Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Et si le vin est bon… le vigneron l’est aussi

9 Commentaires

J’avais prévu un bon kilomètre de prétentieuses réflexions et dégustations sur le grand Riesling. Les circonstances de la vie me font remettre cette chose à plus tard. En échange de votre patience – à moins qu’il n’y ait une sorte de « ouf ! » de soulagement de votre part -, je vais vous servir en titre une lapalissade.P9120025.JPG

En effet, je vais évoquer un problème maintes fois abordé (trop à mon goût) sur les réseaux sociaux. Sur Facebook comme ailleurs, il est de bon ton de déblatérer sur les méthodes culturales des vignerons. Parfois, cela ressemble même à un combat de coqs. En voilà un qui y va de son commentaire forcément pertinent sur tel ou tel maléfique produit de synthèse, tandis que d’autres batifolent sur les avantages et les inconvénients du soufre en poudre ou du cuivre qu’il serait logique d’appliquer avec une extrême modération. Quand ce ne sont pas des conseils distillés plus ou moins amicalement, on diabolise tel vigneron parce qu’une photo montre un sol dénudé ou, à l’inverse, un travail de labours trop prononcé. Un tracteur sur sa parcelle et c’est une cata écolo, une jument et sa charrue  devient nettement plus politiquement correcte.

WP_20160122_009

Sans compter bien entendu sur les éventuelles remarques désobligeantes concernant l’élevage, le vigneron est ainsi rhabillé pour toujours, accusé de telle ou telle déviance, voire de négligence. Il est constamment surveillé par les chiens de garde, exposé à la vindicte des pseudo critiques ou livré à la prétendue expertise de consommateurs débutants à peine capables de surveiller leur orthographe. Il se trouve que je commence à en avoir ras la casquette de ce flot de platitudes, de redites, de leçons passéistes ou de conseils péremptoires. Et si j’en ai l’occasion – ou le temps -, je ne me gène pas pour le dire.

P8200023.JPG

Depuis longtemps, j’ai un principe bien chevillé en moi, celui du respect. Tout vin qui à répétition se révèle être bon, voire excellent, quelque soit son millésime, ne peut être que l’œuvre d’un vigneron exemplaire. Qu’est-ce qu’un vigneron exemplaire, me direz-vous ? Pour moi, c’est un gars ou une fille qui cherche à comprendre mais qui en apprend chaque année sur le mystère du vin. Un gars ou une fille qui respecte sa terre et qui vit presque en osmose avec elle, qui fait corps avec ses parcelles, qui s’y promène régulièrement. C’est aussi un gars ou une fille qui doute mais qui n’a pas peur de travailler et qui sait ce qu’il y a à faire sur un domaine pour obtenir le meilleur des vins.

P9120029.JPG

Bien sûr qu’il y a des chances pour que je me pose des questions sur sa façon de traiter son vignoble, sa philosophie de travail. Évidemment que sa vision du pressurage, que sa conduite des vinifications et de l’élevage sont des éléments qui m’intéressent. Mais là n’est pas le principal dans un vin. On doit avant toute chose se poser la simple question de savoir si le vin que l’on goûte est bon ou pas. Évidemment que c’est son goût à soi et non celui de son voisin ou des propagateurs de ragots qui va déterminer la qualité du vin. Si le vin est bon, c’est que le vigneron est bon et que ce dernier a compris l’essentiel du rapport intime qu’il y a entre lui, l’homme, son environnement, sa terre, son cépage, son climat. Peu importe ce qu’il y a dans l’assiette : si c’est bon, c’est bon et je le mange. Avec le verre de vin c’est un peu pareil, non ?

Gérard Gauby et ses Vieilles Vignes !

Alors vous comprenez que les censeurs, les experts, les doctes commentateurs, les critiques patentés et les messieurs je-sais-tout-car-j’ai-tout-vu-et-compris, ces gens-là, je les renvois volontiers à leur chères études. Suffit de trouver que le vin est bon (ou mauvais), et c’est bien là l’essentiel !

Michel Smith

©Photos MichelSmith

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

9 réflexions sur “Et si le vin est bon… le vigneron l’est aussi

  1. Bonjour,

    Bon, bon, bon …

    Quelle est la mission du journaliste ?
    Quel est le rôle du critique ?

    Qui peut juger ?

    Un gars du Minnesota né à Duluth l’avait annoncé. Le 13 janvier 1964.

    « Venez écrivains et critiques
    Qui prophétisez avec votre stylo
    Et gardez les yeux grands ouverts
    L’occasion ne se représentera pas
    Et ne parlez pas trop tôt
    Car la roue n’a pas encore fini de tourner
    Et il n’y a aucun moyen de dire qui
    Elle va nommer.
    Car le perdant d’aujourd’hui
    Sera le gagnant de demain
    Car les temps sont en train de changer. « 

    Aimé par 1 personne

  2. Oui, d’un côté, la vérité est dans le verre. Mais, pour citer Brel, « il y a la manière ».
    Déguster le vin d’un vigneron qui ne respecte pas les règles, ou son vignoble – qui surchaptalise, par exemple, ou qui surtraite ses vignes, même si le vin est bon, ça peut laisser un goût un peu amer. Bien sûr, on n’a pas le moyen de tout savoir. Mais quand on sait, on se dit: n’y a t-il que le résultat qui compte?
    Par ailleurs, en ce qui concerne le côté règlements de compte des réseaux sociaux, totalement d’accord. L’Outil fait la part belle à la mesquinerie de beaucoup de nos contemporains. On frémit à l’idée que facebook aurait pu exister au temps de la « solution finale », des étoiles jaunes, etc…

    Aimé par 1 personne

  3. On aimerait bien y croire et la théorie de Michel est très séduisante.
    Mais bien sur comme dit Hervé on n’a pas le moyen de tout savoir et combien de fois j’ai été surprise par certaines pratiques chez certains vignerons…..et la vérité n’est pas toujours dans le verre.
    D’accord sur les interventions sans critères des réseaux sociaux, hélas nous sommes impuissants!

    Aimé par 1 personne

    • Le bon vieux Bob Dylan aurait pu aussi ajouter : et laissez le vigneron agiter l’opinion.
      @ Hervé et Marie-Louise : bien sûr que vous avez raison, mais pour ma part je vérifie souvent ma thèse qui veut que si le vin est bon (à plusieurs reprises, sur plusieurs années) cela veut dire que le vigneron aussi fait bien son travail. À quoi bon dans ce cas aller lui chercher des poux ? Cela n’empêche pas de s’intéresser à sa « manière de faire » et c’est un peu, me semble-t-il, ce que je dis. En revanche, pourquoi perdre son temps à lui expliquer ce qu’il devrait faire comme le font certains critiques ?

      J'aime

      • J’adhère à ta dernière phrase Michel.
        Et, c’est vrai comme le souligne Jocelyn, que le « à répétition » est très important!

        Aimé par 1 personne

  4. Le titre m’avait fait peur… parce que je me suis plein de fois aperçu dans les dégustations en aveugle que certaines années, un vigneron pas ultra consciencieux qui fait son travail habituel, se retrouve à avoir une parcelle qui correspond parfaitement à l’alimentation en eau du millésime et qui sans y avoir trop réfléchi a vendangé à la parfaite bonne période. Et bien ce mec là, il est fréquent qu’il ait fait le meilleur vin du millésime…
    Mais dans le courant du texte, Michel Smith rajoute : « à répétition »… et là effectivement, c’est autre chose… être dans le top 15 systématiquement, c’est qu’il y a un vigneron qui se pose des questions.
    Et c’est vrai que les vins des vignerons qui se posent des questions sont souvent meilleurs que les vins des vignerons qui n’ont que des certitudes…

    Aimé par 1 personne

  5. a quelle adresse puis-je envoyer des échantillons pour le riesling day ?

    J'aime

  6. J’aime beaucoup ton papier Michel et je suis bien d’accord avec toi. La répétition et le temps sont les deux éléments clés qui permettent de « juger », et en toute relativité, le résultat du travail d’un producteur de vin. Mais ne n’oubliant jamais que ce n’est que de nos propres palais que nous parlons en émettant nos opinions.

    J'aime

  7. Je laisse Michel répondre à Daniel Ansen pour son « Riseling day », mais je commets aussi des papiers sur ce magnifique cépage sur ce blog et voici l’adresse pour des échantillons :
    David Cobbold, Chemin des Vignes, 113 bis Avenue de Verdun, 92130 Issy-les Moulineaux (livraisons le matin de préférence, et avec un papier qui donne les détails du vin, avec son prix public)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s