut de beaucoup de muscats secs du Sud), et vous obtenez un produit friand, gourmand, délicieux, certes (comme si ça pouvait être un défaut!); mais aussi, pas mal de complexité – celle-ci, peut-être en partie due au fait qu’il s’agit d’un vin de 3 ans. On boit souvent les blancs trop jeunes, avant qu’ils aient eu le temps de fondre leur acidité, que tout se mette en place…

Bref, il n’y a pas de mal à se faire du bien, et ce concentré de soleil alsacien a réchauffé ma journée d’hiver. A 7,5 euros la quille, c’est bien moins cher qu’une semaine à Ténérife. Et c’est tout simplement délicieux.

Certes, le vin est un produit culturel – mais sans la joie de le boire, à trop l’intellectualiser, j’aurais peur d’écrire trop sec. C’est sans doute l’âge, mais j’ai plus de plaisir aujourd’hui à décrire un vin de soif qu’à démarrer une polémique; quitte à perdre en « likes ».

Bon, pour ceux qui préfèrent l’oxydo-masturbation, le sûr ou l’aigre, les vins chers et qui font mal, rien à redire: les coups et les douleurs, ça ne se discute pas!

Plus d’info: Koehly

 

Hervé Lalau

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “Muscat, que ma joie demeure!

  1. Oh la la pas besoin d’être autant sur la défensive ;-), un bon muscat, un vin de soif, c’est parfois la perfection du moment.

    Aimé par 1 personne

  2. M. Sauvage, si vous dégustiez avec certains de mes confrères « puristes », vous seriez sur la défensive.Et comme moi, vous auriez parfois peur que le fossé se creuse avec les oenophiles.

    J'aime

    • J’ai en effet cette chance de ne pas déguster avec des puristes. Je préfère boire avec divers lascars et douces 😉

      Merci d’écrire aussi pour les oenophiles qui essayent de jongler entre simples et raffinés plaisir ! A mon sens vous êtes dans le vrai, il faut des grives mais aussi (de bons) merles…

      J'aime

  3. A noter, parmi les gammes de muscats, le muscat petits grains de Beaumes de Venise vinifié en sec. Un vin plaisant, doté de la palette aromatique classique de ce muscat, et l’un des rares à pouvoir accompagner des plats de légumes qui rendent très difficile le choix d’un vin capable de les supporter (asperges, artichauts, plats asiatiques…).
    J’en profite pour signaler un muscat spécialement élaboré par Alain Ignace, grâce à une récolte relativement précoce, gage de conservation d’une certaine acidité, soumise à un passerillage et sans mutage. Un travail extraordinaire, et quel délice !! Un produit rare, cela va sans dire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s