Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

ALIMENTARIA et ses OFF (volet 1)

4 Commentaires

Alimentaria, le grand salon international de l’alimentation et des vins (INTERVIN), fêtait cette année ses 40 ans et affichait trois mots d’ordre: innovation, internationalisation et gastronomie. Cette édition a réuni plus de 4000 exposants et 140.000 visiteurs de 157 pays, 16 de plus qu’en 2014 et suppose un impact économique de plus de 170 millions d’euros pour Barcelone.  L’Organisation avait invité 800 acheteurs étrangers de haut niveau,  62% de plus qu’en  2014 : des importateurs et distributeurs venus d’Europe, d’Asie, d’Amérique Latine et des  EE.UU. Le Salon se consolide avant tout comme une grande plate forme pour l’exportation de l’industrie alimentaire espagnole,  et surtout comme une vitrine importante de l’innovation et des nouvelles tendances dans le secteur. Alimentaria est le second salon important de Barcelone,  juste derrière le Mobile World Congress.

Au milieu de toute cette industrie alimentaire, Intervin n’arrive pas encore à devenir un « incontournable », il ne peut se comparer  à aucun autre salon européen, et se situe loin derrière PROWEIN,  VINEXPO et VINITALY. Il est d’ailleurs assez mal reconnu par les bodegas elles-mêmes, beaucoup d’entre elles ne voyant pas la nécessité d’y participer. Pourtant cette année, il flottait dans les stands et les allées, un contentement assez général, la plupart des  domaines se félicitant d’une présence étrangère plus importante, et déjà mercredi, ils estimaient que ce salon avait été très positif: de nombreux importateurs avaient passé des marchés et les distributeurs nationaux étaient au rendez-vous.

Que ce vent de positivisme et d’optimisme est agréable!

Personnellement, je n’y ai passé que la journée de mercredi, j’ai eu le temps de saluer les grands domaines que j’aime bien, Marques de Riscal, Perez Pascuas, Torres… et de m’arrêter chez quelques petits domaines qui s’étaient regroupés. Pour ce premier volet, je vous livre mes commentaires de quelques vins qui m’ont marquée:

Chez Marques de Riscal

Baron de Chirel Blanco 

La marque sort un nouveau blanc, Baron de Chirel, qui sera Vino de la Tierra de Castilla y Léon. J’ai raté la présentation et il n’y avait plus de vin sur le stand, je vous en parlerai donc ultérieurement…

Chez Viña Pedrosa

Perez Pascuas gran Seleccion 2010

Un 100% tempranillo issu de vignes de plus de 70 ans. Un très grand vin, racé, savoureux, juteux, élégant, long, intense. La finale est épicée, les tannins sont fins et harmonieux : un vin équilibré et encore très jeune…que du bonheur, j’aurais volontiers arrêté la dégustation après ce vin : un grand moment d’émotion!

IMG_1326

J’ai aussi goûté un Viña Pedrosa Crianza 2012 dans un style classique dont je ne me lasse pas.

IMG_1324

Chez Torres

Le projet 7 Magnífics continue son évolution : sur le marché depuis 2 ans environ, cette nouvelle génération de vins, dont le volume de production est bien inférieur aux autres vins de la maison, (20 000 bouteilles) a pour objectif de récupérer l’authenticité d’une zone:

  • Les deux premiers venaient de la Terra Alta : Rebels de Batea blanc i negre. Le Rebels de Batea blanc 2015, un 100% grenache blanc, est onctueux, fruité, frais et nerveux. Le rouge est un100% grenache, rond, goûteux et suave.
  • big_rebels_batea_blancbig_rebels_batea_tinto
  • El Senat del Montsant 2014 (D.O.P. Montsant), les cépages  Samsó (Mazuela), garnatxa y Syrah donnent à ce vin une personnalité propre tout en lui gardant une typicité Montsant.
  • Somiadors 2014 (D.O.P Emporda) le quatrième vin de la Collection 7 Magnifics, récupère la tramontane de l’Emporda, tellement il est méditerranéen. Les cépages Carinyena (70%) et Garnatxa (30%) de vignes dont certaines datent de 1925. Frais, élégant, voluptueux, harmonieux et d’un bon rapport qualité/prix : 13,50€
  • IMG_1322

INKORDIA & FRIENDS: Vinos honestos 

Un collectif de vignerons agriculteurs qui se sont regroupés voici un an ; j’ai aimé leur démarche, leur volonté de s’incorporer au salon officiel et de ne pas organiser de salon OFF. Ils veulent lutter de l’intérieur, montrer que le monde du vin est multiple, qu’ils en font partie comme “Viñadores”, qu’ils sont essentiels dans l’univers vinicole, sans dévaloriser pour autant, les autres formes de comprendre ce monde. Je trouve ça magnifique !

La plupart des bodegas qui y adhèrent, ne jouissent pas encore à ce jour d’une grande notoriété.: se sont tous des petits domaines, « artisans » du vin,  viticulteurs et  vinificateurs à la fois, qui respectent leurs terroirs intervenant le moins possible, ne vinifiant que leurs propres récoltes, sont avides de cépages autochtones, de vins sincères et personnels. Chacun de leurs vins est unique !

IMG_1328

Les Bodegas présentes à INTERVIN 

Ignios Orígenes, Bodega La Senda, Lagar de Sabariz, Celler la Muntanya, Pagos de Nona, RuBoR Viticultores, Federico Schatz, Sexto Elemento, Porcellanic, Bodegas Garay, Bodega Mento, Demencia Wine, Dasca Vives, Vinya Oculta, Celler Finca Parera, Bodega Flors, Loxarel, Can Descregut, Bodega Mas L’Altet, Cume do Avia, Casa de Mouraz, Uva de Vida, Adega Xangall, Viña La Ilusión, Magna Vides, Adega Entreosrios, Joan de la Casa.

Comme je n’ai pas pu faire le tour de tous les domaines, je vais vous citer les vins que j’ai eu le temps de goûter : Marc vous a déjà parlé de Demencia Wine, avec son vin Pyjama.

La Vinya oculta

En deux mots la philosophie de Amos Bañeres: une viticulture intense et une vinification simple.

  • Els Vinyerons, Lluerna 2015, un 100% Xarel.lo, un vin sans soufre, pour autant très pur et très franc, aussi frais que floral, délicieux ! PVP : 7,50€
  • Missatge en una ampolla 2015, 100% Macabeu, vin de parcelle, 2235 bouteilles, élevage 6 mois en inox. La robe est légèrement trouble, mais la bouche est incroyable, riche et rafraîchissante.
  • Vinya Oculta 2013, 100% Xarel.lo, un vin élevé 8 mois en barriques de 300l. Palette aromatique très complexe, gras, accompagnée d’une superbe acidité, et d’une grande persistante : un régal, mais il pourra encore nous réjouir dans 10 ans.
  • PVP : 23€
IMG_1333

Lluerna et Missatge en una ampolla

 

  • Diables 14, un Maccabeu unique : un vin doux sans DO, vol 9%. Après une macération pelliculaire d’une nuit, Amos fait « bouillir » le moût, jusqu’ à en obtenir 50% et 250g de sucre résiduel, la fermentation alcoolique avec des levures autochtones dure environ 1 an, l’élevage en barriques de chêne français 12 mois, sans batonnage. Le résultat est un succulent bonbon de caramel liquide, avec des notes de pommes au four est de fruits secs. C’est gourmand, et surtout, pas écœurant. PVP : 21€

IMG_1338

 

Bodega Ignios Orígenes

Ce domaine familial créé en 2011 à Tenerife entend mettre en valeur tous les cépages autochtones de la zone. Des vins très spéciaux et originaux aux saveurs volcaniques. Le domaine élabore 5 vins, DO Ycoden-Daute-Isora :

  • Listán negro 2014 : Très expressif, savoureux, en bouche fruité balsamique, frais et avec une pointe de salinité en fin de bouche qui confirme son caractère atlantique. 26,95 €
  •  Baboso negro 2014 : un parfum de fruits noirs, d’épices, des notes de réglisse, de clous de girofle, une bouche profonde, de fruits murs et de terre humide, la bouche est surprenante. Un vin très séducteur, qui réveille tous nos sens !
  • Vijariego 2014 negro, un vin superbe qui sort de l’ordinaire et qui oblige à se poser des questions, il est frais balsamique, et d’une rusticité élégante, le prix est un peu élevé mais il faut le faire venir des Canaries.34, 90 €
  • Marmajuelo 2014, cépage marmajuelo 100%, la palette aromatique est multiples depuis les fruits blancs, les notes florales et balsamiques, jusqu’aux notes de miel et d’amande fraîche. La bouche est onctueuse, grasse, parfumée, et dotée d’une très bonne acidité. Un blanc très rafraîchissant qui affiche une grande personnalité. PVP:24,20€
IMG_1339

Les vins de Ignios

 

LoXarel, Vinos naturales, Penedès

La personnalité et le caractère de Josep Mitjans transpire dans ses vins issus d’une agriculture Biodynamique.

    • Xarello de ánfora (amphore) 2015, comme son nom l’indique ce vin a fermenté en amphore de 720l pendant 5 mois. Le nez offre des notes de fruits blancs murs et quelques touches herbacées, la bouche est riche, élégante et fraîche : un joli vin.
    • Xarello Vermell 2014, Il s’agit d’une variété en récupération dont il existe très peu d’hectares. Se serait une mutation génétique du Xarel.lo. La Couleur est entre blanc et rosé, un vin tendre et gras à la fois, floral, très élégant, l’acidité est très modérée même si on y trouve des notes citriques, sa finale saline est des plus agréables.
    • A Pel Blanc 2014, vin nature, 100% xarel.lo, 13º.Vin sans soufre ajouté. 10,75€
    • Belle couleur vieil or, légèrement trouble, nez  puissant de miel, de fruits secs, l’attaque en bouche est fraîche, le vin est charnu, puissant, complexe et termine sur une bonne acidité.IMG_1346
    • A Pèl negre 2013, un assemblage de grenache et merlot, c’est un vin intense, avec des tannins encore marqués, mais le fruit et la fraîcheur arrivent à les dominer. Acidité très présente. Sans soufre ajouté
    • PVP:11,15
    • OPS 2013, de ánfora, un assemblage de grenache et carignan, 13,5º. Un vin très     méditerranéen avec du corps, mais un bon équilibre et de la fraîcheur.      PVP : 9,95€
    • EOS 2012, une syrah pure assez bien réussie, l’équilibre est là, mais il lui manque encore un peu de bouteille pour arrondir des tannins qui sont fruités.PVP :10,70€ 

      IMG_1343

       

      – 109 Reserva Brut Nature 2002 Clasic Penedès, après 13 ans de bouteille voilà un effervescent surprenant, vendu sans dégorgement préalable. La bulle est fine, délicate et persistante, la bouche est très structurée et crémeuse, fruitée (fruits jaunes) et briochée, beaucoup de fraîcheur et de persistance finale : une très jolie bouteille.  Prix justifié : 65,35€

1655965_796052153756577_621444415_n_editora_40_71_1 2Pagos de Nona

Le nom se veut un hommage à tous les anciens. Le domaine a été fondé en 2012 grâce à l’union de Jesus Hermida et d’Esmeralda Garcia, qui ont récupéré les vignes centenaires de leurs grands parents et quelques autres parcelles de la famille, aux deux extrêmes de la région de Castilla y Léon (Bierzo et Ségovia). Leurs premiers vins sont sortis sur le marché en 2015. Je suis encore sous le charme d’Esmeralda, de ses vins et de la manière dont elle en parle.

C’est mon coup de cœur du salon.

  • El Couto blanco 2014 : un palomino Fino du Bierzo, issu d’une vigne de 115 ans. Je voudrais juste préciser qu’il est sans soufre et qu’il m’a complètement bluffé! Non pas qu’il soit d’une grande complexité aromatique, ni d’une grande intensité, mais tellement agréable et rafraîchissant, pur et franc ! on a vraiment envie de le boire…PVP : 9€

IMG_1349

Esmeralda me racontait que ce raisin, le palomino se payait aux viticulteurs à 0,10cts/kg ! Sans commentaire.

  • Veragua, un blanc de verdejo de Segovia issu de vignes sablonneuses, pré phylloxériques (140/180 ans) Plusieurs parcellaires lui permettent de produire 15 000 bouteilles à un PVP de 13€. Tout simplement extraordinaire, ne ressemble en rien aux verdejos que l’on trouve habituellement sur le  marché.
  • Mil Razas, un vin issu d’une unique parcelle de 120 ans complantée de tous les cépages aussi bien blancs que rouges, qui existent dans la zone : palomino fino, malvasia, godello, treixadura, donablanca, mencia, alicante…Tous vinifiés ensemble en gardant 25% de rafles, avec des levures autochtones et un minimum de soufre(10mg/L).

IMG_1350

Quelques mois d’élevage dans des barriques de châtaigniers et c’est tout ! Le résultat est un espèce de « clarete » vin de soif sans complication, avec des notes de fraises sauvages, à la fois délicat et rustique, aimable et tendu, très authentique, sapide, équilibré, un vin qui ne fatigue pas, que du bonheur !

  • El Couto tinto 2015, une mencia sans maquillage, pas de bois, qui offre un nez de fruits rouges sauvages, de violettes, la bouche est fraîche, savoureuse, gourmande, le tout pour 12€
IMG_1347

Les vins de Pago de Nona

 

 

Conclusion

A l’heure de quitter le salon, j’avais laissé derrière moi beaucoup de vins sans goûter, et une fois de plus, je me suis sentie frustrée et impuissante: comment gérer autant de bodegas, autant de petits salons, tous plus intéressants les uns que les autres en 3 jours?  Mais, restons positifs, cette année, j’ai senti un renouveau important, dans l’offre espagnole, une explosion de petits domaines désireux de se différencier, tout n’est pas à garder, mais c’est très bon signe de voir autant de jeunes se tourner vers le vignoble.

La semaine prochaine je vous parlerai des OFF.

Hasta Pronto,

Marie-Louise Banyols

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

4 réflexions sur “ALIMENTARIA et ses OFF (volet 1)

  1. Je viens de vous lire avec beaucoup d’attention, madame Banyols, et me demande encore ce que je lis.
    Est-ce un un compte-rendu marketing après visite d’un salon pour les collègues qui n’ont pas pu se déplacer?
    Quand je lis cette phrase:  » La marque sort un nouveau blanc, Baron de Chirel qui sera Vino de la Tierra de Castillà y Léon. J’ai raté la présentation et il n’y avait plus de vin sur le stand….. » Je me pose des questions: tiens, Les 5 du vin aurait-il intégré un consultant marketing ? Même dans vos commentaires de dégustations, on peut suspecter des traces de coupé/collé de dossiers presse.
    Soyons constructif, vous nous parlez d’Intervin, qui, si j’ai bien compris est le Salon des vins espagnols. Moi, je ne demande qu’à comprendre comment s’organise le marché ? Ces grands domaines: Marques de Riscal, Torres, Vinà Pedrosa, sont ils l’équivalent des Castel, GCF, Chapoutier chez nous ? Quand je vois la percée actuelle des vins espagnols associées à la charcuterie ibérique – 2 boutiques ont récemment ouvert à Nantes – je me dis qu’il y a de la grosse stratégie marketing la-dessous….. Bon, j’espère que vous irez à VINOBLE à la fin du mois ; comme je sais que vous aimez les vins mutés, je me régale à l’avance de vos commentaires de dégustatrice !

    J'aime

  2. Je trouve plutôt sympa de la part de Marie-Louise de dire qu’elle a vu un stand mais pas pu boire le vin; c’est honnête. Et quant à l’aspect marketing, j’ai beau chercher dans son article, je ne le trouve pas. Elle visite un salon, elle dit ce qu’elle en pense, elle donne ses coups de coeur, et ses commentaires n’ont rien de particulièrement marketté. D’ailleurs, comme elle n’a plus de compte à rendre à personne, pourquoi s’obligerait-elle à pratiquer la langue de bois?
    En parlant de marketing, sans vouloir vous offenser, c’est plutôt vous qui en faites, M. Raffard… Comme ici: http://generationvignerons.com/les-territoires-du-vin-a-angers ou ici http://generationvignerons.com/domaine-fl-lart-du-contre-pied/ (publicité gratuite pour Génération Vignerons).
    De commentaire de vins, je n’en trouve pas la trace dans ces deux articles… A se demander ce qui guide vos choix.
    Mais bon, merci de votre intérêt pour notre blog, le jeu de l’interactivité, c’est d’accepter tous les commentaires (sauf anonymes), qu’ils nous plaisent ou pas.

    J'aime

  3. N’en déplaise à certains, l’offre espagnole bouge et se modernise plus encore chaque année. Elle est de plus en plus importante et diversifiée au point qu’il me paraît capital de ne pas la négliger. C’est toujours utile de voir ce qui se fait ailleurs et ce dynamisme devrait nous questionner, nous aussi, au lieu de nous complaire dans une certaine forme d’ignorance. Enfin, commenter un vin en bien n’est en aucun cas assimilable à de la publicité. Continue Marie-Louise à nous livrer tes impressions bonnes ou moins bonnes !

    J'aime

  4. J’étais dans le vignoble de Banyuls toute la journée, et je n’ai pu vous répondre avant, désolée!
    Je suis très étonnée de votre commentaire, Monsieur Raffard. Intervin est le grand salon des vins espagnols, il abrite essentiellement les grandes marques, il me semble intéressant de les faire connaitre, de les suivre et de voir leur évolution: ils vendent des millions de bouteilles et j’ai toujours respecté tous les consommateurs. Vous pouvez comparer Riscal et Torres à Chapoutier ou Delas, si vous voulez, Perez Pascuas est un petit domaine familial…
    Comme le fait remarquer Hervé, je n’ai rien à vendre ni à acheter, je goûte en toute liberté en pensant à tous les goûts. Je ne néglige pas les petits domaines, dont d’ailleurs, cette année, quelques uns étaient présents et j’en parle. Mais un salon est forcément toujours un inventaire, nous passons les journées à déguster!
    Le prochain volet sera consacré à des OFF avec les domaines espagnols de pointe.
    Mais on ne peut honnêtement gommer la réalité des marchés, les grands domaines existent, de quel droit devrions-nous les ignorer? Sans compter que j’ai bu d’excellentes bouteilles chez Riscal ou même Chez Torres. Que Riscal sorte un Baron de Chirel blanc , c’est un évèbement en Espagne.
    Non, désolée mais je ne pourrai pas aller à VINOBLE.
    Je réaffirme`pas de marketing dans mes propos, je veux juste vous faire participer à la nouvelle offre espagnole, et Michel qui a passé quelques jours en Espagne, a pu se rendre compte compte combien elle est intéressante!

    Marie-Louise

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s