Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Simplesmente Vinho

2 Commentaires

Simplesmente Vinho 2016, « premier Festival méditerrannéen des vins atlantiques », a été organisé à Barcelone, par Malena Fabregat les 5 et 6 mars derniers.

La galerie d’Art Addicted to Life a accueilli 20 Vignerons de Galice et du Portugal venus faire découvrir ce qui se fait dans cette zone géographique. Elle s’est ainsi convertie en un lieu de rencontre des « aficionados » du vin et de la gastronomie, Malena ayant eu la bonne idé de demander à 4 restaurants emblématiques de la ville de les accompagner: Rasoterra qui proposait des recettes végétariennes et notamment l’incontournable « calçotada »,  La Cuina de l’Uribou apportait une touche orientale,  Granja Elena reconnue pour sa cuisine catalane de toute la vie, et, Rafa Peña et son « cochinillo a la brasa », du restaurant Gresca. Vous y rajouter de la musique en direct et un petit spectacle de cirque, le dimanche à la fermeture du salon et vous pouvez vous faire une idée de l’ambiance qui y régnait ! Il fallait juste débourser 10€ à l’entrée, mais vous pouviez garder le verre , et il vous en coutait 5€pour chaque plat ! Très raisonnable ! Deux belles journées en perspective…

12821633_10207014634977227_4481257647881296408_n

Simplesmente Vinho a commencé comme un salon OFF, il est apparu à Porto voilà 4 ans : une allternative au grand salon Essência do Vinho, qui se tient au Palais de la Bourse, où exposent plus de 350 producteurs, et où l’on peut goûter quelques 3.000 vins.

Un salon de niche, tous les domaines présents se considèrent comme vignerons indépendants, alternatifs ! C’est la première fois que ce salon s’exporte à l’étranger, à l’origine, c’est une histoire d’amitié entre activistes du vin. João Roseira de Quinta do Infantado et Mateus Nicolau de Almeida y avaient réuni des vignerons, des copains surtout, simplement unis par le vin, d’où son nom, le but étant de partager indépendemment de la notoriété ou de la taille de chacun d’entre eux, leur gout pour des vins différents, pour la poésie et une certaine folie ! En ce qui concerne la viticulture, ils ont une philiosophie très claire: respect de la vigne, ce qui implique un travail très rigoureux et un rejet absolu de toute viticulture interventionniste et productiviste, rejet des traitements chimiques et des techniques industrielles à la vinification, respect des raisins et des traditions afin d’élaborer ce qu’ils appellent des “vinhos verdadeiros”, des vignerons vrais. João et Mateus Nicolau précisent « tu peux les appeler vins biodynamiques ou naturels ou de vignerons, nous ne voulons pas leur mettre d’étiquettes, ni exiger un certificat Ecocert, Demeter o Biodyvin pour pouvoir faire partie du groupe. Il n’y a pas de règles, seulement des hommes passionnés qui se préoccupent de ce qu’ils produisent et comment ils élaborent. De là notre nom de Simplesmente Vinho ». Il s’agit d’une manifestation organisée par les producteurs eux-mêmes à des fins commerciales et qui ne dépendent de personne, une manifestation alternative et indépendante.

Oui, ce genre de salon fait le plein, de là à en déduire que le Portugal est à la mode, il n’y a qu’un pas. Oui, le Portugal est tendance, du moins dans un certain milieu d’amateurs éclairés, car pour l’instant le grand public semble bouder les vins secs comme les Portos, c’est vrai en France, mais c’est vrai en Espagne aussi, ce qui est plus imcompréhensible, car enfin le Duero devrait les rapprocher.

12321602_10154620718492785_4414132222236392231_n

Producteurs et vins présents:
Portugal:

  • Douro: Álvaro e João Roseira – Quinta do Infantado/ Duarte Calém – Quinta do Sagrado Luís Soares Duarte – Gouvyas/ Pedro Garcias – Mapa
  • Bairrada: Mário Sérgio Nuno – Quinta das Bágeiras/ Tiago Teles – Tiago Teles
  • Dão: Álvaro y Maria de Castro – Quinta da Pellada/ António Madeira – António Madeira João Tavares de Pina – Terras de Tavares/ Sara y António Lopes Ribeiro – Casa de Mouraz
  • Alentejo: António Antunes – Herdade do Arrepiado Velho
  • Lisbonne: Pedro Marques – Vale da Capucha/ Rodrigo Filipe – Humus/ António Marques da Cruz – Quinta da Serradinha
  • Portugal: Luís Seabra – Cru – Minho y Douro/ Os Goliardos – Uvelhas Negras – Alentejo y Dão

Espagne:

  • Galice: sans DO, Juan González – Adega As Furnias/ Xabi Prádio – Fazenda Prádio

Rías Baixas: Alberto Nanclares & Silvia Prieto – Bodegas Nanclares

  • Manchuela: Juan Antonio Ponce – Bodegas Ponce
  • Mallorca: Eloi Cedo – Château Paquita

 

Je n’y ai pas croisé de nombreux professionnels «classiques» , il est vrai que j’y suis allée le dimanche, pour autant il y avait du monde, beaucoup de jeunes et un public assez familial, mais passionné par ce style de vins.

Grâce à João, j’avais pu déjà pu déguster beaucoup de ces bouteilles, mais je ne connaissais pas les vignerons, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette rencontre et à goûter certaines cuvées ou nouveaux millésimes.

Pas de doute, tous les vins étaient différents, tous de grande qualité, mais surtout tous avaient un grand caractère et procuraient des sensations fortes!

Le climat fantastique, la quantité de cépages autochtones uniques, les vieilles vignes, les vignes complantées, les sols, évidemment y sont pour quelque chose, mais ces hommes derrière ces bouteilles en sont les âmes, ils sont plus que convainquants, ils font passer des messages liquides puissants. Face à l’internationalisation des vins, une des réponses à ce constat, mais il y en a heureusement d’autres, est le Portugal, qui pourrait bien être le prochain «boom»! Je n’ai pas tout apprécié de la même manière, mais je vous livre quelques impressions dans le désordre :

Fernando Paiva

Quinta da Palmirinha | Minho

Mica, le vinho Verde que présentait Fernando Paiva, m’a séduite : très pur, franc et frais, plein et vivant, le nez offre des notes de florales, comme le jasmin, la bouche est fruitée, dominée par la pomme verte, assez persistante. Je regrette un peu, une légère douceur finale, mais c’est très commercial. Il se boit très facilement, et le fait qu’il ne titre que 10º est assez dandereux ! Le vin est élaboré par un groupe de producteurs qui travaillent tous en bio (Vinibio) et qui ont décidé de s’unir pour produire des vins de grande qualité, Mica et l’un d’entre eux.

IMG_0952


João Roseira (avec Anthony, du Dominio del Bendito)

Quinta do Infantado | Douro

Je me suis arrêtée plus longuement chez João Roseira, sans doute l’un des personnages les plus charismatiques du vin portugais et à la fois son grand ambassadeur. C’est un domaine culte, incontournable. Il a la réputation d’ètre la plus grande des petites maisons du Douro ! Tous ses vins sont bien sur très personnels et complexes, j’ai retenu entre autres, le Gouvyas 2006, une sélection de 2 parcelles complantées de 20 cépages. Quel joli vin : frais, vif, intense, élégant, long, impressionnant, puissant….Mais, il ne faut pas passer à côté des Portos si séducteurs !

 12814024_10207023049067574_4091912375714345033_n

Pedro Garcias

Mapa | Douro

Pedro Garcias est journaliste, son projet viticole est né en 1999, à Muxagata et Foz Coa dans le Douro Supérieur.

j’ai aimé son Mapa Rouge Reserva 2013 que j’ai trouvé racé, sauvage , fruité frais et harmonieux : un vin authentique.

Son Mapa Douro Branco 2013 est issu d’un assemblage de cépages dans lequel prédominent le Rabigato et le Viosinho, c’st un blanc frais qui offre de jolis notes de fruits blancs et de melon, la bouche est vive, minérale, assez pleine.

 

João Tavares de Pina

Terras de Tavares | Dão

Un sacré personnage, voici une cuvée bien à part : Rufia 2015 (DOC Dão)100% Rufete (Tinta Pinheira). C’est un vin osé, pas très consensuel, assez rebelle, de belle structure et aux tannins assez présents ! Décoiffant, avec une très belle sensation de fraicheur !

Mais ses Terras De Tavares sont bien plus surprenants, il attend entre 6 et 8 ans avant de les mettre sur le marché.

J’ai retenu le 2002 et le 1997, les deux étaient épostouflants d’élégance, de richesse, de fraicheur, de grands vins.

Le 1997 est délicat, suave, très parfumé exhibant des notes florales et de cacao, à la fois un pu terreuses, des tanins épicés et fermes, et une finale très persistante. On en redemande.

IMG_0960 TERRAS DE TAVARES 2002

 

Vasco Croft

Aphros | Minho

Vasco Croft est achitecte, dans le vin depuis 1990, il vinifie 8 cuvées dont trois effervescents, j’ai aimé son Pet Nat: un nez qui explose, une bouche pleine de vivacité… son Vinho verde, net froit et frais; son loureiro Aphros Daphne 2014, assez extroverti mais élégant doté d’une belle acidité et d’une bonne structure, et le Aphros Vinhao 2013; le Vinhao est un cépage teinturier très acide, en Galice, ils l’appellent sousao, c’est pourquoi, j’ai été étonnée de découvrir un vin expressif, de caractère, vif, mais agréable à boire . Il sera parfait sur certains poissons.

 

Je vous retrouve la semaine prochaine pour vous parler des autres vignerons, tous aussi intéressants et dépaysants!

Hasta pronto,

Marie-Louise Banyols

 

 

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “Simplesmente Vinho

  1. Ah que j’aurais aimé être là… 😉

    J'aime

  2. Pingback: SIMPLESMENTE VINHO 2017 | Les 5 du Vin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s