Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

La Savoie comme je l’aime

2 Commentaires

Qu’est-ce qui manque à la Savoie pour jouer dans la cour des grands vins? Peut-être plus de domaines comme le Château de Mérande, à Arbin… Plus de domaines qui pensent à autre chose qu’à satisfaire les supérettes de stations de sports d’hiver. Plus de vignerons qui osent se frotter à la concurrence internationale sur des marchés aussi encombrés que le Japon, le Canada ou les Etats-Unis… Plus de Savoyards fiers de leur Mondeuse, de leur l’Altesse, de leur Jacquère, et qui, plutôt que de se couler dans le moule, cherchent à en magnifier le caractère.

IMG_9046Non, ce n’est pas un blockhaus, c’est une maison forte… et une cave! (Photo (c) H. Lalau 2016)

Le domaine, d’une douzaine d’hectares, est exploité en bio-dynamie par trois associés: les frères Genoux, André et Daniel, et Yann Pernuit. Le plus gros du vignoble se trouve à Arbin, au pied de la Thuile, une partie du massif des Bauges; sans oublier une belle parcelle sur Apremont, tout près du Granier. Le discours, les vins, tout est carré comme la maison forte qui abrite le chai.

 IMG_9054Les vignes d’Arbin (Photo (c) H. Lalau 2016

Quatre exemples: un blanc et trois rouges.

Apremont 2015 Cuvée 1248

Un nez bien mûr de mirabelle, d’abricot et de camomille, une belle bouche pleine, où le gras cohabite avec l’amer… qu’on voit danser longtemps sur la piste- pardon, sur la langue.

Ne pas boire trop froid, vous perdriez beaucoup d’arômes – car oui, la Jacquère est aromatique, pour peu qu’on ne la sorte pas du congélateur! 

David, toi qui nous a fait part l’an dernier de ta déception face ce cépage, de grâce, regoûte! D’autant que 2015 est une belle année de Jacquère, surtout en Apremont…

Pour rappel, 1248 est la date de l’effondrement du Mont Granier, fait marquant dans l’histoire des crus Abymes et Apremont.

IMG_9057

Le Saint Jean Mondeuse 2015

Le Saint Jean, c’est celui de la Porte; toujours dans la combe de Savoie, mais un peu en amont d’Arbin, une fois passé Cruet.

Nez de Syrah, fruit noir, poivre, un côté animal; en bouche, on bascule plutôt dans le minéral, c’est un poil rugueux, mais la fraîcheur et le retour du fruit en finale évoque un Beaujolais. 

Arbin Mondeuse La Belle Romaine 2015

Superbe nez de framboise et de laurier est très engageant; la bouche ne déçoit ps, elle présence beaucoup de punch, grâce à une bonne acidité et des tannins  rafraichissants. Voila un vin promis à une belle garde, mais je vous le dis tout net: je n’aurais pas le courage d’attendre! A propos du 2011, notre ami Michel Smith, qui m’a précédé à Mérande, parlait de bon coup à boire; en 2015, c’est plus structuré, et même si ça reste gourmand.  

Cette cuvée doit son nom au passé romain du lieu: des fouilles ont révélé, en effet, que Mérande a abrité une villa romaine datant du 2ème siècle. Les motifs d’une mosaïque indiquent qu’on y cultivait déjà la vigne.

IMG_9044Au Château de Mérande, on enherbe (Photo (c) H. Lalau 2016)

Albin Mondeuse La Noire 2012

Moka, fruit noir, voici un vin puissant et très dense; je lui trouve un côté sud – Cornas voire Roussillon. Le boisé grillé est assez marqué. A attendre.

La Noire, c’est la Mondeuse, bien sûr, le grand cépage rouge d’Arbin…

Hervé Lalau

PS. Un tout grand merci à Franck Berkulès, du CIV Savoie, pour m’avoir emmené au Château de Mérande – un des vins que j’avais préférés lors de ma dégustation de blancs de Savoie (66 au total); mais ça, il ne pouvait pas le savoir à l’avance!

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

2 réflexions sur “La Savoie comme je l’aime

  1. Le Chignin-Bergeron – Ch Mérande – Domaine Genoux « Le Grand Blanc » 2012 est surprenant par sa richesse superlative … (pensé à un Priorat blanc, c’est dire …)

    J'aime

  2. Tu es lyrique, Hervé. Pour avoir plus de …, plus de … etc, il faut que l’époque soit porteuse, que les sous rentrent et que l’optimisme s’impose. Tu avoueras que la situation y incite peu. Un homme qui connaît bien le vin, et qui me connaît bien aussi, m’a reproché il y a 15 jours à peine (car c’était un reproche ironique et amical): « Tu es un idiot. Tu t’obstines à vouloir élaborer des bons vins alors que la majorité des clients veulent boire de la daube. » J’adoucis un peu (par ma traduction, c’était en néerlandais) ses propos. Tiens, pour terminer sur une note souriante, tu aurais pu toi aussi traduire ta dernière phrase en « belge »: « Il ne SAVAIT pas le savoir d’avance, m’fi! ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s