Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Best World Wine and fuck tradition!

3 Commentaires

L’affaire date un peu, mais j’ai quand même envie d’y revenir, car elle reste malheureusement d’actualité, aussi bien du côté politique que du côté viticole.

De quoi s’agit-il?  En 2011, au concours des vins de Vinitaly, un jury d’experts décernait le titre de Meilleur Vin du Monde à un chardonnay israélien des Caves du Golan, le Yarden Chardonnay 2009.
Déjà, à l’époque, mon collègue et ami Marc André Gagnon (Vinquébec) se demandait « si la farce des concours a assez duré ».

Hélas, non: maintenant déclinée par couleur, la mention « Meilleur Vin du Monde » a fait tache d’huile, de Jeune Afrique au blog Equipements de Cuisine en passant par le site de Gérard Bertrand. Bien sûr, ces sites ne parlent pas de la même chose, mais ils emploient quand même à peu de chose près le même titre.

Lisez plutôt: ICI, ICI et ICI

golan_92

Les territoires occupés du Golan (c’est pas moi qui le dit, c’est l’ONU)

 

De facto

Une remarque préliminaire sur l’origine du Yarden Chardonnay: l’ONU ne reconnaissant pas la possession du Golan par Israël, on se demande si, de jure, les vins peuvent être vendus comme vins israéliens, ou même présentés comme tels à des concours sans que cela constitue pour les organisateurs une reconnaissance de fait des droits d’Israël sur cette région.

Notons que le très sérieux Vinmonopolet suédois s’est posé le problème; suite à des plaintes de ses clients, il avait choisi de présenter ces vins, non plus sous la mention «Made in Israël» mais sous celle de «Made in Israeli-occupied Syrian territories». C’était plus conforme à la réalité diplomatique, mais un peu moins vendeur. De nouvelles plaintes, émanant également de clients (mais sans doute pas les mêmes), ainsi que d’un député suédois, ont poussé le monopole à changer à nouveau la signalétique. Les vins du Golan sont maintenant présentés dans la catégorie «Other countries».

img58171396

« Wine of Israël »… made in the Golan Heights

Ce qui, en définitive, ne reflète pas si mal la personnalité kaléidoscopique d’un vin de cépage français produit sur un sol au statut disputé et élevé en barriques de chêne français et américain!

Par ailleurs, si le vin est aussi bon que les dégustateurs de Vinitaly le disent, il faut en profiter. Rien ne dit que les investisseurs israéliens resteraient sur place si le Golan redevenait syrien de facto. Même si la guerre actuelle en Syrie rend cette issue assez hypothétique.

Fuck tradition!

Mais la distinction du Chardonnay de Yarden par les experts de Vinitaly pose d’autres questions, plus directement liées au vin.

1° Si un morceau de basalte copieusement irrigué dont l’histoire viticole remonte à 1983 produit déjà un chardonnay supérieur aux climats bourguignons jalousement entretenus depuis le Moyen âge, cela ouvre des perspectives. «Fuck tradition!», comme on dit à Davis: soit l’œnologie moderne est capable de pallier la jeunesse des terroirs et des vignes, soit les bons moines s’étaient totalement mis le doigt dans l’oeil.

2° Que ce soit pour des raisons qualitatives ou pour des raisons économiques, c’est au Sud qu’il faut planter du Chardonnay, à l’évidence! Oubliée, la menace du réchauffement climatique. Oubliée, la problématique du partage de l’eau. Et comme le marché n’a pas le temps d’attendre que la France se réchauffe, mieux vaut viser l’Andalousie, l’Algérie, Israël, le Maroc ou la Turquie. Enfin, pour autant qu’il y ait encore un marché demain pour le chardonnay.

Classer l’inclassable

Reste évidemment la possibilité que le concours ait été biaisé. On ne connaît pas l’origine ni le nom des autres vins qui ont concouru. S’agissait-il d’ailleurs de chardonnays, ou bien a-t-on tout mis dans le même panier ? Le Yarden a-t-il battu un tannat moldave ou un chasselas de Bade? Un malbec sicilien ou un muscat slovaque ? Les vins d’Anne Leflaive ont-ils participé?
Nous ne le saurons jamais et c’est bien dommage, car cela introduit comme un petit doute dans notre esprit. Et si tout cela n’était qu’une vaste fumisterie?

Plus globalement, à quoi rime cette idée de toujours vouloir classer l’inclassable? Passe encore qu’on donne des médailles à des vins qui, à un moment T, nous séduisent plus que d’autres. Mais de là à en faire les meilleurs du monde… L’idée même est ridicule.
J’ai déjà mes doutes sur l’utilité et la crédibilité d’un classement à Saint Emilion ou en Médoc, alors vous pensez, un classement des vins du monde…

Bon, ni Marc-André ni moi ne parviendrons sans doute à mettre un terme à ces fadaises, il y a trop d’argent en jeu. Trop d’ego, aussi.

Le vrai pouvoir, pourtant, c’est vous qui l’avez, amis oenophiles, vous qui achetez ou n’achetez pas. Méfiez-vous donc des mentions trop alléchantes. Et si vous décidez d’acheter ce Yarden Chardonnay (qui est peut-être un excellent vin) achetez le pour ce qu’il est, et non pour une couronne mondiale qui ne signifie rien.

Et je signe

Hervé Lalau, Best World Wine Writer of South JoliboisHervé

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

3 réflexions sur “Best World Wine and fuck tradition!

  1. Jolibois qui mal y pense 🙂 Un jury de Vinitaly. Probablement organisé aussi bien que le salon, et son parking en particulier. Avec la rigueur du Concours Mondiale de South Bruxelles, qui prime le Mouton Cadet et encore mieux, Medaille d’Or pour Sayang Mmuahh Brut du Veneto (mais téléphone belge…), qui sur son site explique (lire pour croire http://www.sayangwines.com/index.php/the-wines/sayang-mmuahh-brut ) « This Sayang Mmuahh was designed to tease and please. Mmuahh is the phonetic expression, written mainly while texting, that stands for a kiss. Try it yourself when you put your lips together and push them forward. And if you close your eyes at the same time, it tastes even better. »

    J'aime

  2. Marrant… J’ai jadis fait partie des jurés de Vinitaly, tout cela pour profiter d’un bel hébergement durant le salon. Nous étions une bonne soixantaine, tous venus de tous les pays y compris d’Israël et de Moldavie. C’est ainsi que les vins avaient une chance d’être médaillés, y compris les plus détestables !

    J'aime

  3. Bu un effervescent BdB Yarden 1999 qui ne valait pas tripette.

    En revanche, j’ai été bluffé par cet excellent vin, pur et tonique, bu à l’aveugle : Yarden Gewurztraminer Heightswein 2004

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s