Les 5 du Vin

5 journalistes parlent du vin

Bue Apis, Cantina del Taburno, la vigne centenaire du Benevento

6 Commentaires

Et donc préphylloxérique.

Benevento octobre 2015 153 

C’est dans le Bénévent, près de Naples, après avoir vu les vignes d’Aglianico antédiluviennes de Bue Apis, que j’ai pu déguster un vin de la coopérative de Foglianise.

La vigne

Benevento octobre 2015 135

Plutôt impressionnants, ces troncs noueux,  tentaculaires, qui évoluent pour occuper presque tout l’espace de la parcelle. Les ceps se sont reproduits par marcotage, lering en anglais et trauco en italien (paraît-il), et forment un véritable entrelacs de branches, rameaux, pampres et feuilles. A certains endroits, il faut  presque ramper en-dessous ou contourner l’envahissante liane. Le sol est  sableux, ce qui a permis de préserver les racines de l’horrible pou américain, mais mélangé de marne.

Benevento octobre 2015 140

C’est une vigne à l’ancienne, en pergolas, qui se récolte, bien entendu manuellement, vers le 10 octobre. L’exposition sud-est explique peut-être cette vendange assez décalée pour la région, la sagesse de la plante qui prend son temps pour murir son raisin, l’altitude de 350 mètres et l’endroit encaissé.

Benevento octobre 2015 143

Bue Apis 2011 D.O.C. Taburno Cantina del Taburno

apis

Grenat sanguin, le nez chante la griotte et la prunelle avec des accents de cannelle et de muscade. Viennent après des parfums de cumin et de sous-bois, de pomme séchée et d’aiguilles de pin. La bouche assez rustique retrouve les senteurs nasales. La fraîcheur agréable, certes peu envahissante, met en valeur la richesse aromatique du vin, pâte de mûre et d’airelle nuancées de tabac et de café. Quant aux tanins, ils apportent un relief qui rend le vin croquant, voire craquant pour sa suavité. Belle longueur bien épicée, puis fruitée, puis épicée, puis fruitée, …

La vinif : la récolte se fait bien entendu manuellement, la macération dure 40 jours et l’élevage se fait en barriques neuves de chêne et de châtaigner.

Comme quoi, une coopérative peut être à l’origine d’un grand vin, il suffit qu’elle se rende compte du potentiel de certaines parcelles. C’est ce qui s’est passé à Taburno. Naguère encore, le jus de ces reliques partaient dans le pot commun, jusqu’au jour où au début des années 90, je ne sais malheureusement plus qui a isolé ce trésor. Ce fut le premier vin de coopérative à obtenir  Tre Bicchieri au guide Gambero Rosso.

bue_apis

Quant au Bue Apis, il évoque une statue qui trône à Benevent, elle représente un taureau, allégorie de la force et de la fécondité. Elle est d’origine égyptienne.

www.cantinadeltaburno.it

Benevento octobre 2015 124

Cela me fait toujours un plaisir énorme quand une coopérative montre sa capacité à transcender les tracasseries de politique interne et parvient à réaliser un vrai haut de gamme et arrive à s’y tenir…

 

Ciao

Benevento octobre 2015 161

Marco

Auteur : Les 5 du Vin

Journalistes en vin

6 réflexions sur “Bue Apis, Cantina del Taburno, la vigne centenaire du Benevento

  1. Voila une information de grande qualité, dans la la plus appréciable tradition des 5 du vin : avoir déniché un joli vin, mis en valeur la démarche pertinente de celui qui en est à l’origine, puis nous faire partager cette découverte ainsi qu’une véritable émotion… Je lève, en hommage et en remerciement pour toi, Marco, un verre de pur mourvèdre 2015, magnifique, dégusté hier en Grignan Les Adhémar chez Ferrotin.

    J'aime

  2. Beau symbole de la résistance et de la longévité de la vigne que le dieu Apis, nom grec pour celui qui fut le symbole de la puissance sexuelle et de la fertilité en Egypte ancien. Et, effectivement, cela fait plaisir de voir émerger des grands vins faits par des caves coopératives. Le potentiel est immense et cela me fait penser aussi au réservoir de vieux cépages comme celui préservé et cultivé par la Cave Plaimont dans le Gers.

    J'aime

  3. Comment peut-on retranscrire aussi élégamment les fruits d’une dégustation ? Je me régale toujours autant quand je lis les commentaires de dégustation. Merci Marco.
    Aujourd’hui, j’ai noté en plus quelques précisions techniques qui me concernent, que l’on entend plus souvent à propos des vins du « nouveau monde » que chez nous.
    Peut-on associer à l’origine de la qualité du vin les termes suivants, dans l’ordre SVP : 1 plante prend son temps pour murir son raisin, 2 vendange plus tardive que la région, 3 équilibre particulier des multiples maturités (pellicule, chair, pépins, polyphenols, rafle…) donnant une fraicheur qui met en valeur la richesse aromatique. Bien sûr, il y a d’autres facteurs tout aussi importants qui interviennent dont la qualité du fruit, l’effet millésime et le talent du winemaker… Merci de votre réponse.
    A propos, en Drôme provençale, on est envahi de mildiou (feuilles+grappes), les bio tout comme les conventionnel.

    J'aime

    • Cher Dominique ce sont des interprétations, des images, avec certes un fond de vrai, mais je ne suis pas œnologue, je ne me permettrait pas d’étayer de façon docte mes propos. Cette description quelque peu anthropomorphique résulte de l’expérience de terrain et est donc empirique. Merci en tous cas pour les compliments.
      Marco

      Aimé par 1 personne

  4. La description du vin est comme toujours d’une élégance incomparable et conduit à l’envie de la découverte. Les photos soutiennent très bien l’objectif. Le phylloxéra n’est-il pas entré vers 1860 en Europe et quand est-il arrivé en Italie? Du coté technique, si la vigne est multipliée par bouturage, elle n’est pas protégée de l’affreux poux par un porte-greffe résistant. On peut donc penser que le terroir de Cantina del Taburno est naturellement protégé de cette infection.

    J'aime

  5. Le sous-sol de Cantina del Taburno ne doit pas être exempt de phylloxéra ; cependant, comme il est sableux, les larves radicicoles de cet insecte ont du mal à s’établir (mauvaise stabilité de ce matériau). Résultat : la densité de phylloxéra est faible ce qui le laisse peu actif et peu préjudiciable pour le système racinaire de la vigne. On connaît en vallée du Rhône sud, à Gigondas, chez Franck Alexandre (domaine des Teysonnières) une vigne de très vieux grenaches « francs de pied », sur sables de safres.
    Nota : la vigne « centenaire » de Cantina del Taburno peut difficilement être considérée comme préphylloxérique en prenant 2016 comme base calendaire ; je pense qu’elle était déjà déclarée centenaire en 1960…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s